AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782280106610
448 pages
Éditeur : Harlequin (01/07/2006)
Résumé :
Quand la ravissante lady Célia Vallier se présente un soir à sa porte et lui expose le motif de sa visite, Rodrigue de Silva, fin bretteur et libertin notoire, n’en croit pas ses oreilles. Quelques jours plus tôt, il s’est querellé avec le frère de la demoiselle, un blanc-bec impulsif, qui l’a imprudemment convoqué sur le pré. Et voilà qu’à présent, la très respectable lady Célia, consciente de l’inévitable issue de ce duel absurde, se dit prête à tout pour l’empêch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   28 septembre 2017
Que pouvait bien lui vouloir une inconnue, à cette heure avancée de la nuit ? Que pouvait-elle avoir de si urgent à lui dire qu'elle refuse de remettre à plus tard l'entretien qu'elle réclamait de lui ? Si ce n'était l'humeur délétère dans laquelle le plongeait ce dérangement, sa curiosité eût été piquée au vif par le caractère insolite de la chose.

Il était en effet plus que rare qu'une femme vienne à lui, qui plus est à une heure aussi tardive. D'ordinaire, c'était lui qui filait dans l'ombre des rues jusqu'aux murs élevés des villas, lui qui en escaladait les hauteurs et enjambait les balcons de leurs riches propriétaires, ou qui se glissait sous les portes cochères, dont on avait pris soin de tirer les verrous pour lui en faciliter l'accès. En quelques mois, il avait acquis auprès des veuves et autres ladies esseulées de La Nouvelle-Orléans un prestige indéniable, fondé bien sûr sur son propre mérite mais aussi et surtout sur son sens aigu de la discrétion. Ces femmes appréciaient chez lui, hormis sa galanterie, le soin qu'il mettait à protéger leur réputation de la rumeur publique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 septembre 2017
Un des fondements de l'éducation des filles de bonne famille, en matière de liaison amoureuse, consistait à se faire désirer et à attendre, impassible, dans le retrait de son cabinet particulier, que l'heureux élu vienne rendre ses hommages après avoir surmonté les obstacles en usage. Ensuite, il était évident que pour une femme de qualité c'était compromettre son rang que de risquer d'être vue à une heure peu fréquentable aux abords d'une demeure dont tout le monde, ici, connaissait le sulfureux propriétaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 septembre 2017
Il avait acquis de sa fréquentation des philosophes comme de sa propre expérience la conscience aiguë des injustices qui gangrenaient les sociétés humaines et se faisait fort de ne pas ajouter à la misère générale par une inconséquence
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : absurdeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15770 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre