AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2919550349
Éditeur : Editions du Petit Caveau (05/12/2012)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Il est grand, il est beau, il est fort. Sa beauté fait rêver, son regard ténébreux envoûte chaque femme qui le croise. Il dicte ses propres lois, règne dans l’ombre sur le monde. Il fascine autant qu’il effraie ; on redoute de croiser sa route par une nuit sans lune. Le vampire … STOP.
On rembobine et on recommence. Des vampires à cette image, c’est ennuyant, n’est-ce pas ? Ils ne sont pas tous des héros, des créatures dotées d’une puissance sans limite, ils ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
  14 septembre 2016
Un petit recueil de nouvelles qui est plutôt de bonne qualité dans l'ensemble.
Non, tous les vampires ne sont pas beaux, tous ne sont pas séduisants, et tous ne sont même pas des ex-humains ! du moins dans l'imagination fertile des écrivains de ce recueil...
Après, selon les nouvelles, c'est "des goûts et des couleurs". J'ai plutôt bien accroché à la plupart, sauf pour "Si tous les rois de la terre". A mon sens il ne suffit pas de juste re-écrire l'Histoire telle que nous la connaissons en faisant des "grands" de ce monde des vampires pour avoir une bonne histoire, cela manque, justement, d'imagination, enfin j'ai trouvé... Tout le monde ne s'appelle pas Kim Newman...
Celles que j'ai le plus aimé : Noblesse d'âme (amusante), Neverland, Les Naömis, et Petrus.
La dernière, "Madame Edwarda" est à la fois poétique et tragique, mais je n'ai pas réussi à "entrer" dedans, j'en suis restée spectatrice sans vraiment y adhérer, sans trop comprendre pourquoi. le sujet, peut-être, je ne sais ni...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Bookworm84
  28 août 2013
Envoyer valser les vieux poncifs rattachés au vampire, voilà un postula bien intéressant ! C'est donc avec enthousiasme que je me suis lancée dans cette anthologie, en oubliant même que les vampires, c'est moins ma tasse de thé que les loups-garous. C'est parti pour mon avis texte par texte :
Chapitre Premier de Jean-Paul Raymond nous conte les tentatives désespérées d'un écrivain d'entamer son roman. Entre voisins et épouse qui le dérangent, et l'angoisse de la page blanche, rien n'est fait pour l'aider. Si l'imbrication réel/fiction est amusante, la fin convenue que l'on voit arriver très vite dessert malheureusement cette réflexion autour de la création, qui restera à l'état d'ébauche. Une entrée en matière pas très heureuse.
Comme un coeur qui bat de Tepthida Hay : embarquons cette fois dans un univers victorien et... steampunk ! Univers très sympathique, nouvelle sombre, sort du personnage mystérieux, une jolie nouvelle qui remet l'anthologie sur de très bons rails ! Avec un zeste d'humour mordant, tout y est.
Noblesse d'âme de Lydie Blaizot : habituée des récits vampiriques humoristiques, tendance (très) ironique, Lydie Blaizot ne dépare pas à ses habitudes avec cette réjouissante nouvelle où une adolescente est élevée par une grand-mère au caractère bien trempé et aux dents bien affûtées !
Neverland de Henri Bé interroge, à l'instar de la Claudia de Anne Rice, l'effet de demeurer piégé dans un corps jeune mais immortel, donc immuable. le tout en raison d'un traitement expérimental. Poignant, mais aussi un peu malsain par cette réflexion sur l'âge du corps/l"âge de l'esprit.
Les Naömis de Jean Vigne nous entraîne dans la jungle, domaine des chauve-souris vampires et d'une mystérieuse tribus aux moeurs sanglants. On renoue avec les poncifs de l'aventure, à ceci près que la première (et stupide) victime est un homme et l'héroïne qui tient jusqu'au bout ou presque, une femme.
Petrus de David Osmay nous présente un... chat vampire. Chat qui utilise sans vergogne les conquêtes d'un soir de son maître pour se nourrir, tant pis si le maître en question en perd la raison, persuadé de les tuer dans son sommeil. Un vampire, chat ou humain, demeure cruel... Une nouvelle glaçante. On ne regardera plus son petit compagnon à 4 pattes de la même manière.
Cuttle Feesh de Alice B. Griffin, pour le coup, envoie carrément valdinguer à l'autre bout de l'espace les mythes du vampire ! Ici le suceur de sang est un être extraterrestre à tentacules, acteur et capable de changer de forme à volonté. Et qui doit incarner Vlad Tepes. Une nouvelle surprenante, presque un gag, mais ça change !
Les dents de Kitty de Patrice Verry nous présente une fillette affligée de canines trop longues. Réflexion sur un défaut physique voyant, sur la façon dont il construit un enfant, sur les secrets de famille, le texte aurait pu être encore mieux exploité si sa chute n'avait pas été telle qu'elle l'est.
Si tous les rois de la Terre, de Olivier Boile lie les vampires aux grands de ce monde. Une idée qui aurait été intéressante si l'abondance de références historiques n'avaient pas transformé le texte en un cours d'histoire ennuyeux. La période napoléonienne n'étant pas, de surcroît, ma période préférée.
Dis-moi qui tu manges de Malaika Macumi présente un vampire allergique à tout sauf au sang pur. Allez donc en trouver à notre époque ! Je n'ai pas aimé la chute de ce texte qui pourtant partait bien.
Déchéance de Patrice Mora m'a carrément déplu. Déjà, j'ai un peu de mal avec la figure vampirique. Tout dépend de comment elle est traitée, mais trop de sang, je n'aime pas trop. Et j'ai les zombies en horreur. Alors un mélange des deux, accompagné de scènes de massacre, le tout dans une ambiance de fin du monde grand-guignolesques, très peu pour moi.
Mademoiselle Edwarda de Vincent Tassy a reçu le prix Merlin cette année pour ce texte. A la lecture, j'ai su pourquoi. Si le côté cru et sanglant m'a dérangée (mais c'est à cause de ma sensibilité), je suis admirative de la psychologie du personnage narrateur. Vincent Tassy nous montre ici le drame d'un homme qui, à l'aube d'une opération qui lui permettra enfin d'être une femme, se retrouve changé en vampire. Donc, immuable. L'auteur rend très bien le drame de ce personnage, les difficultés également de s'accepter et de se faire accepter pour les transgenres, et toute la tragédie, pour eux, ne pas être né dans le sexe auquel ils se sentent rattachés. Une très émouvante nouvelle, ancrée dans des réalités d'aujourd'hui, valables même sans le côté vampirique.
En résumé, une anthologie qui recèle son lot de pépites, qui plaira sans aucune doute aux amateurs de vampires. Pour ma part, cette abondance de vampires et de sang m'a mise plutôt mal à l'aise (en même temps, comme je le disais, j'ai du mal avec les vampires ^^"), mais cela ne retire rien à la qualité de cette anthologie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
melusine1701
  21 février 2016
Les vampires ne sont pas tous de redoutables séducteurs ténébreux et puissants. Et si ils étaient bien loin de cette idée romantique un peu mièvre? Voilà le propos de cette anthologie qui regroupe douze auteurs. Sortons des sentiers battus et proposons une vision moins romantique de ce concept. Pari tenu?
Et bien je vous dirai, ça dépend. J'attendais d'être surprise, car c'est un sujet que je trouve très éculé et qui me lasse. Dans la plupart des cas je l'ai été et j'ai trouvé très intéressante l'approche des auteurs qui n'hésitent pas à utiliser les caractéristiques du vampire dans des intrigues déroutantes et marquantes. C'est le cas notamment de Neverland, où un jeune enfant essaie de comprendre pourquoi il ne peut pas mourir, et pourquoi ni les autres enfants du centre médical qui l'accueille ne vieillissent. Dans Pétrus, c'est à un chat domestique que la parole est donnée, chat bien particulier qui n'a aucun scrupule à laisser son maître se demander pourquoi il retrouve toujours ses conquêtes exsangues dans le lit au petit matin. On n'hésite pas à aborder la version absurde, teintée d'humour, de ce vampire qui ne supporte que le sang pur, sans aucune substance ajoutée, si rare de nos jours, dans Dis-moi qui tu manges, ou même la question du changement de sexe rendu impossible par une vampirisation inattendue dans Mademoiselle Edwarda, particulièrement touchante et mélancolique.
D'autres sont allés encore plus loin dans l'originalité, pour mon plus grand plaisir. Dans Les Naomis par exemple, on nous emmène dans une expédition en Amérique du Sud à la rencontre d'une tribu d'enfants qui vénèrent une race particulière de chauve-souris, une race qui se nourrit de sang. Il faut y attendre un moment pour voir réapparaître le thème vampirique et c'est réussi. On a aussi décalé le contexte, pour placer une vieille mamie vampire au fond d'une salle de classe pour défendre sa petite-fille contre ses professeurs, ou lutter contre un autre vampire à coup de gros calibre, dans Noblesse d'âme.
J'ai eu plus de mal avec d'autres nouvelles qui tentaient de renouveler le genre en le mélangeant à d'autre. Qu'il s'agisse de la SF avec Cuttle Fish où le vampire devient une créature à tentacule dont le métier est d'être acteur, du steampunk dans Comme un coeur qui bat où le vampire se lamente de l'omniprésence de créatures mécaniques à la place d'êtres de chair et de sang, ou de Déchéances où le vampire affronte une apocalypse zombie, le mélange ne m'a jamais paru très heureux. Même dans Si tous les rois de la terre, malgré l'idée séduisante de situer les vampires parmi les hautes têtes couronnées de l'empire napoléonien, avec urgence à les cacher, et malgré une plume particulièrement raffiné, j'ai peiné à retrouver un motif vampirique convaincant.
Lien : http://mabouquinerie.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JeanneSelene
  23 novembre 2015
Cette anthologie est globalement une bonne surprise pour moi. Je dois avouer que le thème en lui-même ne me branchait pas plus que ça : 12 historiettes de vampires, bif-bof...
Mais c'était sans compter sur l'originalité des auteurs du Petit Caveau !
Si je n'ai pas accroché à la première nouvelle Chapitre Premier de Jean-Paul Raymond malgré une mise en abîme intéressante, j'ai trouvé beaucoup de positif dans chaque proposition. On navigue entre des textes plus ou moins humoristiques, poétiques, désenchantés...
Mes préférences vont à Les Naomis de Jean Vigne avec son expédition au coeur de la forêt amazonienne et Petrus de David Osmay avec son félin de vampire.
J'ai un peu moins aimé Si tous les rois de la terre d'Olivier Boile même si l'idée m'a beaucoup plu, le découpage choisi par l'auteur a rendu ma lecture un peu difficile.
Enfin, la dernière nouvelle Mademoiselle Edwarda de Vincent Tassy était de toute beauté mais je lui ai trouvé quelques longueurs ce qui est un comble pour un texte court !
En bref, voici une anthologie réussie qui pourra — à mon avis — plaire à de nombreux lecteurs.

Lien : http://jeanneselene.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kadeline
  14 juillet 2016
Voilà un recueil de nouvelles qui me réconcilie avec le genre car à part Edgar Allan Poe, les nouvelles et moi c'est souvent compliqué et d'autant plus quand on a plusieurs auteurs mais là ça marche vraiment bien. Sur les 12 nouvelles, j'ai eu 2 gros coups de coeur, 2 déceptions et le reste de belles découvertes. Je recommande ce petit recueil qui réussit son pari de nous présenter des vampires qui changent des clichés actuels.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   14 septembre 2016
La vieille était un savant mélange de Carmen Cru et de Soeur Marie-Thérèse des Batignolles, ce qui constituait un motif suffisant pour l'éviter comme la peste. Vêtue d'une robe noire sans fioritures et d'un chapeau de la même couleur, plus large que ses imposantes épaules, elle donnait volontiers des coups de son lourd cabas à ceux qui gênaient sa progression.
(Dans "Noblesse d'âme")
Commenter  J’apprécie          60
FungiLuminiFungiLumini   16 octobre 2016
– Un soir, ton heure sera venue, tu le sauras. Tu me croiras perdu. Je rejoindrai ma loge après une ultime mauvaise scène. Je ne marcherai plus aussi facilement. Là, tu comprendras qu’il est temps de prendre ma place. Alors tu viendras me féliciter, avec ton sourire de petit trou du cul. Tu me glisseras quelques mots sur la douceur d’une retraite à l’ombre des hexavarechs. Et avant même que tu aies eu le temps de jouir de ta victoire, je m’offrirai un repas trop gras à la source de ta gorge.
(Cuttle Feesh parAlice B. Griffin)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
meliciamelicia   05 mai 2016
Il est grand, il est beau, il est fort. Sa beauté fait rêver, son regard ténébreux envoûte chaque femme qui le croise. Il dicte ses propres lois, règne dans l'ombre sur le monde. Il fascine autant qu'il effraie ; on redoute de croiser sa route par une nuit sans lune. Le vampire. STOP. On rembobine et on recommence. Des vampires à cette image, c'est ennuyant, n'est-ce pas ? Ils ne sont pas tous des héros, des créatures dotées d'une puissance sans limite, ils ont aussi des peurs, des tics, des phobies, des faiblesses. Ces vampires malgré eux, ces antihéros, on les oublie bien trop souvent. Alors aujourd'hui, douze auteurs ont décidé de les mettre sous les feux de la rampe !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FungiLuminiFungiLumini   09 octobre 2016
Où est tu, mon Maître? Cette fois encore, le sommeil profond m'a ramené vers toi, en pensées tout au moins. A nouveau, j'ai senti la caresse froide de ta main sur mon échine, l'acuité de ton regard plongé dans le mien. Il fut un temps où fixer des yeux humains m'était insupportable. Depuis, bien des choses ont changé grâce à toi. A cause de toi. Mon Maître.
(Pétrus - David Osmay)
Commenter  J’apprécie          20
FungiLuminiFungiLumini   23 octobre 2016
"Vous devez arrêter de mordre, même pour vous protéger, " lui avait dit le psy. Une fois de plus, la légitime défense avait été reconnue, mais sa réaction aux agressions rendait les gens nerveux. Le troisième incident la concernant s’inscrivait dans une série de faits impliquant des adolescentes. Elle avait été entendue dans le cadre de l’enquête et, au vu de ses antécédents, le commissaire lui avait fortement conseillé cette visite. Pour ne pas mettre sa mère en porte-à-faux avec les autorités, Kitty avait accepté.

(Les dents de Kitty par Patrice Verry)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1734 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre