AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Inès Jorgensen (Traducteur)
EAN : 9782265087224
456 pages
Fleuve Editions (11/02/2010)
3.24/5   265 notes
Résumé :
Nichée au coeur de Copenhague se trouve une vieille librairie au nom italien : Libri di Luca.
Son propriétaire, Luca Campelli, vient de mourir de manière très abrupte et pour le moins... étrange. C'est Jon, son fils, avec qui il a rompu tout contact depuis 20 ans, qui hérite du magasin. Entraîné malgré lui dans l'histoire familiale, Jon découvre bientôt que cette librairie renferme un secret fabuleux. Son père était en fait à la tête d'une société de "lettore... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (71) Voir plus Ajouter une critique
3,24

sur 265 notes

missmolko1
  01 mars 2013
Il y a longtemps que je souhaitais découvrir ce roman et surtout m'en faire ma propre opinion car les critiques sont plutôt mitigées. Avec le mot librairie dans le titre, la photo d'un livre en couverture forcément les amoureux de lecture ne peuvent qu'être tentés et moi aussi j'ai succombé a la tentation et donc commencer la lecture.
J'ai beaucoup aimé l'écriture de l'auteur que j'ai trouvé agréable et captivante mais j'ai trouvé le roman en lui même, creux et pas assez palpitant. Il manque un petit quelque chose pour passionner le lecteur.
Les personnages auraient pu être davantage travaillé ou faire en sorte qu'il soit plus attachant, car le personnage de Jon par exemple ne m'a pas touché. Je n'ai ni sentiments positifs ou négatifs à son égard, juste de l'indifférence.
Dommage car comme beaucoup de lecteur, je crois que je m'attendais à mieux!
Commenter  J’apprécie          290
marlene50
  14 septembre 2022
Depuis toujours, quand je lis, je m'en vais dans un autre monde et je donne vie aux personnages, aux sons, aux couleurs, aux paysages ; je vis ce que je lis.
Le livre et son contenu sont un baume sur les "bobos" de la vie ... comme ces fleurs de lys, imbibées d'alcool et d'huile, qu'on m'appliquaient sur mes genoux écorchés !
Entrez dans la Bibliothèque de la Famille Campelli !
Découvrez le pouvoir de la lecture, le pouvoir des mots, le pouvoir des "Lettore", leur force mentale, leurs paroles qui envoûtent les esprits attentifs et doués d'une sensibilité particulière.
La Librairie des Ombres cache des membres aux pouvoirs exceptionnels, et une Société Secrète opère dans l'ombre et n'hésite pas à user de tous ses pouvoirs d'intimidation, de force , allant même jusqu'à la mort pour parvenir à ses fins.
Cette histoire m'a totalement absorbé, et même s'il y a eu quelques lenteurs dans la narration, je me suis imaginée dans cette bibliothèque, et j'ai senti les vibrations tour à tour merveilleuses et inquiétantes transmises à travers la lecture et l'impact des mots.
Elle ne peut qu'agir sur la conscience des amoureux des livres.
Manipulation d'un songe éclairant !
Les livres ont ce pouvoir formidable d'évasion dans un Autre Ailleurs !
Les livres vous font tout oublier l'espace d'une longue et lente respiration !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          256
pdemweb1
  09 septembre 2014
A partir de la quatrième de couverture, j'espérais un roman renouvelé du " Nom de la rose" d'Umberto Eco.
Je ne m'attendais pas à un livre de science fiction avec des lecteurs aux pouvoirs surnaturels,
Je ne m'attendais pas à une théorie du complot avec une frontières des bons et des mauvais si bien défini
Dommage ! le livre a le mérite m'avoir donné envie de visiter sur internet la nouvelle bibliothèque d'Alexandrie : La Bibliotheca Alexandrina !
Cette bibliothèque est vraiment magnifique
Commenter  J’apprécie          290
bilodoh
  24 janvier 2014
Quels sont les mystérieux pouvoirs qui se cachent dans les livres? Quelle est cette sombre conspiration qui asservit les lecteurs? La tour de Babelio serait-elle une « tour infernale »?
Une amoureuse des livres peut difficilement résister à un roman policier dont le théâtre est un lieu rempli de bouquins! Mais « La libraire des ombres » décevra les amateurs de polar réaliste, car avec les « pouvoirs » l'ouvrage tient davantage du fantastique.
Une petite virée à Copenhague, une libraire dans laquelle travaille une dyslexique incapable de lire, un mystère basé sur la magie de la lecture, ce livre possède les ingrédients d'un best-seller.
Si ces bonnes idées n'en font pas un grand roman et si la fin apocalyptique me laisse un peu sur ma faim, il pourra plaire aux amateurs de suspense et de complot.
Commenter  J’apprécie          240
Satine
  24 décembre 2010
C'est le premier roman du danois Mikkel Birkegaard dont la profession est ingénieur informaticien. Il est rare que je choisisse moi-même les livres que je lis. Mon compagnon connaît mes goûts et m'offre souvent des livres qui me passionnent. Ce livre a attiré mon regard alors que la couverture est sobre à l'exception peut-être du titre écrit en rouge. Ce qui a poussé ma main à le choisir est la question posée verticalement sur la première de couverture « Et si la lecture pouvait tuer ? ». Les questions se sont alors bousculées dans ma tête pour tenter de trouver l'intrigue du roman : un livre magique ou satanique ? Des pages empoisonnées comme dans « le Nom de la Rose » d'Umberto Eco ? de la poudre volatile placée au creux des pages comme dans un épisode de « NCIS » ? Intéressant. Puis voila ce que la quatrième de couverture dévoile :
Nichée au coeur de Copenhague se trouve une vieille librairie au nom italien : Libri di Luca. Son propriétaire, Luca Campelli, vient de mourir de manière très abrupte et pour le moins... étrange. C'est Jon, son fils, avec qui il a rompu tout contact depuis 20 ans, qui hérite du magasin. Entraîné malgré lui dans l'histoire familiale, Jon découvre bientôt que cette librairie renferme un secret fabuleux. Son père était en fait à la tête d'une société de «lettore», des personnes dotées d'un pouvoir exceptionnel leur permettant d'influencer la lecture des autres, de créer des mondes merveilleux, de donner naissance à des histoires extraordinaires... mais aussi de manipuler jusqu'au meurtre. Plus Jon avance dans ses recherches, plus il se persuade que la mort de son père n'a rien de naturel. Dissimule-t-elle une lutte de pouvoirs au sein de cette société secrète ? Y a-t-il un traître parmi ses membres ? Quelqu'un cherche-t-il à s'emparer de leur don incroyable ? Afin de rassembler les morceaux épars de son passé et retrouver les assassins de son père, Jon se lance dans une quête acharnée qui va se révéler risquée... Et si Luca l'avait volontairement écarté de cette société aussi mystérieuse qu'inquiétante, où les livres ont le pouvoir de changer le cours de la vie ?
Personnellement, je trouve que la quatrième de couverture en révèle trop et cela gâche un peu tout. Je me serais arrêtée à « un secret fabuleux », histoire de laisser l'éventuel lecteur en appétit. Peut-être que le fait d'évoquer déjà les « lettore » et leur pouvoir attirerait davantage les amateurs de paranormal ou de fantastique mais selon moi c'est une erreur. Les questions posées révèlent aussi trop de choses et je pense qu'elles n'avaient pas leur place. Par contre, ce qui m'a tentée c'est bien évidemment le décès mystérieux et l'enquête.
Cette dernière ne déçoit pas et, bien au contraire, elle nous amène à des interrogations répétées, des suppositions sans cesse renouvelées dans un univers inconnu puisque, sauf erreur de ma part, c'est la première fois que ce don est évoqué. C'est un pouvoir intéressant qui maintient notre attention et l'on comprend bien vite qu'il est au coeur de toute l'affaire, logique même enfantin. Je ne vous mentirai pas : trop de choses se découvrent avec aisance, l'origine des tensions avec son père est évidente et forcément le pouvoir fait des envieux. Mais il nous reste tout de même pas mal de pistes à explorer : qui sont ces envieux ? Que comptent-ils faire avec ce pouvoir ? Comment espèrent-ils le posséder ou l'utiliser ?
Heureusement les suspects sont nombreux, les fausses pistes sont disséminées avec brio et l'attitude du héros reste plausible. L'auteur nous emmène malgré tout et sans temps mort dans la tête et sur les pas de Jon, on partage ses découvertes, ses surprises, ses sentiments, on enquête avec lui et on se fait parfois avoir. Ce n'est pas un excellent roman car il y a, à mon goût, trop de facilités, mais l'enquête reste intéressante et l'univers passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
pdemweb1pdemweb1   09 septembre 2014
L'explication d'Iversen, la démonstration, ainsi que les visions qui l'avait submergé quand il s'était retrouvé seul dans la bibliothèque , semblait à présent irréelles et très lointaines. Il avait dû aller chercher le livre, Fahrenheit 451, dans la poche de sa veste, seule preuve tangible que cela avait eu bien lieu, mais , après tout, ce n'était qu'un livre tout à fait ordinaire qui semblait bien inoffensif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
marlene50marlene50   13 septembre 2022
La bibliothèque alexandrine, dit Iversen derrière elle. Sans doute l'une des plus célèbres de l'Antiquité, à présent reconstruite dans le même esprit : collecter le savoir et le rendre accessible à tous. (il soupira). Espérons qu'elle ne subira pas le même sort que la bibliothèque d'origine. Des textes inestimables ont été perdus à la suite de guerres, de pillages et d'incendies. On dit que les plans de la pyramide de Khéops se trouvaient dans la bibliothèque. Imaginez ! Qui sait le nombre d'oeuvres importantes dont nous avons été privés à cause de l'avidité du feu et de la bêtise des hommes ? Des oeuvres qui changeraient notre conception de l'histoire, de la culture et de la science ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
genougenou   20 janvier 2017
[...] la charme d'une librairie ancienne [est] justement de passer du temps à fouiner et à se laisser surprendre.
Commenter  J’apprécie          480
leluezleluez   08 mars 2017
La lecture va bien au-delà des mots. C’est la sensation que l’on éprouve en tournant les pages, en sentant le papier sous ses doigts, en le reniflant, en prenant conscience que d’autres l’ont lu avant nous et qu’ils en portent encore les traces. Si vous êtes attentif à toutes ces choses, vos lectures se révéleront bien plus intéressantes là-bas qu’ici.
Commenter  J’apprécie          140
leluezleluez   25 janvier 2017
Si, justement, s’exclama l’homme en posant son index sur la table. La lecture peut être gênante, je dirais même dangereuse. (Il leva sa bouteille mais s’arrêta au milieu de son geste.) Et pas seulement pour ceux qui lisent, aussi pour ceux qui sont à proximité… la lecture passive, c’est pas une blague.
Commenter  J’apprécie          150

autres livres classés : littérature danoiseVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus

Autres livres de Mikkel Birkegaard (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
136 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre