AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Odile Demange (Traducteur)
ISBN : 2221092767
Éditeur : Robert Laffont (14/02/2001)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Ce livre raconte l'histoire de la participation consciente d'IBM à l'Holocauste, et de sa complicité avec la machine de guerre nazie qui a fait plusieurs millions de victimes à travers toute l'Europe.
Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, les nazis ont exterminé six millions de Juifs. Grâce à une organisation remarquable, les listes de noms étaient toujours prêtes, les trains toujours à l'heure et les chambres à gaz toujours disponibles au bon moment. Aujo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
SebastienCreo
  22 août 2018
IL y a près de dix-sept ans, j'avais lu ce livre qui racontaient une facette de l'histoire avec un "h" majuscule. Pourtant, depuis un certains temps, j'ai recommencé à m'intéresser à la Seconde Guerre mondiale et je me rappellais vaguement du livre que j'avais lu seulement ma cote qui vient de monter un peu. le livre est fort intéressant car il nous explique comment IBM fut créée et comment elle étendit son empire partout dans le monde grâce Thomas J. Watson qui accomplissait le capitaliste sauvage. Dans ce livre, on apprend comment les machines Hollerith du nom de leur inventeur Hermann Hollerith permettaient de faire les meilleurs recensement autant pendant la Première Guerre mondiale pour le gouvernement mais aussi dans d'autres sphère de la société. Lorsque Hitler rentrait en guerre en 1939, il avait utilisé ces machines aux maximums de leurs capacité ainsi qu'à l'aide généreuse d'IBM qui voyait là une manière de faire des affaires d'or. Mais elles n'aidaient pas seulement dans les camps de concentration mais aussi pour l'horaire des trains qui amenaient leurs malheureuses victimes à la mort. Tout était prévu mais l'imprévisible selon les poinçons que les nazis pouvaient utilisé lors de morts brutale ou pour les transfert de prisonnier politique ou autres. Pour être sure de ne pas être attraper par les autorités américaines même lors de la fin IBM avait tout prévu même son armée qui sillonait les pays conquit par les troisième Reich afin de rapporter l'état des machines qui selon leur propos avait changé d'utilisation mais IBM était dans le coup depuis le début des hostilités. Thomas J. Watson reçu des félicitation car il avait aidé pour l'effort de guerre d'un côté tandis que l'autre permis le massacre de pauvres innocents grâce à la folie nazie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SebastienCreoSebastienCreo   21 août 2018
Les cartes perforées ne pouvaient être conçues, imprimées et vendues que par un unique fournisseur: IBM. Les machines, quant à elles, n'étaient pas vendues mais louées, et leur entretien régulier était assuré par un unique fournisseur: IBM. Les filiales d'IBM formaient les nazis et leurs sbires européens à l'utilisation de ces machines, elles installaient des succursales et des agences dans toute l'Europe nazie, employaient un bataillon de vendeurs et de techniciens d'IBM et écumaient les usines à papier pour pouvoir produire jusqu'à 1,2 milliards de cartes perforées par an pour la seule Allemagne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SebastienCreoSebastienCreo   21 août 2018
Tout à commencé à Washington, un jour de 1993, au musée américain de l'Holocauste. Dans la toute première salle trônait en bonne place une trieuse IBM, un modèle Hollerith D-11 - truffé de circuits, de fentes et de fils électriques. Une plaque d'identification IBM rutilante était apposée sur le panneau antérieur. Depuis, cette machine a été remplacée par un modèle plus petit, en raison de l'emboutaillage créé par les visiteurs qui se massaient autour de l'appareil. C'était tout. il faut dire qu'IBM avait gardé un silence absolu sur ses liens avec l'Allemagne nazie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SebastienCreoSebastienCreo   21 août 2018
Le fascisme avait été inventé par le dictateur italien Benito Mussolini. Le terme trouvait son origine symbolique dans les fasces romains, les faisceaux, c'est-à-dire les verges entourant la hache de cérémonie de l'Antiquité romaine. Les symboles et les rituels nazis, y compris le salut romain, étaient pour l'essentiel empruntés à Mussolini. Pourtant, le fascisme italien n'était ni raciste ni antisémite. Le national-socialisme y ajouta ces ingrédients décisifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SebastienCreoSebastienCreo   21 août 2018
C'est là que l'on traitait les cartes perforées Hollerith. À première vue, il s'agissait de simples cartes rectangulaires de 13,5 centimètres de long sur 8,25 centimètres de large, divisées en colonnes numérotées et présentant des perforations disposées en rangées. Mais ce n'étaient pas des cartes comme les autres.
Commenter  J’apprécie          00
SebastienCreoSebastienCreo   21 août 2018
Hambourg fut sans doute l'une des villes qui appliquèrent avec le plus de zèle la technologie Hollerith à la biologie raciale.
Commenter  J’apprécie          00
>Histoire de l'Europe depuis 1918>Seconde guerre mondiale: 1939-1945>Histoire sociale, politique, économique (169)
autres livres classés : shoahVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
419 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre