AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,67

sur 344 notes
Sirenna
  07 mars 2018
Embarquée pour un tour du monde avec Julien Blanc-Gras qui me propose dans l'ordre :
L'Angleterre ,la Colombie, le Guatemala, l'Inde, le Maroc, le Brésil, la Chine, la Polynésie et Madagascar.

J'ai dis ouuuuuuuuuuuuiiii à toutes ces destinations sans réfléchir !

Cela faisait une éternité que je n'avais pas passé des moments aussi agréable à rire comme une midinette face à un grand et beau explorateur (pas vérifié… mais envie de le croire )^^
Et d'abord … j'ai le droit de m'imaginer la tête que je veux ^^et que pourrai avoir le personnage principal^^

C'est l'avantage de la lecture sur un film ^^

L'avantage de partir avec lui c'est qu'il a évité toutes les destinations cartes postales ^^
Choix de sa part de nous éviter le plus possible de croiser les troupeaux de voyageurs qui se contentaient de destinations formatées !
Il n'arrêtait pas de dire qu'il n'était pas un explorateur mais un touriste… mais moi je vous certifie que au fil et à mesure des pays que j'ai parcouru avec lui j'ai l'intime conviction que:
-ce n'est pas un touriste habituel et normal^^

C'est un homme exceptionnel avec beaucoup de sagesse ,de recul ,de courage, de lucidité, et surtout un humour que j'ai adoooooooorééé.
Je n'ai pas arrêté de m'esclaffer comme une gamine pendant tout le voyage !
Courageux, intelligent, joyeux ;un compagnon de voyage rêvé !
Du bonheur à l'état pur.
C'était surprenant ,inattendu mais aussi parfois grave et dangereux !!
Mais j'ai vécu intensément chacun de ces voyages !
Dès le départ il m'a évidemment fait rêver avec la couverture de son livre et ce pingouin prenant l'avion
Déjà c'était décalé et j'aime le décalage
Y compris le décalage horaire ^^
J'aurai voulu continuer encore et encore à découvrir avec lui de nouveaux pays.
Ps :Vais me précipiter sur ses autres livres pour ne pas perdre la magie de cette première découverte de cet auteur qui m'a conquise complètement !
1001 étoiles pour ce livre comme celles qu'on voit dans le désert marocain ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          469
Malaura
  20 mai 2011
Depuis son plus jeune âge, le narrateur de ce récit voue une passion sans borne à la géographie, aux cartes, aux atlas.
Enfant, il fait l'apprentissage de la lecture en déchiffrant les noms de pays lointains aux sonorités aussi mystérieuses que barbares. « Kamtchatka », « Saskatchewan » produisent chez lui un puissant désir de mettre les voiles, prendre le large, « sacrer le camp » dirait-on au Québec, en un mot voyager. Rien de plus logique alors, si nous le retrouvons à l'âge adulte, sac à dos sur l'épaule et vent en poupe avec la volonté affichée de tout connaître de la planète. Partant de l'idée, audacieuse et «mathématico-géographique», que l'être humain vit en moyenne trente mille jours et « qu'il existe environ deux cents Etats souverains », le voyageur peut donc passer cent cinquante jours dans chaque pays, « cinq mois ici , cinq mois là, jusqu'à ce que mort s'ensuive ».
Notre globe-trotter se met donc en route…Mais pas question pour lui de jouer les explorateurs, les conquérants ou autres découvreurs de nouveaux mondes. Touriste, c'est ce qu'il veut être, malgré le dédain que ce terme inspire. Flâner, contempler, observer, sans se départir de cette futilité détendue et curieuse qui fait les bons plaisanciers.

Par devoirs professionnels (le narrateur est également journaliste) ou par choix hasardeux – jeter un caillou sur une carte pour choisir sa destination, pointer du doigt un "coin" du globe…Ah mais c'est le jeu ma pauvre Lucette !) - notre nomade mondial nous entraîne d'un bout à l'autre de la planète, des bidonvilles de Colombie où « on se demande s'il faut avoir peur », de l'Inde et du Népal où l'on rencontre le nouveau Bouddha, des favelas du Brésil où se pratique le « poorism », visite touristique des quartiers pauvres (!), en passant par le désert marocain, le bout du monde polynésien, le karaoké à la chinoise, le conflit au Proche-Orient, et bien d'autres destinations encore aussi délirantes que déjantées.
Un véritable tour du monde émaillé de rencontres, de réflexions, de coups de coeur, coups de cafards et coups de gueule, d'émerveillements et de moments de lassitude.

