AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330120788
Éditeur : Actes Sud (03/04/2019)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Une grande maison vide, un mort, un mystère. Et pas une goutte de sang, pas un suspect. Quelqu'un qui regarde, quelqu'un qui voit tout. Un tueur, commandité par d'inflexibles services secrets, qui se heurte à la fatalité de l'amour. Une histoire où, sur fond de campagne française et de lande écossaise, Véronique Bizot avance en romantique masquée.  
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   13 avril 2019
La vérité est que je préférerais ne pas l’aimer comme je l’aime, ne pas aimer qui que ce soit d’ailleurs, mais elle, elle, c’est un tourment de chaque instant, c’est un tourment dont je finis par me dire que seule sa mort me l’épargnerait. — Ou la vôtre, a dit Prévert. — La mienne, a dit Brémart, eh bien en un sens la mienne a eu lieu maintes fois. Et je suis toujours là, indestructible, dirait-on, une parfaite mécanique de vie. Je ne crois pas plus à la chance qu’à la malchance, monsieur Prévert, et il n’est pas un aspect de notre condition qui me soit inconnu, pas un aspect de l’existence que je n’anticipe, ni n’envisage. Quelle que soit la tournure que puissent prendre les choses, quelle que soit, comme on dit, la marche des pions sur l’échiquier, j’ai toujours quelques coups d’avance. Mon sens de l’improvisation est limité, mes capacités de rebondissement le sont également, c’est pourquoi je suis condamné à une telle prévoyance. Et c’est pourquoi vous me voyez toujours en vie.  
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 avril 2019
Le fait qu’à peine l’affaire conclue l’on n’entende plus parler de lui prêta quelque temps flanc à des rumeurs, toutes plus baroques les unes que les autres, mais qui semblèrent plutôt en deçà de la réalité lorsqu’on le vit réapparaître, vers la fin juillet, accompagné d’une jeune femme tenant en laisse un lévrier espagnol. Personne au village n’avait jamais croisé de lévrier espagnol, ni même sans doute un chien de race, aussi les regards s’attardèrent-ils sur l’animal, de sorte qu’à l’instant où la femme, à peine sortie de la voiture, se fut engouffrée dans la maison, l’on s’avéra incapable de la décrire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 avril 2019
Elle s’est changée, elle a mis une tenue noire qui donne une impression d’élasticité, elle marche avec des claquettes de plastique noir, de sorte qu’une fois qu’elle s’est assise près de la vieille femme on ne voit plus que ses cheveux et des parcelles d’une peau très blanche, et ses yeux tranquilles, un peu mornes, levés sur Prévert, qui ne sait sans doute quoi penser, sinon que cette présence indiscutablement magnifique diffuse un genre de lumière froide dont il y a peut-être lieu de s’inquiéter. Entre-temps le bébé s’est laissé glisser sur le tapis où il s’est endormi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 avril 2019
Contrairement à la plupart des villages des environs, qui se contentent de border une portion de route entre deux étendues de culture, celui-ci prend plus ou moins la forme d’un gros escargot à quoi s’appuie, en son point culminant et comme une excroissance, la maison dont on ne devine rien du parc qui, sur sa façade opposée, se déploie. En suivant le mur de la propriété longé de peupliers on aboutit, face au plat des champs, à la grille qui ferme la longue allée de ce parc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   13 avril 2019
Il est exact qu’il n’y a pas de limites à ce ciel, devant quoi le notaire, un homme d’une remarquable sensibilité, s’émouvait au point de ne pouvoir approcher des fenêtres de l’asile sans émettre une sorte de long feulement lugubre. Mais en ce qui me concerne j’aime pédaler sous ce ciel, c’est plutôt le vent que je crains, les jours de vent, je m’accroupis dans un trou et je souris sans fin.
 
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de Véronique Bizot (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Véronique Bizot
Véronique Bizot présente "Un avenir" - paru dans la collection "Domaine français" le 17 août 2011 http://www.actes-sud.fr/node/31018
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Matin Brun

Quelle est leur boisson préférée ?

chocolat chaud
café
cappuccino

16 questions
177 lecteurs ont répondu
Thème : Matin brun de Franck PavloffCréer un quiz sur ce livre