AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782714493262
288 pages
Belfond (13/02/2020)
3.67/5   52 notes
Résumé :
Champey est une jeune mère courage qui tente de se reconstruire après la trahison ignoble de son ex-mari. À leur fille de 6 ans, elle invente un bon père, mort dans un accident de voiture, alors que Mau était bébé. Mentir plutôt que la laisser découvrir la vérité sur son géniteur.
Mais une nuit, Champey fait un cauchemar qui la transporte au Cambodge dans la peau d'une autre femme. Elle vit les bombardements, le sang, l'horreur. Les revit les nuits suivantes.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 52 notes
5
6 avis
4
12 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
0 avis

Kirzy
  29 juillet 2020
Le point de départ de ce roman très noir est absolument passionnant : la double confrontation à des origines troubles et violentes d'une mère et de d'une fille. La mère Champey est une jeune femme adoptée, née pendant le génocide cambodgien qui décima un quart de la population entre 1975-1979. Sa fille, Mau, 6 ans, ne connaît pas la vérité sur son père, sa mère lui faisant croire qu'il est décédé lors d'un accident de voiture lorsqu'elle était bébé. Des événements terribles et le retour de fantômes qu'elle croyait du passé vont faire bouger les lignes en forçant Champey à affronter ses cauchemars, la vérité, sa vérité et celle de sa fille.
Je tiens à souligner à quel point la quatrième de couverture est remarquable peu diserte, ne dévoilant rien de plus que ce qu'il ne faut pour préserver la lecture et les surprises qu'elle recèle. Je n'en dirai pas plus sur l'intrigue, mais ce qui est sûr, c'est que ce roman est très addictif et qu'une fois commencé, on est happé.
La première partie est très puissante, autour de la thématique forte de la mémoire transgérationnelle ou épigénétique : Champey rêve de situations réelles qu'elle n'a pas subies mais qui lui ont été transmis par ses aïeuls, comme si des souvenirs qui n'étaient pas les siens remontaient et explosaient dans son surmoi, tant ils seraient ancré dans sa mémoire cellulaire. Christian Blanchard se sert de cette théorie comme un catalyseur de son intrigue, et c'est très bien amené pour déboucher sur la machine de mort khmer rouge. Les pages sur les suppliciés du camp S-21 ( 17.000 prisonniers torturés dont 1200 enfants, 7 survivant en 1979 ) sont absolument terrifiantes de réalisme.
A mi-parcours, le roman bascule vers de l'action pure, le rythme s'accélère et le coeur du lecteur bat la chamade avec une sensation d'oppression très présente. C'est d'une redoutable efficacité mais j'ai préféré l'ambiance plus introspective de la première partie, qui conférait au roman sa force et son originalité. Là, on retombe sur du plus banal.
°°° Lu en tant que membre des explorateurs du polar Lecteurs.com °°°
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          992
isabelleisapure
  07 novembre 2021
C'est avec ce roman que je découvre Christian Blanchard dont j'ai souvent entendu parler par l'un de mes amis qui est accro à ses histoires.
Ce qui m'a frappée de prime abord c'est la clarté de la langue, la précision des détails, l'étude psychologique poussée des personnages.
J'ai tourné les pages frénétiquement pour en savoir plus sur Champey.
Pourquoi est-elle en proie à des cauchemars récurrents qui l'emmènent au Cambodge, son pays d'origine ?
Qui est cette femme qui apparaît dans ses rêves tandis que les bombes pleuvent autour d'elle ? Qui sont ces silhouettes qui tiennent des armes ?
Dans la première partie du livre, j'ai découvert ce qu'était la mémoire transgénérationnelle ou épigénétique.
Vivre des souvenirs que l'on n'a pas subis, mais qui nous ont été transmis par nos ancêtres telle une mémoire ancrée au plus profond d'un individu comme faisant partie intégrante de son être.
Christian Blanchard nous immerge dans la période où les Kmers rouges faisaient régner la terreur sur le pays avec des milliers de morts.
Certains passages de tortures sont particulièrement éprouvants par la précision des détails que nous inflige l'auteur.
Le quotidien de Champey est aussi angoissant, elle élève seule Mau, sa fille de 6 ans qui rêve de son papa qu'elle n'a que peu connu.
Comment lui avouer la véritable personnalité de cet homme ?
Christian Blanchard alterne les chapitres entre présent et passé rendant ainsi son histoire addictive et facile à suivre.
Même si certains passages m'ont dérangée par leur violence, j'ai apprécié ce roman noir, très noir même, qui ménage le suspense jusqu'au point final.
Je remercie vivement les Editions Points et Babélio qui m'ont offert ce livre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
bagus35
  07 mars 2020
Merci à NetGalley et aux éditions Belfond de m'avoir permis la lecture de ce bon thriller. Champey tente de se reconstruire après avoir dénoncé son mari ,condamné pour meurtre et pédophilie et qui a juré qu'il se vengerait.Entourée de sa mère et de sa fille,Mau ,elle essaye d'aller de l'avant mais ses nuits sont hantés par des cauchemars d'une vie qu'elle n'a pas connu ,celle où les Khmers rouges terrorisait la population cambodgienne.Sera -t-elle à jamais débarrassée de son passé ?
Commenter  J’apprécie          240
Valmyvoyou_lit
  13 avril 2020
Champey élève, seule, Mau, sa fille de six ans, qui ne connaît pas la vérité sur son père. Elle croit qu'il est mort, dans un accident, et que c'était un homme bien, alors qu'en réalité, c'est un monstre.

Depuis quelque temps, Champey fait des cauchemars, dans lesquels une vieille femme lui parle. Elle est entourée de bombardiers, elle ressent la peur et l'horreur. Les scènes se déroulent au Cambodge, sous la dictature des Khmers rouges. Cependant, la jeune femme ne peut pas s'en souvenir puisqu'elle est arrivée en France, à l'âge d'un an, avant d'être adoptée. Elle décide de retourner dans son pays de naissance afin d'exorciser ses rêves effrayants.

Champey et Mau sont confrontées à leur histoire familiale et à leur filiation, de manière violente.

Deux thématiques se superposent dans Angkar. Les deux décrivent l'homme dans ce qu'il a de plus horrible. le premier concerne les atrocités perpétrées par les Khmers rouges, dans le camp de tortures S-21, crée en 1975, et dans lequel entre 14 000 et 20 000 personnes ont perdu la vie après avoir subi des supplices inconcevables. Ce sont malheureusement des faits réels que Christian Blanchard relate et c'est glaçant. La lecture est très difficile. L'auteur semble s'être énormément documenté. Je connaissais peu ces évènements historiques et je suis, une fois de plus, horrifiée par ce que l'humain est capable de faire. le deuxième thème est aussi cruel. Il n'est pas révélé, dans la quatrième de couverture, aussi, je ne le ferai pas non plus, mais je peux vous dire que cela fait très mal. Christian Blanchard traite le sujet avec un réalisme très poussé, certains passages sont insoutenables. Cependant, on ne peut pas lâcher le livre, car il tourne au thriller, avec tout ce que cela comporte de suspense.

Conclusion

Angkar est un livre noir, avec des sujets très durs. Par moments, cela fait si mal, qu'il faut s'accrocher, mais le suspense, avec une course contre la montre, fait que l'on reste scotché. Il est difficile à lire et impossible à lâcher. Un autre élément le rend addictif, c'est l'attachement à Champey et à Mau.
Si vous avez aimé les autres livres de Christian Blanchard, si vous avez été remué par HS7244 de Lorraine Letournel Laloue, si vous avez été touché par Là-haut les anges de Chris Roy, vous devriez avoir le même engouement pour Angkar. Ce qui est certain, c'est que vous ne sortirez pas indemne de cette lecture puissante.

Je remercie sincèrement les éditions Belfond et NetGalleyFrance.
Lien : https://valmyvoyoulit.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
unplatdelivres
  23 juillet 2020

