AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782277330271
126 pages
Éditeur : J'ai Lu (04/01/1999)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Vous vous souvenez de nos amis les Bidochon n'est-ce pas... ce brave petit couple franchouillard... Et bien Kador, c'est leur chien.

A peu près aussi malin et futé que ses maîtres, Kador ne connaît rien à la vie de chien... Robert a donc entrepris de lui enseigner ce que c'est que "La Vie"....

A travers 10 histoires nous découvrons à quoi ressemble le quotidien de Kador chez les Bidochon... 10 petites histoires où la bêtise de ses maîtr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  10 décembre 2012
Il aime la lecture et en particulier la philo, utilise proprement les toilettes, ne drague pas... Un jeune homme bien sous tous rapports, quoi ! Moui... sauf qu'il s'agit du chien du couple Bidochon, alors il a intérêt à changer vite fait de comportement : se soulager contre un lampadaire, ou en tout cas dans la rue, renifler ses congénères femelles, faire le beau, aboyer sur les importuns, rester tranquille devant 'Questions pour un Champion', etc. Robert s'y emploie, à grand renfort de démonstrations... Je vous laisse imaginer la finesse...
Humour gras, scato, premier degré. Nul clin d'oeil à la société et à nos travers, comme dans les albums que j'ai pu découvrir récemment, juste de la connerie de beauf à l'état pur. Raymonde est beaucoup plus mégère qu'aujourd'hui, moins sympathique, et apparaît souvent lourdement (heum) dénudée.
J'avais lu cette BD et quelques autres de l'auteur à leur parution, je n'en gardais aucun souvenir. Je comprends mieux, après relecture, pourquoi j'ai laissé tomber les Bidochon pendant une vingtaine d'années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MonsieurHyacinthe
  02 janvier 2020
Rien de bête chez cet animal-là, tout de sophistiqué. Kador s'assoie volontiers quand ses maîtres lui ordonnent, mais sur tabouret, un fauteuil ou une chaise. Kador apprécie l'art. Kador lit. Kador apprend. Kador déguste. Kador prend un sucre, oui, mais dans une tasse de thé. Kador préfère « La critique de la raison pure » à « Intervilles », l'esprit de sérieux à la bagatelle.
N'insistez pas, ce chien-là a du flair pour le raffiné, du goût pour la culture : il n'a qu'une déveine, mais de taille : trôner chez les Bidochon ! D'autant que Robert s'est mis en tête d'en faire un vrai chienchien à son maîmaître. La cohabitation s'annonce autant périlleuse que douloureuse.
Souvent graveleux, salace sur les bords, la veine « Fluide Glacial » est clairement assumée ici. Ce premier tome est moins inspiré que dans la série des Bidochon, plus sociale (mais il me semble que les d'autres tomes de Kador s'envolent). On est davantage dans la grivoiserie, bien qu'il perce toujours des détails qui illuminent le lecteur, parce que l'auteur a un savoir-faire d'habile artisan et de l'humour à revendre.
J'apprécie particulièrement chez Christian Binet les mises en abime, les trouvailles de forme, le narrateur qui dicte les actions aux personnages, les personnages qui lui répondent, qui sortent leur script pour lire leur texte, tout un tas de jubilations conceptuelles qui détournent les codes de la BD et nous font toucher le dessinateur derrière l'histoire.
Malheureusement, c'est un peu le bémol de ce premier tome : la forme est plus forte que le fond. Les personnages humains ne sont pas rendus sympathiques, trop d'animosité vacharde et gratuite ternit notre affection pour eux. le célèbre couple de ringards connaît davantage de complicité et de finesse dans d'autres ouvrages. On sent plus l'exercice de style dans ces pages que la chronique humaine. Mais Kador reste un beau laboratoire de techniques narratives, à étudier pour qui apprécie la BD. de plus, la galipette finale est très sympathique et donne envie de lire d'autres tomes du chienchien à son maîmaître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BVIALLET
  21 avril 2012
Le couple Bidochon a un chien assez atypique nommé Kador. Il regarde des émissions de télévision hautement culturelles, lit des livres de philo et est encore puceau. Robert décrète qu'il est temps de connaître la vie et lui montre comment s'y prendre. Après des débuts difficiles (Kador ramène une chatte, une ratte ou une pantoufle), le chien finit par rencontre une jolie petite chienne dont il tombe amoureux... Robert trouve son chien trop propre. Il va faire ses besoins aux toilettes et se sert de papier hygiénique. Il veut lui apprendre à se soulager sur un réverbère ou dans un caniveau... Robert veut lui apprendre un tour facile : garder un sucre en équilibre sur le museau et ne le manger qu'à un signal donné... Kador est un piètre chien de garde. Pour ne pas être dérangé par les ronflements des Bidochon, il dort avec des boules quiès dans les oreilles. Comme il n'entend rien, il n'aboie pas quand pas les cambrioleurs sont là.
Neuf aventures désopilantes d'un pauvre chien sur lequel l'abominable couple de beaufs moyens passe ses nerfs. Quoi qu'il fasse il a toujours tort. Il ne sort jamais du rôle de souffre-douleur. Ses malheurs la plupart du temps dus à la bêtise crasse de ses maîtres font beaucoup rire. le trait est noir, caricatural et le ton décalé et ironique. Ce « Kador » est du niveau de la célébrissime série des Bidochons. En prime, Binet propose une préface pleine de parallèle fumeux entre le rock et la genèse de son héros canin (Du rock fort, Kador !), une prière au Loto (« O, Loto, qui dans le coeur de vos fils daignez nous ouvrir avec tant de bonté votre trésor infini, accordez-nous de nous offrir en même temps que le pieux hommage de notre ferveur, le tribut d'une digne rémunération, au nom du vrai loto qui vit et règne en l'unité du saint esprit dans les siècles des siècles. Amen ») et une postface de quatre pages « pour comprendre comment il fut amené à créer le personnage de Kador après avoir commencé par un microbe (Crocrobe, le microbe) puis une araignée (Gnégnée, l'araignée à rainure), une limace (Mami, la limace malicieuse) et enfin un asticot (Coco, l'asticot asticoteur ). Toujours aussi génial ce Binet !
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bdalex
  08 juin 2013
Disons le de suite. Bien avant le chat d'un certain rabbin, il y eut un chien nommé Kador qui lisait Kant dans le texte.
Et tout comme son compère félin plus tardif, mais pas moins intelligent, Kador s'est trouvé être immensément plus intelligent que ses maîtres.
Vous me direz que ce n'est pas difficile puisque ce sont les beaufs de la BD, nos amis les Bidochons.
Oui, sans doute, mais quand même, il faut être sacrément philosophe, et ne pas se cantonner à Kant pour supporter ces humains si communs.
Je rêve de partager ma vie avec un chien comme Kador et un chat comme celui du rabbin. Les journées et les soirées seraient follement enrichissantes, et drôles.
Commenter  J’apprécie          50
Floccus
  20 décembre 2014
Je me suis récemment installée dans un nouveau village, fort calme en apparence mais recelant des vices cachés. Chasseurs de rats nocturnes et incarnations de Bidochons n'ont pas tardé à se montrer. Un couple de ces derniers, notamment, nantis d'un chien d'une taille respectable m'a irrépressiblement rappelé l'oeuvre de Binet.
Kador est un personnage richement construit. Entre érudition et misère sexuelle, un monde de situations s'ouvrent à lui. Certains sketchs sont très drôles. D'autres virent à la bouillabaisse. D'autres encore plongent dans des mises en abîme lassantes. J'aime me laisser prendre par les personnages, les histoires, et ces soudains décalages - très prisés du courant Fluide Glacial - m'agacent plutôt qu'autre chose.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MonsieurHyacintheMonsieurHyacinthe   02 janvier 2020
« (…) Hier encore, on m’a prise pour Marilyn Monroe. Même de dos, je trouve ça flatteur ! Et même si la rue était mal éclairée ! Et même si le type était myope ! Et même si Marilyn Monroe est morte ! Na ! (…) » (p. 37).
Commenter  J’apprécie          20
lehibooklehibook   19 novembre 2020
Allez, Zou, dehors et ne reviens pas avant de t'être planté dans l'intimité d'une de tes semblables!
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Christian Binet (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Binet
Christian Binet publie le 22e opus des aventures De Robert et Raymonde : "Les Bidochon relancent leur couple". Il explique ici comment il s'y est pris pour les dessiner : Plus d'informations sur la BD : https://www.franceinter.fr/livres/christian-binet-dessinateur-des-bidochon-enfant-le-dessin-etait-mon-seul-echappatoire Plus de vidéos : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : chiensVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Au pays merveilleux des Bidochon.

Les Bidochon apparaissent pour la 1ère fois comme personnages secondaires dans quel magazine (n° 11) ?

Charlie Hebdo
Pif Gadget
L'Echo des Savanes
Fluide glacial
Le Chasseur français

10 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : Christian BinetCréer un quiz sur ce livre