AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1026225507
Éditeur : Librinova (30/11/2018)

Note moyenne : 4.43/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Quel drame a poussé Émilie à rompre les liens avec sa famille maternelle ? Cela fait plus de vingt ans que la jeune femme n'a pas gravi les marches du manoir de son enfance, lorsque sa mère y rend son dernier souffle. Un flot d'images se déverse dans sa mémoire.
L'Inde, Le Croisic, Paris ; et un fil conducteur : celui que tisse obstinément une mère oppressante, imprévisible, tarentule harceleuse au venin quotidien, qui jamais ne perd de vue sa proie, centre ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Henrideux
  07 janvier 2019
Un roman choc
D'abord on tient le livre en mains. le toucher est doux et souple. La couverture laisse sous les doigts l'impression feutrée des ouvrages que l'on se promet de lire dans une intimité préparée. La composition autour du titre multiplie les promesses et les questions. On a hâte de découvrir l'aventure humaine que dessine la quatrième de couverture. Bref, l'approche extérieure est parfaite. de même que le caractère et le papier, choisis de sorte que l'ambiance du récit ne souffre pas de contrastes trop violents entre parfois des blancs glacés et des noirs intenses. Ici, tout se fait accueil idéal pour le lecteur.
Dès la première page, on embarque vers le Croisic. Une jeune mère y conduit ses deux enfants, Lucas et Grégoire. « Ça fait vingt ans, vingt ans que je n'ai pas remis les pieds ici, au Croisic. Vingt ans que je ne l'ai pas revue, elle. Leur grand-mère. Je l'ai chassée de ma vie. Ma génitrice. Jusqu'à ce rêve. Jusqu'à ce que je rêve à nouveau de sa mort, une nuit »…
Et plus loin :
« Rien n'a changé. C'est incroyable comme le temps n'a pas eu de prise sur les objets, les murs restés tels quels. le papier peint déjà jauni à l'époque où j'habitais Ker Kroaz, les toiles du port du Croisic au vernis craquelé »…
Qui donc va voir Emilie ? Quels tourments vivent en son âme ? Peu à peu, nous entrons dans le secret de ses pensées, dans ceux qui ont créé le socle fissuré, puis brisé, de sa vie où le verbe reçu est devenu arme de douleur, où l'injustice et l'humiliation tissent de poignantes heures voisines de l'insupportable. Une mère cruelle, une tante Micheline vieille fille à l'alcool facile « Je ne voulais pas rester chez Tante Micheline. Elle était pire que tous les diables de l'enfer réunis. », les cousins Marc, Klervie, Sixtine et Cyprien. L'enfance cabossée et puis l'adolescence en chaos. Paris, Montparnasse, la suffocation ne cessera pas… Il faut suivre pas à pas Émilie pour comprendre combien l'enfermement d'un être peut transformer la vie en enfer. Est-il possible d'en sortir ? La Danse de la tarentule qui inocule son venin quotidien peut-elle s'interrompre et laisser la place à un espoir de sérénité ? Entrez sans tarder en lecture, au coeur de l'aventure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rubyeve
  07 janvier 2019
🧡 Un roman dévoré et savouré sur fond de drames familiaux et secrets de famille 🧡
À la suite du décès de sa mère, Émilie Renard décide de retourner dans le grand manoir de son enfance, la demeure familiale où elle a grandi. Cela faisait plus de vingt ans qu'elle n'y avait pas remis les pieds. Elle avait coupé les ponts avec sa famille maternelle et tout ce qui se trouvait au Croisic, sur la côte Atlantique.
Les retrouvailles avec la maison de son enfance réveillent subitement toutes les cachettes obscures de son âme et de douloureux souvenirs…
Le sujet de ce roman est sérieux, il touche une corde sensible, la maltraitance. Tout au long de la lecture, j'ai ressenti la douleur d'Émilie qui cache ses bleus, ses meurtrissures, ses souffrances. J'ai trouvé cette histoire émouvante, elle m'a fait revivre le passage difficile de l'impuberté à l'âge adulte. le récit de cette jeune trentenaire qui pose un regard sombre sur son enfance et notamment sa relation destructrice avec sa mère est d'une extrême sensibilité.
Une chose est sûre, on ne parvient pas à se détacher du livre avant la dernière page, parce que le vocabulaire est merveilleusement ciselé. J'ai été captivée par la rigueur narrative et la violence des sentiments qui naissent au sein de ce drame familial. Cependant, ce récit tendre , humain et amusant par moment, ne vous fait nullement sombrer dans la déprime. Au contraire : c'est une hymne à la vie, à aimer, et à faire les choses autrement. Une belle leçon de vie!
En bref, si vous cherchez un bon moment de lecture avec des personnages attachants ( et une mère toxique) , je vous invite a découvrir la magnifique plume de cet auteur.
Je ne peux que vous recommandez ce livre.🧡 💛💚💙 💜
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
carrislover
  05 janvier 2019
Mon premier livre de cette auteure, avalé le temps d'un week-end pluvieux.Il faut dire que l'écriture est fluide, et que le vocabulaire utilisé m'a vraiment plu. La trame de ce roman suit les poncifs du harcèlement moral. En décortiquant la vie d'Émilie, on découvre le mécanisme du harcèlement et ses conséquences sur des enfants. J'ai souri pendant ma lecture, et versé ma petite larme, parce que je me suis reconnue dans certains faits.
Voici une belle histoire qui démontre qui nous sommes, et ce qui importe vraiment. J'ai beaucoup aimé ce roman, qui m'a permis de plonger au coeur de la sensibilité de cette femme, Émilie. Je me suis sentie si proche d'elle, que d'émotions. Éduquer l'empathie n'est décidément pas une mince affaire. En tout cas j'en ai suffisamment pour ne dire que du bien de ce livre.
Commenter  J’apprécie          10
Val44
  26 juillet 2017
À la suite d'un drame, Émilie a coupé les ponts avec sa famille maternelle. En apprenant le décès de sa mère, la jeune femme retourne sur les traces de son passé, accompagnée de ses deux enfants, dans le grand manoir où elle a grandi, au Croisic. Tous les souvenirs qu'elle tentait d'oublier refont surface et elle se remémore son enfance au bord de la mer, puis son adolescence parisienne.
La Danse de la tarentule est un roman qui m'a beaucoup ému.
J'ai suivi avec beaucoup d'attachement l'enfance et la jeunesse de cette petite Émilie et j'ai vécu avec effroi la violence qu'elle subi au quotidien.
Le sujet; la violence physique et morale distillée en continu au sein des familles défaillantes et asphyxiantes pourrait vite devenir oppressant mais on suit également avec délice et complicité les nombreuses bêtises que fait Émilie tout au long de sa jeunesse.
On savoure aussi ces moments lumineux que réussit à capter et à créer Émilie qui porte en elle une énergie et une belle force de vie.
L'écriture est très belle, parfois empreinte de poésie. La beauté de la presqu'ile Guérandaise est retranscrite merveilleusement.
Un beau et intense moment de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LeslecturesdeNinon
  12 décembre 2018
Un grand merci à Claire de m'avoir permis de découvrir sa plume et son magnifique nouveau roman. « Poignant et percutant », c'est certain. Traumatisant, aussi. Une lecture qui perturbe et dont je ne suis pas sortie indemne.
Quelques mots d'abord, sur la fluidité des mots De Claire, qui m'a époustouflée, vraiment. J'adore sa plume délicate et raffinée, ainsi que son vocabulaire riche et varié.
Quant à l'histoire, vous l'aurez compris dans le résumé, ce n'est pas la joie. La protagoniste, Émilie, n'a pas eu une enfance heureuse, et cela se ressent clairement et parfaitement dans le récit. On a mal avec et pour elle. J'ai souvent été émue, même si parfois certains mots m'ont fait sourire, heureusement. Mais ce roman m'a surtout interpelée quant au poids et à l'impact de nos paroles et de nos remarques vis à vis de nos enfants. Il m'a fait m'interroger sur la mère que j'étais et je n'avais qu'une envie lors de ma lecture : serrer mes enfants tout contre moi et les cajoler. Oui, ce roman m'a vraiment remuée.
Il est parfait pour tous ceux qui aiment les romans dramatiques et les tranches de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
HenrideuxHenrideux   07 janvier 2019
À l’école, au Croisic, on me regardait bizarrement. J’étais celle qui n’avait pas de mère, qui avait une grand-mère à la place, une vieille femme acariâtre, sèche, aigrie. Je sais que les autres l’appelaient la sorcière. Moi, je ne me le serais pas permis en public. Ils me traitaient de menteuse quand je disais que ma mère était en voyage. Je criais à l’injustice – j’ai toujours crié à l’injustice, et on se moquait encore plus de moi, on faisait même exprès, pour que je pique une colère, parce que je me laissais pas faire : « Émilie, elle n’a pas d’mère ! Émilie, elle n’a pas d’mère !» Et moi, je pleurais devant la méchanceté des autres. Ils étaient tous affreux, et seul Anthony Brown avec ses parents hippies était de mon côté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : harcèlementVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3092 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre