AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070349142
304 pages
Éditeur : Gallimard (24/01/2008)

Note moyenne : 3.13/5 (sur 26 notes)
Résumé :

Phnom Penh, 1970. Au lendemain du coup d'État qui porte au pouvoir un gouvernement favorable aux Américains, un diplomate français rattrape la Cambodgienne qui lui a volé de l'argent et la ramène chez lui de force. Cinq mois plus tard, le corps de la jeune fille est retrouvé dans la brousse, au nord d'Angkor. Près d'elle, un plateau rituel destiné aux offrandes. Étrange affaire qui risque de prendre un tour pol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
BMR
  06 août 2007
Avec le Saut du Varan, François Bizot nous emmène au Cambodge dans les années 70, une fois la plupart des français partis et alors que les khmers rouges tentent de renverser le gouvernement pro-américain.
Le roman est nourri de l'expérience de François Bizot qui travaillait à cette époque, comme l'un de ses personnages, en tant qu'ethnologue à la restauration d'Angkor, là même où se situe l'intrigue de son bouquin. Il sera même prisonnier des khmers rouges et racontera son aventure dans Portail, son premier livre couronné de plusieurs prix.
Le Saut du Varan nous plonge dans cette ambiance fin de monde (les colons sont sur le point de se faire foutre dehors), un monde où la lumière des femmes asiatiques attire les hommes blancs comme des papillons.
Le bouquin démarre comme un polar et Bizot possède l'art de peindre des portraits d'une écriture forte et décidée : des portraits d'hommes, des portraits de blancs, ces hommes blancs en train de se perdre, corps et âmes, dans les jungles d'Asie.
Avant une fin sombre et désabusée, la seconde partie du roman nous a semblé plus pesante où l'auteur, poursuivi par le bouddhisme, se laisse aller à des digressions mystiques, dans une sorte de jungle philosophale où, cette fois, c'est le lecteur qui s'égare un peu ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
brigaldufenec
  27 août 2015
Ce n'est pas seulement un roman policier, c'est aussi un roman qui nous permet de découvrir le peuple khmer et surtout ses traditions, son langage, ses croyances très anciennes, les différents visages de ce peuple, à la fois moderne et très ancien. C'est aussi un livre qui nous montre les méfaits de la colonisation et de la soi-disant protection des pays riches.
Commenter  J’apprécie          60
gromit33
  12 février 2012
François Bizot, après avoir écrit des témoignage que le Cambodge des kherms rouges, se lance dans un roman et en particulier un roman policier. Il situe son livre pendant les premiers jours de prise de pouvoir des kherms rouges en 1970. Une jeune fille est retrouvée égorgée, éventrée, au Nord d'Angkor. Comme elle travaillait chez un conservateur français, un inspecteur français est dépèché sur le terrain pour tenter de résoudre ce crime.
L'inspecteur va découvrir ce paysn rencontrer les ressortissants étrangers qui travaillent sur le site d'Angkor. Il va tenter de comprendfre les rites ancestraux de la culture khmere.
Je n'ai pas réussi à être convaincu par ce livre, intéressé par cette intrigue et par ces personnages en majorité masculins, plus interessés par le physique des jeunes khmers que par leur culture.
Un peu déçue par cette lecture.
Commenter  J’apprécie          00
Wyoming
  16 novembre 2017
Un véritable carrousel d'images, de songeries métaphysiques, le tout dans une atmosphère dense, presque étouffante. Une richesse descriptive laissant sa part d'imaginaire au lecteur. J'ai beaucoup aimé la plume picturale de l'auteur.
Commenter  J’apprécie          30
steph42
  16 novembre 2015
Le côté polar, même plutôt bien fichu, n'est, on l'aura compris, qu'un prétexte pour François Bizot d'évoquer son cher Cambodge, en ethnologie. On peine parfois un peu à le suivre dans les arcanes de la religion khmère. Mais l'aventure n'est jamais loin, et l'expédition chez les indigènes rappelle certaines pages de 'La Voie royale' de Malraux.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
WyomingWyoming   16 novembre 2017
L'inspecteur demeura longtemps les jambes pliées sous lui, ordonnant dans ses doigts les feuilles fraîches qu'il avait eu soin d'arracher dans sa course. Ainsi recroquevillé au milieu de la nature, dont les grouillements se mélangeaient aux siens et à ceux de ses pensées, son oeil s'attacha à de toutes petites choses qui bougeaient partout, insectes solitaires, minuscules sensitives, soubresauts des brins d'herbe. Sous les nuages, la friche où il était venu se cacher livrait à son regard des perspectives nouvelles. Jamais il n'avait vu le ciel d'aussi bas. Et tandis que son ventre s'allégeait, un flot d'images changeantes afflua à son cerveau; il songea à l'homme préhistorique et aux grands sauriens qui avant lui déjà déféquaient sur la terre, et la conscience lui vint que la vie dans l'univers n'était peut-être rien d'autre que ce transit entre une absorption et une déjection sans fin. Une guêpe vint se mêler au carrousel des moucherons attirés contre ses paupières. Au loin, le gong d'un temple se mit à battre faiblement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BMRBMR   06 août 2007
[...] Chez Rénot, c'était tôt ou tard un préalable, une règle infrangible, un test : il avait reçu des khmers que la richesse d'une rencontre se joue à la qualité du silence qu'on est en mesure d'établir. Ce n'est qu'en se taisant qu'on peut percer l'autre, éprouver son ambiance, détecter ses intentions, atteindre son âme sous l'intelligence.
Commenter  J’apprécie          20
BMRBMR   06 août 2007
[...] D'ailleurs, regarde. L'homme, c'est la seule créature qui vienne au monde en pleurant. Dans la douleur. Tu vises ? La seule ! Et ça, mon vieux, ça se paie toute la vie. Une naissance pareille, c'est un signe. Le drame ontologique par excellence.
Commenter  J’apprécie          30
brigaldufenecbrigaldufenec   27 août 2015
L'homme depuis toujours veut débusquer la vie à coups de pensées profondes sans soupçonner que c'est peut-être à la surface que ses mystères se cèlent. C'est dans la beauté des formes auxquelles nos yeux ont un accès que se contemplent les lois de la nature. Alors qu'ils passaient par des villages étroits, entre des haies de cases vides et de cocotiers à l'abandon, Boni se sentait malgré lui , agité de sentiments confus, débouchant sur un malaise presque insupportable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WyomingWyoming   16 novembre 2017
Au-dessus de lui, le ciel entamait sa révolution nocturne: sur le dôme incendié,
tel un charriage de nappes d'or et de platine qu'un immense bien-être l'envahit, comme si plus rien n'avait d'importance. L'idée lui vint que pareil spectacle se serait produit hors de son regard, bien improbable à cette heure et en ce lieu, de même qu'après sa mort ombres et lumières continueraient à zébrer les nues avec autant d'allégresse. Il sentit que mourir ne serait pas si terrible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de François Bizot (1) Voir plusAjouter une vidéo

INVITE PLT FRANCOIS BIZOT
Pour la sortie de son livre "Le Portail", plateau avec François Bizot, ethnologue français et membre de l'Ecole française d'Extrême-Orient, qui a été fait prisonnier en 1971 par les Khmers rouges. Il y raconte ses 3 mois de détention dans un camp de prisonnier à TUOL SLENG.
autres livres classés : cambodgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1327 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre