AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782234092211
234 pages
Stock (11/05/2022)
3/5   13 notes
Résumé :
En vous promenant dans Marrakech, vous croiserez peut-être le jeune Kamal, meilleur guide de la place Jemaa el Fna. Il possède le don des langues, l’instinct de la rencontre, l’habileté du dialogue. Mais dans son corps semblent cohabiter deux personnages, qui ne sont d’accord sur rien. Tels des frères siamois coincés dans une même enveloppe, l’un entreprend, quand l’autre paresse. L’un avance, quand l’autre piétine. L’un est adepte de l’ordre, quand l’autre se compl... >Voir plus
Que lire après Mon frère fantômeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Qui a visité Marrakech reconnaitra dans ce livre de Mahi Binebine la capitale touristique du Maroc dans toute sa splendeur orientale et surtout dans le dédale des rues qui convergent vers la fameuse place Jemaa el Fna.
"Mon frère fantôme" est le roman social d'une voix. Une voix étouffée dans le corps de Kamal qui doit composer avec ses deux identités complètement opposées.
Nous sommes dans les années 70. Kamal est un enfant confié au pensionnat "La goutte de lait" où travaille sa mère.
Tandis que celle-ci trime aux besoins de ses enfants orphelins de père, les nonnes appelées "messoeurs" deviennent des mères de substitution très attentionnées envers ce garçon différent des autres. Si Kamal est un être égocentrique et affabulateur l'"autre" nommé Moi représente la froideur et l'austérité.
Dans ce contexte protecteur pourtant le piège vers la mauvaise conduite attire le jeune homme qui admire son aîné Omar un voyou violent habitué à l'incarcération.
Cette famille dont les malheurs s'acharnent , vit dans la misère. le certificat d'études de Kamal semble le signe d'une amélioration sociale mais le destin tragique de Kamal et son double va l'entraîner vers la pente de l'addiction.
Binebine nous entraine donc dans les profondeurs d'une âme humaine perturbée et victime d'un mental dérangé.

Sur la forme j'ai senti un déséquilibre : le "moi" disparait durant quelques chapitres. Est-ce une période de rémission comme peuvent le vivre les personnes atteintes de TDI (trouble dissociatif de l'identité)?

Outre des personnages attachants mais très typés j'ai ressenti de la tristesse en fermant ce roman.
J'étais heureuse que ce jeune homme monte dans l'échelle sociale pour sortir de la pauvreté mais la lutte avec lui-même était inégale.

Ce n'est pas un chef-d'oeuvre certes mais un bon roman tout de même qui se lit très vite et facilement.
Commenter  J’apprécie          210
Kamal, le jeune héros de Mon frère fantôme, possède une double personnalité, deux entités conscientes qui ne s'entendent absolument pas et passent leur temps à se chamailler. Sans la paix de l'esprit, la vie de Kamal est une lutte perpétuelle entre bons et mauvais penchants. le livre est raconté par le Kamal pacifique qui n'en peut souvent mais face aux dérives de son frère siamois. Cette histoire pittoresque et somme toute dramatique prend place dans les différents lieux de Marrakech, d'un quartier dépenaillé à la célèbre place Jemaa el-Fna, en passant par les souks et une école religieuse, havre de paix au milieu de l'agitation. Ce roman social écrit par Mahi Binebine à la façon d'un conte oriental est un hymne à la ville de Marrakech, sa splendeur et sa misère, et à son petit peuple. La plume agile de l'auteur est un délice, avec un humour malicieux, pour narrer ce qui ressemble à la chronique d'une tragédie annoncée mais parsemée de notations drolatiques et de personnages hauts en couleur. Et au milieu, coule un flot de touristes, qui ne voient rien d'autre que l'attrait exotique des charmeurs de serpents et des ruelles encombrées. Grâce à Mahi Binebine, ce voyage au coeur de Marrakech nous restitue un peu de l'âme de cette ville magique et chaotique.
Lien : https://cinephile-m-etait-co..
Commenter  J’apprécie          150
Un livre ouvert ressemble toujours à une surprise. de quoi allait nous conter Mahi Binebine artiste protéiforme marocain avec le jeune Kamal dont le corps abrite deux personnages antagonistes ? Si je m'en tiens à la quatrième de couverture, il aurait fallu que j'y trouve « un conte social et initiatique », un genre classique de la littérature qui peine ici à se renouveler, à innover, à surprendre, tant par le style aussi plat que le ciel des cartes postales est bleu – ce livre entre aisément dans la catégorie « lecture facile » que l'on retrouve dans beaucoup de bibliothèques aujourd'hui –, et les propos convenus du genre, « Ils se joignirent à nous. Ensemble nous fêtâmes le rayon de soleil que le ciel nous envoyait au beau milieu de la tourmente. » (page 151)
Quelques observations intéressantes et justes : élastique croisé dans le dos des femmes qui relève les manches longues de leur vêtement quand elles cuisinent ou lessivent, même si cela ne se fait plus depuis longtemps ; quelques piques sur l'emprise touristique à Marrakech salvatrices et bien menées « La première escale avait lieu traditionnellement chez les « nomades aux portes du désert » : deux vieilles tentes berbères plantées au milieu de nulle part, des hommes bleus cultivant le mystère qui s'affairaient à regarder le néant en position de carte postale. Ils prenaient soin de garer leur voiture dans le village voisin, effaçant tout signe de civilisation alentour. le plus dynamique de la bande préparait à son rythme un thé à la menthe à trente dirhams la gorgée. Les pattes attachées par une corde, trois malheureux dromadaires étaient eux aussi nomades à cet endroit depuis la nuit des temps. Venait ensuite le déjeuner avec des rituels du siècle passé, le folklore et d'autres cérémonies ponctuées de pauses photo à n'en plus finir » (pages 174/175), mais tout cela demeure bien terne, maigrichon, insuffisant, pour obtenir même une étoile.
Commenter  J’apprécie          10
Prenant prétexte d'un cohabitation schizophrène dans e corps de Kamal, l'auteur nous donne une version de la jeunesse au Maroc, avec ses rapports familiaux, à l'autorité, au religion et à la délinquance. C'est bien écrit et agréable à lire. Cependant, rien de nouveau n'apparaît ni dans les faits ni dans l'analyse. Cela fait donc redite, selon mon impression.
Commenter  J’apprécie          90
Ce livre raconte la vie de Kamal atteint d'un trouble de la personnalité qui vit à Marrakech avec sa famille.
Kamal était prédestiné à un bel avenir mais les chaos familiaux en ont décidé tout autrement.
Nous le suivons dans les recoins de Marrakech, sa place El jemaa el fa, la médina, les rues sombres et tous les attraits touristiques sont racontés.
L'écriture est fluide , mais parler de soi en disant "nous " m'a fortement dérangé.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Bibliobs
06 juillet 2022
Merci à Mahi Binebine pour ce roman d’une profonde humanité. Le propre d’un vrai écrivain, c’est de savoir écrire et décrire. Mahi dispose de cet art incontestable.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Mais s'il concevait le moindre soupçon de vol, le coupable était perdu. On l'entraînait la nuit vers l'esplanade des puisards et, tandis que deux gaillards le maîtrisaient, un troisième lui ôtait son pantalon en un tournemain. C'était toujours Omar qui, dégainant son sexe raide, enfourchait en, premier le malheureux. Venait ensuite le tour du reste de la bande chauffée à blanc, rugissant face au gamin qui avalait la poussière, nu, à demi conscient. Puis, on ébruitait l'affaire pour que la victime disparaisse à jamais de la Grand-Place.
Commenter  J’apprécie          110
En réalité, nous étions ce qu'il y avait de plus ordinaire en terre de Maure: la taille moyenne, les cheveux crépus envahissant une figure mate, presque noiraude, ni déplaisante ni en droit de prétendre à une quelconque grâce. Le tout composant une silhouette bien de chez nous, transparente et résignée.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Mahi Binebine (2) Voir plusAjouter une vidéo

Mahi Binebine : Cannibales
Depuis un café de la banlieue de Fes au Maroc, Olivier BARROT présente "Cannibales" de Mahi Binebine, la destinée funeste de candidats à l'exil vers l'Europe.
autres livres classés : marocVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (35) Voir plus



Quiz Voir plus

Petit quiz sur la littérature arabe

Quel est l'unique auteur arabe à avoir obtenu le Prix Nobel de littérature ?

Gibran Khalil Gibran
Al-Mutannabbi
Naghib Mahfouz
Adonis

7 questions
64 lecteurs ont répondu
Thèmes : arabe , littérature arabeCréer un quiz sur ce livre

{* *}