J'ai déjà eu un avant goût sur l'histoire du cambodge grâce à des recherches faites après ma lecture du dernier roman de guillaume sire ''Avant la longue flamme rouge'', je me lance donc dans celui-ci avec un minimum de connaissance sur l'histoire de ce pays ravagé par tant d'ignominies, causant la mort de 2 millions de personnes.
Angkar: un roman excellent !!! un thriller sur base historique, le cambo parfait.
On suit Champey dans sa quête identitaire, elle l'enfant orpheline adoptée par un couple français à l'âge de un an.
Des cauchemards récurrents... Bombardements.. cris... terreurs... explosions de chairs et d'os...
ces visions, ces rêves ne lui appartiennent peut être pas!
Un psychothérapeute tente de l'aider, elle qui n'a jamais vécu de guerre...Une explication scientifique à tout ça, une transmission épigénétique par ses ancêtres ayant vécu ces horreurs!
En plus de cet hommage aux victimes du camp de concentration des khmers rouges S-21 ''Tuol Sleng'' où 20000 personnes ont été torturées et emprisonnées, puis exécutées et jetées dans une fosse à Choeug Ek; une autre histoire tout aussi terrible et angoissante que celle-ci est greffée dans ce passé cambodgien, celle de pédophilie et d'assassinat.
Champey protège sa fille, maquille son identité, saura-t-elle la protéger du monstre?
Le rythme est soutenu, je n'ai pas pu lacher ce polar... il y a une bonne dose de suspens, même si les événements peuvent être prévisibles à certains moments mais l'écriture est addictive, stressante, angoissante, ça monte crescendo mais on ne peut s'empêcher de tourner les pages.
J'ai passé un excellent moment de lecture donc je recommande fortement.
Lu dans le cadre des explorateurs du polar de lecteurs.com
Maison d'édition: Belfond
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   15 février 2020
Par réflexe, elles baissèrent les yeux. Ne pas le fixer. Ne pas chercher la provocation. Elles ne connaissaient pas cet homme mais c’était un chef. Une évidence. Son allure hautaine, sa façon de les observer et de se tenir.
Fine baguette à la main. Un fouet court. En marchant, léger coup le long de sa cuisse. Ensemble noir. Un genre de pyjama composé d’une chemise et d’un pantalon en coton. Sandales en cuir et écharpe rouge et blanche autour du cou. La marque des responsables Khmers rouges.
Du bout de sa baguette, il obligea l’une des femmes à relever la tête. Il la fixa. Elle ne baissa pas les yeux. Noun plissa légèrement les paupières. Ce genre d’affront était puni de plusieurs coups de fouet.
— Tu sais qui je suis ? lui demanda-t-il.
Elle fit non de la tête.
— Heureusement pour toi. Alors, je vais te le dire. Ensuite, tu assumeras ton choix. Je m’appelle Noun, je suis le chef de ce camp. Tu es ici parce que tu es une traîtresse à l’Angkar padevat. Mon rôle est d’obtenir les aveux de tes exactions, les noms de tes complices et des membres infiltrés de la CIA.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
unplatdelivresunplatdelivres   01 juillet 2020
J'ai l'impression que plus le pays est pauvre, plus le nombre de pratiquants est important. La croyance en une vie après la mort, la recherche d'une forme d'immortalité, d'un monde meilleur dans l'au-delà leur apporte la vitalité nécessaire pour surmonter les difficultés de leur passage sur terre.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   15 février 2020
Quand vous sentez que vous allez plonger dans le sommeil, focalisez-vous sur une idée, une image, une sensation. Je vous ai déjà dit que le subconscient prend le dessus sur le conscient lorsque vous baissez la garde en période de sommeil. Forcez-le à aller sur le chemin que vous avez choisi. Évidemment, vous n’aurez aucune maîtrise de ce qu’il va vous renvoyer ni vous faire vivre, mais au moins vous lui aurez imposé le sujet.
On n’a jamais conscience de l’ultime fraction de seconde où l’on sombre dans le sommeil. Cela peut paraître ridicule mais Jacques Utreb pense que l’endormissement et le basculement de vie à trépas sont identiques. Oui, mais la grosse différence, c’est que je sais que je me suis endormie parce que je me réveille le matin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   15 février 2020
La monnaie locale, le riel, est constituée de coupures usagées et souvent sales. Les dollars, eux, doivent être propres et de première main. J’ai compris immédiatement que le riel ne vaut rien et qu’il est utilisé pour les échanges entre pauvres. Le dollar est la devise exotique par excellence. Un signe extérieur de richesse. Je ne peux m’empêcher de penser qu’un pays qui n’a pas confiance dans sa monnaie n’a pas beaucoup d’avenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   15 février 2020
L’hypnose est cependant à utiliser avec prudence. Le patient reste maître de ce qu’il dit et de ce qu’il voit mais il est possible qu’il accepte, volontairement ou non, de se laisser dépasser. Il existe alors un sérieux risque de sombrer dans le trou, dans le puits de ses souvenirs. Il est nécessaire de garder la maîtrise et ne jamais oublier l’importance du « côté obscur ». Il est dangereux de le laisser dominer les débats.
— Ce n’est pas rassurant.
— D’où la nécessité d’un bon praticien. Une seule séance n’est pas suffisante. Apprendre à se fixer des limites est primordial.
— Et la seconde solution ?
— Affrontez volontairement vos cauchemars.
— Je ne comprends pas.
— Vous m’avez dit que vous êtes née au Cambodge et qu’un Français, fuyant les Khmers rouges, vous a récupérée et abandonnée dans un orphelinat français. Menez votre enquête. Retrouvez cet homme. Parlez avec lui et, même, partez au Cambodge retrouver vos origines.
Une étincelle vient de s’allumer dans ma tête. J’appréhende l’hypnose mais découvrir mes racines, comprendre ce que mes aïeuls ont vécu durant les années de terreur et, pourquoi pas, revoir mes parents me paraît une bonne solution. La meilleure, même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Christian Blanchard (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Blanchard
Vidéo de Christian Blanchard
autres livres classés : vies briséesVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2380 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre