AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 978B0BHC9J2G7
246 pages
(13/10/2022)
4.47/5   29 notes
Résumé :
Prix des Auteurs Inconnus 2023 - Littérature blanche

1455 : Près du château du Grand Castel, au sein de l’enveloppante forêt de Brocéliande, grandit une enfant cachée aux yeux du monde. Sous la lune glacée, son aïeule, l’initie avec patience au pouvoir des plantes. Pourtant, au-delà de leur univers verdoyant, la menace gronde insidieusement.

De nos jours : Les Highlands, terres d’Écosse. Une jeune journaliste parisienne en quête de suje... >Voir plus
Que lire après Lune d'ellesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,47

sur 29 notes
5
16 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Une histoire de femmes flamboyantes
J'ai lu ce livre dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus.
Je vais être franche lors des présélections et après lecture de la quatrième de couverture je ne l'ai pas mis dans mon top 10.
A la lecture de ce livre bien sûr mon avis est mitigé les questions :
- J'ai aimé ? Ma réponse est : je l'ai accepté.
- L'écriture ? elle est belle, l'histoire est bien construite, l'auteure a de l'imagination.
En bref, oh comme ces prénoms sont difficiles à retenir Aylsa, est journaliste et se rend en Ecosse sur les traces de sa mère et pour rédiger un article sur les châteaux hantés et autres sujets mystiques. Elle porte un bijou « lune et soleil » qui attire l'attention d'un historien et de là découle un voyage vers ses ancêtres Bleueen, Olwen et Elvin à travers les siècles entre l'Ecosse et la forêt de Brocéliande.
Si ce sujet peut plaire, j'avoue que ça me fait sortir de ma zone de confort. Si parfois j'en ressors satisfaite, cette fois j'en ressors plus que mitigée et mon fort intérieur me confirme que je l'ai lu par obligation et non par plaisir.
De plus on passe à travers les siècles mais aussi on va après, avant, avant, après, j'ai du mal à suivre. Décidément même si le paranormal n'est que léger, pour moi c'est encore trop, je ne suis pas faite pour ce genre de lecture.
Un point positif Amélie Blanche a une belle plume, fluide et agréable. Je n'hésiterai pas à la lire dans d'autres aventures, plus classiques. Surtout chers lecteurs, ne vous arrêtez pas à mon avis qui n'est qu'une histoire de goût personnel, n'hésitez pas à le lire, les retours que j'en ai lus sont plus que positifs.

https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/
https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/
https://twitter.com/prixdesai
https://www.prixdesauteursinconnus.com/


Commenter  J’apprécie          393
Voici mon retour de lecture sur Lune d'elles de Amélie Blanche.
1455 : Près du château du Grand Castel, au sein de l'enveloppante forêt de Brocéliande, grandit une enfant cachée aux yeux du monde. Sous la lune glacée, son aïeule l'initie avec patience au pouvoir des plantes. Pourtant, au-delà de leur univers verdoyant, la menace gronde insidieusement.
De nos jours : Les Highlands, terres d'Écosse. Une jeune journaliste parisienne en quête de sujets mystiques pose ses valises dans un cottage isolé face à la mer du Nord. le jour où elle découvre un portrait vieux de cinq cents ans, elle ne se doute pas que certaines révélations bouleverseront son destin à jamais.
Lune d'elles nous relate, en parallèle, l'histoire de trois femmes : Bleuenn, Elvin, Aylsa. Nous découvrons trois destins partagés entre les terres d'Écosse et de Brocéliande. Toute une lignée de femmes depuis la fin du Moyen Âge à nos jours. Et si les histoires traversaient les décennies ?
J'ai pris plaisir à voyager avec Bleuenn, Elvin, Aylsa entre 1455 et de nos jours.
Ce sont trois femmes aux cheveux roux, trois femmes touchantes, pétillantes, avec le destin ne fût pas toujours facile.
J'ai aimé leur histoire, leur présence.
J'ai apprécié l'ambiance très particulière qui se dégage de ce roman, le fait que ça se déroule entre l'Écosse et la forêt de Brocéliande.. Endroits propices au mystère, à la magie, aux fantômes du passé...
L'histoire est très bien ficelée, les personnages ont une personnalité bien fouillée et l'ensemble donne un bon roman.
J'ai tout de suite accroché à la jolie plume, très prometteuse, d'Amélie Blanche ; que je serais ravie de relire à l'occasion.
Et j'ai aimé l'idée que les histoires puissent traverser les décennies.
Un très très bon roman, vraiment. Je dirais même un énorme coup de coeur qui mérite bien cinq étoiles :)
Commenter  J’apprécie          241
Livre lu dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2023 dont je suis l'un des jurés (catégorie blanche).
https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/
https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/
https://twitter.com/prixdesai
https://www.prixdesauteursinconnus.com/

