AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2013200706
Éditeur : Hachette Jeunesse (22/05/2013)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Adé n’est pas une petite chose fragile. On peut même dire qu’elle a trouvé la parade pour survivre au milieu des filles de son âge : devenir la pire de toutes, la plus fashion, la plus méchante. La numéro Un de la redoutable « Pouffe Society ».
Mais voilà qu’un serial-killer sévit dans sa ville et semble avoir un compte à régler avec les filles les plus hype.
Avec l’aide de Rod, son petit frère passionné par les éléphants, et de Thibault Picard, mignon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  06 juin 2013
Pas d'uniforme imposé dans les établissements scolaires en France, mais le diktat de la mode est sans doute pire (plus coûteux, déjà). Adé doit se déguiser en "pouffe" (sic) pour ne pas se faire remarquer/harceler par les filles de son lycée. Oui mais voilà, elle risque de devenir une des cibles d'un "justicier" qui s'attaque aux jeunes filles superficielles...
► Je n'ai pas aimé :
- le fait que l'héroïne ait quinze ans alors que cela s'adresse à des "filles" (cf. 4e de couv, collection 'Planète Filles') beaucoup plus jeunes
MAIS : même phénomène chez notre bonne vieille Alice de bibliothèque verte, et je me souviens que cela me faisait rêver, je me projetais et étais persuadée que je serais aussi brillante, séduisante, etc. à son âge...
- la longueur de l'intrigue, déjà assez mollassonne
MAIS : je lis beaucoup de polars pour adultes, et je deviens assez difficile
► J'ai aimé :
- l'humour, lorsque la CPE essaie d'appliquer les conseils de psycho appris en cours ou dans des livres
MAIS je crains que cela n'ait pas été perçu par les jeunes lectrices
- le fait que les crimes soient juste évoqués, rien de malsain (j'ai vu pire dans des collections ados, notamment les 'Peur bleue' de RL Stine).
- les critiques de la 'pouffe' (sic), du conformisme, de la société de consommation, du net et du portable, du harcèlement, du côté 'punaise' de certaines gamines avec les adultes clairement faibles, des idées réacs
MAIS, là encore, le public visé a-t-il perçu tous ces messages ?
Globalement, je me suis surtout ennuyée, mais je me serais assurément régalée avec cet ouvrage vers 11-12 ans. Notamment parce que ce sont des ados qui mènent l'enquête (au mépris des recommandations parentales de sécurité), tandis que les adultes pataugent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          214
trust_me
  06 juin 2013
Adé, 15 ans, n'a trouvé qu'une solution pour survivre au lycée : devenir la reine des pouffes. Chaque matin elle s'arrête chez sa grand-mère pour se changer, abandonnant pantalons classiques, robes austères et manteaux informes pour enfiler jean slim ou leggings, haut moulant et ceintures écarlates. Ainsi déguisée, elle n'a pas à subir les moqueries et autres méchancetés que les bimbos de sa classe réservent aux élèves trop studieuses dans son genre. Mais le jour où un serial killer s'attaque au club des pétasses et fait disparaître ses membres les plus « éminents » d'une balle entre les deux yeux, Adé se dit qu'elle a peut-être fait une erreur…
Un roman jeunesse à l'écriture enlevée qui se lit avec facilité. Beaucoup d'humour (noir), une touche d'ironie et de cynisme et une (petite) dose de suspens rendent l'ensemble fort agréable. Les personnages sont caricaturaux à souhait mais bien campés : Adé, son « petit copain » Thibault et son frère Rod, mais aussi le prof de français que personne n'écoute, celui de sport, séduisant en diable, la CPE qui a appris à faire face à toutes les situations grâce aux nombreux stages proposés par l'éducation nationale, l'intendant radin, l'homme de ménage un peu simplet et un duo de policiers qui n'a à l'évidence pas inventé l'eau chaude. Les chapitres sont courts, tout s'enchaîne avec fluidité et quelques fausses pistes ainsi que de nombreux cadavres (cinq filles, un prof et un chat) viennent pimenter le déroulement de l'enquête : classique mais efficace.
Bon j'ai quand même quelques bémols. Les motivations du tueur sont au moins aussi simplistes que l'état d'esprit des adolescentes qu'il honnie. Par ailleurs, considérer qu'à partir de douze ans les filles deviennent des monstres de superficialité est un raccourci un peu facile. Surtout, c'est la fin qui m'a déplu. Vraiment très tirée par les cheveux, limite ridicule tant le comportement des protagonistes est peu crédible. Dommage, cela gâche quelque peu l'impression favorable laissée dans les deux cents premières pages.
Au final, j'ai quand même passé un très bon moment et je ne me suis pas ennuyé une seconde. C'est une évidence, ce roman doit parfaitement convenir au public auquel il s'adresse.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Akeera
  07 octobre 2011
Adé est une ado de 15 ans tout ce qu'il y a de plus habituelle aujourd'hui: elle ne s'habille qu'avec des vêtements moulants de marque, se maquille outrageusement, marche en roulant des hanches et en mâchant son chewing-gum bouche grande ouverte et surtout persécute les loosers de sa classe. En un mot, c'est la reine des pouffes de sa classe! Oui mais voilà, en réalité, Adé s'appelle Adélaïde, est la fille d'un conservateur de musée et d'une contrebassiste, boit les paroles de son prof de français bien aimé et est secrètement amoureuse du looser numéro 1 de sa classe! Lorsqu'elle est arrivée au collège, Adé à tout simplement décidé d'entrer dans la peau d'une pouffe pour ne pas se faire torturer à son tour pour avoir été trop intelligente: chaque jour elle part de chez elle en Adélaïde, fait un saut chez sa grand mère et en ressort habillée en Adé méga-reine des pouffes.
Tout se passe selon son plan jusqu'au jour terrible où un mystérieux sérial-killer se met à éliminer les pouffes du collèges une par une...Adé sent l'étau se resserrer autour d'elle, il faut vite qu'elle trouve le coupable!
Rajoutez par dessus tout ça un petit frère malin et obsédé par les éléphants (vous verrez, ça a son importance!) et vous obtenez un super roman comme on aimerait en lire plus souvent!
J'aime, j'adore! Des dialogues très drôles, un vrai style d'écriture très agréable et pas du tout culcul comme on peut souvent en lire dans les romans destinés au public ado féminin et surtout une vraie intrigue culottée et recherchée. Rajoutez en plus de ça un prix vraiment tout petit et un format inhabituel (un roman carré!) et c'est le bonheur! le seul hic dans l'histoire est que c'est édité chez un petit éditeur et qu'il peut être difficile à trouver. mais en dernier recours...il est en vente sur le site de la fnac -_-
Vous pouvez l'offrir sans soucis à votre petite soeur de 13 ans mais aussi aux plus grands qui ont de l'humour, ils devraient aimer aussi :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
glow
  30 octobre 2011
Luc Blanvillain est un auteur français et Crimes et jean slim est son premier roman jeunesse. Il maintenant quatre ouvrages à son actif, le dernier étant Un amour de geek paru aux éditions Plon Jeunesse en octobre et dont nous reparlerons plus tard.
Crime est jean slim est édité aux éditions Quespire, un petit éditeur encore très méconnu du grand public mais qui se fait une place petit à petit avec des choix éditoriaux originaux que ce soit au niveau du contenu ou du format de ses livres – ils sont tous carrés et de treize centimètres sur treize.
Adélaïde, une intello en planque chez les fashion victims
Adélaïde a un sérieux problème : outre son prénom pas facile à porter, elle est aussi une jeune fille très intelligente. Sauf qu'il ne fait pas bon d'être une jeune fille douée à l'école si l'on veut avoir des amies et être un minimum fréquentable. Et pour parer à ce problème de poids, Adélaïde n'a pas trouvé mieux que de se déguiser à l'image de ses ennemies : en pouf. Et c'est même la reine de la petite communauté dans l'établissement.
Jean moulant, bottines assorties, un look au top, quoi. Mais la tenue vestimentaire ne suffit pas à faire illusion, il faut aussi avoir le comportement adéquat. Ainsi la jeune fille adopte-t-elle le comportement détestable qui sied et maintient son niveau scolaire dans la moyenne : ni trop bon, ni trop juste.
Les parents de la jeune fille ainsi que son petit frère ignorent tout de sa double personnalité, cette dernière se changeant en cachette chez sa grand-mère. Mais les événements vont mettre en danger « la couverture » d'Adé mais aussi sa vie… car un sérial-killer a décidé de s'en prendre à toutes ces filles superficielles et cruelles…
Parallèlement à l'enquête, Rodrigue le frère d'Adélaïde mène la sienne. Fasciné par les éléphants depuis la mort de son grand-père écrasé par l'un d'eux, il ingurgite une masse d'impressionnante d'ouvrages pour élucider un mystère de sa disparition. L'éléphant en question est entré dans une rage noire en voyant son grand-père, puis est retourné à ses occupations après l'avoir écrasé…un vrai mystère.
