AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782700700015
313 pages
Aubier Montaigne (08/01/1992)
4.27/5   11 notes
Résumé :
Voici naître et fleurir, à la fin d'un siècle raisonneur, le génie prophétique de William Blake.
Voici s'élever les chants les plus purs qu'on ait entendus depuis le temps de Shakespeare.
Dans l'Angleterre rurale et citadine de Georges III, son regard inspiré perçoit tour à tour " les deux états contraires de l'âme humaine" opposant ainsi à la radieuse et naïve innocence qui recouvrait jusqu'aux taches noires du ramoneur et de l'esclave, l'âpre et som... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique

Parfois, nous trouvons un poète, un peintre ou un musicien qui fonctionne comme une clé qui ouvre une partie de nous-mêmes dont nous ignorions qu'elle était là. C'est une sensation physique viscérale. Quelque chose qui dormait s'éveille, des portes ouvertes qui étaient fermées, des lumières s'allument à toutes les fenêtres d'un palais en nous dont nous n'avons jamais soupçonné l'existence.

Je suis venu à Blake par l'intermédiaire d'Allen Ginsberg (que j'ai entendu déclamer à Newcastle), dont j'ai entendu Howl à moitié consterné et, je dois le reconnaître à moitié ivre – peut-être même un peu plus. Je savais qui était Blake ; mais si Blake pouvait inspirer le genre de délire infernal célébré et hurlé par Ginsberg, alors il était le genre de poète que j'avais besoin de lire. le ravissement infernal était exactement ce que je voulais le plus.

C'était il y a bien des années. Mes opinions sur beaucoup de choses ont changé, j'ai cru en Dieu, puis j'ai refusé de croire à rien d'autre qu'au mot dieu; J'ai pensé que certains écrivains et poètes étaient incomparablement grands, et je les ai trouvés peu à peu de moins en moins intéressants, et enfin banals ; et l'inverse s'est produit aussi - j'ai trouvé des choses merveilleuses, des trésors inattendus, dans des livres et des poèmes que je n'avais pas la patience de lire correctement auparavant.

L'un de ces élans de certitude concerne la nature du monde. Est-il double, composé de matière et d'esprit, ou est-ce une seule et même chose ? le dualisme est-il mauvais, et si oui, comment rendons-nous compte de la conscience ? Dans le passage d'ouverture de Europe: Une Prophécie, Blake raconte comment il dit à une fée

"Dis-moi, qu'est-ce que le monde matériel, et est-il mort?"

En réponse, la fée promet de

"vous montrer tous vivants / le monde, où chaque particule de poussière exhale sa joie".

Pour la fée de Blake, la matière elle-même est consciente. Pourquoi ne le serait-elle pas ?

Cette perception porte une charge morale, qui s'exprime le plus clairement dans "Présages de l' Innocence", un poème non publié du vivant de Blake. Je le considère comme l'un des plus grands poèmes politiques, pour la façon dont il insiste sur le droit à la vie et à la liberté sans réserve, unissant lgrandes et petites choses:

'Un sein rouge dans une Cage

Met tout le paradis en colère.

Un chien affamé à la porte de son maître

Prédit la ruine de l'État.

Chaque cri du Lièvre traqué

Une fibre du cerveau se déchire.'

Quand il s'agit de vision, il faut être capable de voir les choses contraires et de les croire toutes deux vraies :

"Sans Contraires il n'y a pas de progression" (Le Mariage du Ciel et de l'Enfer), malgré le mépris des rationalistes dont la vision unique rejette tout ce qui est pas logiquement cohérent. Blake était dur sur la vision unique :

'Maintenant je vois une quadruple vision

Et une quadruple vision m'est donnée;

C'est quadruple dans mon suprême délice

Et triple dans la douce nuit de Beulah

Et double Toujours. Que Dieu nous garde

De la vision unique !

Grâce à William Blake,

"Toutes les divinités résident dans au coeur de l'homme",

et

"L'Eternité est amoureuse des productions du temps"

Tous ces vers – et beaucoup d'autres valent d'être connus.

Au même titre que les gravures de William Blake.


Lien : http://holophernes.over-blog..
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
The DOORS of perception
Si les portes de la perception étaient purifiées,
Toutes les choses apparaîtraient à l'homme telles qu'elles sont, infinies.
Car l'homme s'est enfermé, jusqu'à voir toutes choses
Au travers des étroites fentes de sa caverne.
Commenter  J’apprécie          191
Songs of Innocence (1789–1790)
On a cloud I saw a child,
And he laughing said to me:
"Pipe a song about a Lamb."
So I piped with merry cheer…
Piping down the valleys wild,
Piping songs of pleasant glee,
On a cloud I saw a child,
And he laughing said to me:
"Pipe a song about a Lamb."
So I piped with merry cheer;
"Piper, pipe that song again."
So I piped; he wept to hear.
Commenter  J’apprécie          10
Every nignt and every morn
some to misery are born .
Every morn and every night
some are born to sweet delight,
some are born to sweet delight .
Commenter  J’apprécie          10
Pourquoi nous tenons-nous là en tremblant, appelant Dieu à notre secours, au lieu de faire appel à nous-mêmes, en qui Dieu habite.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de William Blake (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Blake
« […] les auteurs d'aphorismes, surtout lorsqu'ils sont cyniques, irritent ; on leur reproche leur légèreté, leur désinvolture, leur laconisme ; on les accuse de sacrifier la vérité à l'élégance du style, de cultiver le paradoxe, de ne reculer devant aucune contradiction, de chercher à surprendre plutôt qu'à convaincre, à désillusionner plutôt qu'à édifier. Bref, on tient rigueur à ces moralistes d'être si peu moraux. […] le moraliste est le plus souvent un homme d'action ; il méprise le professeur, ce docte, ce roturier. Mondain, il analyse l'homme tel qu'il l'a connu. […] le concept « homme » l'intéresse moins que les hommes réels avec leurs qualités, leurs vices, leurs arrière-mondes. […] le moraliste joue avec son lecteur ; il le provoque ; il l'incite à rentrer en lui-même, à poursuivre sa réflexion. […]
On peut toutefois se demander […] s'il n'y a pas au fond du cynisme un relent de nostalgie humaniste. Si le cynique n'est pas un idéaliste déçu qui n'en finit pas de tordre le cou à ses illusions. […] » (Roland Jaccard.)
0:00 - Vauvenargues 0:10 - Georges Perros 0:19 - Anatole France 0:29 - Prince de Ligne 0:40 - Jules Renard 0:49 - Blaise Pascal 1:13 - André Ruellan 1:23 - Jean Rostand 1:35 - Georg Christoph Lichtenberg 1:45 - Michel de Montaigne 2:08 - Marc Sautet 2:29 - Cardinal de Retz 2:40 - Montesquieu 2:54 - William Blake 3:05 - Emil Cioran 3:23 - Arthur Schopenhauer 3:57 - Alphonse Esquiros 4:11 - La Rochefoucauld 4:23 - Alexander Mitscherlich 4:34 - Générique
Contenu suggéré : DICTIONNAIRE DU PARFAIT CYNIQUE #2 : https://youtu.be/ER32fi_Jcn0 DICTIONNAIRE DU PARFAIT CYNIQUE #1 : https://youtu.be/PAkTz48qZrw NI ANGE NI BÊTE : https://youtu.be/aBUASQxO9z4 S'IL N'Y AVAIT DE BONHEUR QU'ÉTERNEL... : https://youtu.be/bHCEHBhdLLA LES CHIENS CÉLESTES : https://youtu.be/zZ-0H1qTlJg PETITE FOLIE COLLECTIVE : https://youtu.be/Ge4q_tfPWjM AD VITAM AETERNAM : https://youtu.be/YjvEBidvMXM QUE SUIS-JE ? : https://youtu.be/sbWh58UeGvE LA LUCIDITÉ POUR LES NULS : https://youtu.be/mMXwZq9N2kk Philosophie : https://www.youtube.com/playlist?list=PLQQhGn9_3w8pT0¤££¤55Georg-Christoph-Lichtenberg80¤££¤9ptGAv
Référence bibliographique : Roland Jaccard, Dictionnaire du parfait cynique, Paris, Hachette, 1982.
Images d'illustration : Vauvenargues : https://www.buchfreund.de/de/d/p/101785299/luc-de-clapiers-marquis-vauvenargues-1715-1747#&gid=1&pid=1 Georges Perros : https://editionsfario.fr/auteur/georges-perros/ Anatole France : https://rickrozoff.files.wordpress.com/2013/01/anatolefrance.jpg Prince de Ligne : https://tresorsdelacademie.be/fr/patrimoine-artistique/buste-de-charles-joseph-prince-de-ligne#object-images Jules Renard : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a5/Jules_Renard_-_photo_Henri_Manuel.jpg Blaise Pascal : https://www.posterazzi.com/blaise-pascal-french-polymath-poster-print-by-science-source-item-varscibp3374/ André Ruellan : https://www.babelio.com/auteur/
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1080 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre