AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2858158266
Éditeur : Audie-Fluide glacial (11/01/2008)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 66 notes)
Résumé :
Lui, c'est Robert. On le reconnaît facilement: béret, bretelles, bedaine. Elle, c'est Raymonde, sa femme. À eux deux, ils forment un couple déprimant: les Bidochon. Déprimant, mais furieusement drôle. Depuis que Binet, l'un des auteurs du magazine d'humour Fluide glacial, raconte leur quotidien conjugal dans ses bandes dessinées, ils ont goûté à toutes les expériences du français moyen contemporain. Soit, entre autres, les habitations à loyer modéré, l'accession à l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  21 mars 2015
Rien ne va plus pour Robert! En plein milieu de la nuit, il réveille Raymonde à cause d'une vilaine toux. Elle lui propose alors une tisane, du sirop, une aspirine, un suppo ou une pastille, elle n'a pas l'air de comprendre que son mari est malade. Et il ne se gêne pas en le lui faisant savoir en hurlant. Ni une ni deux, elle appelle le médecin. Evidemment, à cette heure de la nuit, son cabinet est fermé. Heureusement que celui de garde est disponible. Seulement au bout de la 20ième sonnerie, il daigne lui répondre non sans lui faire comprendre que son coup de fil le tire de sa nuit. L'oeil pas bien, du sommeil dans les yeux, il arrive enfin et va pouvoir consulter notre pauvre Raymond qui se meurt. Après une brève consultation et un comprimé qui lui redonne sa jeunesse de 20 ans, le verdict tombe: une angine de poitrine qui peut entraîner un infarctus. Une petite opération, somme toute banale pour le médecin, s'impose et le séjour à l'hôpital s'annonce plus ou moins chaotique...
Bien mal lui en aura pris à ce cher Robert de tomber malade! Après ses dernières recommandations notées pour Raymonde, (on ne sait jamais, sans dramatiser, comment cela va se finir!), il prend la direction de l'hôpital. Evidemment, avec Binet, tout le monde en prend pour son grade: les femmes de l'accueil qui ne répondent pas aux appels des malades et ne cessent de papoter, les médecins qui ne s'adressent pas aux malades mais à la maladie, les femmes de ménage qui râlent, les aides-soignantes qui vous rappellent sans arrêt que vous devez rester en pyjama, les médecins (tiens, encore eux!) qui s'adressent à vous en utilisant le "il"... Toujours est-il que Robert ne compte pas s'éterniser d'autant plus que les pleurs ou les râles de ses voisins de chambre l'insupportent. Comme à son habitude, Binet écorche, gratte là où ça fait mal, non sans humour. Les situations sont drôles et cocasses. le dessin, quant à lui, est généreux et tout en rondeur.
Les Bidochon, bienvenue chez les blouses blanches!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
LydiaB
  14 septembre 2013
Voilà t-y pas que notre Robert, à trois heures du matin, hurle à tout-va qu'il va crever ! Affolée, Raymonde, par téléphone, sort du lit le médecin de garde aussi aimable que moi lorsque je me fais arracher une dent. le verdict tombe : angine ! Oh, non, pas le bobo qui vous rend les amygdales aussi gonflées que des punching-balls ! Une angine de poitrine. Une seule solution à cela : l'opération. Ah ! Que d'histoires dans les hôpitaux !
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
Commenter  J’apprécie          452
Crossroads
  31 mai 2012
La nouvelle vient de tomber , terrible , Robert serait au plus mal ! La santé de ce fier bipede , au corps d'Apollon sculpté par l'effort et appelé , sans nul doute , à concurrencer les doigts dans le béret 100% made in Béarn une Jeanne Calment lachement démissionnaire , décline . Angine de poitrine qu'il a dit le bon docteur ! Apres un test d'effort mythique - sur vélo Gitane 3 vitesses arbre à came en tete 3 poneys sous le capot - susceptible de faire palir d'envie le plus volontaire des grimpeurs chargé à l'EPO à l'insu de son plein gré , le diagnostic tombe , implacable , à toi les joies du pontage mon Roro ! Apres 10 ans d'un mariage exemplaire vient le temps provisoire de la séparation . A Raymonde les affres de l'angoisse et du doute . A Robert les inéffables petits plaisirs hospitaliers que sont les rales nocturnes , les pets tonitruants et incessants force 7 sur l'échelle de Richter , les infirmieres austeres systématiquement aux abonnées absentes et les visites de courtoisie , occasions judicieuses de commérages d'une vacuité abyssale ne manquant jamais de plomber un peu plus un moral deja peu reluisant ! Psy-cho-lo-gie...Merci Ségolène...
Binet opère sans anesthésie et taille à coups de scalpel incisifs dans un milieu médical débilitant et démissionnaire ! Déshumanisé à l'extreme , le patient perd alors toute identité ( "  il "  systématique ) pour ne devenir qu'une maladie clouée sur un lit d'hopital ! le médecin imbu , glacial et hautain ne manquera jamais de trouver les mots , à votre endroit , susceptibles de vous redonner une confiance proche de l'encéphalogramme plat ! Ne se déplaçant jamais sans sa cohorte de suce-boules , enfin d'apprentis médecin en pamoison , ce bon docteur à l'humanisme plus intéréssé qu'instinctif n'omettra jamais de vous conforter dans votre ignorance crasse et votre légitime appréhension en daignant , dans un élan de générosité touchant mal controlé , vous lancer doctement trois malheureux mots en un jargon totalement incompréhensible pour tout individu ayant betement omis de choisir médecine deuxieme langue ! Cocasses , désopilants ou touchants , les tableaux s'enchainent avec une justesse confondante , faisant la part belle au rire au détriment d'un milieu hospitalier glauque plus à meme de faire broyer du noir que de raviver l'espoir ! C'est encore tout bon...
Les Bidochon assujettis sociaux , un suppo effervescent et au lit...
3,5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
colimasson
  14 décembre 2012
Pauvre petit Robert est malade… Cela tombe bien, Raymonde, dont les instincts maternels n'ont jamais pu être assouvis par la possession d'un chérubin attitré, peut mettre son temps à profit pour s'occuper de son petit alité. Mais les moyens dont elle dispose pour exercer sa médecine sont bien modestes : entre sirop, eau de Cologne, suppositoires et Aspirine, Robert Bidochon a le temps de se croire mourir puis ressusciter à une fréquence infernale. Après une nuit agitée et un test d'effort au cours duquel Robert inscrira des performances bien médiocres, le diagnostic s'impose : angine de poitrine. Il faut opérer.

« Tu as entendu le docteur comme moi, y en a des milliards dans le monde, des opérations comme la mienne ! »

Robert s'échappe pour quelques jours du domicile conjugal afin d'investir l'espace plus anonyme de l'hôpital. Ici, l'on se distingue par ses cicatrices –signe que l'on a survécu au scalpel- mais aussi par la dangerosité de sa pathologie –qui se détermine par la longueur des lettres composant sa dénomination. Après le long sommeil de l'anesthésie, la traque aux distractions devient le nouvel objectif de tout patient. Les médecins blasés –monstres de science- deviennent des objets comiques bien malgré eux et les visites des proches et de la famille, dont le potentiel humoristique est beaucoup plus réduit, permettent malgré tout au temps de s'écouler plus rapidement. A l'extérieur aussi, on continue de clapser selon toute la régularité habituelle –et même davantage qu'à l'hôpital, semblerait-il !

Portant son béret jusqu'au terme de son opération, Robert Bidochon ressort de cette expérience ultime avec la fierté et l'honneur du guerrier vainqueur. Lorsque les Bidochon sont confrontés aux frissons du dernier souffle, le pathétique de leur existence vire au tragi-comique. Robert sortira-t-il métamorphosé suite à cette approche de la mort ? Spirituellement, rien ne semble avoir changé pour lui et nous pouvons présager sans crainte, pour les volumes suivants, de retrouver un Robert tout aussi Bidochon que dans les volumes précédents…si ce n'est qu'à présent, il peut se vanter d'avoir été adoubé à ce titre : « Surtout, penser que l'on est un grand cardiaque ! »
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
marmotte-g
  20 janvier 2018
Un humour au premier degre c'est ce que j'aime chez les Bidochons.
J'ai particulièrement bien aimé ce tome.
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   21 mars 2015
Le médecin: Allons-y, mademoiselle!
L'interne: Alors, ici, c'est monsieur Pelletier!
Le médecin: Pelletier, connais pas.
L'interne: Mais...
Le médecin: Pour moi, mademoiselle, il n'y a dans ce lit qu'une maladie. Car, voyez-vous, notre rôle exige que nous refusions toute relation fusionnelle avec le sujet, car elle ne ferait que nous masquer notre devoir: soigner, et nous détournerait de l'essentiel: le mal!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
colimassoncolimasson   18 décembre 2012
- Tu as entendu le docteur comme moi, y en a des milliards dans le monde, des opérations comme la mienne ! Alors, est-ce que tu veux ne pas dramatiser et écouter ce que j’ai à te dire !
- Oui.
- Bien. Tu vois cette enveloppe ? Dedans, je t’ai écrit mes dernières recommandations !
- Mais !!
- Des milliards dans le monde !! Moi, c’est seulement « au cas où » l’opération raterait ! Tu vois que tu dramatises !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
miladomilado   17 juillet 2012
( le médecin-chef aux aspirants médecins )
- Les caractéristiques du prinz-métal, je vous prie !
...
- Heu...ça... ça fait mal ?
- MOI, MONSIEUR, J'APPELLE ÇA UNE RÉPONSE DE PISSOTIÈRE !! Continuez à nous fournir des diagnostics comme celui-là, et vous finirez tout droit à la médecine du travail !!
Commenter  J’apprécie          50
colimassoncolimasson   16 décembre 2012
- Je l’ai vu verser de la mort-aux-rats dans mon eau minérale !
- On voit de ces drôles, je te jure !
- La pauvre ! J’espère que plus tard, je deviendrai pas comme ça !
- Et pourquoi tu deviendrais comme ça, hein ?
Commenter  J’apprécie          30
JuinJuin   24 octobre 2012
"...Binet....Binet..." dit l'infirmière en consultant son registre.
" Ah, non il est mort ce matin ! Vous êtes de la famille ? me demanda-t-elle.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Christian Binet (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Binet
Haut-de-Gamme 2 ou quand le créateur des Bidochon "s'attaque" à la musique classique... Christian Binet offre aux amoureux de musique, de bande dessinée et d'humour, un album truculent sur la musique classique, sa passion. Haut-de-Gamme tome 2 chez Dargaud http://www.dargaud.com/bd/Haut-de-Gamme/Haut-de-gamme/Haut-de-gamme-tome-2-Ma-non-troppo (Musique par Christian Binet lui-même : Prélude en Ré bémol majeur pour cordes)
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Au pays merveilleux des Bidochon.

Les Bidochon apparaissent pour la 1ère fois comme personnages secondaires dans quel magazine (n° 11) ?

Charlie Hebdo
Pif Gadget
L'Echo des Savanes
Fluide glacial
Le Chasseur français

10 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : Christian BinetCréer un quiz sur ce livre