Après Gringoland, lauréat du Festival du Premier Roman de Chambéry en 2006, et Comment devenir un dieu vivant, Julien Blanc-Gras signe avec Touriste son troisième ouvrage aux éditions du Diable Vauvert.
Entre roman aux forts accents autobiographiques, récit de voyage et journal de bord, l'auteur s'en donne à coeur joie pour nous faire partager ses expériences de promeneur altermondialiste.
Ce sont donc ces pérégrinations d'un touriste global que nous suivons d'un bon train dans ce texte enjoué et chaleureux, aux tons et échos très actuels et à l'humour irrésistible, finement subversif et subtilement cynique pour mieux souligner les clichés et autres préjugés que les hommes ont malheureusement tendance à s'offrir en partage.

Tourisme, c'est aussi le constat souvent décevant des écarts entre les peuples, entre pays riches et pays pauvres, des aberrations et autres subversions dans le fonctionnement des systèmes gouvernementaux, c'est le témoignage sans fard de civilisations qui s'effondrent faute d'aides et de bonnes volontés, c'est l'observation à la fois comique, curieuse et amusée du regard de l'Autre, c'est la soif de rencontres et d'échanges qui se greffe au goût immodéré du voyage.
Touriste, c'est aussi des moments d'apaisement et de pur émerveillement, comme celui de voir l'aube se lever sur le Gange, celui d'entendre l'orchestre symphonique des animaux de la forêt en plein coeur de l'Afrique, celui de fouler pour la première fois au monde le sol d'une terre loin du « tumulte des humains » et celui enfin de pouvoir donner un sens à sa vie avec ce bonheur d'être là, vivant, « adossé à la croûte terrestre ».

Alors si vous ne partez pas en vacances cette année, c'est mon cas (pas question d'abandonner mes miaous !), c'est le livre qu'il vous faut !
Et si vous partez en vacances cette année, eh bien je crois bien que…c'est le livre qu'il vous faut !

Lu dans le cadre de l'opération Masse Critique. Un grand merci à Babelio et aux éditions du Diable Vauvert pour la découverte de cet auteur avec qui l'on a envie de poursuivre la route.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Eric75
  13 juin 2011
Julien Blanc-Gras a le sens de la formule. Son dernier livre, "Touriste" est émaillé de bons mots (beaucoup trop nombreux pour être tous cités ici, je vous convie donc simplement à aller sur la page "Citations") et se lit donc avec une certaine délectation, que l'on ait ou pas visité les pays traversés.
Comme s'il s'agissait d'un one-man-show, une connivence s'installe assez vite entre le narrateur et le lecteur-spectateur, friand d'anecdotes rigolotes, croustillantes ou affligeantes qui s'enchaînent d'un pays à l'autre.
Car il s'agit bien de cela, une succession décousue de sketches moqueurs, désopilants, cocasses, parfois graves, mettant en scène sur tous les continents une belle collection de personnages secondaires dans leur milieu naturel et lointain, et un narrateur, le personnage principal, observateur embarqué qui reste le plus souvent extérieur à l'histoire, évite de s'impliquer plus que nécessaire, ne prend jamais parti et n'hésite pas à prendre la fuite s'il le faut ("La vérité est ailleurs, ça m'arrange, c'est là que je vais", et, dernière phrase du livre : "Je ne fais que passer").
Le narrateur se définit comme un "touriste" par vocation, et inclut bien dans cette dénomination l'aspect péjoratif du mot ("Le touriste traverse la vie, curieux et détendu, avec le soleil en prime. Il prend le temps d'être futile").
Inutile de chercher, vous ne trouverez aucune analyse géopolitique, ethnologique ou sociétale destinée à éclairer les situations vécues par notre touriste professionnel, touriste ne rime pas avec journaliste.
En réalité, notre touriste ne cherche pas à aller à la rencontre des populations, on a plutôt l'impression qu'il cherche à fuir ses semblables. Sa quête prendra fin lorsqu'il aura enfin découvert une région totalement inexplorée et vide d'habitants ("Ce n'est pas le jardin d'Éden. Seulement un endroit à l'écart du tumulte des humains"). le touriste, sous son apparent esprit d'ouverture, cache en réalité un misanthrope.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
mariecesttout
  17 mars 2014
En fait, au Masque et la Plume, ils avaient dit beaucoup de bien de Paradis ( avant liquidation). Mais à les écouter, je trouvais que les îles Kiribati, et ce que cet auteur en disait, me faisaient quand même beaucoup penser à Tahiti et à son avenir.. J'ai préféré commencer par Touriste.Déjà, j'étais .. de parti pris, et ce n'est pas bien!
Succession de petits chapitres, certains sont drôles, d'autres moins. Il a de l'humour, ce garçon,et un bon sens de l'observation. Je ne lui conteste pas. Mais il y a aussi pas mal de platitudes qui m'ont quelquefois agacée.
Tout est forcément survolé, j'aurais aimé qu'il s'attarde un peu plus sur certains pays, mais, en fait, tout est dans le titre! Un touriste, ça passe, ça ne s'attarde pas.
J'espère simplement aussi qu'il a donné le nom véritable de l'abominable scientifique à Madagascar qui n'a pas accepté de passer un coup de téléphone pour déclencher des secours pour des pêcheurs perdus en mer en pirogue. Seize morts, quand même..

Un extrait sur Tahiti qui m'a fait rire, car des couples comme Martine et Henri, j'en connais tant, et là, c'est très bien vu. Mais ce n'est plus du "tourisme", c'est de la ..sociologie?

"Nous sommes logés dans une grande maison tropicale face à l'océan ( précision superflue, ici on donne toujours sur l'océan). Chez Martine et Henri. Elle: tahitienne, un ouragan de dynamisme ménager, 55 ans. Ancienne reine de beauté, toujours le sourire. Lui: contre-amiral de l'armée française à la retraite, tours du monde à gogo, 75 ans. Il fait toujours la gueule, mais j'adore parler avec les vieux. Il me briefe sur Tahiti. Ici, il faut se méfier: des poissons-pierres ( très méchants, un journaliste brésilien a fait quinze jours d'hôpital l'an dernier), du corail ( vivant) , des scolopendres ( venimeux), des vagues ( qui tuent), des chiens ( très bâtards) des moustiques ( très nombreux), des coupures en dessous du genou ( infection galopante, gangrène, amputation, mort). Selon Henri, il faut surtout se méfier des Tahitiens, très sauvages quand ils sont bourrés: " L'alcool détruit les hommes. C'est une société matriarcale. Ce sont elles qui font tourner la boutique...
..Henri soupire chaque fois que Martine lui demande quelque chose. Ils ne communiquent que pour des raisons strictement utilitaires, aucun signe de tendresse ne s'immisce dans leurs relations. Tous les matins, Henri fait le tour de l'île à vélo. le reste du temps, il bricole et se consacre à Princesse, petit teckel ridicule qu'il couvre de caresses pour un oui ou un non. Henri est attendrissant , dans le genre vieux réac. Il achève une vie bien remplie aux antipodes , une profonde insatisfaction semble miner son âme. Sous les étoiles, qui sont disposées n'importe comment, il explique whisky en main qu'il pleut parfois pendant trois semaines , jour et nuit, sans discontinuer. Henri finit son verre. Dans le ciel, la Croix du Sud veille sur sa mélancolie et visiblement, ça ne le console pas."

"Sous les étoiles qui sont disposées n'importe comment"... :):)
Pour de petites annotations comme cela, j'aime bien ce " touriste"!
Difficile de les remettre en bonne place, c'est vrai ( mais quelle est-elle?) mais quels ciels..


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
Ziliz
  06 août 2013
Julien Blanc-Gras a beaucoup voyagé, d'abord comme jeune baroudeur aux moyens financiers limités, puis aux frais de la princesse grâce à des emplois de reporter-tourisme.
Les chroniques se ressentent parfois de cette différence.

Quoi qu'il en soit, l'auteur nous fait part de sa vision d'une douzaine de villes/régions étrangères, en autant de récits succincts.

L'ensemble est fort instructif, non dénué d'humour, mais un humour auquel on adhère plus ou moins selon le degré de sympathie éprouvé pour l'auteur et ses propos - assez faible en ce qui me concerne.

L'ouvrage a également le mérite de faire réfléchir, si l'on veut s'y attarder, à ses propres comportements de touriste, son attitude face aux populations des pays visités, ce que l'on attend de ses voyages à l'étranger (Histoire, culture et moeurs locales, paysages, faire trempette et bronzer, etc.).
Commenter  J’apprécie          252
MELANYA
  14 août 2021
Connaissez-vous cet écrivain voyageur, journaliste français qu'est Julien Blanc-Gras ? Je vous pose la question parce que j'ai ressorti de ma bibliothèque « Touriste » (en Livre de Poche de « Au Diable Vauvert », paru en 2011). J'avais lu, auparavant, et apprécié « Paradis (avant liquidation) » où l'humour était déjà au rendez-vous.
Eh oui, encore un tellement bien rangé mais en vue, que je n'ai pas encore chroniqué ! Je n'ai pas fini de le dire (ou plutôt de l'écrire).

Quand l'auteur écrit : "Certains veulent faire de leur vie une oeuvre d'art, je compte en faire un long voyage », c'est ce qu'il a fait et nous a offert dans « Touriste », toute une compilation de plusieurs de ses voyages. Il reconnaît que pour cet ouvrage, il a pris quelques libertés soit pour des personnages, soit pour la chronologie. Mais peu importe, le lecteur n'est pas là pour vérifier.

Nous le suivons avec passion surtout que, dans mon cas, c'est un thème qui m'est cher. Partons à l'aventure nous aussi, partons sans chercher à comprendre les diverses destinations : on s'en moque pourvu qu'on ait l'ivresse ! C'est qu'elles sont nombreuses : de l'Angleterre à la Colombie - du Guatemala et de l'Inde - et puisqu'on y est, le Maroc, le Brésil…… ainsi que la Polynésie ou Madagascar : pas de quoi s'ennuyer, surtout avec des noms (que l'on connaît si on s'y intéresse), tels que le Kamtchatka (en russe : Камчатка), une péninsule volcanique en Extrême-Orient russe et qui va jusque dans l'océan Pacifique (dont le nom provient de son fleuve Kamtchatka). Là, j'arriiiiiive !
Mais il y a également le Saskatchewan (une province de l'Ouest du Canada et là aussi je viens car " je suis tombée en amour" pour ce pays.
Ainsi, avec ce petit livre (petit mais costaud), débutant avec un préambule « où l'on trouve des pathologies géographiques du narrateur » - (j'écris ceci en consultant la « Table d'orientation » en fin de livre), ce sont d'innombrables pays que l'on parcourt avec diverses anecdotes et une bonne dose d'humour.

En effet, le dépaysement est garanti mais le rire aussi. J'aimerais bien en citer quelques exemples mais le choix est difficile. Je le fais alors au hasard : « En Chine, où l'on révolutionne le concept de karaoké » - « Au Guatemala, où l'on trouve, enfin, une scène de sexe » - Non, je n'en dirai pas plus, c'est à découvrir.
Car c'est vraiment passionnant et on ne s'ennuie pas une minute : pas le temps, il faut continuer le voyage. Des moments de répit, de repos, tout de même : se trouvant à Djerba (à l'insu de son plein gré et en plus au Club Med !), au bord de la piscine, il lit « Crimes et châtiments » mais voilà qu'un groupe de vacanciers l'interpellent afin de danser pendant la chanson « Vas-y Fankie c'est bon » ! Moi j'aurais répondu : « ce n'est pas moi, mon nom est Julien, Julien Blanc-Gras ! »…. (rires SVP).

Bon, j'ai la nette impression, que je vais déraper et c'est la raison pour laquelle je vous quitte, sans oublier de ranger « Touriste » à sa place.


Lien : https://www.babelio.com/monp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
trust_me
  20 juin 2011
Julien Blanc-Gras revendique haut et fort son statut de touriste. Pas forcément la caricature du type en chemise à fleurs qui parcourt des milliers de kilomètres pour manger la même pizza que chez lui. Plutôt un voyageur cherchant à s'assurer que les atlas feuilletés depuis l'enfance contiennent des informations correctes : "Certains veulent faire de leur vie une oeuvre d'art, je compte en faire un long voyage. Je n'ai pas l'intention de me proclamer explorateur. Je ne veux ni conquérir les sommets vertigineux, ni braver les déserts infernaux. Je ne suis pas aussi exigeant. Touriste, ça me suffit. le touriste traverse la vie, curieux et détendu, avec le soleil en prime. Il prend le temps d'être futile. de s'adonner à des activités non productives mais enrichissantes. le monde est sa maison. Chaque ville, une victoire. le touriste inspire le dédain, j'en suis bien conscient. Ce serait un être mou, au dilettantisme disgracieux. C'est un cliché qui résulte d'une honte de soi, car on est toujours le touriste de quelqu'un." Tout est dit !

Angleterre, Colombie, Guatemala, Inde, Maroc, Brésil, Chine, Polynésie, Madagascar… Autant de destinations que de découvertes. Julien Blanc-Gras possède une façon bien à lui d'appréhender la dynamique du monde. Il conçoit le tourisme comme une leçon de géographie à l'échelle 1. Et il faut bien reconnaître que ses impressions de voyage sont délicieuses à partager. Refusant (et ne pouvant se permettre) le luxe des grands hôtels, il côtoie les autochtones dans leur milieu, en parfaite immersion. Quand il se rend dans un faubourg ultra violent de Cali ou dans une favela brésilienne, c'est sans à priori, oscillant entre naïveté et réelle lucidité.

C'est un fait, ce voyageur là possède à la fois de l'humour et une vraie profondeur, parfois cachée derrière son goût pour les bons mots et les formules à l'ironie mordante. Son écriture, d'une belle fluidité, est délicieuse. Pas de chichi, pas de langue de bois, pas d'envolée lyrique ou philosophique. Pas non plus de dénonciation outragée ou de prise de position militante. Un point de vue plein de fraîcheur qui sait se faire critique quand la situation l'exige. Sans nier la terrible réalité du monde, Julien Blanc-Gras garde un regard souvent tendre et toujours très respectueux pour les gens qu'il rencontre.

Un récit de voyages parmi tant d'autres ? Surement pas. Une vision moderne et très personnelle du tourisme alliée à un joli brin de plume font de ce recueil passé totalement inaperçu au moment de sa sortie un vrai régal de lecture. Vous serez prévenu…


Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
cicou45
  14 mai 2011
Le narrateur exerce, selon lui, à savoir celui de Touriste...mais attention pas n'importe quel touriste : Touriste professionnel. Son objectif : fouler le sol de chaque continent, chaque pays et chaque ile de la planète. Il commence son incroyable expérience avec les quelques économies qu'il a en poche puis, pour pouvoir continuer à explorer notre vaste monde, trouve quelques boulots pour divers magazines ayant pour but de réaliser des reportages photo sur tel ou tel pays, autant dire un boulot «pile dans ses cordes». Nous suivons donc le narrateur dans son incroyable découverte de multiples pays, dont certains nous étaient même inconnus de nom et de leur us et coutumes.
Une très belle performance de la part de l'auteur puisque ce livre pourrait en réalité se voir attribuer plusieurs étiquettes. Outre celle de roman, on pourrait très bien le qualifier de guide touristique ou encore de manuel d'histoire / géographie puisque l'auteur, via le narrateur nous renseigne non seulement sur la position géographique des pays qu'il évoque (enfin, quand le narrateur le sait puisqu'il lui arrive parfois de se retrouver dans des endroits qu'il serait incapable de situer sur une carte) mais aussi sur les rituels des peuples dont il apprend à faire la connaissance. Une magnifique bouffée d'oxygène ! La raison pour laquelle je n'ai pas attribuée la note maximum à ce livre est que l'auteur emploie parfois des termes un peu technique sur certains pays ! À découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
chocoladdict
  26 septembre 2013
Oui il m'arrive de lire des trucs drôles, preuve en est avec Touriste. Pas vraiment récit de voyages, pas non plus roman, j'ai suivi avec beaucoup de plaisir les pérégrinations de l'auteur à travers le monde de l'Inde à Jérusalem, du Maroc à Tahati. C'est intelligent, décalé, pertinent, avec un sens de la formule qui donne envie de tout noter dans un petit carnet (même les choix des titres des chapitres sont savoureux). Au passage j'ai appris plein de choses sur les pays traversés, j'ai eu la confirmation que je n'avais pas l'ombre d'un soupçon d'une aventurière vu les conditions dans lesquelles l'auteur s'est retrouvé plusieurs fois (mais lui le vit sans peur ou presque et avec une exaltation non dissimulée). Et puis j'ai ri et ça autrement qu'à travers une bd et une illustration, c'est pas si facile. du coup j'ai très très envie de lire Paradis avant liquidation ou les péripéties d'un écrivain voyageur aux îles de Kiribati.
Lien : http://www.chocoladdict.fr/2..
Commenter  J’apprécie          110
Apikrus
  13 août 2013
L'auteur, grand voyageur, a rédigé des chroniques sur quelques uns de ses déplacements. Son regard critique est celui d'un occidental qui découvre d'autres moeurs, d'autres façons de vivre et de penser - parfois avec étonnement. Les décalages qu'il met en évidence, sans pédanterie ni sentiments déplacés de supériorité, prêtent souvent à sourire, voire à rire.

Cette lecture fut instructive et très agréable, même si les récits de certains voyages m'ont paru beaucoup moins intéressants ("En Chine", "Interlude dansant") que d'autres, heureusement plus nombreux (Colombie, Inde ou Népal, Proche-Orient…).

Pour une fois je suis d'accord avec la critique qui figure en 4ème de couverture (de Bernadette Atlan, du Nouvel Obs). Elle résume parfaitement l'ouvrage : « Cultivé, facétieux et drôlissime, Julien Blanc-Gras est doté d'un regard pénétrant et décalé de celui qui sait apprécier sans être dupe ».
Commenter  J’apprécie          110


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
517 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre

.. ..