AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782203245525
208 pages
Casterman (23/11/2022)
4.14/5   1002 notes
Résumé :
Début des années 1930. Anaïs Nin vit en banlieue parisienne et lutte contre l'angoisse de sa vie d'épouse de banquier. Plusieurs fois déracinée, elle a grandi entre 2 continents, 3 langues, et peine à trouver sa place dans une société qui relègue les femmes à des seconds rôles. Elle veut être écrivain, et s'est inventé, depuis l'enfance, une échappatoire : son journal. Il est sa drogue, son compagnon, son double, celui qui lui permet d'explorer la complexité de ses ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (206) Voir plus Ajouter une critique
4,14

sur 1002 notes

marina53
  24 janvier 2021
Après avoir passé trois ans à Paris, Anaïs Nin et son mari, Hugo, viennent d'emménager à Louveciennes. Il est peu de dire que la vie new-yorkaise manque à la jeune femme. Mais elle est surtout triste pour son mari de le voir dépenser toute son énergie dans la banque, laissant ainsi tomber sa poésie. Alors, elle sera artiste pour deux, ne cessant d'écrire. Mais elle désespère de n'écrire que son journal. Ce qu'elle voudrait, c'est publier un roman. D'autant que la jeune femme étouffe dans sa propre vie, son journal et son double l'aidant et la soutenant au quotidien. Plusieurs femmes sont en effet en elle, l'une d'elles s'étant révélée dans la danse espagnole. Sa rencontre avec Henry Miller va encore la bouleverser...
Quel magnifique portrait que nous offre Léonie Bischoff... Sur le fond, l'on découvre la vie d'Anaïs Nin, une jeune écrivaine et diariste. de son installation en région parisienne à l'enfant qu'elle portera en passant par toutes les rencontres qui l'auront marquées (son mari, Hugo, son professeur de danse, Henry Miller et sa femme, Otto Rank, son père qu'elle a retrouvé...). Femme complexe qui se cherche, un brin torturée parfois, plus que jamais sensuelle, libérée, talentueuse, Anaïs Nin, à la fois forte et fragile, envoûte, séduit et surprend. Sur la forme, l'auteure nous offre de magnifiques planches aux crayons. Délicat, original, doux, voluptueux, son dessin est de toute beauté, notamment ses pleines pages fascinantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          711
Roggy
  20 mars 2021
Anaïs Nin a définitivement changé la vision très masculine que la société avait des écrivains en étant une des romancières pionnières dans le genre.
La publication de ses journaux intimes et de ses nouvelles érotiques un peu scandaleuses pour l'époque, qui offraient une vision profonde de sa vie privée tourmentée et de ses relations mouvementées et libérées a provoqué un véritable raz-de-marée dans le monde de l'édition.
La version non censurée de ses journaux n'a pu être publiée qu'après sa mort et celle de son mari.
Léonie Bischoff exprime merveilleusement les mouvements de vie intérieure d'Anaïs Nin à travers la force de narration de ses dessins, directe et silencieuse. Elle a parfaitement capté comment illustrer son univers particulier où rêve, fantasmes et réalité se mélangent. C'est sombre et complexe, parfois choquant, plein d'ombres et de lumière.
La création artistique atypique de la romancière est retranscrite avec beaucoup de sensibilité. La plume est très précise dans les gestes et les expressions, les émotions sont scénarisées et communiquent par leur gestuelle.
Les couleurs et la palette des crayons magiques aux mines multicolores où les couleurs primaires s'associent, s'embrouillent et se complètent, créent un univers onirique et fantasque, traduisant les fantasmes et pouvant choquer par leur réalisme et leur naturel.
Léonie Bischoff réussit un tour de force original et envoûtant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
Erik_
  28 janvier 2023
Pour lire cet album d'Anaïs Nin, il m'a fallu beaucoup de patience au niveau de son prêt auprès d'une médiathèque. Il peut arriver parfois que vous attendiez de longs mois de réservation mais que le lecteur qui vous précède ne rende finalement pas l'ouvrage en question. Il me semble qu'on n'envoie pas d'huissier pour cela. Au bout du compte, il m'a fallu passer par une autre médiathèque. Voilà pour la petite histoire.
Ce titre a plutôt été plébiscité par le public des lecteurs. Cela a tout de suite attiré mon attention. Alors, est-ce que l'attente valait le coup ?