Lors du vote à l'issue des présélections, j'avais mis ce livre en 1re position de mes finalistes pour la catégorie Blanche. J'avais, en effet, particulièrement apprécié sa couverture (poésie de l'image, tons pastel, jeu de mots avec le titre) ; son résumé de quatrième de couverture (il évoquait L Histoire, l'Ecosse et ses mystères, la Bretagne et ses croyances, mais aussi les mémoires transgénérationnelles, autant de thèmes qui m'intéressent) ; mais aussi le choix des personnages féminins, le style d'écriture et le processus narratif, la qualité de la syntaxe et de l'orthographe.

Mon intérêt pour ce livre, à l'issue de sa lecture complète, ne s'est pas démenti et je confirme que l'extrait lu en phase de présélection a tenu toutes ses promesses.

Promesse d'une lecture intéressante dans le sens où elle permet de connaître à la fois l'Ecosse et ses traditions, mais aussi la Bretagne d'hier attachée à sa culture, à son lien particulier avec la nature, et à ses rites saisonniers. Elle permet de comprendre comment certaines femmes ont pu, dans les temps anciens, connaître et se transmettre des savoirs et savoir-faire ancestraux (guérison par les plantes, suivi gynécologique et obstétrical, soin du corps et de l'esprit). Mais aussi la façon dont ces mêmes femmes ont été pourchassées et éliminées tant elles gênaient à la fois la suprématie édictée par la religion et par les hommes.

Promesse d'une lecture intéressante dès lors qu'elle permet au lecteur de voyager à la fois dans le temps et dans l'espace, à travers le vécu de trois personnages féminins principaux évoluant dans des contextes et des époques différentes (Aylsa, journaliste française d'origine écossaise, de nos jours ; Elvin, jeune fille bretonne promise à la carrière de ventrière, sourcière et guérisseuse par les plantes dans le Moyen Age ; et sa fille Blueuenn confiée à la garde de sa grand-mère Olwenn).
Si les choses ne sont pas évoquées dès le début, on comprend très vite qu'un lien ténu existe entre ces trois-là.

Promesse d'une lecture intéressante, enfin, car au travers de la narration des destins de trois femmes d'une même lignée, elle permet de s'interroger sur les liens invisibles qui s'inscrivent dans notre ADN et se tissent, par loyauté, de génération en génération. En effet, en mettant en exergue, dès le début de son livre, une citation de Anne Ancelin Schützenberger (la papesse de la psychogénéalogie), l'auteure tend à démontrer en quoi des traumatismes non-dits, non-sus vécus par nos ancêtres hier peuvent influencer le vécu des descendants aujourd'hui (phénomène de répétition jusqu'à prise de conscience et réparation). Et cette histoire en est une démonstration.

Bref, c'est avec un grand enthousiasme que j'ai suivi les pas d'Aylsa dans son Ecosse natale à la recherche d'une histoire et d'une destinée dont elle n'avait pas elle-même conscience, et qui se dévoile à elle presque par hasard. Mais comme le dit si bien P. Eluard : "Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous." Et en imposant à Aylsa d'écrire un article sur les phénomènes ésotériques écossais, son patron lui a aussi imposé un rendez-vous avec elle-même. J'ai souri devant son extrême scepticisme face aux croyances locales, à ces histoires de fantômes et de châteaux hantés, à son matérialisme pur et dur qui n'imagine pas une autre façon de penser les choses, un esprit cartésien qui ne lui permet pas non plus d'interpréter les messages subliminaux que lui lance la vie. Je me suis émue de ses premiers contacts avec Alistair (un homme beau, bon, doux dont toutes les femmes rêveraient...), dont on comprend très vite qu'il jouera un rôle important dans l'histoire. J'ai ressenti, sans en comprendre vraiment la raison, sa dureté vis-à-vis d'elle et la culpabilité qui l'obligeait, inconsciemment mais aussi consciemment, à se faire souffrir.

Aylsa est là comme un révélateur "moderne" des histoires qui l'ont précédée : celles de Bleuenn et d'Elvin, histoires dont on verra qu'elles sont à la source même de son mal-être vis-à-vis de la vie en général et des hommes en particulier.

Sur la forme, j'ai apprécié le découpage en parties clairement identifiées, même si la numérotation des chapitres (numérotation qui ne se suit pas et qui revient à chaque nouvelle partie) m'a gênée. Peut-être qu'un autre découpage aurait-il pu être envisagé (alternance par chapitre en changeant à chaque chapitre de personnage et donc d'histoire ?) permettant d'avoir connaissance des trois histoires quasi en simultané.
J'ai trouvé la construction narrative particulièrement bien faite et le style d'écriture fluide et riche. Les descriptions des lieux, des contextes historique et sociétal, des plantes et de leurs pouvoirs, des pratiques, des traditions sont particulièrement riches et imagées.
Toutefois, j'ai tellement aimé voyager dans le temps et dans l'espace, j'ai tellement aimé partager ce que vivaient les trois protagonistes de l'histoire... que j'aurais aimé en savoir plus... de grosses ellipses temporelles existent et on se demande bien comment les unes et les autres ont évolué... C'est dommage ! Je pense que l'ouvrage aurait pu être plus dense en développant certaines parties et plus ouvert aussi à d'autres personnes de la lignée. C'était tellement bien, que je me suis sentie frustrée de ne pas rester plus longtemps avec lesdites héroïnes.

J'ai bien aimé également ce personnage (dont on ne sait pas de qui il s'agit) qui, via des messages envoyés sur le portable d'Aylsa, se manifeste ici ou là et donc on comprend que l'héroïne est en rejet. Une touche de mystère qui trouve son élucidation à la fin de l'ouvrage, mais qui a été terriblement bien pensée.

Donc, je confirme et je signe. Si vous aimez L Histoire, la Bretagne et l'Ecosse et leurs légendes, l'évocation de beaux personnages féminins qui veulent vivre autrement que sous domination des hommes ; si vous avez un intérêt pour les secrets de famille, les non-dits et leurs conséquences ; si vous vous intéressez à la psychogénéalogie et à ce qu'elle permet de révéler de soi et des autres, ce livre devrait vous plaire !

Pour ma part, je vais tenter de suivre cette auteure qui, manifestement, à tout ce qu'il faut pour écrire de belles histoires, pour notre plus grand bonheur de lecteur.








Commenter  J’apprécie          41
Cette couverture avec cette chevelure flamboyante et ce titre poétique m'ont envoûtés. Je n'ai pas lu le résumé et j'ai foncé tête baissée.

Et je ne regrette absolument pas mon voyage, que ça soit en Écosse dans les Highlands ou en Bretagne... Cette ambiance à la fois mystérieuse, spirituelle et historique m'a conquise même s'il m'a manqué un je-ne-sais-quoi pour faire de ce roman un coup de coeur. de l'émotion peut-être, plus d'informations sur cette famille? Je ne sais pas, malgré tout cela reste une bonne lecture. La plume de l'auteure est simple mais efficace, parfois pudique face à certains évènements traumatisants, d'ailleurs, j'aurais aimé être au courant avant de commencer ce récit des Trigger Warning. Ce qui a été le plus heurtant pour moi, étant grande sensible :

Même si donc tout ne m'a pas plu dans son intégralité, je suis contente d'avoir pu lire ce livre qui raconte le présent et le passé très lointain de Aylsa, de quoi nous faire réfléchir sur l'histoire de nos aïeux ''qui coule dans nos veines'', si je puis dire. Qui n'a jamais rêvé de connaître la vie passée de ses ancêtres, de connaître ce qui a pu se produire des centaines d'années dans sa lignée, bien avant sa naissance ? En tout cas, me concernant, ça m'intrigue... ^^'

• Pour conclure brièvement, ''Lune d'elles'' est un jolie roman - malgré quelques passages difficiles et traumatisants - sur l'histoire de femmes issus d'une même famille, et sur, quelque part, la reconquête de soi. Également, qui nous fait voyager en Écosse et en Bretagne à l'époque des duchés. Je n'en dirais pas plus afin de ne pas spoiler... Une belle découverte que la plume d'Amélie Blanche, que je compte relire avec plaisir. Gros plus à souligner : ''Toutes les légendes écossaises qui vous sont contées dans ce roman sont vraies.'' (tiré du roman). Et, si vous êtes connaisseur, vous saurez quelle fontaine à bulles ''magiques'' nous fait découvrir l'une des jeunes femmes de l'histoire... :-) Il y a un bel effort de recherche de la part de l'autrice qui est fort appréciable, malgré certaines libertés prises pour les dates, comme cité à la fin du roman.
Commenter  J’apprécie          102
Lune d'elles est le deuxième roman d'Amélie Blanche. Je connais un peu l'autrice car elle vit à côté de Tours et tient un blog littéraire – le nez dans les bouquins. Son premier roman Là où souffle le vent m'avait beaucoup plu, je l'avais trouvé très bien écrit et très juste. L'histoire de Camille partie à Santorin pour se reconstruire après une relation toxique m'avait touchée.

J'avais donc hâte de lire son deuxième roman Lune d'elles. D'autant que le sujet m'intrigait…

Aysla, journaliste parisienne, se rend en Écosse pour écrire un article sur des lieux hantés du pays. Elle s'installe dans un cottage au bord de la mer du Nord et fait rapidement connaissance avec ses voisins dont un restaurateur d'oeuvres d'art qui ne la laisse pas indifférente. le frère du jeune homme montre à Aysla un portrait vieux de cinq cents ans qui pourrait être celui de la jeune femme, mêmes yeux verts, mêmes cheveux de feu et même pendentif autour du cou. L'histoire de cette femme est évidemment liée à Aysla, qui va découvrir que l'histoire ne fait que se répéter jusqu'à ce qu'on arrive à mettre un terme à la douleur.

Lune d'elles est un roman qui se dévore. J'ai suivi avec plaisir l'histoire d'Aysla, mais aussi celles des femmes du passé. Car le roman nous entraîne aussi au coeur de la forêt de Brocéliande en 1455, où vit une famille de guérisseuses qui connaissent les pouvoirs des plantes et s'en servent pour soigner ceux qui en ont besoin. Mais la proximité du château du Grand Castel fait planer un danger au-dessus de la tête de ces femmes.

J'ai trouvé ce roman hyper documenté sur les plantes, les coutumes païennes et le rôle des guérisseuses. Les sorcières étant très à la mode depuis quelques années – on peut le voir notamment à travers le foisonnement d'ouvrages parus, sur les guérisseuses, les sorcières blanches, les plantes qui guérissent, le pouvoir des pierres. Ma meilleure amie, qui aime bien faire ses eaux florales, infusions, recettes du Moyen-Âge avec des plantes et fleurs de son jardin, se dit même sorcière. Elle fête Samain et Beltaine. Si je trouve ça un peu étrange, je l'aime quand même. Ceci-dit, lorsque je l'ai rencontrée, le premier jour de notre première année de fac de droit, je me souviens lui avoir demandé ce qu'elle voulait faire plus tard et elle m'a répondu « vampire ». A la limite, c'est à ce moment-là que j'aurais dû fuir, maintenant, c'est trop tard !

Ça a été un vrai plaisir de lire Lune d'elles et de me plonger dans la vie de ces guérisseuses et dans l'histoire d'Aylsa. Il y a des passages difficiles, car certains personnages sont odieux, mais on termine ce livre avec le sourire car Amélie Blanche nous offre une jolie touche d'espoir. Bref, c'est une belle lecture que je vous conseille. Que vous soyez sorcières, sorciers ou pas.
Lien : http://mademoisellemaeve.wor..
Commenter  J’apprécie          71

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Mon cœur tambourine à un rythme effréné, voulant me signifier qu’il n’est ni aride ni hermétique. Il est encore en vie. Je pose ma main sur ma poitrine et ferme les yeux. Revenir parmi les vivants fait parfois plus mal que de se laisser couler lentement. Quand on est tout au fond, il n’y a qu’un seul moyen de remonter. Donner un grand coup de pied pour aller respirer de nouveau à la surface.
Commenter  J’apprécie          10
Que se passait-il ? Où les emmenait-on ? Qu’allaient-ils leur faire ? Comment ces hommes pouvaient-ils être si cruels envers ceux qui ne demandaient qu’à vivre dans le silence et la paix ?
Commenter  J’apprécie          20
« De deux choses lune,
L’autre c’est le soleil. »
Jacques Prévert
Commenter  J’apprécie          10

Les plus populaires : Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus

Autres livres de Amélie Blanche (1) Voir plus

Lecteurs (60) Voir plus



Quiz Voir plus

Animaux littéraires (1)

Quel est le cri d'oiseau préféré d'Emmanuelle Laborit?

Le cri du perroquet
Le cri du paon
Le cri de la mouette
Le cri du goéland

12 questions
379 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , animauxCréer un quiz sur ce livre

{* *}