AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2737346290
Éditeur : Editions Ouest-France (17/03/2009)

Note moyenne : 4.46/5 (sur 12 notes)
Résumé :

En nous invitant à la table au Moyen Age, Eric Birlouez nous entraîne dans univers d'une éblouissante richesse sensorielle et symbolique. A la table des seigneurs, les plats étaient parfois colorés en jaune orangé ou en rouge vif. Ils étaient généreusement assaisonnés de coûteuses épices aux subtils arômes. Certains mets présentaient un degré de raffinement inouï, tels ces cyg... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
JCLDLGR
  05 août 2019
Ce petit livre trace avec humour les habitudes alimentaires, les aliments et leur préparation, les rituels et les normes, dans une langue vive et imagée, exempte de tout intellectualisme. Des puissants aux paysans en passant par les moines, l'auteur reconstitue les repas de nos ancêtres en déconstruisant les idées reçues (On mangeait épicé, les paysans mangeaient de la viande...).
Avec beaucoup de références au langage issu de la table, aux habitudes qui perdurent, l'auteur nous replonge dans des souvenirs de tables de nos grands parents, pour ceux qui ont connu les campagnes françaises dans les années 50 er 60.
Il manque juste un chapitre sur les habitudes alimentaires des villes.
Commenter  J’apprécie          110
Andarta
  17 juillet 2013
J'aime cette petite collection pour sa capacité à mettre en lumière des aspects peu connus de l'Histoire, notre Histoire, et pour sa très riche iconographie.
Ce titre ne déroge pas à la règle. L'auteur nous présente de façon aussi détaillée que possible en ces quelques pages ce que nos ancêtres trouvaient sur leur table. Il est à noter qu'il a d'ailleurs plus mis l'accent sur les repas de la noblesse que sur ceux du reste de la population, qui, il est vrai, n'avait pas forcément la variété comme choix au menu.
Alors, que mange-t-on chez un seigneur ou une dame de la noblesse ? Eh bien ! Des choses surprenantes, ma foi ! On aime les épices, on aime les goûts forts et les plats colorés, on aime aussi montrer sa puissance et surprendre ses invités, alors l'hôte se doit de multiplier les plats dans chaque service et d'y caler les « entremets », en une profusion alimentaire qui nous laisserait, nous, pauvres estomacs modernes, pantois et peut-être même, absolument accablés.
A travers cette plongée gastronomique, c'est aussi une autre façon d'explorer le Moyen Age qui sort des sentiers battus, une approche différente où chaque aliment avait tout autant un rang social que l'individu. La surprise est souvent de mise : notre point de vue moderne n'a absolument plus rien à voir avec celui de cette époque-là ! le dépaysement est donc garanti et le style clair et aisé facilite d'autant plus ce voyage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Elphe07
  25 mai 2015
Un ouvrage à la fois simple et complet pour mieux comprendre et connaitre l'alimentation de la société médiévale et le rôle important qu'elle occupe, d'indicateur de pouvoir en passant par les remèdes de médecine. Une première approche très claire qui correspond tout à fait à ce que je cherchais. de plus, les illustrations agrémentent efficacement la lecture.
Commenter  J’apprécie          60
raynald66
  12 juin 2015
Livre très intéressant sur la nourriture à l'époque médiévale. Ca m'a rappelé les fêtes médiévales dans la région du Lot (et ailleurs) où j'avais eu l'occasion de manger des gâteaux de cette époque et boire aussi le célèbre hypocras
Commenter  J’apprécie          60
IsaLise
  30 mars 2014
Contrairement à d'autres ouvrages déjà lus, celui-ci évoque également la nourriture des paysans. Il est ainsi question de l'importance du statut social pour les aliments choisis. Ainsi on trouve trois grandes catégories : les paysans qui se nourrissaient essentiellement d'aliments jugés "trop près de la terre", les moines qui devaient éviter des nourritures trop charnelles suspectées d'éveiller à la luxure et les seigneurs qui consommaient des mets jugés plus élevés.
A l'intérieur du livre, de nombreuses enluminures illustrent celui-ci, elles permettent également de prendre contact avec cette époque révolue.
On y découvre des particularités peu ou pas connues. Par exemple, le terme "viande" ne désignait pas seulement la chair animale, mais toute nourriture. D'autre part un aristocrate jugé coupable d'un comportement indigne pouvait se voir interdit de manger de la viande (au sens actuel) durant une période ou toute sa vie.
On y découvre également l'origine de certains termes tels que "être trempé comme une soupe" puisque la soupe n'était pas ce bouillon que nous mangeons, mais un morceau de pain déposé dans l'assiette et sur lequel on versait un bouillon.
Quant au lait, il était considéré comme négatif, dangereux pour les adultes et réservé aux enfants, seuls des vieillards malades recevaient parfois une prescription médicale (les aliments étaient souvent choisis en fonction de la santé et de besoins médicaux) pour boire du lait directement au sein d'une femme !
De nombreuses autres anecdotes ou particularités sont ainsi relatées telles que les croyances entourant les épices. Mais je vous en ai assez dit, si vous souhaitez en savoir plus, à vous de découvrir à présent cet ouvrage ! ;)
Lien : http://apprendreavecbonheur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
raynald66raynald66   12 juin 2015
Le déroulement d'un festin médiéval

Le premier "service" s'apparente à notre apéritif moderne, mais un apéritif déjà copieux : les nourritures proposées y sont certes légères, mais elles sont nombreuses. Ce sont principalement des fruits de saison : fraises, cerises, prunes, mûres, raisins, pommes, mais aussi pêches, citrons ou figues produits localement ou importés des régions méridionales.
Des échaudés (gâteaux en pâte à pain cuits dans l'eau bouillante) peuvent être également être servis, de même que des mets salés : pâtés, boudins, saucisses... Ces fruits ou préparations sont accompagnés de vins épicés et doux. L'hypocras est très prisé : c'est un vin dans lequel on a lissé infuser différentes épices (cannelle, gingembre, noix de muscade, etc).
A côté des vins épicés et aromatisés aux herbes, on sert également des vins doux et légèrement liquoreux : grenache, muscat, malvoisie ou encore vins de Grèce, de Crète ou de Chypre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JCLDLGRJCLDLGR   04 août 2019
La plupart des familles rurales vendent au marché la majeure partie de leur recolte se froment (la céréale noble) ou, plus exactement, ce qu'il en reste après soustraction de la part due au seigneur local. Les céréales dont se nourrissent les paysans sont donc pour l'essentiel des céréales secondaires : seigle, orge, épeautre.
Commenter  J’apprécie          50
raynald66raynald66   12 juin 2015
Les livres de recettes médiévaux mentionnent un très grand nombre d'épices.
Certaines nous sont encore très familières, même si nous les employons aujourd'hui à des doses bien plus modestes qu'au Moyen Age :
cannelle, clou de girofle, noix de muscade, cumin, gingembre, safran, anis, poivre rond ou encore cardamone. D'autres épices, en revanche, sont beaucoup moins utilisées de nos jours, voire portent des noms qui nous sont totalement inconnus : le poivre long, le galanga, la graine de paradis, le macis, le spicnard, le cubède, le mastic, le citoual...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AndartaAndarta   17 juillet 2013
Au Moyen Age, le repas est le support privilégié de la distinction : il constitue un des moyens les plus efficaces pour manifester son statut et son rang social, afficher son degré de puissance, son prestige et sa richesse.
Commenter  J’apprécie          40
raynald66raynald66   12 juin 2015
Les racines (carottes, panais...) font partie du quotidien alimentaire du peuple mais elles sont dédaignées par les nobles en raison de leur statut de nourriture de pauvre et de leur lien avec la terre
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comment se porte votre Moyen-Âge?

Le Moyen-Âge a ses féministes! Auteure d’un livre sur l’art de la guerre, elle est surtout célèbre pour sa dénonciation de la misogynie dans le Roman de la Rose avec sa Cité des Dames.

Aliénor d’Aquitaine
Christine de Pisan
Marie de France
Olympe de Gouges

14 questions
195 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , littérature médiévale , littérature européenneCréer un quiz sur ce livre