On fait la connaissance d'une charmante jeune femme tiraillée entre plusieurs cultures et qui s'invente un nouveau langage au milieu des années 30 dans un Paris ouvert sur le monde artistique.
Elle souhaite devenir écrivain comme une échappatoire à une société fortement masculine. Son journal intime va devenir sa drogue et son compagnon. Il faut dire qu'elle n'est pas très heureuse avec son mari banquier qui a renoncé à ses rêves d'artiste ce qui ne l'enchante guère.
Elle refuse de monter sur scène alors qu'elle maîtrise totalement la danse du flamenco. Une femme qui se montre est une putain. Elle se mets des interdits à sa propre liberté, à sa propre expressivité. Puis, elle se libère enfin de ses carcans et c'est un véritable voyage érotique d'homme en homme qui va la faire grandir. Il y a tout un cheminement pour mener à l'éclosion artistique ou à la recherche de sa propre personnalité.
J'ai trouvé le dessin d'une grande sensualité dans les traits avec des personnages vraiment expressifs comme je les aime. J'aime le mouvement et non la rigidité des traits fixes. Cet album m'a littéralement comblé sur le plan graphique.
Sur le fond, j'ai beaucoup aimé cette biographie qui est totalement différent de ce que j'ai pu déjà lire dans la démarche ce qui constitue une réelle originalité qui distingue cette BD de toutes les autres. C'est à la fois passionnant et intime.
Je mets un gros bémol cependant sur la scène incestueuse avec le père dont elle tombe pourtant amoureuse avant de se raviser. On ne saura jamais s'il s'agit de la réalité ou d'un mensonge de plus dans sa vision fantasmée des hommes. Cependant, c'est le choix artistique de l'auteur qu'il nous faut respecter.
En tous les cas, un beau portrait de femme sensuelle certainement en avance sur son temps en terme de poly-amour mais dénué parfois de toute moralité. C'est entre une grande fragilité mais également une parfaite maîtrise de la sensualité. Oui, c'est réellement une femme libérée sans vouloir rechanter le refrain de « la reine des neiges » pour vous épargner.
Au final, une vision totalement magnifiée d'Anaïs Nin, qu'on acceptera ou pas selon ses convictions profondes. Cela ne laissera personne indifférent. Une lecture plaisante et construite avec qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          425
lemillefeuilles
  04 octobre 2021
Je ne connaissais Anaïs Nin que de nom et de réputation, et c'est une autrice et poétesse que je voulais découvrir depuis de nombreuses années... Mais je dois avouer qu'elle m'intimidait un peu.
Alors cette biographie en bande dessinée de Léonie Bischoff était la parfaite occasion de découvrir le personnage qu'était Anaïs Nin. Ainsi, j'ai connu ces histoires d'amour et de sexe, sa manière d'écrire, de se questionner sur elle-même, l'importance la psychanalyse dans sa vie...
Ce livre, c'est aussi un véritable objet graphique, aux couleurs et aux illustrations magnifiques. Léonie Bischoff apporte un côté onirique à l'histoire, à travers son coup de crayon... C'est vraiment cela qui m'a charmée, plus que ce qui était raconté !
Ainsi, cette bande dessinée m'a vraiment donné envie de lire les récits et poèmes d'Anaïs Nin, ce que je ferais sans nul doute un jour !
Commenter  J’apprécie          520
Kawane
  26 février 2021
Ayant entendu l'auteur en interview...qui racontait qu'elle avait consacré huit ans de sa vie pour cet album..je me suis laissée tenter.
Hormis les dessins magnifiques et le ton onirique..l'héroïne ne m'a pas franchement captivé..surfant un peu trop me semble -t-il sur " la parole libérée de la femme"...Anais Nin a connu Henry Miller et fréquente des gens célèbres certes, elle a écrit des premiers écrits érotiques et un journal intime que je l'ai lu..il y a longtemps et alors?.rien de transcendant, il manque un peu d'étoffe au personnage pour en faire une vraie porte parole....mais cela n'engage que mon commentaire..elle est très loin de la vie passionnante d'une Georges Sand où de Francoise Sagan!
Les planches restent très agréables à regarder.
Commenter  J’apprécie          472


critiques presse (4)
Sceneario   27 octobre 2020
Une biographie superbement réalisée par une artiste complète, à lire absolument pour sa féminité ambiante et ses accents de liberté.

Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   29 septembre 2020
Esthétiquement original, délicieusement amoral, pudique malgré le sujet traité, Anaïs Nin – Sur la mer des mensonges est à la hauteur de son ambition.
Lire la critique sur le site : BDGest
Telerama   22 septembre 2020
De son éclosion artistique à son “consentement sans limite”, la dessinatrice suisse s’est attachée à retracer l’itinéraire de cette précurseuse du polyamour.
Lire la critique sur le site : Telerama
LigneClaire   16 septembre 2020
Erotique, passionnée, amoureuse, amie et plus encore du couple Miller Arthur et June, Anaïs Nin est la figure de proue d’une époque singulière et méritait cet ouvrage documenté, chaleureux et charmeur que lui consacre Léonie Bischoff.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
Erik_Erik_   28 janvier 2023
Ma mère est danoise et cubaine, mon père est espagnol et cubain, et j'ai grandi entre la France et New-York... J'ai dû inventer mon propre langage !
Commenter  J’apprécie          150
LibertyBojanglesLibertyBojangles   23 janvier 2023
Je me sens innocente. Mes mensonges et mes costumes sont ma liberté. Si je ne me crée pas un monde par moi-même et pour moi-même, je mourrai étouffée par celui que d’autres définissent pour moi. Je n’ai plus peur des mensonges. Ma morale n’existe que lorsque je suis confrontée à la peine de quelqu’un d’autre.
Commenter  J’apprécie          00
LaSalamandreNumeriqueLaSalamandreNumerique   11 décembre 2020
Avec quelle facilité je me glisse d'un personnage à l'autre ! Je me sens innocente. Mes mensonges et mes costumes sont ma liberté. Si je ne me crée pas un monde pour moi-même, je mourrai étouffée par celui que d'autres définissent pour moi. Je n'ai plus peur des mensonges. Ma morale n'existe que lorsque je suis confrontée à la peine de quelqu'un d'autre.
Commenter  J’apprécie          150
RoggyRoggy   21 mars 2021
Si je ne me crée pas un monde par moi-même et pour moi-même, je mourrai étouffée par celui que d’autres définissent pour moi.
Je n’ai plus peur des mensonges
Ma morale n’existe que lorsque je suis confrontée à la peine de quelqu’un d’autre.
Commenter  J’apprécie          160
marina53marina53   24 janvier 2021
Les gens souffrent de leur folie parce qu'ils ne savent qu'en faire. Les artistes y plongent, s'en parent comme d'un costume, y découvrent d'autres vies.
Commenter  J’apprécie          190

Lire un extrait
Videos de Léonie Bischoff (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léonie Bischoff
1,2,3 BD ! Chez les libraires ! et JLM Assurances BD vous présentent les BD coups de coeurs de Jérôme de la librairie La Planète Dessin à Paris. Seizième printemps de Yunbo chez Delcourt La longue marche des dindes, Kathleen Karr, Léonie Bischoff, Rue de Sevres. Hypericon de Manuele Fior chez Dargaud 1,2,3 BD c'est le jeudi à 18h30 sur la chaine Youtube et les RS. Trait pour Trait parcourt toujours les librairies de France pour des conseils de lecture. #bandedessinée #Manga #BD #jeu #concours Retrouvez 1,2,3 BD ! Chez les libraires avec https://www.jlm-assurances.fr/! sur : https://www.youtube.com/TraitpourtraitBD https://www.facebook.com/TraitpourTraitBD https://www.instagram.com/traitpourtraitbd/ https://twitter.com/TPTBD
+ Lire la suite
autres livres classés : anaïs ninVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (1703) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1437 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre