AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070617180
80 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (14/02/2008)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Sur le chemin des vacances, Rodrigue et Claire s'arrêtent avec leurs parents pour pique-niquer. En repartant ils oublient Balthazar, leur chat.

Commence alors une double narration où l'on suit simultanément la vie de la famille émue par la perte de l'animal et celle du chat Balthazar, livré à lui-même.

Une histoire d'amitié entre un animal et ses propriétaires, qui séduira le lecteur par la tendresse qui se dégage du texte.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
mlcg
  08 janvier 2014
Chat perdu de Jean-Noël Blanc est un roman composé de cinq chapitres qui alternent les mésaventures d'un chat nommé Balthazar et ceux de ses maîtres.
L'histoire commence dans une voiture dans laquelle se trouve une famille en retour de vacances : Rodrigue, sa soeur Claire et leurs parents. Ces-derniers se retrouvent dans l'obligation de rentrer chez eux sans leur chat, Balthazar, qu'ils ont oublié dans la forêt avant leur départ. Malgré un retour sur les lieux, l'animal a finalement disparu. Pendant ce temps, Balthazar erre dans la forêt dans la faim et la peur. Il se fait attaquer à deux reprises, une fois par l'oiseau de nuit et une seconde fois par un homme et ses chiens. Blessé, il est finalement recueilli par une vieille dame qui tente de l'apprivoiser sans le laisser sortir de chez elle. Pour Rodrigue, de son côté, la rentrée scolaire est plutôt triste. Son professeur principal et ses parents s'inquiètent même de son attitude, et ces-derniers vont jusqu'à lui proposer d'acheter un nouveau chat. Rodrigue, réticent, continue malgré tout de vivre dans l'espoir. Jusqu'au jour où Balthazar parvient à s'échapper de chez la vieille dame, et finit enfin par retrouver le chemin qui le ramène vers sa vraie famille. de retour dans la maison, le chat aperçoit Rodrigue et constate que ce-dernier n'a pas changé...
Deux axes sont constatés dans ce roman : celui du parcours du chat pour retrouver sa maison et celui des différentes réactions de la famille face à la disparition de l'animal. Cela peut se percevoir notamment par l'emploi de deux polices différentes afin de faire la distinction entre les propos de la famille et ceux du chat. Cette manière de faire cette différenciation facilite également la lecture de l'enfant qui peut ainsi mieux se repérer et mieux comprendre les changements.
Ce roman permet de mettre en avant les liens qui peuvent exister entre un animal, en l'occurrence un chat dans ce roman, et son maître mais également les liens entre membres de la famille : c'est le cas notamment entre Rodrigue et sa soeur Claire. Cette-dernière en effet, n'est pas très affectueuse avec son frère dans le début du roman, elle tente de le blesser avec des paroles, le titille, cherche à l'énerver. Mais au fil du temps, cette attitude change. Elle tente de le réconforter et emploie moins la menace pour lui parler. D'ailleurs à la fin du roman, se trouve une page du journal intime De Claire dans laquelle elle raconte qu'elle a défendu son frère face aux moqueries d'une de ses amies envers la peine de Rodrigue. La disparition du chat Balthazar permet ainsi de renforcer les liens frère/soeur dans ce livre.
Les liens d'amitié entre Rodrigue et Balthazar se perçoivent quand à eux, tout au long du roman. Même s'ils sont éloignés, malgré la distance, chacun pense à l'autre. Pour Balthazar c'est surtout dans les moments difficiles, lorsqu'il a faim et qu'il se sent en danger dans la forêt. Quand à Rodrigue, son amitié se ressent dans tout le roman.
Un autre thème particulièrement présent dans cette oeuvre est celui de l'espoir. En effet, tout au long du roman nous pouvons voir que Rodrigue n'abandonne pas l'idée de revoir un jour son chat et ne souhaite pas le remplacer par un autre. Cela se confirme au chapitre 5, lors d'une conversation des parents sur l'éventualité d'un nouveau chat dans la maison. Mais le père dit à sa femme qu'il a déjà fait la proposition à Rodrigue et que ce-dernier avait répondu : "Qu'est-ce qui se passera si Balthazar revient à la maison ? ". Par conséquent, Rodrigue considère que son chat est encore vivant et qu'il va revenir. L'espoir, donc, de retrouver son animal de compagnie, de le revoir vivant pour la famille mais l'espoir aussi de retrouver sa maison, son confort, ses maîtres pour le chat. Ce-dernier, alors qu'il est seul, blessé et affamé, est déterminé à chercher de nouveau sa maison.
L'écriture et le choix des mots dans ce roman sont quand à eux simples et clairs. Les phrases sont de longueurs de plus en plus courtes dans certains passages (notamment celles de bagarres racontées par Balthazar comme au chapitre 5 avec le gros rat) pour ainsi montrer la rapidité des évènements. Nous trouvons également de nombreuses répétitions de mots, une récurrence d'anaphores, d'énumérations de verbes (comme par exemple lorsque le narrateur, qui n'est autre que le chat, évoque la bagarre avec le gros rat au chapitre 5 : "Je me suis contorsionné. Trouver son cou. Planter mes canines. Viser la chair tendre. Plonger mes dents jusqu'au sang."). Tous ces éléments permettent par conséquent, de faciliter la compréhension de l'histoire pour le lecteur et de dynamiser le texte.
Ce roman s'adresse ainsi à des jeunes qui ont environ 9 ou 10 ans et qui commencent à s'attacher à leur animal de compagnie. Il incite le lecteur à ne pas perdre espoir, s'il lui arrivait la même chose avec son animal. C'est par conséquent une oeuvre porteuse d'espoir pour les jeunes lecteurs. Chat perdu permet également de mettre l'accent sur les différents rapports entre humains mais également avec les animaux. Ces-derniers ressentent l'affection que chaque individu leur donne, et l'auteur pour montrer ceci, met en avant les pensées du chat et fait employer à ce-dernier la première personne "je" afin d'accentuer tout sentiment ; le chat devient ainsi le narrateur. Cette oeuvre montre aussi au lecteur qu'une épreuve comme la perte d'un animal, renforce des liens entre personnes : c'est le cas entre autre avec Rodrigue et sa soeur Claire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Omegane
  05 août 2013
Si Rodrigue n'avait pas voulu s'arrêter sur la route du retour des vacances pour permettre à Balthazar de se dégourdir les pattes, son chat ne se serait pas perdu. Car lorsqu'il se rend compte qu'il a oublié de remettre son panier dans la voiture, même si toute la famille retourne sur les lieux pour faire des recherches jusqu'à la tombée de la nuit, le petit félin reste introuvable. En effet, son attention entièrement fixée sur les tentations que lui offre la nature, ce dernier s'aperçoit trop tard qu'il ne peut désormais compter, pour survivre, que sur lui-même. Pendant ce temps, Rodrigue n'arrive pas à se remettre de cette disparition, malgré le soutien de sa soeur et de ses parents. Faut-il se résoudre à ce que ces deux là soient à jamais séparés, malgré l'attachement profond qui les unis ?

Dans la peau de Balthazar, l'auteur nous convie à suivre à la première personne le déroulement des péripéties et des épreuves que sa détermination lui permet de surmonter. « Je suis un chat », dit-il, « et les chats ne se retournent pas quand ils font ce qu'ils ont décidés ». Juste remarque qui révèle une vraie empathie envers l'animal, capable de discerner ses qualités propres, comme la patience, le courage, la tendresse, la vivacité... Parallèlement, on suit l'évolution des sentiments de Rodrigue, auquel il est lié plus qu'à tout autre être humain. le garçon est d'abord bouleversé par un lourd chagrin, auquel se mêle la culpabilité. Tandis que ses proches s'efforcent d'y mettre un terme par affection pour lui, d'autres enfants le poussent à le nier en accablant de sarcasmes une sensibilité qu'ils assimilent à de la faiblesse. le monde est tout autant rude, et bien plus dangereux pour le chat, lui aussi rencontrant bienveillance comme brutalité chez les humains, mais également obligé de développer ses talents de chasseur et de combattant parmi les autres animaux. Bien que le danger soit le prix de la liberté, ce n'est pas le confort d'un coussin moelleux ni la certitude d'une gamelle pleine qui guident les pas de Balthazar, mais le souvenir d'une amitié, pour lui indéfectible. Car un chat ne renonce jamais, bien sûr, et les témoignages d'animaux perdus parvenant à regagner leur domicile ressemblent beaucoup à cette émouvante histoire.

Lien : http://libr.animo.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
cdijeanjaures
  07 janvier 2016
Une famille composée de deux parents d'une petite fille se nommant Claire et d'un petit garçon se nommant Rodrigue oublient leur chaton se nommant Balthazar lors d'un pique-nique loin de chez eux.
Le chaton va connaître la souffrance, la peur, la faim et le froid. Il va aussi se faire attaquer par de nombreux prédateurs tout en racontant ses sentiments.
Rodrigue et Claire on du mal à s'en remettre et creusent une tombe pour Balthazar. le petit garçon ne mange presque plus, ne parle presque plus et ne rit presque plus : ses parents s'inquiètent.
Balthazar va finalement bien s'en sortir en se faisant adopter par une vieille dame : il regrossi, son poil repousse et ses blessures sont soignée. Mais très vite, il repense à Rodrigue...
Le petit garçon à de mauvaises notes, devient froid et pleure souvent car il est impossible de lui sortir Balthazar de la tête et, même si ses parents font tout pour le réconforter, Rodrigue est toujours triste et espère que le chaton s'en sort bien.
En effet Balthazar après avoir été ramené plusieurs fois de tentatives d'évasions, s'en va sur le long chemin qui le ramènera à Rodrigue, malgré les plaintes et les pleurs de la vieille dame, son envie de rester avec elle autant qu'avec Rodrigue qui lui, commençait à l'oublier...
Ce livre donne envie d'en lire toujours plus et de jamais s'arrêter car on a très peur pour le petit chaton, héros de l'histoire, qui survit à une aventure extravagante et étonnamment elle finit bien. Il y a un petit peu de tristesse dans ce livre, de la passion, du suspense et de l'effroi ainsi que de la joie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ninon16
  07 février 2013
ce livre est un peu monotone, car il n'y a jamais de vraies phrases; un groupe nominal suivi d'un point. Je trouve que les mots utilisés ne nous attirent pas. Sinon, j'ai bien aimé la fin, elle est sympa car Baltazar, le chat, retrouve ses maîtres. J'aime les histoires qui finissent bien !
Commenter  J’apprécie          70
cdiclasse
  10 décembre 2015
Le livre parle des maîtres qui partent dans une foret et qui abandonnent leur chat. Ce livre est un peu triste et émouvant mais à la fin le chat rentre chez lui et tout le monde est heureux .
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
cdijeanjaurescdijeanjaures   07 janvier 2016
Je sais où je vais. Et je sais que je m’approche. La maison là-bas. Le bruit des voix. Cette façon qu’elles ont de résonner contre le mur du jardin. Ces sonorités chaudes. Et l’odeur de la cabane en planches, au fond. D’ici, je la sens. Rien n’a changé. Je m’avance. On crie dans le jardin. Sans importance. Je n’ai plus rien à craindre Je marche sur l’herbe coupée. La fenêtre est ouverte. Celle de la cuisine. Je saute. Pas d’assiette pour moi. Elle était toujours là, pourtant. Juste au bord de l’évier. Avec de la viande. Je miaule. J’appelle. Ils ne vont quand même pas oublier de me nourrir. Je miaule plus fort. Et encore plus fort. J’appelle.
Jusqu’à ce que Rodrigue arrive, il n'a pas changé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Video de Jean-Noël Blanc (2) Voir plusAjouter une vidéo

[Jean Noël Blanc]
Pour écrire son roman "Chiens de gouttières" (aux éditions Seghers), Jean-Noël BLANC s'est posté au café de Barnabé.Celui-ci, attablé à la Brasserie de Gutenberg, dans le 2ème arrondissement de Lyon, parle de ce qu'il entend dans les bistrots, des personnes agées, et des sports qu'il pratiquait (football et cyclisme).
autres livres classés : chatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

nouvelles re-vertes

Quelle est l'odeur de la peinture qu'utilise Ella quand elle a repeint la cage d'escalier ?

la violette
l'orange
le citron
la rose

14 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Nouvelles re-vertes de Jean-Noël BlancCréer un quiz sur ce livre