AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Oubrerie Clément (Autre)
EAN : 9782205202762
88 pages
Dargaud (08/09/2023)
3.43/5   82 notes
Résumé :
Nous sommes en 1930 dans l'atelier de Picasso de la rue de la Boétie. Arrive Éluard, radieux. Dali dîne enfin avec sa femme, Gala. « Éluard n'est pas jaloux ? ? Non. », répond le poète. Picasso est sidéré et met en garde son ami : pour lui, Salvador Dali, du haut de ses 25 ans, est un drôle de coco, vieux et jeune à la fois, un peintre au talent sidérant, à l'intelligence vrombissante, prêt à tout... Et Picasso de croquer Dali en chat Mephisto, un chat qui prend vie... >Voir plus
Que lire après Dali, tome 1 : Avant GalaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,43

sur 82 notes
5
3 avis
4
14 avis
3
8 avis
2
2 avis
1
0 avis
Il n'était sans doute pas facile de faire une biographie de Dali, ce peintre de génie aussi fantasque que la folie. Il est déjà bien introverti à l'extrême durant sa jeunesse. Puis, il va virer à l'extraverti durant ses années de jeune adulte. A noter qu'il est considéré de nos jours comme le plus grand peintre du XXème siècle.

Il est intéressant de voir sa rencontre avec le jeune Luis Bunuel, futur cinéaste et surtout avec Federico Garcia Lorca, le poète surdoué. A eux trois, ils représentent le génie ainsi qu'une nouvelle vague surréaliste prêt à déferler sur l'Europe des années folles.

Je n'aime pas trop le déchanté mais cette biographie a juste ce qu'il faut comme grain de folie pour ne pas succomber dans le n'importe quoi lyrique et poétique. Il pose juste les bases de tout ce qui est créatif et qui va marquer son oeuvre.

On suit surtout son éducation artistique académique à Madrid suite aux derniers voeux de sa mère qui succombera à la maladie.

Évidemment, le point d'orgue sera dans le second tome avec la rencontre de la femme de sa vie Gala qui deviendra sa muse. Cette dernière était alors l'épouse du poète français Paul Eluard. On sait qu'il ne cessera de la magnifier et de la représenter comme un mythe vivant et une icône moderne.

J'ai bien aimé cette première partie qui demeure assez captivante tant la vie de cet artiste touche à tout est exceptionnel. Il est vrai que j'ai toujours aimé la peinture de Dali bien que je suis très fortement influencé par l'impressionnisme de Claude Monnet.

Bref, au-delà de l'excentricité, il y a l'art dans toute sa splendeur et des thèmes exploités sujets à controverse.
Commenter  J’apprécie          766
Dans les premières pages de cette BD, Picasso reproche à son ami Paul Eluard de laisser Dali lui "emprunter" son épouse, Gala. Ah, Picasso dans un rôle de conseiller conjugal : très drôle ! Picasso et les femmes - assurément un modèle à suivre ! (cf. 'La femme qui pleure', de Zoé Valdés)... Nous sommes à Paris, fin 1929.
Les auteurs nous font ensuite découvrir la jeunesse de Dali en Espagne, sa rencontre avec Luis Bunuel, Federico Garcia Lorca et Pepin Bello, au début des années 1920 à Madrid. 'Quatre garçons dans le vent'...
.
Encore un album biographique sur un artiste, qui s'adresse aux initiés. D'autant que le graphisme de Clément Oubrerie, bien que très agréable, ne permet pas de bien distinguer les personnages entre eux.
Le scénario est elliptique, et bon courage pour s'y retrouver si on ne maîtrise ni le contexte artistique & intellectuel des années 1920, ni les biographies de Dali, Bunuel, Lorca et Bello.
Donc aucun intérêt pour moi, je n'ai pas appris grand chose faute de références.
Il s'agit d'un premier tome. Je n'ai aucune curiosité pour la suite.
.
< lu dans le cadre du jury Cézam BD 2024 >
Commenter  J’apprécie          280
J'ai aimé le graphisme un peu vaporeux, le trait léger presque esquissé, marquant le manque d'assurance de la jeunesse, les couleurs usées apportant une patine début de siècle, j'ai aimé la lumière espagnole, trop claire, trop ensoleillée.

Mais voilà, est-ce que tout ça c'est Dali ? Je ne suis pas vraiment convaincu par cette vision de l'artiste, présenté, en accumulant une suite d'anecdotes diverses, comme un farfelu associable, ce qu'il était probablement, mais qui ne définit pas pour autant ses oeuvres. Je n'ai pas ressenti véritablement les raisons de son engagement artistique, et si ce qui le dénote et fait son art n'est que cette succession d'anecdotes, ça n'a pas grand intérêt. La scène avec Luis Bunuel, où ils imaginent le film “Le Chien Andalou”, me laisse une impression désagréable : ils sont dans un appartement mansardé et les idées ne semblent venir de nulle part, je trouve cette façon de décrire l'inspiration toujours très ridicule, comment peut-on présenter l'artiste comme un romantique dans des considérations sur l'Art Moderne dont les enjeux sont autres, non, l'Art, ce n'est pas juste un truc d'illuminés.

Il y a plein de détails sur la vie de Salvador Dali, mais ce que j'attends d'une bande dessinée sur un artiste, c'est qu'elle donne des clefs, des voies ou même une interprétation personnelle de son oeuvre car ce qui compte avant tout chez un artiste plasticien, c'est ce qu'il a produit et non sa vie. Ici, on a des tonnes de détails mais aucune interaction avec son oeuvre.

J'avoue que ce que j'ai appris ici sur lui, n'a pas un grand intérêt. C'est bien fait, bien raconté, bien dessiné, mais ça pourrait être n'importe quel artiste, ou même un artiste fictif, ça serait le même livre. Il y a une suite de prévue, parce qu'ici, il ne s'agit que des premières années, alors cela peut évoluer au fil des tomes, je garde espoir. Peut-être fallait-il mettre en scène son extravagance pour comprendre ce qu'il deviendra plus tard, mais ce premier tome est vraiment frustrant.
Commenter  J’apprécie          250
Voici mon retour de lecture sur la bande dessinée Avant Gala, premier tome de la série sur Dali.
Nous sommes en 1930 dans l'atelier de Picasso de la rue de la Boétie.
Arrive Éluard, radieux. Dali dîne enfin avec sa femme, Gala. « Éluard n'est pas jaloux ? ? Non. », répond le poète.
Picasso est sidéré et met en garde son ami : pour lui, Salvador Dali, du haut de ses 25 ans, est un drôle de coco, vieux et jeune à la fois, un peintre au talent sidérant, à l'intelligence vrombissante, prêt à tout..
Et Picasso de croquer Dali en chat Mephisto, un chat qui prend vie, se frotte aux jambes d'une Gala qui se baisse et le caresse, et le chat aussitôt de l'emmener avec lui dans son passé, sa jeunesse, et pour commencer à Figueras, ville de Catalogne.
Avant Gala est donc une bande dessinée sur le peintre Dali, présenté ici dans sa jeunesse, avant sa rencontre avec Gala. Celle ci est la femme de Paul Eluard et elle deviendra une muse pour Dali.
Mais avant, il va s'en passer des choses ;)
J'ai beaucoup aimé les dessins, la colorisation.
L'ambiance est très particulière, comme Dali l'était lui même.
J'avoue mal connaitre l'artiste et encore moins l'homme, d'où mon intérêt pour cet ouvrage.
Mon avis est toutefois un peu mitigé car j'ai beaucoup aimé les dessins, les couleurs ; mais j'ai trouvé ça un peu brouillon par moment.
Dali est un jeune homme difficile à cerner, je me suis parfois demandé où il allait m'emmener car il n'est pas facile de le suivre.
Quelle personnalité complexe, fascinante.
Quand à l'artiste.. je ne suis pas une grande amatrice d'art et je vous avoue ne pas trop savoir que penser de ses oeuvres !
Ce premier tome est très intéressant, surprenant mais à découvrir pour ceux qui ont envie de découvrir ou redécouvrir Dali.
Ce n'est pas un coup de coeur, mais je n'ai pas détesté non plus. Au contraire, je serais ravie de lire la suite quand elle sera publiée pour en apprendre plus sur cet homme complexe.
Ma note : quatre étoiles.
Commenter  J’apprécie          223
Une BD sympathique qui se lit d'un trait, recommandée pour les passionnés de l'artiste au parcours singulier.

L'histoire démarre dans l'atelier de Picasso, le lecteur est témoin d'une conversation entre Eluard et l'artiste impétueux. le premier est marié à Gala mais cette dernière a pris Dali pour amant, le second fustige et conseille au premier d'aller mettre une bonne raclée à l'amant! Mais Eluard est convaincu que sa femme ne fait qu'alimenter et épicer leur relation en prenant un amant, convaincu aussi qu'elle ne pourra jamais vivre sans son mari. Dans les deux cas on perçoit bien à quel point ces deux hommes collent à leur temps et combien ils se trompent au sujet de Gala qui ne fera que ce qui l'enchantera.
Mais ça ce sera certainement la thématique du prochain tome car le premier nous raconte l'histoire de Dali avant Gala.
Nous passons d'une conversation Eluard-Picasso à une autre entre Gala et Dali, ce dernier lui raconte son enfance à Figueras, sa scolarité un brin surréaliste, son entrée à l'école des beaux arts de Madrid qui se solde par un merveilleux échec (Dali n'écoute que son imaginaire), son inculpation pour gêne à l'ordre public (malgré lui), sa rencontre avec Bunuel, son refus des relations sexuelles (avec une femme ou un homme) et la réalisation du fameux Chien andalous.

Le dessin et les couleurs sont très soignés, le scénario atteste de la très bonne connaissance de la biographie de Dali et de Gala.

Un bon moment de lecture. En attendant les deux autres tomes qui composeront cette trilogie.
Commenter  J’apprécie          230


critiques presse (4)
ActuaBD
05 février 2024
Poursuivant son cycle de biographies en bande dessinée, le duo Julie Birmant [...] et Clément Oubrerie [...] réussissent ici un premier album vif et enlevé, particulièrement bien mis en couleurs par Sandra Demazières. On y découvre le jeune Dali « avant Gala », déjà particulièrement mégalomane, qui se cherche dans une Espagne qui ne va pas tarder à succomber au fascisme et à Paris, alors le cœur battant de l’art moderne. Une formidable série.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest
14 novembre 2023
Le rendu des atmosphères est empli de sensibilité et les visages, sans fard et en mouvement, accompagnent les dialogues surréalistes qui constituent l’ADN de l’album. [...] Ce "Avant Gala" s’avère totalement recommandable.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi
20 septembre 2023
Les auteurs offrent donc un récit stimulant et instructif, une gageure quand on sait ô combien Dalí est un peintre connu et aimé du plus grand nombre. Avec en prime un suspens qui clôt le premier tome : comment va-t-il tomber amoureux de sa muse, Gala, alors compagne du poète Eluard ?
Lire la critique sur le site : BoDoi
LigneClaire
14 septembre 2023
Textes et dessins affinés, peaufinés, quand on lit "Dali, tome 1 : Avant Gala", on embarque pour un univers trépidant, qui crépite sans un instant de répit, une découverte aussi de la grande richesse de l’œuvre et de l’homme parfois limité à une publicité devenue virale pour un chocolat.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
[ années 1920 ]
- Papa, je veux aller à Paris.
- ?! Pas question. C'est Sodome en pire.
(...)
- Il faut bien que j'aille au Louvre, que je rencontre Picasso !
- Tu n'as qu'à le rencontrer quand il vient voir sa mère à Barcelone.
- Bon, il faut que je t'avoue quelque chose... J'ai lu Sigmund Freud.
- Et ?
- Il conseille fortement de tuer le père.
(p. 68)
Commenter  J’apprécie          110
Sans elle, je me désintègre. Sans moi, elle se dissout.
Commenter  J’apprécie          320
Diego Vélasquez, un bon ami qui va sur ses trois cent dix ans. On a la même coiffure. Pour la moustache ?… Je vais y réfléchir.
Commenter  J’apprécie          50
Être parent, c'est renoncer peu à peu à tous ces rêves...
Commenter  J’apprécie          30
Voilà, ça c’est un film, Luis : l’abominable rencontre de nos rêves obscurs son titre : « il est dangereux de se pencher au dedans. » Ou plutôt en hommage à Lorca… Cette sale petite bête érotique… « Un chien andalou !
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Julie Birmant (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie Birmant
Le duo Julie Birmant et Clément Oubrerie à l'origine de "Pablo", la superbe biographie de Picasso récidive avec la vie non moins étonnante de Dali. Ici, les deux auteurs expliquent ce que raconte la BD, comment ils ont dessiné "Dali", quel était le héros de leur enfance, et donnent leur quatre références. ITW : Anne Douhaire Montage : Didier Mariani Son : Julien Chabassut Plus de BD sur France Inter : https://www.radiofrance.fr/arts-divertissements/bd-manga/bandes-dessinees Plus de vidéos de dessin sur France inter : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (130) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5221 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..