AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Enquêtes de l'Aliéniste tome 1 sur 3
EAN : 9782809849530
300 pages
L'Archipel (11/04/2024)
3.67/5   106 notes
Résumé :
Paris, juillet 1888.
Un cadavre disparaît de la morgue, un autre corps est retrouvé, nu, sur les pavés après une chute vertigineuse.
Surviennent, bientôt, de nouvelles morts suspectes. L'inspecteur Desnoyers, flanqué de son adjoint Mesnard, qui applique les techniques les plus modernes, hante les rues sombres de la capitale. Il y démêlera les fils d'une conspiration qui le mène au Dr Simon Bloomberg, aliéniste à la réputation sulfureuse... que l'on di... >Voir plus
Que lire après Les Enquêtes de l'Aliéniste : La chambre mortuaireVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 106 notes
5
20 avis
4
19 avis
3
11 avis
2
3 avis
1
0 avis
Le titre me plaisait, ainsi que la couverture. Il ne m'en a pas fallu plus.

L'histoire est intéressante dans son ensemble, mais je ne suis pas entièrement convaincue.
J'ai apprécié les personnages, mais il m'a manqué le petit plus pour en faire des personnages réellement attachants.

Il en va de même pour le scénario, j'ai eu une lecture un peu en dents de scie .. parfois très intéressée, parfois moins. du coup ce manque d'équilibre fait que je suis un peu sur ma réserve.

La lecture de ce roman était agréable, l'univers est bien travaillé. Mais je ne suis pas complètement tombée sous le charme

Si l'histoire abouti a une fin, on sait déjà que d'autres tomes existent. Donc j'attends de voir avec le tome deux ou les personnages récurrents vont m'emmener
Commenter  J’apprécie          7613
J'avais envie d'enquêtes et de mystères à résoudre. du coup, quand j'ai vu cette couverture bien alléchante des Enquêtes de l'aliéniste et son résumé tout aussi tentant sur NetGalley, je n'ai pas résisté bien longtemps.

Je ne vais pas vous mentir, je n'ai pas accroché à 100% au style de l'auteur. Trop de digressions à mon goût, des descriptions à rallonge qui ralentissent énormément l'intrigue et cette impression d'être baladée de droite et de gauche, sans vraiment comprendre ce qu'il se passe. Pour les deux premiers points, c'est totalement dû à moi. Si vous me lisez depuis un moment, vous savez que les descriptions et moi, cela fait deux. Je suis plus dans l'action, les dialogues et le « allons droit au but ». Pour le dernier point, je pense que c'est aussi dû au nouveau titre de cette trilogie qui indique clairement qui est le héros alors que pourtant il endosse un rôle plus que suspect pour autant. Déstabilisant au possible.

Je pense que sans la mention « Les enquêtes de l'aliéniste », j'aurais été moins ballotée. Parce que Simon Bloomberg n'est pas non plus le protagoniste principal du roman. Nous avons les points de vue de plusieurs personnages, dont Sarah, Ulysse, Desnoyers et d'autres plus secondaires. Quand Simon prend les rênes, il est un peu noyé et ne semble pas vraiment prendre part à l'enquête, il subit plus qu'il n'agit. Avec le recul, j'arrive à me dire que c'était une excellente idée pour mettre en place l'univers et ses protagonistes, mais pendant ma lecture, j'avais beaucoup trop d'interrogations pour pouvoir l'apprécier comme il se le doit.

La méthode fait aussi que j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages. Cela est venu sur le tard, sauf pour Ulysse, mais le géant un peu timide a toutes les qualités pour qu'on l'apprécie derechef. Dans ce genre-là, il y a souvent un certain détachement lié aux épreuves qu'ont subies les héros, ou bien une froideur pour créer une ambiance bien particulière. Pour l'ambiance, la maison de l'aliéniste joue le rôle à la perfection. C'est à se demander si les lieux ne sont pas maudits ou du moins empreints d'une aura particulière. Pour le détachement… j'avoue que comme nous sommes face à un médecin et une jeune gouvernante, et pas des inspecteurs chevronnés, je m'attendais à ressentir plus d'empathie envers eux et cela dès le départ. Cela vient, sur la fin quand on comprend tout et franchement, c'est cela qui me donne envie de lire la suite, car je suis curieuse de voir ce qu'ils vont devenir. Mais cela arrive tout de même un peu tard.

L'enquête est bien menée, surtout par le duo d'inspecteurs qui est attendrissant. Entre le vieux loup de mer et son jeune adjoint un peu premier de la classe, on sent tout de suite une bonne alchimie malgré leurs différences. J'ai particulièrement adoré le fait que l'on mixte les « anciennes » méthodes à celles plus modernes de la police en faisant la part belle aux deux sans exception. Il y a un vrai travail d'enquête, bien détaillé avec des victoires et des échecs, mais qui rend le tout très réaliste. Ce sont plus les à-côtés qui brouillent le tout. Desnoyers et Mesnard étaient en quelque sorte ceux qui nous ancraient dans la réalité, si je puis dire. Qui remettaient les choses à plat.

Bien entendu quand arrive la fin avec toutes ses explications, tout devient limpide. Et même les passages qui me semblaient trop obscurs finissent par prendre une autre réalité. Cependant, j'aime comprendre au fur et à mesure et pas qu'on me pose tout sur un plateau sur la fin. J'avais bien des soupçons sur certaines choses, mais pas assez de concret.

Un peu mitigée par ce premier tome des Enquêtes de l'aliéniste, comme vous vous en doutez. Cependant, je pense que maintenant que les bases sont posées et que je ressens un attachement envers les personnages, la suite devrait beaucoup plus me plaire. J'aime beaucoup le Paris imaginé par l'auteur, et vu le résumé du second tome, j'y vois plus ce que je m'attendais à découvrir dans La chambre mortuaire.
Commenter  J’apprécie          370
Toujours dans ma période “découverte de nouveaux auteurs” j'ai depuis quelques jours, terminé ma lecture de “la chambre mortuaire”, le premier volet d'une trilogie des Enquêtes de l'aliéniste de Jean-Luc Bizien. Je me suis régalé. Et pour cause, j'ai prolongé ma lecture au maximum pour mieux m'en délecter.

Dans ce polar historique, l'auteur nous plonge à la fin du XIXe siècle, dans un Paris sombre, où le spiritisme est à son apogée et côtoie la science. Où la “Fée verte” permet aux hommes de laisser vagabonder leur esprit, aux risques de sombrer dans la folie. C'est dans ce décor prometteur qu'un cadavre disparaît d'une morgue. Un second corps est découvert sur les pavés, puis très rapidement surviennent de nombreuses morts suspectes

Pendant ce temps, quelque part dans paris, une jeune anglaise, prénommée Sarah, se présente devant la demeure de Simon Bloomberg, aliéniste.

Mais dès son arrivée devant cette maison biscornu, Sarah ressent comme une sensation étrange !... Que va-t-elle décider ?

L''inspecteur Desnoyers, vieille école, un peu trop consommateur d'absinthe, et son adjoint Mesnard, un jeune premier aux méthodes révolutionnaires sont chargés de résoudre cette enquête d'un autre temps.

Grâce à une plume fluide, à un vocabulaire approprié, à une description des lieux très cinématographiques, l'auteur nous embarque avec aisance dans le climat de l'époque. Très rapidement le lecteur se retrouve en apnée, comme aspiré dans un rythme où les rebondissements l'incitent à continuer sa lecture. Tout en naviguant dans ce décor macabre, Jean-Luc Bazien, nous emmène à la rencontre de plusieurs personnages finement travaillé, offrant un aperçu à la fois vivant et très réaliste de cette époque.

L'auteur nous livre ici un récit construit habilement. Dans lequel il préserve le suspense d'une main de maître sans rien laisser entrevoir du dénouement.

“La chambre mortuaire” est un roman enivrant, à découvrir absolument !

Enorme coups de coeur !

Rendez-vous en octobre pour le second volet de cette trilogie avec “La danse macabre”.
Commenter  J’apprécie          172
Le premier tome très prometteur d'une trilogie diablement envoûtante !

"Les enquêtes de l'aliéniste : la Chambre mortuaire" est la première enquête de Simon Bloomberg, médecin aliéniste à la réputation sulfureuse !

Un thriller psychologique historique à l'atmosphère gothique qui mêle spiritisme et science lors de la préparation de l'expo universelle à Paris dans une ambiance proche d'Adèle Blanc-Sec de Tardi.

« Un face à face déconcertant, rare, dérangeant, impressionnant… Jean-Luc Bizien est l'une des grandes voix du polar français. » Gérard Collard

Paris, juillet 1888. Un cadavre disparaît de la morgue, un autre corps est retrouvé, nu, sur les pavés après une chute vertigineuse.
Surviennent, bientôt, de nouvelles morts suspectes.

L'inspecteur Desnoyers, flanqué de son adjoint Mesnard, qui applique les techniques les plus modernes, hante les rues sombres de la capitale. Il y démêlera les fils d'une conspiration qui le mène au Dr Simon Bloomberg, aliéniste à la réputation sulfureuse… que l'on dit plus dangereux encore que ses patients !

Et que penser de cette jeune Anglaise, Sarah Englewood, tout juste engagée par Bloomberg ?

Dans ce Paris où le spiritisme côtoie la science, où les esprits les plus cartésiens s'adonnent à l'absinthe, l'alcool qui rend fou, Desnoyers vacille : doit-il collaborer avec Bloomberg ou, au contraire, tout faire pour confondre le ténébreux aliéniste ?

Une à une, les découvertes morbides le rapprochent de la vérité… mais aussi du danger...

Je remercie les @Editionsdelarchipel et @NetGalleyFrance de m'avoir permis de découvrir ce premier tome qui donne envie de lire la suite.

J'ai vraiment beaucoup aimé ce thriller psychologique historique dès la page de couverture très accrocheuse qui n'est pas sans rappeler celle du roman de Louis Bayard "Un oeil bleu pâle" que j'avais adoré. J'y ai retrouvé l'ambiance gothique, l'intrigue policière plutôt glauque, les cérémonies occultes et les personnages à la psychologie tourmentée qui semblent sombrer peu à peu dans la folie.

La plume très visuelle, cinématographique, de Jean-luc Bizien permet d'immerger le lecteur dans l'ambiance dépaysante de l'expo universelle de Paris, ce qui permet d'ancrer le récit dans la réalité en lui ajoutant une touche de fantastique digne des contes d'Edgar Allan Poe. J'aime beaucoup ce mélange de faits réels et de fantasmagorie qui brouille les pistes et embrume les esprits.

Je me suis complètement laissé happée par l'intrigue policière qui alterne entre le point de vue de Sarah Eaglewood, la gouvernante du Dr Simon Bloomberg, et celui de l'enquêteur Léonce Desnoyer, secondé par son jeune adjoint Raoul Mesnard. Chacun mène l'enquête de son côté et les retournements de situations sont nombreux jusqu'à ce que les soupçons se posent sur le Dr Simon Bloomberg. de nombreux indices semblent l'incriminer... du moins, à priori !

La structure narrative bien maitrisée permet de préserver le suspense de manière efficace jusqu'au dénouement inattendu. L'intrigue est assez complexe, mais peu à peu toutes les pièces du puzzle finissent par s'emboiter parfaitement. L'ambiance étouffante et anxiogène du huis-clos qui a lieu dans l'étrange maison-pyramide du Dr Simon Bloomberg rend la lecture très prenante en créant un sentiment de danger imminent.

Les personnages sont attachants, surtout celui de Sarah qui semble envoûtée par cette maison-mausolée et ne sait plus quoi penser de son employeur très mystérieux. le personnage ambivalent et ambigu du Dr Simon Bloomberg finit par se dévoiler peu à peu en révélant tous ses secrets. J'ai vraiment hâte de retrouver ce duo atypique dans le second tome "La Main de gloire" !
Commenter  J’apprécie          181
Les éditions de l'Archipel nous propose une nouvelle éditions de la chambre mortuaire, édition revue et corrigée par l'auteur nous dit-il.
Une fort belle couverture , un résumé prometteur et me voilà propulsée en juillet 1888, l'un des artistes , comprenez l'un des cadavres exposés à la morgue a disparu ...
quelques suicides par ci par là ... L'inspecteur Desnoyers et son adjoint Mesnard sont sur la piste ...
Sarah Englewood trouve enfin une place de gouvernante chez le Dr Simon Bloomberg aliéniste de profession. Voilà notre jeune anglaise en poste dans une maison étrange appelée la pyramide par les habitués ..
Nous sommes au temps où dans les salons mondains l égyptologie est à la mode de là à y mêler le spiritisme il n'y a qu'un pas vite franchi ...
Jean-Luc Bizien brosse un tableau pour le moins sombre et sordide de ce Paris de la du fin du XIXè. l'absinthe coule à flot, les drogues en tous genre s'expérimentent allègrement .
La narration papillonne de la "Pyramide" au bureau de l'inspecteur, de l'hôpital de la Salpétrière à Saint Anne , du récit de Sarah à celui du Dr Bloomberg.. c'est parfois un peu confus mais rassurez vous toutes les pièces du puzzle finissent par s'emboîter parfaitement .
Une lecture donc en demi-teinte pour moi.

Un grand merci aux éditions de l'Archipel pur ce partage via netgalley
#Lesenquêtesdelaliéniste #NetGalleyFrance !
Commenter  J’apprécie          250

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
À l’extrémité de la pièce, un bureau repose, comme une baleine encore hébétée de sentir sous son ventre le contacte râpeux du sable. Un chandelier à sept branches l’illumine. Ses fumerolles hésitent, s’éloignent, titubent, puis plongent vers la voûte en s’accouplant furtivement avant de disparaître. La chaleur des flammes vient souligner le travail exquis du bois, la préciosité du sous-main de cuir. Il n’y a rien sur ce bureau, ou presque. Un encrier de cristal, où s’enfonce avec régularité une plume finement taillée. Et le chandelier, au pied duquel la cire inflige au cuir ses baisers cruels. On n’entend rien dans la pièce, ou presque. Soudain, il trace un rapide croquis, au trait fulgurant. Sa main entreprend alors un curieux ballet au-dessus du carnet. Le dessin apparaît, c’est un profil d’oiseau, une barque, un œil… Satisfait, l’homme contemple son œuvre. Sa respiration s’est accélérée, tandis qu’il rédige à la hâte les dernières lignes…
Commenter  J’apprécie          20
Paris est un océan de goudron ce soir.

Au cœur des ténèbres, la Seine s’étire paresseusement, reptile ventru à la formidable musculature. En cette morne soirée, Paris ne vit plus, Paris s’est éteint. Quelques épaves, l’esprit engourdi par l’absinthe ou la drogue, hantent encore ses ruelles. Les plus chanceux atteindront leur domicile sans heurts. Les autres tomberont sous les coups des crocheteurs, ou seront happés par les roues d’un fiacre jaillissant de nulle part. Des chiens trop maigres les regardent passer. Leurs yeux chassieux s’interrogent un instant : faudra-t-il disputer le territoire, défendre les déchets trouvés sur les pavés luisants ? Mais déjà les danseurs de l’aube s’éloignent. Leurs pieds lourds battent le pavé. L’écho va s’amenuisant. Le calme et le silence retombent.
L’ombre est de nouveau maîtresse.
Commenter  J’apprécie          20
Quelque part au milieu des toits, une étincelle persiste. Son halo pâle révèle le vasistas clos d’une pièce mansardée, étroite et longue. Un réduit fleurant la négligence et la solitude. Sur les lattes fatiguées, qui n’ont pas connu la caresse de la cire depuis des lustres, un matelas est posé. Un large coffre de bois, semblable à ceux qui envahissaient les cabines des capitaines corsaires, déverse des vêtements froissés. C’est un capharnaüm chamarré, où de tristes fripes côtoient des habits de spectacle aux couleurs violentes. Les draps défaits de la couche, maculés de larges traces de sueur, auxquelles viennent s’ajouter les témoignages en fleurs rêches sur la toile de plaisirs vécus sous ces combles malodorants, accentuent l’arrière-goût de lassitude planant sur les lieux.
Commenter  J’apprécie          20
La jeune femme était partagée entre le rire nerveux et la consternation. Cette idée n’était pas si folle, à bien y réfléchir : la maison était une espèce de refuge aveugle, un cercueil de pierre. Quel secret renfermait-il ? Quelle terrible malédiction nécessitait autant de précautions ? Qui donc trouvait refuge derrière ces fenêtres contrefaites ?
« Cesse de divaguer, ma fille, pensa Sarah. Tu es fatiguée. Encore un effort et tu auras peut-être du travail – et un nouveau toit ! – dès ce soir. »
Elle s’arrêta devant la porte. L’édifice la dominait, semblable à un géant penché au-dessus d’elle. Il s’en dégageait une impression de malaise inexplicable. Une sourde menace semblait suinter de ses murs
Commenter  J’apprécie          20
La lumière révéla le cortège de figurines démoniaques qui encombraient murs et étagères. L’égyptologue en avait collecté des dizaines, qu’elle entassait à loisir dans la maison. Les monstres avaient pris possession des lieux. Ils jaillissaient des murs, couraient sur les plateaux de la bibliothèque, épiant les visiteurs. Ici, les créatures étaient de tailles moins imposantes que celles du rez-de-chaussée. Pourtant, à bien les regarder, les gardiens de l’antre d’Elzbiéta étaient de loin les plus abominables. C’était à croire que la maîtresse des lieux s’était attachée à graduer l’horreur et que l’on n’accédait à son bureau qu’après avoir surmonté l’épreuve du couloir.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jean-Luc Bizien (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Bizien
Attention !!! Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donnent rendez-vous chaque samedi à 14h00 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • • le Nobel des massacreurs de Claudine Desmarteau aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/le-nobel-des-massacreurs.html • Points documents 10 jours dans un asile de Nellie Bly aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/10-jours-dans-un-asile.html • Demain dès l'aube de Caroline de Bodinat aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/demain-des-l-aube-3.html • Walt Disney: L'homme qui rêvait d'être un enfant de Olivier Cotte aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/walt-disney-l-homme-qui-revait-d-etre-un-enfant.html • le 36 au temps de Maigret de Charles Diaz aux éditions Mareuil https://www.lagriffenoire.com/le-36-au-temps-de-maigret.html • Histoire intime de la V République: le sursaut (1) de Franz-Olivier Giesbert aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/histoire-intime-de-la-ve-republique-tome-1-le-sursaut.html • Les Cahiers d'Esther - Tome 9 Histoires de mes 18 ans de Riad Sattouf aux éditions Allary https://www.lagriffenoire.com/les-cahiers-d-esther-tome-9-histoires-de-mes-18-ans.html • Paris de Daniela Dogliani aux éditions Lito https://www.lagriffenoire.com/cherche-trouve-et-visite-paris.html • Les enquêtes de l'aliéniste - Tome 1 La chambre mortuaire de Jean-Luc Bizien aux éditions L'Archipel https://www.lagriffenoire.com/adele-blanc-sec-t02-le-demon-de-la-tour-eiffel-1.html • Adèle Blanc Sec - le démon de la Tour Eiffel - Tome 2 de Tardi aux éditions Casterman https://www.lagriffenoire.com/adele-blanc-sec-t02-le-demon-de-la-tour-eiffel-1.html • Revenu de la mort : Un médecin raconte cette expérience de mort imminente qui a changé sa vie de Gérard Dupeyrat aux éditions Lazare et Compagnie https://www.lagriffenoire.com/revenu-de-la-mort-un-medecin-raconte-cette-experience-de-mort-imminente-qui-a-change-sa-vie.html • Les Princes du ciel: Saint-Exupéry, Mermoz, Guillaumet, l'épopée de pilotes de légende de Antonio G. Iturbe et Myriam Chirousse aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/les-princes-du-ciel-saint-exupery-mermoz-guillaumet-l-epopee-de-pilotes-de-legende.html • Une fille du Sud de Juliette Granier aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/une-fille-du-sud.html • La saison des retrouvailles (La saison des disparus t. 2) de Matthieu Sylvander aux éditions L'École des Loisirs https://www.lagriffenoire.com/la-saison-des-retrouvailles.html • La saison des disparus de Matthieu Sylvander et Boris Zaïon aux éditions L'École des Loisirs https://w
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (326) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2905 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..