AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290058211
Éditeur : J'ai Lu (10/07/2013)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Présentation de l'éditeur :

La plus jeune des trois légendaires Grâces de Graydon guette son convoi nuptial, préservant un homme de la malédiction célèbre. Mais un autre peut encore succomber ...

C'est elle qui commande — en tout sauf en amour.

Lorsque Lady Marguerite Milton est enlevée par l'énigmatique — et célèbrement insatiable — Chevalier d'or, cela a tout du fantasme. Ou ça le serait si Marguerite ne se languissait ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Moonshine
  29 août 2013
Un dernier tome tout en beauté, pas un coup de coeur, mais un très bon moment !
Lien : http://lune-et-plume.fr/sedu..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   26 mai 2015
Juin 1497, Angleterre
Devant le coucher de soleil, une silhouette se détacha. Celle d'un chevalier à l'armure étincelante sur son puissant destrier à la robe laiteuse. Il fondait sur eux. Les plumes blanches de son heaume dansaient dans le vent et les broderies dorées de son surcot scintillaient. L'aura lumineuse qui l'entourait en faisait un personnage de légende, impressionnant.
Soudain, le cavalier se renversa sur la selle et tira sur les rênes pour ralentir sa monture caparaçonnée. Une fraction de seconde plus tard, il l'immobilisait en travers de la route et levait une main gantée d'un geste impératif.
Le convoi qui emmenait lady Marguerite Milton chez son futur époux s'arrêta dans un cliquetis de harnachements. La jeune femme vit le capitaine des hommes d'armes échanger un regard interrogateur avec sir John Dennison, l'émissaire de son fiancé. Ce dernier prit une expression outragée tandis qu'il examinait l'apparition fantomatique qui leur bloquait le chemin.
Les bruits de ce début de soirée s'estompèrent. Ni chant d'oiseau, ni coassement de grenouille, ni grésillement de grillon ne provenaient des chênes et des aulnes qui longeaient la route. Tout se figea et l'on put entendre la poussière soulevée par les sabots retomber sur le sol.
— Le Chevalier d'Or... murmura une voix effrayée derrière Marguerite.
Un frisson parcourut la jeune femme et son cœur bondit dans sa poitrine.
Tout le monde connaissait cette appellation. Le roi de France lui-même l'avait choisie et offerte au vainqueur d'un grand tournoi, en même temps qu'une armure filigranée d'or et d'argent. Champion parmi les champions, le plus brave et le plus hardi d'entre tous, l'homme qui l'avait reçue était célébré par des chansons et des récits, connu de toute l'Angleterre et jusqu'aux limites de l'Europe. Invincible, le disait-on, mais jamais arrogant. Les louanges ne s'arrêtaient pas là : il se battait comme le diable en personne, avec intelligence et instinct, au lieu de n'utiliser que sa force brute, légendaire. Doté d'une éducation de lettré, il pouvait débattre de n'importe quel sujet. Aussi beau qu'un archange guerrier, il était très apprécié de la reine de France, des dames de sa cour et de leurs filles nubiles. Une incarnation de l'honneur dont ses demoiselles n'avaient rien à risquer.
Bref, on le présentait comme un tel parangon de vertu que beaucoup doutaient de son existence. Marguerite faisait partie des sceptiques. Jusque-là.
Il se tenait devant elle, bien réel, et bloquait le passage, telle l'une des montagnes du nord du pays d'où elle venait. Un nouveau frisson la parcourut. Une peur irraisonnée que sa jument ressentit. L'animal fit un écart, et Marguerite lui caressa l'encolure pour la rassurer tout en examinant avec méfiance le chevalier. Devant elle, la selle de sir John protesta d'un crissement sous le poids de son fardeau qui s'agitait nerveusement.
— Belle fin de journée à vous, monsieur ! cria l'émissaire en levant une main. Sachez que nous voyageons pour une affaire concernant le roi. Rangez-vous, je vous prie.
— Cela, je ne puis le faire, quand bien même vous voyageriez sous la bannière d'Henri, ce qui n'est pas le cas, rétorqua une voix grave de l'intérieur du heaume.
Réponse courtoise mais définitive. Le visage de sir John gonfla sous l'effet de l'indignation.
— De quel droit nous arrêtez-vous ?
— Le droit des armes.
La réplique fut suivie par le grincement du métal sorti du fourreau. Et, l'instant d'après, la main gantée du cavalier brandissait une épée dont la lame était gravée des mêmes motifs que l'armure.
Alors ce fut le chaos : les gardes de Marguerite portèrent la main à leur épée en criant. Sa servante hurla. Les chevaux hennirent...
— Halte ! Ou bien soyez prêts à mourir.
Une telle autorité émanait du Chevalier d'Or que tous les hommes s'immobilisèrent, l'épée à moitié dégainée. Au même instant, le feuillage des arbres qui longeaient la route s'agita, et une cohorte de cavaliers sortit du bois.
Les lances pointées, revêtus d'armures éraflées par des années de combats, ils étaient une cinquantaine face aux vingt hommes qui accompagnaient Marguerite, lesquels n'étaient protégés que par des cottes de mailles et des surcots de laine.
— Arrêtez ! cria la jeune femme d'une voix stridente en écho à l'ordre du chevalier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1824 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre