AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
La trilogie Nikopol tome 4 sur 4
EAN : 9782203353305
184 pages
Casterman (16/09/2005)
4.12/5   413 notes
Résumé :
Nikopol, l'infortuné hibernant, rejoint en âge par Niko, son sosie de fils, et toujours "occupé" par Horus, le dieu paranoïaque tenté par les hommes... Anubis, Bastet, et tous ceux de la pyramide qui vole... Jille Bioskp, la femme aux larmes bleues et au passé halluciné... Gogol d'Algol, le chat télépathe aux rayures vertes et aux griffes laboureuses... Tous ceux-là, avec d'autres, anciens (Choublanc) ou nouveaux (Yelena Prokosh-Tootobi, JohnElvis JohnElvisson, Gian... >Voir plus
Que lire après La trilogie Nikopol - IntégraleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 413 notes
5
12 avis
4
4 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis
Cette bande dessinée est reprise dans le numéro hors-série de Beaux Arts Magazine : Les secrets des chefs d'oeuvre de la BD de science-fiction. J'avoue que je ne me souviens plus ce qui a été dit sur la trilogie d'Enki Bilal mais je l'avais notée. Pour la petite histoire, les 3/4 des BD citées ne sont pas facile à trouver.

J'ai adoré « La foire aux immortels » avec ce Paris dystopique de 2023 (la 1ère édition date de 1983) où atterrit Alcide Nikopol. Depuis 1993 il errait dans l'espace dans une capsule en état d'hibernation. Il est récupéré par Horus, un extraterrestre qui a besoin d'un corps pour accomplir incognito une vengeance…

J'ai un peu été déstabilisée par « La femme piège ». Cette suite se déroule 3 ans après les événements du 1er tome. Je n'ai pas bien identifié ce qui relie Jill à l'histoire précédente. Cela m'a aussi fait l'effet de passer de dialogues (qui donnent une certaine dynamique à l'histoire) à un long monologue ennuyeux.

J'ai abandonné la lecture de « Froid équateur ». Je retenterai peut-être avant de rapporter cette intégrale à la bibliothèque ? Mais rien n'est moins sûr.




Challenge BD 2020
Commenter  J’apprécie          290
Futur rétro.

Nikopol se réveille d'une hibernation forcée. Condamné à la cryogénisation en 1993, le voici en 2023. Tout a changé. Paris est désormais sous la coupe d'un régime fasciste.

J'adore la science-fiction mais je n'avais jamais réellement lu de bandes-dessinées en relevant. le contexte est intéressant, Enki Bilal situe l'action en 2023, mais ce n'est pas notre 2023. En effet cette bande-dessinée a été écrite en 1980.

Le lecteur sent l'influence de la guerre froide. Il est fait mention de plusieurs guerres nucléaires, toute l'Europe semble sous la coupe d'une dictature communiste, quant Paris dépend d'une dictature fasciste. Il y a bien sûr quelques points communs avec notre 2023 (les fakes-news, le sport-spectacle...). Cette vision du futur venue d'il y a quarante-trois ans est fascinante à découvrir.

Je suis plus dubitative sur le scénario. Je suis restée plutôt mitigée sur le premier volume avec une intrigue somme toute classique. Mais j'ai beaucoup apprécié le second tome où nous suivons Jill dans Londres, puis Berlin. Quant au troisième opus, il m'a déçue. Partiellement incompréhensible, il ne donne pas de conclusion satisfaisante. L'intrigue semble reléguée au second plan.

Le dessin vaut le détour. Enki Bilal a imaginé un monde foisonnant où les humains côtoient divers extraterrestres dont les divinités égyptiennes. Sa créativité semble sans limites. La plupart des planches sont magnifiques.

Bref, une lecture en demi-teinte pour le scénario.
Commenter  J’apprécie          210
La trilogie démarre plein pot... BLe premier tome de la trilogie est écrit en 1980, l'action s'y passe en 2023... le monde est gouverné par des régimes totalitaires, le peuple est rassasié de jeux, de fake news, de médias contrôlés. Au-dessus de Paris trône une pyramide. A son bord, les dieux égyptiens. Ils demandent à Jean-Ferdinand Choublanc du carburant. Celui-ci souhaiterait échanger le carburant contre l'immortalité...

Arrive une capsule dans laquelle Alcide Nikopol est cryogénisé. Il a été envoyé en exil dans l'espace, mais il "revient" un peu tôt... Horus va prendre possession de Nikopol et renverser le pouvoir en place... Je vous passe les péripéties les plus dingues... parmi lesquelles le fait qu'Alcide retrouve son fils, qui a le même âge que lui et lui ressemble comme 2 gouttes d'eau. Evidemment, cette ressemblance va être un ressort de l'histoire.

Le premier volet, on l'a compris, est surréaliste et fin de siècle à souhait. Une chappe de plomb s'abat sur le lecteur, tant le propos est noir, et le trait idem... Bilal est un orfèvre. le deuxième tome est plus thriller, Il met en scène Jill Bioskop, une journaliste addict aux médocs. le troisième tome chapeaute le tout avec le retour des dieux égyptiens.

C'est indescriptible. D'ailleurs, j'ai lu et relu plusieurs passages pour être sûr (sans y arriver) de comprendre tout. La grande force du récit, outre le dessin qui est incroyable, c'est l'aspect "no limit" des réflexions de Bilal (dont les origines serbes sont évidemment liées à ce récit totalitariste). Lourd et pesant, le récit m'a fasciné, même s'il faut bien avouer un petit côté indigeste de temps à autres.
Commenter  J’apprécie          150
Entre le reveil des dieux égyptiens, la rencontre des femmes étonnantes, d'abord, celle dite femme piège, la femme bleue, aux cheveux et aux lèvres bleus, puis la femme vivant avec toute sorte de reptiles, et un Nikopol dérouté par les changements de civilisation alors qu'il vient de passer 30 ans l'espace sous une hibernation car condamné à l'époque, Enki Bilal nous concocte une intrigue futuriste qui non seulement interroge notre civilisation mais interroge aussi le futur...
Commenter  J’apprécie          130
C'est un chef d'oeuvre de la BD de science-fiction pour beaucoup de bédéphiles. J'ai pourtant apprécié très moyennement. Je reconnais cependant que le dessin de Bilal est très novateur avec des planches franchement magnifiques. L'univers ainsi crée est original. C'est un genre un peu « pseudo » intellectuel dont les subtilités échappent au lecteur moyen.

Ce genre de BD ne m'attire pas vraiment car le message que veut faire passer l'auteur n'est pas évident car il se perd dans des méandres obscurs qu'il semble être le seul à comprendre.

A vrai dire, je ne comprends pas le succès de cette série au milieu de beaucoup d'autres plus intéressantes car cohérentes. Peut-être également que beaucoup de choses m'échappent pour que je puisse apprécier pleinement cet univers ultra-complexe voir décalé.

Cependant, je suis désormais persuadé que le problème vient plutôt du manque de lisibilité dans le scénario de l'auteur. J'avoue l'avoir acquise par réflexe de collectionneur autrement je m'en serai bien passé.

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 2.5/5 – Note Globale : 3.25/5
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
- Vous me branchez et me débranchez comme un vulgaire fer à repasser, vous usez et abusez de mon corps comme d'un jouet téléguidé et par dessus tout ça, nous me faites agir politiquement à l'opposé des mes convictions... de quoi se réjouir en effet... je vais vous dire finalement... vous êtes pire que tous les Mussolini Hitler Staline et Choublanc réunis... vous êtes un égocentriste totalitaire, ambitieux, paranoïaque, sanguinaire et inhumain...
- Mais bien sûr !!! Je suis inhumain, par définition et par essence... Je suis un être suprêmement puissant, régi par des lois universelles qui échappent à l'entendement des mortels... et tu as la chance, Nikopol, de m'inspirer davantage de sympathie que de répulsion...
Commenter  J’apprécie          80
- Vois-tu Nikopol, je crois qu'enfin nous allons pouvoir nous trouver un but commun... toi pour des raisons politiques et humanitaires et moi pour des raisons de vengeance personnelle, d'ordre divin et universel... (...) je m'aperçois finalement d'une sorte de ... coopération peut devenir possible...
- Personnellement je ne vois pas en quoi... et d'abord quel est ce but commun ?
- La prise du pouvoir de Paris aux prochaines élections... et même avant si possible... dès ce soir peut-être...
- Vous plaisantez ?
- Non... ce c'est même ici que débute le premier acte.
Commenter  J’apprécie          70
Il y a deux choses essentielles que vous ne savez pas, alors, et qui vous concernent... D'abord votre ancien gouvernement vient de tomber, renversé par l'opposition fasciste...
- Normal !
- Ensuite, vous, vous venez d'être condamné à mort pour le meurtre, il y a quelques mois justement, d'un vieillard sans défense cloué sur un lit d'hôpital... Un certain Jean-Ferdinand Choublanc... C'est comme ça que j'ai vu votre tête absolument partout ! Télévision, presse, affiches... Vous êtes un homme vraiment très recherché en ce moment !
- Vous avez raison...
Commenter  J’apprécie          50
Vous vous rendez compte, en quarante ans de production-réalisation, j'ai jamais pu en terminer un ! Il s'est toujours passé une guerre, une crise, une faillite, un suicide d'actrice ou une pénurie de pellicule pour tout foutre en l'air... Tenez, là justement, plus de pellicule couleur... J'ai fini la scène en noir et blanc... Peut temps après, Nikopol nous a plantés, Jill et moi. Volatilisé avec son chat à rayures vertes... Plus jamais eu de nouvelles... Le film, lui, a capoté, évidemment...
Commenter  J’apprécie          50
- Je n'arriverai pas à m'adapter à cette époque et à ses sociétés... Retourner vers Horus c'est retrouver les rails de l'absurde et de l'irrationnel qui m'ont amené ici depuis ce triste jour de 1993... Autant assumer mon invalidité de l'âme et mon infirmité temporelle... Autant aller jusqu'au bout...
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Enki Bilal (94) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Enki Bilal
Augustin Trapenard reçoit Enki Bilal pour "Shakespeare – Bilal. Une rencontre", paru aux Editions Marie Barbier. L'ouvrage se penche sur l'adaptation de "Roméo et Juliette" de William Shakespeare par Enki Bilal en 2011. A ses côtés, Camille de Peretti présente "L'Inconnue du portrait", édité chez Calmann-Lévy, dans lequel elle imagine l'histoire de la femme peinte par Gustav Klimt dans son "Portrait d'une dame". Yannick Haenel, lui, évoque "Bleu Bacon", publié chez Stock, et Thomas Schlesser "Les Yeux de Mona", édité chez Albin Michel.
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (1103) Voir plus



Quiz Voir plus

Enki Bilal - la trilogie du "Coup de sang"

Que désigne le "Coup de sang" ?

une guerre
un groupuscule terroriste
un tsunami
un bouleversement climatique

10 questions
44 lecteurs ont répondu
Thème : Enki BilalCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..