AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266312912
208 pages
Éditeur : Pocket (12/08/2021)
3.76/5   25 notes
Résumé :
L’Histoire bouscule les âmes, la perversité de l’occupant nazi qui veut corrompre, voir ses victimes s’autodétruire et met en place un jeu ignoble dont l’objectif est de survivre, à n’importe quel prix : vendre son âme en dénonçant les siens ou ses voisins, abandonner ses enfants affamés, ou sauver son enfant, lui apprendre à ne plus être juif, céder son âme au catholicisme pour un temps ou pour toujours en échange de sa vie.

Pour survivre, il faut s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,76

sur 25 notes
5
8 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

Eve-Yeshe
  27 décembre 2020
Le roman commence avec une scène très forte : un étranger qui rodait dans les parages, en Pologne, s'en est pris à un homme, le poursuivant avec un gourdin et pour finir lui mettant le feu à lui et à sa maison. Il s'agit d'un vieux « règlement de compte » car l'homme, qui s'appelle Joachim explique son geste par une phrase laconique et néanmoins très explicite : « je suis juif et je reviens ». On a bien compris que l'homme assassiné s'est rendu coupable pendant la seconde guerre mondiale et la justice, même si elle comprend bien cette vengeance, se doit de la condamner pour éviter de donner des idées à d'autres personnes. Il est condamné à dix ans de prison.
On va faire ainsi la connaissance de Joachim, rescapé du ghetto de Varsovie, qui a tenté de fonder une famille en France avec une épouse infirmière et des enfants dont Szymon qui va partir à la recherche du passé de son père, et pour cela il part à Varsovie rencontrer une femme Ava alias Maria, qui a échappé à l'holocauste. Elle est âgée de 79 ans et veut raconter le passé.
On comprend très vite pourquoi Joachim a déserté un jour la famille, laissant en plan sa femme et ses fils, en le suivant dans le ghetto avec ses parents, ses frères ses amis car tout a basculé le 31 octobre 1940 on les a tous parqués comme des bêtes derrière des barbelés avant de construire un mur en brique qu'on leur fera financer bien-sûr !
« … Quatre cent mille personnes sur trois kilomètres carrés, soit 2,4 % de la ville, causant une densité extrême, de cent vingt-huit mille habitants au kilomètre carré contre quatorze mille dans le reste de Varsovie … »
La faim, la promiscuité, puis les maladies vont faire des ravages, mais pas assez vite pour l'Occupant, alors on massacre au hasard pour semer un peu plus la terreur. le plus débrouillard de la famille Szymon, le frère ainé de Joachim essaie de trouver un peu de nourriture, de venir en aide. Il n'y a qu'une seule manière d'échapper à la faim, à la souffrance ou à la folie : quitter le ghetto.
Luba, veut tenter à tout prix de sortir en apprenant les prières catholiques, et laissant sa culture pour s'imprégner de celle des Polonais (elle pensait pourtant bien être une vraie Polonaise avant le ghetto !) mais l'espoir résiste difficilement à la souffrance du quotidien.
Trois femmes vont faire tout leur possible pour faire sortir des enfants du ghetto et les faire adopter par des familles polonaises chrétiennes ; l'une Janina est Polonaise, les deux autres, Bela et Chana sont juives. Il faut user de stratagèmes pour ne pas se faire arrêter, et la décision n'est pas toujours facile à prendre pour les parents, surtout lorsque l'un des deux espère toujours que les choses vont s'arranger et qu'il vaut mieux rester ensemble…
Je n'entrerai pas dans les détails pour évoquer un comportement que je n'ai jamais réussi à comprendre et encore moins à admettre : à la tête du ghetto se trouvait le Conseil Juif dont les membres se comportaient de manière aussi monstrueuse que les nazis, s'en mettant plein les poches, usant de violence et perversité. A quoi cela leur servira-t-il ensuite quand les trains partiront pour Auschwitz ?
Durant toute cette lecture, j'ai été accompagnée par les images du film génialissime « le pianiste » que je venais de revoir pour la énième fois. J'avais l'impression d'accompagner Joachim, Szymon et les autres adolescents et leurs familles, le courage des uns, la lâcheté de certains.
On espère toujours que cela ne recommencera pas, mais en 1968 la Pologne renoue avec ses vieux penchants :
« En mars, la Pologne avait renoué avec son vice, avec ses mauvais gestes, son vilain réflexe, sa vieille pulsion de déjudaïsation, (odzydzanie). de nouveau, on refusait aux Juifs le droit d'être polonais et, pour être bien certains qu'ils s'en iraient, habilement, on les avait destitués, on les avait privés de leur métier, de leurs revenus. On comptait sur l'humiliation, l'appauvrissement et la terreur. »
D'autre part, comment oublier le raffut du premier ministre (ou du président ?) il y a un an environ concernant le camp d'Auschwitz ? Utiliser l'expression « le camp polonais de Auschwitz serait passible de sanction, les Polonais n'y étant pour rien ou comment réécrire l'Histoire ?
Ce livre est un coup de coeur pour moi, malgré un petit, tout petit bémol : la ponctuation est particulière, beaucoup de virgules, moins de points. Je me suis demandé si c'était lié au fait que c'était un livre électronique ou si c'était pour rythmer la narration. le titre « La chasse aux âmes » m'a beaucoup plu car il est très évocateur, point n'est besoin d'expliquer quelles sont âmes qu'il convient de chasser, voire d'exterminer.
Un grand merci à NetGalley et aux éditions Plon qui m'ont permis de découvrir ce livre et son auteure.
#rentreelitteraire2020 #NetGalleyFrance

Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
hcdahlem
  09 septembre 2020
Ils sont sortis du ghetto de Varsovie
Dans son second roman, Sophie Blandinières retrace l'histoire du ghetto de Varsovie en prenant le pas de quatre frères bien décidés à s'en sortir. Leur destinée nous rappelle aussi à la vigilance.
Dès la scène d'ouverture, ce roman vous prend aux tripes. On y voit un homme errer dans la neige, la barbe en feu. Il est victime d'un incendie volontaire provoqué par un certain Joachim qui dira pour sa défense. «Je suis juif, je suis revenu».
Cet homme a pris la route de Grady, le village polonais dont il s'était enfui et qui est désormais en émoi. Ne sachant que faire de cet homme dont le récit remue un passé aussi triste qui sensible, les juges décident de le condamner à 10 ans de prison. Après avoir hésité à l'acquitter.
C'est désormais à Juliette, sa fille, qu'est dévolue la tâche de faire la lumière sur son passé. Elle va tenter de rassembler son histoire, de comprendre son geste insensé.
Pour cela, elle part pour Varsovie où une vieille dame l'attend. Ava, qui avait été rebaptisée Maria, était l'un des rares enfants nés dans le ghetto à en être sortie vivante. À 79 ans, elle ressent le besoin de témoigner. «Ces dernières années, elle s'était préparée à ce tribunal intime, elle avait réuni les éléments du procès, après la séquence judiciaire, elle avait étoffé le dossier par des entretiens avec les témoins, et avec Joachim, auquel elle rendait visite, munie de son dictaphone, une fois par semaine».
Elle raconte le journal de Luba, dont «elle connaissait chaque virgule, chaque date». Elle raconte comment elle a connu Joachim et ses trois frères, Szymon, Marek et Aron. Elle raconte sa patiente recherche des témoignages et détaille la chronologie des faits.
Une histoire bouleversante au coeur de l'horreur qui voit les mauvais traitements grimper au fil des jours dans l'échelle de l'horreur. de l'autre côté, il reste une volonté féroce de faire triompher la vie, de ne pas céder à l'inhumanité des bourreaux. Cherchant tous les moyens pour fuir cet enfer – il n'y a désormais guère de doute sur le sort réservé aux juifs – certains trahissent et vendent leur âme pour bénéficier d'un peu de répit, d'un sursis. D'autres font preuve de solidarité et de courage pour vivre et imaginer des moyens de sortir de cette prison.
Bela et Chana, aidées par Janina, vont mettre au point un réseau clandestin pour faire passer les enfants hors du ghetto. Une fois dehors, ils sont confiés à des familles ou des institutions qui leur donnent une nouvelle identité, en font des «polonais catholiques». Après avoir réussi à passer une trentaine d'enfants, Chana sent que l'heure de donner sa chance à son propre fils a sonné, même si son père n'est pas de cet avis. Avec cet exemple, on comprend le dilemme de parents qui peuvent s'imaginer ne plus jamais revoir leurs enfants. Bien des années plus tard, certains de ceux qui auront survécu, tenteront de reconstituer leur histoire.
Sophie Blandinières a su trouver les mots pour dire cette quête, pour dire la douleur et l'incompréhension, pour dire la brutalité et la solidarité, les petits calculs et les grands sacrifices. Oui, encore et toujours, il faudra témoigner pour ne pas oublier. «La chasse aux âmes» fait désormais partie de ces témoignages qui doivent servir à notre édification, notamment pour les jeunes générations qui doivent se battre pour le «plus jamais ça».

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
montmartin
  27 septembre 2020
La grange avait eu le temps de se consumer entièrement, du voisin, il n'était pas resté grand-chose à enterrer. Il s'était livré à la police en disant, je suis juif, je suis revenu. le criminel se prénomme Joachim, et le narrateur de ce roman est son fils. Il revient à Varsovie, là où son père a eu son enfance brisée, car il a été un enfant du ghetto.
Nous allons donc suivre Joaquim et d'autres adolescents garçons et filles dont la vie bascule du jour au lendemain en novembre 1940. L'insécurité, la privation de leur emploi, de leurs biens, de leur liberté, des hommes et des femmes séparés du reste de la société à l'intérieur d'une muraille hérissée de barbelés comme un pénitencier surpeuplé, traités comme des rats. le prix de la nourriture qui s'envole, le marché noir, les trafics en tout genre, des juifs qui dénoncent d'autres juifs à la police juive corrompue, la déchéance morale, la perte de dignité, le froid, la faim, les ravages du typhus. Avec le soutien des Polonais, les Allemands vont éradiquer la peste noire, les petits juifs, les transformer en animaux, les vider de leur culture, de leur capacité à réfléchir.
Ce sont aussi des femmes courageuses qui essayent de sauver des enfants en les exfiltrant du ghetto. Des gamins désossés de leur spontanéité, amaigris, flétris, traumatisés, agressifs parfois.
Ce roman est donc leur histoire, le lecteur se retrouve plongé dans le coeur du ghetto de Varsovie, dans la vie de tous les jours pour essayer de survivre, de s'échapper de ce piège dont la mort semble la seule issue. L'écriture sans fioriture, précise et dure parfois, dénonce à la fois le rôle des Polonais, des dirigeants catholiques, de certains juifs aussi. Si parfois je mes suis perdu dans la multitude de personnages ce roman est d'une grande utilité pour ne pas oublier.
Meri aux éditions Plon pour leur confiance.
La chasse aux âmes » de Sophie Blandinières. #rentreelitteraire2020 #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
mfrance
  21 janvier 2021
Septembre 1939, la Wehrmacht envahit la Pologne. En quelques semaines le pays est sous la botte nazie et en quelques mois les juifs se retrouvent parqués dans le ghetto de Varsovie de sinistre mémoire.
Et Sophie Blandinières d'immerger le lecteur en plein ghetto, ce qu'elle fait avec talent, pudeur et une parfaite justesse de ton, tentant avec succès de transcrire l'insupportable, l'insoutenable et de nous faire toucher l'indicible. Dire que cette lecture est éprouvante n'est qu'un euphémisme et le lecteur de feuilleter ce livre, absolument horrifié en suivant le parcours de ces enfants, adolescents et adultes qui tentent de ....
Vivre ou survivre dans le ghetto de Varsovie ?
Garder espoir ou s'abandonner au désespoir ?
Croire en un possible avenir ou se laisser mourir ?
Comment sortir de l'enfer, et comment en sauver les enfants ?
Tant de questions auxquelles l'auteur propose quelques réponses, principalement en ce qui concerne cette mystérieuse "chasse aux âmes". Et trois femmes vont consacrer leurs forces à faire sortir le maximum d'enfants du ghetto.
Mais ceux qui vont apporter leur aide le feront souvent contre rétribution et non par simple charité chrétienne, car "guerre et charité s'accordent mal" !
Cet ouvrage est une fiction, mais inspirée par des personnages ayant existé et basée sur des faits historiques avérés, aussi il est à éviter si l'on se sent incapable émotionnellement d'appréhender l'horrible réalité qu'il nous décrit.
Il est des choses tellement monstrueuses qu'elles ne se peuvent ni comprendre, ni admettre.
Ce livre m'a été offert par Babelio, pour avoir gagné le défi d'écriture d'octobre 2020, consacré à l'uchronie. J'avais, ironiquement, effacé la guerre de cent ans de la réalité historique !
Ah, si l'on pouvait réécrire l'histoire et annuler purement et simplement cette abominable période où l'humanité a fait la démonstration de la bassesse dont elle est capable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          204
Waterlyly
  11 octobre 2020
Alors que le ghetto de Varsovie se met peu à peu en place en pleine Seconde Guerre Mondiale, le lecteur suivra le périple de trois femmes qui feront tout pour en sortir les enfants. Mais outre ces femmes, il y a aussi tous ces enfants oubliés, qui n'ont plus d'enfance et qui auront perdu tout repaire. C'est dans ce décor dantesque que Sophie Blandinières décide de placer son intrigue.
Autant le dire tout de suite, cette lecture a été un énorme coup de coeur et je sais que je ne suis pas prête de l'oublier tant elle m'a bouleversée. J'ai lu peu de romans traitant du ghetto de Varsovie et je ressors sonnée de ce récit. Pourtant, le premier chapitre ne m'avait pas forcément laissé une impression favorable, me retrouvant quelque peu perdue.
En effet, Sophie nous parle de beaucoup de personnages à la fois, que l'on ne connaît évidemment pas encore, et pour le coup, je me suis retrouvée perdue. Une fois tous les personnages intégrés, je suis rentrée entièrement dans cette histoire forte et tragique.
J'ai été en immersion totale et j'ai craint tout au fil des pages pour ces enfants. le combat des trois femmes, Chana, Bela et Janina, afin de faire sortir les plus jeunes du ghetto et ainsi de les faire adopter par une nouvelle famille pour qu'ils s'en sortent, est totalement bouleversant. J'ai lu ces pages avec beaucoup d'émotions et de tristesse.
Je n'ai pu faire autrement que de m'attacher aux personnages, notamment à Luba et à Joachim. L'auteure a dû se renseigner afin de coller au mieux à la réalité, et j'ai ressenti tout au fil de ma lecture cette ambiance pesante qu'elle a réussi à retranscrire avec beaucoup de réalisme.
C'est tout de même une lecture quelque peu anxiogène, puisque je dois dire avoir craint pour absolument tous les personnages principaux. Malgré le tragique de la situation, Sophie a su instaurer une lueur d'espoir au travers du portrait de ces trois femmes qui braveront tout afin d'aider les autres.
La plume de l'auteure est très particulière. Ce sera sans doute mon seul petit bémol. En effet, j'ai eu une sensation de ponctuation dissonante tout au fil de ma lecture, rendant certaines phrases rudes à la compréhension et m'obligeant à les relire. J'ai eu la sensation que Sophie avait une large préférence pour les virgules et non pour les points. Cela reste un petit détail qui n'a pas émaillé mon plaisir de lecture, puisque le style est très maîtrisé, et avec une plume sensible et poétique, l'auteure réussi à instaurer beaucoup de réalisme.
Un roman tragique, dans lequel trois femmes fortes feront tout pour venir en aide à ces enfants bloqués dans le ghetto de Varsovie. Un roman qui prend aux tripes et qui bouleverse. Un roman à découvrir sans hésitation.
Lien : https://mavoixauchapitre.hom..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160


critiques presse (1)
Culturebox   16 septembre 2020
Même si Sophie Blandinières a un magnifique sens du récit, l’autrice se laisse à certains moments emporter par sa propre écriture avec des mots qui ne paraissent pas à leur place.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   09 septembre 2020
Ava m’attendrait le lendemain chez elle, elle m’avait donné son adresse, elle me raconterait en détail, avec des preuves, cette fois. Ces dernières années, elle s’était préparée à ce tribunal intime, elle avait réuni les éléments du procès, après la séquence judiciaire, elle avait étoffé le dossier par des entretiens avec les témoins, et avec Joachim, auquel elle rendait visite, munie de son dictaphone, une fois par semaine.
Elle avait écouté abondamment sa voix basse et même, ses silences comme des forages, ses souvenirs charriés dans le lit caillouteux d’un fleuve sanglant, un déluge qui aurait noyé l’arche, et déserté la Bible.
Du journal de Luba versé au procès, elle connaissait chaque virgule, chaque date, elle avait été bouleversée par ce que l’enfant du ghetto écrivait, le contraste entre sa graphie encore ronde, hésitante et la maturité de ce qu‘elle énonçait. Pour ne pas faire pâlir davantage l‘encre noire, Ava avait choisi la nuit pour s’imprégner de la chronique de cette enfant sensible, pour tourner avec précaution les pages jaunies des cahiers souples d’écolière, pour poser ses mains sur leur couverture brique écornée, rayée et tachée, pour déplier les feuilles de toutes sortes qu’elle avait utilisées, lorsque les cahiers étaient venu à manquer. p. 30
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
hcdahlemhcdahlem   09 septembre 2020
INCIPIT
L’homme était nu. La barbe en feu, les pieds dans la neige, il exécutait des mouvements de gymnastique ineptes, levant le bras gauche et la jambe droite ensemble, tournant sur lui-même de plus en plus vite pour tenter d’éteindre le brasier qu’était son menton. Dès qu’il ralentissait, épuisé par le vertige, les efforts, et ses blessures, il recevait un coup de gourdin, alors il se réanimait, il se remettait à danser, disgracieux et pathétique, sous les yeux noirs des bouleaux décharnés par l’hiver. Le désarticulé chantait aussi, puisqu’on le lui avait demandé, puisqu’il consentait à laisser l’humanité le quitter pour ne pas mourir.
Le témoin s’en souvenait : d’abord ça l’avait étonné de voir là un étranger enfoncer ses pas dans la neige tombée dru, lourde à courber les branches des pins, à une heure où même les gens du village n’osent pas sortir, à la lumière pure d’une aube coupante comme un châtiment. Mais il était retourné à la table où fumait son café, il ne se mêlait pas de ce qui se produisait de l’autre côté de sa fenêtre, ça valait mieux, il l’avait appris de force par sa mère qui l’avait retenu dans la maison quand, enfant, un jour d’été, il avait voulu comprendre ce qui se passait dans les rues de Jedwabne, pourquoi les cris, l’odeur, la couleur inattendue de l’air.
C’est plus tard, quand il avait entendu chanter à tue-tête, horriblement, qu’il était sorti. Dans la silhouette absurde, l’épouvantail sans vêtements ni chapeau qui gesticulait, il n’avait pas reconnu son voisin. De toute façon, il n’aurait rien fait. Il ne cherchait pas à s’en excuser, il était sidéré, ce qu’il voyait et entendait n’avait aucun sens, ça l’avait pétrifié. Il était resté là, devant sa porte, jusqu’au bout, il avait regardé l’étranger emmener, à coups de crosse sur la tête, le voisin, vers la grange, et l’y faire entrer sans le suivre, il avait vu ensuite, très vite, des flammes naître et se démultiplier. Il se rappelait une colonne noire qui trouait le bleu du ciel, et aussi s’être réjoui parce qu’il faisait beau, après une longue semaine de blizzard et de flocons gros comme des balles.
Dans la torpeur du village de Grady, la grange avait eu le temps de se consumer entièrement. Du voisin, il n’était pas resté grand-chose à enterrer. On avait pu reconstituer ses déplacements grâce aux taches rouges qui coloraient la neige.
De l’étranger, on n’avait plus entendu parler, on n’avait cessé de supposer, d’inventer des histoires à la mesure des faits, sans queue ni tête, jusqu’à son procès. Car, à la stupeur de tous, un mois plus tard il s’était livré en prononçant une phrase que la police s’était bien gardée de confier aux médias. Je suis juif, je suis revenu, avait-il déclaré. Les détails de ce crime, d’autant plus terrifiant qu’il semblait arbitraire, aussi fou que celui qui l’avait commis, occupaient la conscience et les nuits des Polonais, surtout les anciens.
Après, ça avait été encore pire, l’étranger avait un prénom, Joachim, un visage. Et un mobile.
Selon moi, le criminel n’avait pas d’excuse. Pourtant je ne savais même pas ce qu’il avait fait, j’étais petit, j’étais en France, j’étais son fils. Je crois.
Avant de disparaître, avant mes dix ans, quand il était encore à la maison, il n’était pas mon père, il ne me parlait pas, il criait quelquefois, quand la joie était trop forte, quand les couleurs étaient trop vives, les jouets trop dispersés. Quand nous étions des enfants. C’était dans ces moments-là qu’il nous détestait le plus, mon frère Marek et moi, qu’il nous punissait durement, réquisitionnait nos larmes, appelait notre désarroi. Alors, seulement, il se calmait, il se taisait, prenait son pardessus sur le perroquet de l’entrée et s’en allait. À son retour, il ne serait pas venu nous embrasser, nous dire pardon, même sans mots, il allait plutôt recueillir ceux, amers et violents, de ma mère.
Un matin de décembre, en partant pour l’école, encore engourdi, le pantalon en velours par-dessus le collant en laine qui gratte, une trace de chocolat au coin des lèvres et sur la chemise à carreaux verts, j’ai remarqué une valise devant la chambre de mes parents et le drôle d’air qu’avait mon père au moment de nous dire, comme tous les matins, travaillez bien à l’école, le vague dans le ton, la voix qui trébuche. Sur la table de la salle à manger, le soir même, il manquait son couvert.
Maman n’a répondu qu’une fois à la question, où est papa, le jour de son départ, il est parti, il ne reviendra pas, on se débrouillera très bien sans lui.
Apparemment, elle disait juste, comme si, jusqu’alors, il avait été de trop, un invité désagréable dont on regrette la présence, un inconnu qui instille le malaise, un fauteur de gêne, de malheur.
Trois semaines après sa disparition, maman avait reçu un coup de téléphone mystérieux qui l’avait bouleversée au point de l’empêcher d’aller travailler à l’hôpital. Pendant dix jours, ses patientes avaient accouché sans leur gynécologue. À nous, elle n’avait pas voulu avouer les motifs de son abattement. Et puis, d’un coup, sa gaieté ressuscitée nous avait emportés, soulevés de nouveau pour nous immuniser contre la gravité, le syndrome de son mari, et la compenser, pour préserver notre enfance, entretenir notre ignorance salutaire. Elle guettait nos éventuelles ressemblances avec lui, elle nous observait scrupuleusement, elle examinait, inquiète, les moindres signes de mélancolie ou d’angoisse.
Ce qu’elle nous taisait, elle en parlait à une autre, une amie de longue date, qui avait croisé mon père, je les ai entendues, derrière le mur, les phrases dures, la colère intacte, qu’il ne se batte pas plus pour elle, pour nous, pour la vie, qu’il se laisse engloutir par on ne sait quoi. Elle se sentait trompée, mais à vide, sans rivale, sans autre femme, sans quoi que ce soit d’autre en face, sinon quelque chose de si souterrain qu’il était hors d’atteinte.
Le Joachim qu’elle avait épousé n’avait, en réalité, pas existé ou si peu, il était une illusion, celle qu’il s’efforçait de donner, un homme vivant qui lui récitait des poèmes.
D’après ma mère, la mascarade avait cessé bien avant ma naissance, en 1968 précisément, après le séjour d’une parente qui n’avait eu d’autre choix que de fuir la Pologne, quelqu’un qui avait connu mes grands-parents, jamais évoqués par mon père.
Je n’ai jamais su ce que cette Chana avait bien pu lui dire pendant les soirées où ils s’isolaient, s’était emportée maman, mais ça l’a transformé radicalement, après c’était terminé, il est devenu un automate qui allait enseigner les mathématiques et revenait lui faire des enfants.
Alors je suis né, puis Marek, mais, ensuite, une fausse couche a fait basculer mon père dans une amertume et une colère telles qu’elles ont dissous ses contours d’homme. Il est devenu une bouche pleine de ressentiment, qui accusait ma mère d’avoir tué, s’exténuant dans son métier à faire naître des bébés anonymes, son troisième fils, Aron, un prénom en creux, vide et ennuyé, comme le ventre de maman, sans enfant pour le porter, un prénom imposé par papa, tout comme mon prénom, Szymon, malgré sa graphie ardue, et Marek.
Nous ne serions que deux fils, insuffisants pour l’équilibre, pour le barrage au néant qui faisait son trou dans mon père, nous étions aussi peu que rien.
Maman était soulagée de sa disparition, ses fils échapperaient aux ombres dont leur géniteur était porteur, et pas seulement. Elle avait tenu sa ligne, un silence parfait autour de lui, jusqu’à façonner un mort, plus inexistant que s’il avait été un cadavre en putréfaction quelque part, son nom gravé dans le marbre d’une tombe.
Nous étions, mon frère et moi, complices de son obstruction, dressés à ne pas poser de questions, formés à oublier, nier, enjoliver. Accrochés à une racine unique, tressée et solide, nous étions forts, assez en tout cas pour grandir droit. Après, nous nous sommes désaxés, feignant de nous en étonner, mais sans jamais trahir la vieille plaie endormie par les pommades de notre mère.
Maintenant elle est morte, il y a un mois, depuis, elle ne peut plus rien empêcher. Ni que je fouille dans ses affaires – des lettres auxquelles elle ne répondait pas, une photo qui appartenait à mon père, mais qu’elle n’a pas jetée – ni que j’apprenne ce qu’elle a refusé de savoir et lui, de raconter, ni que je vienne ici, à Varsovie, parce que c’est ici qu’il est né, mon père, ici qu’il n’a pas eu d’enfance. C’est aussi là qu’il est revenu en 1991, quand il nous a laissés, un peu plus. Là, enfin, qu’il est mort.
Il y avait eu un procès qui, malgré la netteté du crime de l’étranger, malgré le peu de témoins, avait duré des mois et fasciné la Pologne. L’avocat du prévenu, connu pour sa sagacité et ses ruses, avait trouvé le moyen de ranger l’opinion de son côté et de prolonger le combat pour que la défaite ne soit pas vaine, aussi parce que c’est ce que son client souhaitait, de l’attention, qu’on le laisse s’expliquer, qu’il puisse, tant d’années après, convalescent, déposer un mot après l’autre, doucement, revenir en 1940, faire surgir cet enfant du ghetto qui avait décidé de s’en sortir, en dépit de sa culpabilité, qui se fortifiait à chaque nouveau mort.
Il n’était certes pas le seul survivant, l’histoire avait été racontée ad nauseam, les criminels de guerre châtiés, les comptes étaient bons, l’affaire était réglée, le mal isolé, il affichait complet. Inutile d’encombrer les mémoires avec une haine qui pourtant avait été sacrément flamboyante au pays de Copernic, mieux valait lui substituer la fiction, l’exception, l’exemple de quelques Polonais héroïques, dont on exagérerait la bravoure, mieux valait soigner les légendes, œuvrer pour le salut de la fierté d’un peuple friand de contes épiques dont les mamelles de la nation regorgent.
Lors des grands procès, Nuremberg, Eichmann, Francfort, Barbie, les victimes, celles qui s’en étaient sorties, si l’on peut s’en sortir, l’une après l’autre, avaient livré leur récit. Selon Joachim, ça ne suffisait pas, ça n’
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Eve-YesheEve-Yeshe   27 décembre 2020
L’étranger s’en doutait, qu’il provoquerait la peur et que cette peur raviverait la détestation locale du Juif, elle n’attendait que ça, flamber à nouveau, elle se nourrissait d’un rien, le fantasme l’engraissait, ne plus voir de Juifs inquiétait autant que d’en voir, leur absence se voulait aussi agressive que leur présence, leur rareté aussi insupportable que leur grand nombre.
Commenter  J’apprécie          100
mfrancemfrance   21 janvier 2021
Un mois et demi plus tard, deux cent mille personnes avaient déménagé, engendrant un bazar énorme et inédit, un désordre monstrueux, effroyable, de gens et de choses, une agitation de fourmis à l'approche de la braise d'une cigarette. Les moyens de transport faisaient défaut, il fallait de l'argent pour un camion ou une voiture, il fallait de la chance pour dénicher une charrette libre, alors la plupart des Juifs qui migraient dans le ghetto laissaient leurs affaires derrière eux, leurs meubles, leurs objets, leur intimité, qu'ils aient une valeur marchande ou sentimentale, étaient abandonnés à la gloutonnerie des Allemands qui en jetaient le surplus aux Polonais.
Page 64
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mfrancemfrance   21 janvier 2021
Mais elle voulait faire plus que de soulager sporadiquement, puisqu'elle ne déjouait pas la destinée. L'enfant de six ans qui faisait la manche à son arrivée dans l'enceinte de brique et de fer, une heure plus tard, c'était un macchabée dont personne n'avait osé toucher les paupières parcheminées, quoi qu'elle fasse, le ghetto avalait les petits avec une voracité qui aurait intimidé les ogres.
Page 92
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : ghetto de varsovieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Sophie Blandinières (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La Princesse de Clèves

De quoi traite principalement "La princesse de Clèves" ?

d'un complot
de la guerre entre catholiques et protestants
de la passion amoureuse
du libertinage

12 questions
1783 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre

.. ..