AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1030700850
Éditeur : Au Diable Vauvert (13/10/2016)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.61/5 (sur 204 notes)
Résumé :
Obsédé par les cartes, le narrateur décide de visiter tous les pays du globe.
Des favelas colombiennes aux hôtels clubs tunisiens, en passant par les karaokés du Yang-tsé-Kiang, les villages oubliés du Mozambique, les vagues polynésiennes, les plateaux de Bollywood, le tumulte du Proche-Orient et même par la Suisse, ce promeneur globalisé nous guide à travers l’inépuisable diversité des mondes.
Avec ce roman géographique, Julien Blanc-Gras nous p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (66) Voir plus Ajouter une critique
Malaura
20 mai 2011
Depuis son plus jeune âge, le narrateur de ce récit voue une passion sans borne à la géographie, aux cartes, aux atlas.
Enfant, il fait l'apprentissage de la lecture en déchiffrant les noms de pays lointains aux sonorités aussi mystérieuses que barbares. « Kamtchatka », « Saskatchewan » produisent chez lui un puissant désir de mettre les voiles, prendre le large, « sacrer le camp » dirait-on au Québec, en un mot voyager. Rien de plus logique alors, si nous le retrouvons à l'âge adulte, sac à dos sur l'épaule et vent en poupe avec la volonté affichée de tout connaître de la planète. Partant de l'idée, audacieuse et «mathématico-géographique», que l'être humain vit en moyenne trente mille jours et « qu'il existe environ deux cents Etats souverains », le voyageur peut donc passer cent cinquante jours dans chaque pays, « cinq mois ici , cinq mois là, jusqu'à ce que mort s'ensuive ».
Notre globe-trotter se met donc en route…Mais pas question pour lui de jouer les explorateurs, les conquérants ou autres découvreurs de nouveaux mondes. Touriste, c'est ce qu'il veut être, malgré le dédain que ce terme inspire. Flâner, contempler, observer, sans se départir de cette futilité détendue et curieuse qui fait les bons plaisanciers.
Par devoirs professionnels (le narrateur est également journaliste) ou par choix hasardeux – jeter un caillou sur une carte pour choisir sa destination, pointer du doigt un "coin" du globe…Ah mais c'est le jeu ma pauvre Lucette !) - notre nomade mondial nous entraîne d'un bout à l'autre de la planète, des bidonvilles de Colombie où « on se demande s'il faut avoir peur », de l'Inde et du Népal où l'on rencontre le nouveau Bouddha, des favelas du Brésil où se pratique le « poorism », visite touristique des quartiers pauvres (!), en passant par le désert marocain, le bout du monde polynésien, le karaoké à la chinoise, le conflit au Proche-Orient, et bien d'autres destinations encore aussi délirantes que déjantées.
Un véritable tour du monde émaillé de rencontres, de réflexions, de coups de coeur, coups de cafards et coups de gueule, d'émerveillements et de moments de lassitude.
Après Gringoland, lauréat du Festival du Premier Roman de Chambéry en 2006, et Comment devenir un dieu vivant, Julien Blanc-Gras signe avec Touriste son troisième ouvrage aux éditions du Diable Vauvert.
Entre roman aux forts accents autobiographiques, récit de voyage et journal de bord, l'auteur s'en donne à coeur joie pour nous faire partager ses expériences de promeneur altermondialiste.
Ce sont donc ces pérégrinations d'un touriste global que nous suivons d'un bon train dans ce texte enjoué et chaleureux, aux tons et échos très actuels et à l'humour irrésistible, finement subversif et subtilement cynique pour mieux souligner les clichés et autres préjugés que les hommes ont malheureusement tendance à s'offrir en partage.
Tourisme, c'est aussi le constat souvent décevant des écarts entre les peuples, entre pays riches et pays pauvres, des aberrations et autres subversions dans le fonctionnement des systèmes gouvernementaux, c'est le témoignage sans fard de civilisations qui s'effondrent faute d'aides et de bonnes volontés, c'est l'observation à la fois comique, curieuse et amusée du regard de l'Autre, c'est la soif de rencontres et d'échanges qui se greffe au goût immodéré du voyage.
Touriste, c'est aussi des moments d'apaisement et de pur émerveillement, comme celui de voir l'aube se lever sur le Gange, celui d'entendre l'orchestre symphonique des animaux de la forêt en plein coeur de l'Afrique, celui de fouler pour la première fois au monde le sol d'une terre loin du « tumulte des humains » et celui enfin de pouvoir donner un sens à sa vie avec ce bonheur d'être là, vivant, « adossé à la croûte terrestre ».
Alors si vous ne partez pas en vacances cette année, c'est mon cas (pas question d'abandonner mes miaous !), c'est le livre qu'il vous faut !
Et si vous partez en vacances cette année, eh bien je crois bien que…c'est le livre qu'il vous faut !
Lu dans le cadre de l'opération Masse Critique. Un grand merci à Babelio et aux éditions du Diable Vauvert pour la découverte de cet auteur avec qui l'on a envie de poursuivre la route.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
mariecesttout
17 mars 2014
En fait, au Masque et la Plume, ils avaient dit beaucoup de bien de Paradis ( avant liquidation). Mais à les écouter, je trouvais que les îles Kiribati, et ce que cet auteur en disait, me faisaient quand même beaucoup penser à Tahiti et à son avenir.. J'ai préféré commencer par Touriste.Déjà, j'étais .. de parti pris, et ce n'est pas bien!
Succession de petits chapitres, certains sont drôles, d'autres moins. Il a de l'humour, ce garçon,et un bon sens de l'observation. Je ne lui conteste pas. Mais il y a aussi pas mal de platitudes qui m'ont quelquefois agacée.
Tout est forcément survolé, j'aurais aimé qu'il s'attarde un peu plus sur certains pays, mais, en fait, tout est dans le titre! Un touriste, ça passe, ça ne s'attarde pas.
J'espère simplement aussi qu'il a donné le nom véritable de l'abominable scientifique à Madagascar qui n'a pas accepté de passer un coup de téléphone pour déclencher des secours pour des pêcheurs perdus en mer en pirogue. Seize morts, quand même..
Un extrait sur Tahiti qui m'a fait rire, car des couples comme Martine et Henri, j'en connais tant, et là, c'est très bien vu. Mais ce n'est plus du "tourisme", c'est de la ..sociologie?
"Nous sommes logés dans une grande maison tropicale face à l'océan ( précision superflue, ici on donne toujours sur l'océan). Chez Martine et Henri. Elle: tahitienne, un ouragan de dynamisme ménager, 55 ans. Ancienne reine de beauté, toujours le sourire. Lui: contre-amiral de l'armée française à la retraite, tours du monde à gogo, 75 ans. Il fait toujours la gueule, mais j'adore parler avec les vieux. Il me briefe sur Tahiti. Ici, il faut se méfier: des poissons-pierres ( très méchants, un journaliste brésilien a fait quinze jours d'hôpital l'an dernier), du corail ( vivant) , des scolopendres ( venimeux), des vagues ( qui tuent), des chiens ( très bâtards) des moustiques ( très nombreux), des coupures en dessous du genou ( infection galopante, gangrène, amputation, mort). Selon Henri, il faut surtout se méfier des Tahitiens, très sauvages quand ils sont bourrés: " L'alcool détruit les hommes. C'est une société matriarcale. Ce sont elles qui font tourner la boutique...
..Henri soupire chaque fois que Martine lui demande quelque chose. Ils ne communiquent que pour des raisons strictement utilitaires, aucun signe de tendresse ne s'immisce dans leurs relations. Tous les matins, Henri fait le tour de l'île à vélo. le reste du temps, il bricole et se consacre à Princesse, petit teckel ridicule qu'il couvre de caresses pour un oui ou un non. Henri est attendrissant , dans le genre vieux réac. Il achève une vie bien remplie aux antipodes , une profonde insatisfaction semble miner son âme. Sous les étoiles, qui sont disposées n'importe comment, il explique whisky en main qu'il pleut parfois pendant trois semaines , jour et nuit, sans discontinuer. Henri finit son verre. Dans le ciel, la Croix du Sud veille sur sa mélancolie et visiblement, ça ne le console pas."
"Sous les étoiles qui sont disposées n'importe comment"... :):)
Pour de petites annotations comme cela, j'aime bien ce " touriste"!
Difficile de les remettre en bonne place, c'est vrai ( mais quelle est-elle?) mais quels ciels..

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
Eric75
13 juin 2011
Julien Blanc-Gras a le sens de la formule. Son dernier livre, "Touriste" est émaillé de bons mots (beaucoup trop nombreux pour être tous cités ici, je vous convie donc simplement à aller sur la page "Citations") et se lit donc avec une certaine délectation, que l'on ait ou pas visité les pays traversés.
Comme s'il s'agissait d'un one-man-show, une connivence s'installe assez vite entre le narrateur et le lecteur-spectateur, friand d'anecdotes rigolotes, croustillantes ou affligeantes qui s'enchaînent d'un pays à l'autre.
Car il s'agit bien de cela, une succession décousue de sketches moqueurs, désopilants, cocasses, parfois graves, mettant en scène sur tous les continents une belle collection de personnages secondaires dans leur milieu naturel et lointain, et un narrateur, le personnage principal, observateur embarqué qui reste le plus souvent extérieur à l'histoire, évite de s'impliquer plus que nécessaire, ne prend jamais parti et n'hésite pas à prendre la fuite s'il le faut ("La vérité est ailleurs, ça m'arrange, c'est là que je vais", et, dernière phrase du livre : "Je ne fais que passer").
Le narrateur se définit comme un "touriste" par vocation, et inclut bien dans cette dénomination l'aspect péjoratif du mot ("Le touriste traverse la vie, curieux et détendu, avec le soleil en prime. Il prend le temps d'être futile").
Inutile de chercher, vous ne trouverez aucune analyse géopolitique, ethnologique ou sociétale destinée à éclairer les situations vécues par notre touriste professionnel, touriste ne rime pas avec journaliste.
En réalité, notre touriste ne cherche pas à aller à la rencontre des populations, on a plutôt l'impression qu'il cherche à fuir ses semblables. Sa quête prendra fin lorsqu'il aura enfin découvert une région totalement inexplorée et vide d'habitants ("Ce n'est pas le jardin d'Éden. Seulement un endroit à l'écart du tumulte des humains"). le touriste, sous son apparent esprit d'ouverture, cache en réalité un misanthrope.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
canel
06 août 2013
Julien Blanc-Gras a beaucoup voyagé, d'abord comme jeune baroudeur aux moyens financiers limités, puis aux frais de la princesse grâce à des emplois de reporter-tourisme.
Les chroniques se ressentent parfois de cette différence.
Quoi qu'il en soit, l'auteur nous fait part de sa vision d'une douzaine de villes/régions étrangères, en autant de récits succincts.
L'ensemble est fort instructif, non dénué d'humour, mais un humour auquel on adhère plus ou moins selon le degré de sympathie éprouvé pour l'auteur et ses propos - assez faible en ce qui me concerne.
L'ouvrage a également le mérite de faire réfléchir, si l'on veut s'y attarder, à ses propres comportements de touriste, son attitude face aux populations des pays visités, ce que l'on attend de ses voyages à l'étranger (Histoire, culture et moeurs locales, paysages, faire trempette et bronzer, etc.).
Commenter  J’apprécie          230
trust_me
20 juin 2011
Julien Blanc-Gras revendique haut et fort son statut de touriste. Pas forcément la caricature du type en chemise à fleurs qui parcourt des milliers de kilomètres pour manger la même pizza que chez lui. Plutôt un voyageur cherchant à s'assurer que les atlas feuilletés depuis l'enfance contiennent des informations correctes : "Certains veulent faire de leur vie une oeuvre d'art, je compte en faire un long voyage. Je n'ai pas l'intention de me proclamer explorateur. Je ne veux ni conquérir les sommets vertigineux, ni braver les déserts infernaux. Je ne suis pas aussi exigeant. Touriste, ça me suffit. le touriste traverse la vie, curieux et détendu, avec le soleil en prime. Il prend le temps d'être futile. de s'adonner à des activités non productives mais enrichissantes. le monde est sa maison. Chaque ville, une victoire. le touriste inspire le dédain, j'en suis bien conscient. Ce serait un être mou, au dilettantisme disgracieux. C'est un cliché qui résulte d'une honte de soi, car on est toujours le touriste de quelqu'un." Tout est dit !
Angleterre, Colombie, Guatemala, Inde, Maroc, Brésil, Chine, Polynésie, Madagascar… Autant de destinations que de découvertes. Julien Blanc-Gras possède une façon bien à lui d'appréhender la dynamique du monde. Il conçoit le tourisme comme une leçon de géographie à l'échelle 1. Et il faut bien reconnaître que ses impressions de voyage sont délicieuses à partager. Refusant (et ne pouvant se permettre) le luxe des grands hôtels, il côtoie les autochtones dans leur milieu, en parfaite immersion. Quand il se rend dans un faubourg ultra violent de Cali ou dans une favela brésilienne, c'est sans à priori, oscillant entre naïveté et réelle lucidité.
C'est un fait, ce voyageur là possède à la fois de l'humour et une vraie profondeur, parfois cachée derrière son goût pour les bons mots et les formules à l'ironie mordante. Son écriture, d'une belle fluidité, est délicieuse. Pas de chichi, pas de langue de bois, pas d'envolée lyrique ou philosophique. Pas non plus de dénonciation outragée ou de prise de position militante. Un point de vue plein de fraîcheur qui sait se faire critique quand la situation l'exige. Sans nier la terrible réalité du monde, Julien Blanc-Gras garde un regard souvent tendre et toujours très respectueux pour les gens qu'il rencontre.
Un récit de voyages parmi tant d'autres ? Surement pas. Une vision moderne et très personnelle du tourisme alliée à un joli brin de plume font de ce recueil passé totalement inaperçu au moment de sa sortie un vrai régal de lecture. Vous serez prévenu…

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Les critiques presse (2)
Actualitte26 juillet 2011
J'aime d'autant plus le personnage que tu nous racontes parti sur des toits du monde aux plus plates vallées, qu'il rattrape l'indigente bêtise si souvent remarquée de nos concitoyens lorsqu'ils sont loin de chez eux. Ces imbéciles heureux de Brassens, dont l'un m'a terrorisé pour des siècles. C'est que ce givré, devant les chutes de Montmorency a lancé à sa femme : « C'est vachement moins beau que les fontaines de Versailles, tu trouves pas ? »
Lire la critique sur le site : Actualitte
Bibliobs10 juillet 2011
On savoure cette succession de désopilantes cartes postales comme on picore des cacahuètes en sirotant un mojito face au lagon. Par surprise, quelque part dans les villages perdus du sud de Madagascar, on se retrouve bientôt à dévorer un épisode magnifique, tragique et beau. N'en disons pas plus, il faut le lire.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations & extraits (130) Voir plus Ajouter une citation
petitourspetitours14 avril 2011
On compte environ 200 états souverains. On vit à peu près 30000 jours. Si l’on considère l’existence sous un angle mathématico-géographique, on devrait passer 150 jours dans chaque pays. Il faut se rendre à l’évidence. Je dois aller dans tous les pays du monde. Je ne trouverai pas le repos dans l’immobilité. Untel veut devenir une star, un autre posséder un yacht ou coucher avec des sœurs jumelles. Je veux juste aller à Lusaka. Et à Thimbu. Et à Valparaiso. Certains veulent faire de leur vie une œuvre d’art, je compte en faire un long voyage. Je n’ai pas l’intention de me proclamer explorateur. Je ne veux ni conquérir les sommets vertigineux ni braver les déserts infernaux. Je ne suis pas aussi exigeant. Touriste, ça me suffit. Le touriste traverse la vie, curieux et détendu, avec le soleil en prime. Il prend le temps d’être futile. De s’adonner à des activités non productives mais enrichissantes. Le monde est sa maison. Chaque ville, une victoire. Le touriste inspire le dédain, j’en suis bien conscient. Ce serait un être mou, au dilettantisme disgracieux. C’est un cliché qui résulte d’une honte de soi, car on est toujours le touriste de quelqu’un.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
KathleeneKathleene19 mai 2011
Pour supporter l’épreuve, j’ai apporté quelques classiques. Je suis sous le ciel de Tunisie et je plonge dans les ruelles de Saint-Pétersbourg, qui sont aussi tortueuses que l’âme de Raskolnikov. Pour mémoire, le héros de Crime et Châtiment est un étudiant qui sèche les cours parce qu’il est fauché Comme il n’y avait pas de McDo au XIXème siècle, il n’a pas de petit boulot non plus. C’est un jeune homme intelligent et exalté, à l a mégalomanie fiévreuse.
Son indigence blesse son narcissisme et comme il est cinglé, il décide d’assassiner une vieille usurière méchante pour lui piquer son bas de laine. Il légitime son geste en l’enrobant d’alibis existentiels retours. La justification du crime est un des thèmes du roman. Raskolnikov prépare son sale coup, je suis emporté par la puissance narrative de Dostoïevski et la sono de la piscine crache « Vas-y Francky, c’est bon, vas-y Francky, c’est bon, bon, bon. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
cicou45cicou4511 mai 2011
"Je ne sais toujours pas si Dieu existe mais, à vrai dire, je n'en ai rien à foutre. L'important, c'est de le chercher. Rares sont les prophètes immobiles. MoÏse a franchi une mer pour recevoir ses commandements. Mahomet a donné naissance à l'oumma en migrant à Médine. Jésus a erré dans le désert [...] Les prophètes sont au moins d'accord sur ce point : la vérité est ailleurs. Ça m'arrange, c'est là que je vais."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
rara04 décembre 2014
Les Colombiens souffrent de la violence, mais aussi de la réputation qu'elle confère à leurs pays. En conséquence, ils en font des tonnes pour accueillir dans les grandes largeurs l'étranger qui fait l'effort de venir. Face au danger, les recommandations oscillent entre la parano et le déni. "Ne sors pas seul dans la rue" ou "Mais non,ça ne craint pas plus qu'ailleurs." Pourtant, ça craint plus qu'ailleurs". Les chiffres sont cruels. La Colombie reste championne du monde de l'homicide. Ce n'est pas une raison suffisante pour ne pas sortir dans la rue. C'est là qu'on vit, c'est là qu'on rit. Oui, on rigole en Colombie. Quand les boîtes ferment, on fait saturer un autoradio et on improvise un bal.
Quand la mort rôde, la vie réplique. Elle exulte dans la perspective d'être écourtée. Alors on continue à danser dans la rue, malgré les narcos et malgré Shakira. Car en dépit de leurs catastrophes éternelles et quotidiennes,les Colombiens ont moins peur que vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
KathleeneKathleene19 mai 2011
Les sâdhus, ermites de l’hindouisme, ont choisi la voie spirituelle. Ils vont ainsi, pourvus de rein si ce n’est de leur karma, passant leur existence à se débarrasser de toute considération matérielle, de toute préoccupation terrestre. Certains vivent perchés dans des arbres ou choisissent de garder un bras en l’air pendant quinze ans pour éprouver leur piété. D’autres vont jusqu’à se mutiler les parties génitales en y accrochant de grosses pierres, dans le but d’annihiler leurs pulsions sexuelles. On parle alors de sâdhu-masu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Julien Blanc-Gras (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Blanc-Gras
L?Histoire à la casserole: Dictionnaire historique de la gastronomie de Henri Pigaillem aux éditions Folio
A comme absinthe, aspartame ou alléluia. C comme camembert ou carpaccio? de grog à spéculos en passant par Sandwich (le célèbre comte quatrième du nom), ce dictionnaire savoureux de la gastronomie à travers l?histoire, concocté par Henri Pigaillem, vous plonge à l?origine des aliments et des mots gourmands que nous avons tous à la bouche. Il retrace aussi la saga des grands restaurants, des génies de la gastronomie et des marques célèbres. Qui a inventé le croque-monsieur ? Qu?a écrit Taillevent ? D?où viennent les expressions « ôter le pain de la bouche », « en rang d?oignons », « pour des prunes » ? Pourquoi Vatel s?est-il suicidé ?? En dévorant cet ouvrage, vous pourrez répondre à toutes ces questions et mitonner un délicieux repas autour des recettes favorites de personnalités comme Alexandre Dumas ou Colette.
Au Chevet de l?Histoire de Henri Pigaillem aux éditions Télémaque
Après »L?Histoire à la casserole », dans lequel il promenait le lecteur aux quatre coins de la gastronomie, Henri Pigaillem a mis le cap sur l?histoire de la médecine. De céphalomancie à fétichisme érotique, en passant par masochisme, mimétisme, potomanie ou porphyrie, il ne nous épargne rien, avec des détails drôles et cruels, des origines des maladies et de leurs caractéristiques. Grands malades Richelieu, Louis II de Bavière-, grands médecins ? Ambroise Paré, Alfred Velpeau?-, c?est toute l?histoire de la médecine qui défile devant nos yeux ébahis, incrédules, attentifs, passionnés. Nous ne regarderons plus jamais une blouse blanche de la même façon !
Histoire des médecins de Stanis Perez aux éditions Perrin
Étrangement, une profession aussi célèbre et prestigieuse que celle de médecin n?a que rarement fait l?objet d?une synthèse historique allant de l?Antiquité à nos jours. Stanis Perez, l?un des plus grands spécialistes du sujet, retrace ici les principales étapes de l?évolution de l?art de soigner, sinon de guérir, en s?intéressant à ceux qui en ont la mission et qui en ont fait le serment. Depuis Hippocrate, le médecin est tantôt loué, tantôt décrié pour son combat victorieux contre la maladie, mais parfois perdu contre la mort. Mamika the Best de Sacha Goldberger aux éditions Fleuve
Mamika, the Best c'est la conclusion de l'histoire d'amour entre Sacha Goldberger et son exceptionnelle grand-mère de 96 ans, Frederika Goldberger. Au-delà des photos et des textes, c'est aussi un esprit, un mode de pensée, une certaine culture, celle d'un humour juif d'Europe centrale, absurde et poétique, à laquelle Sacha a été nourri toute son enfance. Mais c'est surtout, depuis dix années de shootings et de situations loufoques et poétiques, le meilleur moyen qu'a trouvé Sacha pour rendre sa grand-mère éternelle.
In utero de Julien Blanc-Gras aux éditions Au Diable Vauvert
Globe-trotter insatiable, l?auteur a posé ses valises pendant 9 mois pour observer un ventre s?arrondir. Journal de grossesse, In utero explore cette période de latence qui transforme l?homme en père, et la Femme en baleine. du test à l?accouchement, c?est le récit d?une aventure à la fois intime et universelle, avec ses joies et ses angoisses. Une aventure (très) rarement racontée du point de vue masculin. C?est aussi une réflexion documentée sur la grossesse à travers l?histoire et les cultures, une méditation sur la paternité à venir, traversée de questions existentielles (Faut-il faire des enfants dans un monde surpeuplé ? Peut-on accoucher en chaussettes ?). On y retrouve l?humour, le ton distancié et la fluidité de style de l?auteur de Touriste. Menée avec tendresse et profondeur, cette balade autour du ventre devient, au fil des mois, une marche forcée vers l?optimisme. In utero : un livre de chevet pour les futurs parents, les déjà parents, et pour ceux qui hésite
+ Lire la suite
autres livres classés : voyagesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
321 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre
. .