AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070734382
182 pages
Éditeur : Gallimard (05/10/1993)
3.81/5   16 notes
Résumé :
« Que va-t-il donc arriver ? Ai-je vraiment eu ce désir de me dérober, de me décharger sur quelqu'un d'autre ? plutôt de dérober en moi l'inconnu, de ne pas le troubler, d'effacer ses pas pour que ce qu'il a accompli s'accomplisse sans laisser de reste, en sorte que cela ne s'accomplit pas pour moi qui demeure au bord, en dehors de l'événement, lequel passe sans doute avec l'éclat, le bruit et la dignité de la foudre, sans que je puisse faire plus qu'en perpétuer ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
blanchenoir
  30 novembre 2015
Encore une émerveille...
Le jour, l'oubli, l'errance...
Ecrire. S'approcher de ces voix qui chuchotent et qui se dissimulent.
Être au plus près des mots. de la mort et de la vie.
Ecrire pour vivre, et vivre pour écrire...
Mystérieux et heureux, ce livre nous transporte dans les profondeurs d'un lieu sans consistance...
Merci à Corinne de m'avoir indiqué ce titre de Blanchot.
Un livre admirable... Comme tous les livres de Blanchot ?
"La solitude était, je le crois, le mieux exprimée par cette gaieté : un léger rire de l'espace, un fond d'extraordinaire enjouement qui supprimait toute réserve, toute alternative et qui résonnait comme le vide de l'écho, le renoncement au mystère, l'ultime insignifiance de la légèreté."
Commenter  J’apprécie          214
zohar
  03 février 2011
Les récits de M.Blanchot sont dépourvus d'intrigues, les repères temporels sont sporadiques et l'espace est réduit au minimum.
Ses récits sont écartés de toutes fioritures du beau style et de l'anecdotique.
Pour cause, c'est Blanchot qui parle à Blanchot ou plus exactement, à son "moi inconnu".
D'une manière générale, toute son oeuvre est, en quelque sorte, une négation bavarde du monde où l'écrivain prône l'éffacement du moi ( idée majeure de ses textes ) dans le langage ( pour n' être seulement que littérature ).
" Ecrire, c'est mourir " : Blanchot écrit pour éliminer Blanchot, lui-même.
Commenter  J’apprécie          50
Allaroundthecorner
  24 juillet 2016
Il n'y a pas d'histoire à proprement parler, c'est l'auteur qui parle de lui, de son "moi" intérieur et qui converse avec. J'ai trouvé que c'était une très bonne idée, forcément quand il s'agit de psychologie, ça m'intéresse - bref. Il parle également de la littérature, enfin du travail d'écriture plus précisément, chose que j'ai aussi bien aimé. Seulement, le fait qu'il n'y ait pas d'histoire, que le texte soit juste un bloc d'un peu moins de 200 pages avec aucun découpage, simplement ses propres divagations, bah, faut le dire ça m'a un peu ennuyé. Enfin, ennuyer n'est pas le terme exact, je dirais plutôt que ça m'a embêté. J'ai trouvé le début très intéressant, je suis directement "entrée" dedans - si c'est possible pour ce genre d'oeuvre - mais fatalement, j'ai décroché.
C'est un texte que j'ai trouvé dur à lire, je m'y suis reprise à deux fois pour certains passages d'ailleurs.
Néanmoins je me suis motivée et j'ai été jusqu'au bout, heureusement qu'il faisait même pas deux cents pages parce que sinon je ne suis pas sûre que j'en serais venue à bout aussi facilement !
La démarche est vraiment intéressante, mais c'est un peu trop lourd, le style est vraiment très fatiguant ce qui nuit à la compréhension de l'oeuvre - je parle pour moi hein - et donc je n'ai pas été passionné comme je pensais que je le serais.
J'ai un peu le sentiment d'être passé à côté, de ne pas avoir tout compris et c'est assez agaçant quand j'y repense alors, peut-être que je le relirai un jour, plus tard, quand mon expérience de lectrice aura encore évolué et que je me sentirai suffisamment "mûre" pour m'y replonger.
Mon avis est en intégralité sur le blog :
Lien : http://allaroundthecorner.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
alzaiaalzaia   05 septembre 2012
"il" ne manquait pas de m'encourager, mais à sa manière, et cette manière était étrange, décourageante, car elle consistait à m'assurer que j'avais tout le temps. (...) Si maintenant j'avais tout le temps, c'est donc que j'avais renoncé à tout autre intérêt que lui même à tout intérêt, car - et c'était là le côté dérisoire de la situation - je ne pouvais m'intéresser à lui, je ne pouvais que lui accorder ce manque d'intérêt, cette tristesse de mon inattention qui rendait stérile toute présence.

Il s'en accommodait, certes, mais il paraissait en douter aussi, bien que dans l'expression de son doute il n'allât jamais plus loin que cette formule : " Oh! ce n'est pas une chose si nécessaire." Et ce qu'il voulait dire par là avait ce sens assez édifiant : "Oh! je ne m'intéresse pas tellement à moi-même."

Il est vrai que de sa mystérieuse parole d'encouragement je pouvais tirer une autre conséquence plus persuasive, c'est qu'en somme je n'avais pas à craindre les fausses démarches, les itinéraires de l'erreur; je n'avais pas un chemin, je les avais tous, et cela aurait dû, en effet, m'encourager à me mettre en route avec une confiance exceptionnelle. " Tous! Mais à condition que j'aie tout le temps, à charge d'avoir tout le temps."

(...)car il était bien entendu que le propre d'un chemin, c'est de fournir un raccourci à travers "temps"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
blanchenoirblanchenoir   27 novembre 2015
La solitude était, je le crois, le mieux exprimée par cette gaieté : un léger rire de l'espace, un fond d'extraordinaire enjouement qui supprimait toute réserve, toute alternative et qui résonnait comme le vide de l'écho, le renoncement au mystère, l'ultime insignifiance de la légèreté.
Commenter  J’apprécie          130
AllaroundthecornerAllaroundthecorner   13 juillet 2016
Je pris, aussi, peur des mots et j’en écrivis de moins en moins, bien que la pression exercée au-dedans de moi pour m’en faire écrire devînt rapidement vertigineuse. Je parle de peur, mais c’était un sentiment tout différent, une sorte d’usure de l’avenir, l’impression que j’en avais déjà dit plus qu’il ne m’était possible, que je m’étais devancé de telle sorte que la possibilité la plus future était là, un avenir que je ne pouvais plus dépasser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
brigetounbrigetoun   11 novembre 2009
Je ne pus dormir cependant. Le vent était devenu la violence, la détresse du vent, mais ce n'était pas cette puissante rumeur du dehors qui me tenait éveillé, c'était, au contraire, le calme prodigieux qu'un tel bruit laissait intact. Sur ce calme, je ne pouvais me tromper : c'était comme un lieu réservé dans un lieu, qui toutefois ne se situait pas ici, que je m'imaginais mieux trouver en revenant en arrière, en errant..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AllaroundthecornerAllaroundthecorner   16 juillet 2016
Je ne le guette pas, mais le sentiment que je l’attire plus qu’il ne m’attire, que, par mon entremise, s’exerce une puissance qui déjà l’amène aux frontières de ce monde, c’est là comme la racine du mot oubli, la source du trouble, que je ne puis maîtriser, car c’est un sentiment troublant, il dissimule en lui une tentation difficile à vaincre, où je risque sans cesse de me montrer fort contre moi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Maurice Blanchot (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Blanchot
Leslie Kaplan L'excès-L'usine éditions P.O.L: où Leslie Kaplan tente de se souvenir comment a été publié "L'excès-L'usine" en 1982 aux éditions P.O.L/Hachette, puis ré-édité aux éditions P.O.L en 1987, et où il est notamment question de Paul Otchakovsky-Laurens, de Maurice Blanchot et de Marguerite Duras, à l'occasion de la parution en 2018 de Mai 68, le chaos peut être un chantier, à Paris avril 2018 "L?excès-l?usine montre de face l?usine, le travail à l?usine et le devenir de ceux qui y vivent, leur enfermement dans cet espace immense, dans « la grande usine univers », infini en morceaux. L?usine est vécue au féminin, ce qui rend son impersonnalité d?autant plus impersonnelle (le « je » cède la place au « on ») et le « cela » vécu dans l?usine dépasse, excède tous les mots qui pourraient le décrire, ces mots sont en trop."
+ Lire la suite
autres livres classés : 1950'sVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2604 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre