AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Hoepffner (Traducteur)
EAN : 9782908024333
166 pages
Éditeur : Éd. Circé (30/11/-1)

Note moyenne : 4.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« Vers la fin de sa vie, Elizabeth Bishop soupçonnait que nombre des nouvelles qu’elle avait écrites n’étaient que des poèmes en prose. Certes, dans Une Folie ordinaire qui en comporte huit, certaines – tel ce chef-d’œuvre intitulé “Au village” – sont si riches de cette imprécision ou dualité du sens inhérentes à la poésie que, comme, les poèmes, toute tentative de les raconter est vouée à l’échec. Mais il y en a d’autres, d’un réalisme étrange, où une petite fille ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
chris49
  13 mai 2020
Elizabeth Bishop est une poétesse et une femme de lettres américaine (8 février 1911 - 6 octobre 1979).
Bien que l'essentiel de son oeuvre poétique ne comporte que deux volumes, elle est reconnue par ses pairs comme une poétesse majeure (pour les anglophones, « The Complete Poems 1927-1979 », New York, 1983, et « The Collected Prose », New York, 1984).
Son oeuvre, malheureusement trop peu traduite en France, se compose de poèmes et de récits qui sont ancrés dans le quotidien et l'observation concrète du monde. Rien de banal pour autant dans cette prose poétique qui éclaire d'une même lumière chacun des objets qu'elle regarde. Car ce qu'Elizabeth Bishop retient des faits ne procède d'aucun classement. L'inquiétante étrangeté, en revanche, affleure dans tous ses récits.
Sous la plume de cette poétesse, la moindre charrue se transforme en objet de rêverie ; une nappe, une tasse de thé, quelques grains de riz, deviennent instantanément de vibrantes présences ; dans l'immensité impartiale de l'univers, la lointaine lune qui ne regarde pas l'enfant qui a froid, se comporte comme l'oeil indifférent d'une marâtre ; l'infiniment petit est à même de s'ouvrir brusquement à des changements d'échelle renversants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
5Arabella
  10 août 2016
Un court recueil de nouvelles. Que l'on peut classer en deux sortes : d'abord des récits "imaginaires", des histoires à la troisième personne, et à la fin du tome, des récits à la première personne, racontés par une petite fille, qui ressemble beaucoup à l'auteur, dont le vécu semble très proche du sien, sans qu'il soit possible, à moi tout au moins, qui ne connaît sa vie que d'une façon somme toute superficielle, de me rendre compte à quel point ils sont autobiographiques ou inventés.
Il y a dans ces textes un côté détails, sensations, de toutes petites choses, perceptions, observées et saisies. Mais dans ces nouvelles, surtout celles qui ne semblent pas avoir des aspects autobiographiques, à un moment, à partir de tous ces détails tellement concrets, il y a comme une sorte de sur-naturel qui surgit, comme le si concret et précis, poussé au bout, débouchait sur autre chose. J'ai eu la sensation d'être presque dans des sortes de contes, des contes cruels, que l'on ne raconterait sans doute pas aux enfants sous cette forme, mais des contes quand même. Les récits où Elizabeth Bishop semble se mettre en scène sont un peu moins sur ce registre, quoi qu'il y ait aussi, dans l'enfance, une façon de comprendre et d'interpréter ce que l'on voit, qui passe du détail le plus réaliste, à une explication qui fait appel à autre chose.
Et tout cela est magnifié par une écriture, maîtrisée de bout en bout, dont chaque mot fait sens, se trouve tout simplement au bon endroit, le seul qui convienne. Une façon de raconter qui ménage ses effets de bout en bout, on pourrait disséquer certaines phrases et les donner comme modèle à ceux qui voudraient écrire des nouvelles. J'ai été enchantée de la première à la dernière page. Touchée et émue aussi, très fortement. Une lecture que je ne suis pas prête d'oublier, et que je compte poursuivre avec les poèmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


autres livres classés : folieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1069 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre