AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203033085
90 pages
Éditeur : Casterman (23/02/2011)
3.77/5   125 notes
Résumé :
Après le « coup de sang » environnemental dont Animal’z relatait l’impact tragique et dévastateur, la planète s’apaise et se recompose, les survivants réapprennent à s’organiser. Dans cette géographie chamboulée, des déserts ont surgi. Et c’est au cœur de l’un d’entre eux, bien improbablement situé à l’emplacement de la mer Baltique, que l’on suit la trace d’un ex aumônier militaire énigmatique, installé au volant d’une Ferrari électrique lancée à plein régime. Troi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 125 notes
5
4 avis
4
10 avis
3
9 avis
2
0 avis
1
0 avis

colimasson
  20 avril 2012
La Terre a été profondément chamboulée par ce que les survivants appellent le Coup de Sang. Dans un monde post-apocalyptique, quelques hommes errent sans véritable but. Au volant de sa Ferrari solaire, Lawrence, un ancien aumônier de l'armée, croise la route de deux jeunes hommes en piteux état : Roem et son ami Merkt …

Qu'est-ce que Shakespeare pourrait bien venir faire dans ce paysage post-apocalyptique ? Après l'épisode du « Coup de Sang », qui ne laissa sur Terre qu'une poignée de survivants, les landes désertes s'étendent jusqu'à l'horizon… de grandes routes, des bâtiments de temps en temps, et un ciel déchaîné surplombant une atmosphère nauséeuse de pétrole. Avec ça, essayez de survivre. Essayez de vous dire que votre vie a encore un quelconque intérêt.
C'est peut-être afin de ne pas anéantir ce dernier moteur de la survie que les rescapés se regroupent ? Lorsque Lawrence, à bord de sa Ferrari solaire, croise la route de Roem et de son ami Merkt, il leur propose de venir s'installer avec le reste de sa tribu. Plus on est de fous, mieux on survit. Une telle proposition ne se refuse pas. La communauté s'agrandit…
Tybb, Roem, Merkt, Lawrence, Julia… font étrangement écho à Tybalt, Roméo, Mercutio, Laurent et Juliette de la célèbre pièce de Shakespeare… Simple coïncidence ? Peut-être… Après tous, les noms ne sont pas exactement les mêmes que ceux des héros de la pièce originale, et les premiers ne sauraient être plus que des dérivés dégénérés des seconds.
D'où vient alors cette focalisation abrutie sur la ressemblance entre la troupe de Shakespeare et la troupe de survivants ? Dans un monde vide où tout a encore moins de sens qu'en temps normal, les esprits essaient peut-être, tout simplement, de se raccrocher à quelque chose de connu. Après la fin du monde, la fin de l'histoire n'a pas encore sonné. La dernière bouchée de foie gras avalée, que reste-t-il encore à faire ? Alors que tout semblait définitivement achevé, la saison des amours repart pour un nouveau tour de piste… Julia et Roem sont électrisés l'un par l'autre. le charme agit sans explications. Ils n'ont pas besoin de se parler, et subissent le retour de la tragédie sans que leur volonté ne semble agir une seconde. L'histoire reprend…


Enki Bilal n'a pas fait preuve d'une imagination démente pour constituer l'intrigue de cet album. Pour qu'on ne lui reproche pas le manque d'inspiration, il a tout de même tenu à transposer cette histoire dans un cadre qui ne ressemble en rien à l'Angleterre du 16e siècle. Ici, nous ne sommes nulle part ; le soleil, même, ne se couche peut-être plus à l'ouest. le ciel et la terre se fondent sous une couche de gris parfois éclairés de bleu et de rouge vif. Ca flambe, au loin… Les personnages, désabusés, sont débarrassés de tous les seconds rôles de la pièce originale de Shakespeare. L'huis clos en fonctionne d'autant mieux. Malgré ces différences, Shakespeare rejaillit de la bouche de Julia, Roem et consorts comme si un désastre apocalyptique n'avait jamais pu les séparer de leurs racines culturelles. Et la survenue inopinée du dramaturge est du plus bel effet : Shakespeare s'intègre sans difficultés aux planches noires dessinées par Enki Bilal. La poésie des mots se joint dans une commune mesure à la rêverie de tableaux sombres. Hélas, tout Shakespeare ne pouvait pas figurer dans un album –d'ailleurs, il ne le devait pas non plus sous peine que Julia et Roem perde son statut d'oeuvre originale- mais le reste des paroles semble fade et peu consistant lorsque Shakespeare se tait. le revival, d'ailleurs, ne se met pas en place immédiatement, et il est expédié en quelques dizaines de pages.

Julia et Roem, malgré sa singulière beauté, correspond à l'univers post-apocalyptique duquel il a surgi : pareil au souvenir d'un vieillard qui se serait laissé bercer par Roméo et Juliette dans sa jeunesse, il ne fournit que des bribes de poésie confuse au milieu d'un désert de pétrole destructeur.
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Josephine2
  21 février 2015
Dans ce 2ème tome de la trilogie d'Enki Bilal, la terre, qui s'est révoltée de tant de blessures causées par les hommes, continue son nettoyage. Nous suivons l'histoire de Merkt et Roem, sauvés par Howard George Lawrence, aumônier multiconfessionnel. Roem va vivre une histoire d'amour qui n'est pas sans rappeler un roman de Shakespeare. Pourquoi ? Quel sens donner à tout cela ? Où cela va-t-il les mener ?
Commenter  J’apprécie          130
brigittelascombe
  26 juin 2011
Dans le futur, la survie sera t elle vivable?
La nature crache sa colère, tout se dérègle par la faute de l'homme, c'est le chaos, stoppons la mort en marche avant qu'il ne soit trop tard.Voilà le message écologique que diffuse Enki Bilal dans cette BD, ce beau livre pastellisé de gris, ombré de brun.
Ce dessinateur qui a reçu le grand prix du 14° salon de la bande dessinée d'Angoulème en 1987, a réalisé de nombreux films et BD.
Il est l'auteur de la trilogie Nikopol.
Le premier volet d' Animal'z imaginait la terre d'aprés la catastrophe, le "coup de sang" (dixit Enki Bilal pour la rendre plus vivante), dans une ambiance bleutée de fonte des glaces.
Dans ce deuxième volet, où chaque image est traitée comme un tableau au graphisme sobre, tout tangue. Désert. de Gobi, peut être. Pas de vie, tout est desséché. Seuls, sur une route isolée, Roem et Merkt marchent, assoiffés.
Perdue au milieu de nulle part, une forteresse, citadelle, palace abandonné, seul vestige des fastes du passé, se dresse là bas, telle un mirage. Une communauté, à laquelle appartient Julia dont Kyle est amoureux.
Sauvés in extrémis par un moine, ex aumonier militaire ( "je me présente Howard George Lawrence aumonier multiconfessionnel agrée") qui arbore sur sa tempe, son torse et une épaule les trois symboles des religions chrétienne,juive et musulmane(croix,étoile de David et croissant) les deux jeunes déshydratés sont ramenés en ferrari à batterie solaire (excusez moi du peu!!) dans la citadelle. Un rapace blessé par balle et soigné les escorte.
C'est là que les allusions au "Roméo et Juliette" revisité de Shakespeare rentrent en jeu puisqu'une histoire d'amour va naitre entre Roem et Julia, mais qui dit amour dit trahison et jalousie et...
J'ai beaucoup aimé le côté prophétie écolo de cette BD, l'humour qui efface un peu la noirceur de certaines situations,le graphisme et la représentation des phénomènes atmosphériques, ainsi que les interventions en milieu de livre de frère Lawrence, comme si le dessinateur s'interrogeait lui même, alors, je fais quoi? je fais mourir qui? je sauve l'amour ou non? et Shakespeare, pourquoi Shakespeare dans "l'après coup de sang" ?
A suivre...Un troisième tome est prévu!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Tampopo
  17 juillet 2011
Si avec "Julia & Roem", Enki Bilal nous livre un album crépusculaire (comment ne pas voir dans cet album un écho troublant à une actualité malheureusement trop riche en catastrophes naturelles et dérèglements climatiques en tout genres ?), l'histoire n'en est pas moins traversée par une lueur d'espoir, une histoire d'amour entre deux jeunes gens.
Bilal n'est certes pas le premier auteur à revisiter la pièce de Shakespeare, toutefois il va un « cran » plus loin en mettant les vers du tragédien dans la bouche de ses personnages, un procédé audacieux qui, une fois l'effet de surprise passé, se révèle un peu lourd.
Pour cet album, Enki Bilal abandonne la peinture pour revenir au dessin, un dessin virtuose et d'une grande beauté formelle.
Dans une interview donnée au site Internet de Casterman, Bilal dit la chose suivante : « je traite chaque image comme un tout, de façon totalement libre, et je me réserve le final cut. J'espère qu'il subsiste un peu de cet esprit de liberté à la lecture. » Cette « liberté de narration » que revendique l'auteur est à la fois sa force et sa faiblesse, elle m'a quelque peu déstabilisée. Emportée très loin par certaines planches, j'ai fini par perdre le fil et je suis restée à l'extérieur de l'histoire, presque hermétique aux sentiments et au devenir des personnages.
Si l'auteur nous embarque avec assez de facilité dans un univers de science-fiction si loin, si proche, le format choisit (80 pages) ne permettait pas aux personnages d'acquérir l'épaisseur nécessaire. Je m'avance peut-être un peu, mais je pense qu'il aurait fallu à Bilal le double de pages pour que son scénario tienne toutes ses promesses.
Ferons-nous plus ample connaissance avec les quatre personnages que nous quittons à la fin de ce « one shot » ? En particulier avec l'énigmatique Howard ? (Personnage avec qui j'aurais bien fait encore un bout de route !). Rien n'est moins sûr avec Enki Bilal.
Je reste donc sur un sentiment mitigé, encore une fois séduite par le dessin d'Enki Bilal mais plus réservée sur le scénario.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jumax
  28 septembre 2012
Une superbe BD, les dessins de Bilal sont assez différents de ses séries précédentes, l'univers est plus sombre à cause du dérèglement climatique (tellement d'actualité!).
Roméo et Juliette revisité, les mots de Shakespeare se mêlent aux conversations modernes. Julia (quel superbe prénom => égocentrisme) et Roem tombent amoureux au premier regard dans un monde détruit et instable. heureusement il peuvent compter sur un drôle d'aumônier pour les sauver de la fin tragique qui attend les amants maudits.
Lien : http://latetedelart2.blogspo..
Commenter  J’apprécie          140


critiques presse (4)
BDSelection   24 janvier 2012
Une expérience de lecture toujours exceptionnelle où on apprécie l'art et la manière de ce Dieu vivant du neuvième art.
Lire la critique sur le site : BDSelection
Lexpress   20 juillet 2011
Regrettons que les intentions de l'auteur soient si lourdement exprimées et qu'elles contrastent de manière cruelle avec la beauté maintenue de cette atmosphère ocreuse et de sa science graphique
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lhumanite   15 juin 2011
Dans le deuxième volet de sa nouvelle trilogie, Julia et Roem , il explore la recomposition du monde après le coup de sang de la planète. Inspiré par la langue de Shakespeare, il revisite le drame de Roméo et Juliette en imaginant une fin optimiste...
Lire la critique sur le site : Lhumanite
LeSoir   14 juin 2011
Entretien avec Enki Bilal : "Après le « Coup de sang » de la Terre de mon précédent album, Animal'Z, j'avais envie d'un coup de foudre ! Quand le monde est chamboulé, des liens humains doivent forcément se recréer et l'amour renaître. Dans ce contexte, j'ai tout de suite pensé à Roméo et Juliette de Shakespeare comme accompagnement littéraire. "
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
JumaxJumax   28 septembre 2012
"La nuit, j'ai déjà remarqué, la couverture qui s'étale sur le paysage change la nature. Moins organique que dans la journée, elle donne l'impression de laisser passer un ai frais et énergique venus d'ailleurs. Je me remettrais presque à croire en Dieu entre le coucher et le lever du soleil."
Commenter  J’apprécie          270
colimassoncolimasson   20 avril 2012
Tout est calme. De plus en plus, c’est mes roues qui déroulent la route, pas le contraire. C’est soyeux et lisse. Nous filons vers l’ouest, du moins vers le soleil couchant. Mais quelque chose me dit qu’il ne se couche plus tout à fait à l’ouest, le soleil… Cette idée me plaît, comme me plaît ce ciel enfin apaisé. La nuit peut venir, avec toutes ses étoiles, quel que soit l’hémisphère.
Commenter  J’apprécie          190
colimassoncolimasson   20 avril 2012
Il y a des lieux, comme ça, où le ciel et a terre se parlent ; je sais même, j’ose le dire, en quelle langue ils se parlent. Les nuages et le sol échangent leurs matières, mêlent leurs particules, ouvrent et recyclent leurs fragments de mémoire. Les mots pleuvent, invisibles, forment des phrases, jouent avec les destins… Ce lieu est un micro climat qui s’exprime en Shakespeare… Ici, ciel et terre parlent le Shakespeare, je le sais parce que je suis fou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
JumaxJumax   28 septembre 2012
- Roem... si tu devais regretter une chose, une seule chose que t'aies pas connue dans ta vie avant de crever...
- Une seule ?
- Une seule
- Sans hésiter, une histoire d'amour, la vraie, la grande, celle qui tue.
Commenter  J’apprécie          120
LilizLiliz   09 novembre 2015
Il y a des lieux, comme ça, où le ciel et la terre se parlent : je sais même, j'ose le dire, en quelle langue ils se parlent. Les nuages et le sol échangent leurs matières, mêlent leurs particules, ouvrent et recyclent leurs fragments de mémoire. Les mots pleuvent, invisibles, forment des phrases, jouent avec les destins... Ce lieu est un micro climat qui s'exprime en Shakespeare... Ici, ciel et terre parlent le Shakespeare, je le sais parce que je suis fou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Enki Bilal (83) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Enki Bilal
Site internet du Livre sur la Place : https://lelivresurlaplace.nancy.fr/ Facebook : https://www.facebook.com/livresurlaplace Twitter : https://twitter.com/livresurlaplace Instagram : https://www.instagram.com/lelivresurlaplace
Site internet de la Ville de Nancy : https://www.nancy.fr/ Facebook de la Ville de Nancy : https://fr-fr.facebook.com/VilledeNancy/ Twitter de la Ville de Nancy : https://twitter.com/VilledeNancy
Artiste peintre et auteur de bande dessinée de renommée internationale, cinéaste, metteur en scène, Enki Bilal arbore une oeuvre traversée par la question de la mémoire, du pouvoir politique et de l'environnement. Attentif aux soubresauts de l'Histoire, il emmène ses personnages dans un futur qui pourrait bien être le nôtre, se révélant souvent visionnaire, pour le meilleur et pour le pire…
Le temps d'une rencontre, il évoquera sa dernière série, "Bug" (Casterman) dont le tome 3 paraîtra en novembre, mais aussi son livre d'entretiens avec Adrien Rivierre, "L'Homme est un accident" (Belin), où il déploie sa vision du monde et invite l'humanité à protéger la Terre et à se réveiller pour éviter le basculement dans un monde liberticide.
+ Lire la suite
autres livres classés : romeo et julietteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Enki Bilal - la trilogie du "Coup de sang"

Que désigne le "Coup de sang" ?

une guerre
un groupuscule terroriste
un tsunami
un bouleversement climatique

10 questions
30 lecteurs ont répondu
Thème : Enki BilalCréer un quiz sur ce livre

.. ..