Un roman génial qui se dévore…
Outre l'intrigue fort bien pensée, c'est la plume de Luc Blanvillain qui fait mouche. Drôle, cynique, mordant, le style y est pour beaucoup dans la qualité indiscutable de l'ouvrage. On se retrouve plongés dans l'enquête avec la même angoisse et curiosité que les élèves, on devine, on soupçonne, on a peur pour Adélaïde…
La mise en scène du roman est telle que même les lecteurs adultes prendront plaisir à lire cet ouvrage destiné à la base à la jeunesse (dès 13 ans). le récit est écris d'un point de vue extérieur, mais quelques chapitres font exception et sont écrits par l'énigmatique tueur lui-même, ouvrant la porte à de nombreuses théories, et mettant le doute sur son identité.
En conclusion, n'hésitez pas une seconde à vous procurer Crimes et jeans slim, c'est une petite perle en littérature jeunesse. Les jeunes comme les adultes sortirons ravis de cette lecture.

C'est drôle, angoissant, impliquant le lecteur dans toutes les étapes de l'intrigue. Cet ouvrage coûte neuf euros, et franchement ça n'est pas cher payé pour un ouvrage de cette qualité. D'autant plus que nous sommes dans une période où la littérature jeunesse connaît une surproduction générale et où l'on ne croise pas forcément que des ouvrages de qualité.
Lien : http://glowmoonlight.unblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lakanal3eme6
  11 mai 2013
Ce livre m'a plu car il fait réfléchir. Ce livre est un mélange entre un roman policier et un roman pour les filles.
Ce livre fait rire mais aussi procure des émotions ! Ce livre fait peur et permet de s'évader dans la peau d'un ado de 15 ans !
Ce livre se lit vraiment TRES rapidement car on ne peut attendre plus pour savoir la suite ! Ce livre nous rappelle le nouvelle génération avec leurs qualités mais surtout leurs défauts !
Adé une jeune ados veut devenir la pire de toutes les filles, la plus fashion, la plus méchante! Mais, sous ses grands airs elle se rendra bien compte du danger !!!!!!!Je conseillerais ce livre à TOUTE les filles de 15 ans et + !!!!
Cécile
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
kokodu22kokodu22   15 mars 2012
Monsieur et madame Manchec avaient eu la mauvaise idée d'appeler leur fille Adélaïde et leur fils Rodrigue. On ne pouvait pas faire tellement pire, à la fin du vingtième siècle. La vie des deux malheureux promettait d'être rude. Pourtant, les parents n'avaient pas voulu se montrer malveillants, ils étaient juste irrémédiablement romantiques. Monsieur Manchec était conservateur dans un musée, spécialiste des paysages du XVIIIe siècle, et son épouse enseignait le violoncelle. Ils vivaient dans un monde doux, beau, raffiné, qui sentait bon la cire d'abeille et le thé. Adélaïde venait d'atteindre sa quinzième année. Trois ans plus tôt, toutes ses copines étaient devenues des monstres. C'était normal. Vers douze ans, les filles deviennent des monstres. Elles rient avec des yeux terrifiants. Elles essaient d'être exactement comme les autres filles, comme les magazines pour filles de leur âge, comme les émissions pour filles de leur âge, comme les chanteuses de leur âge, elles veulent être exactement de leur âge. Des monstres. Les garçons, me direz-vous, c'est un peu pareil. Oui, mais dans cette histoire, ce sont des filles qui vont mourir. Principalement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ZilizZiliz   04 juin 2013
(...) son téléphone portable avait disparu. C'était LA catastrophe internationale. Pas tellement à cause du téléphone, qui était vieux, de toute façon, un modèle de l'année dernière qui ne permettait pas de se connecter à internet. Même, à la limite, c'était une chance. (p. 73)
Commenter  J’apprécie          100
Ivy-RoseIvy-Rose   23 septembre 2013
Grand-mère paraissait très heureuse de pouvoir profiter tout un jour de ses petits enfants. [...]
-Je vous prépare un chocolat, annonça-t-elle.
Ils sourirent. Le chocolat de grand-mère était l'équivalent d'un bel après-midi à la plage. Ils la regardèrent surveiller attentivement la cuisson du lait, incorporer, peu à peu, le cacao amer qu'elle se procurait depuis toujours chez le même épicier. Le parfum joyeux flotta dans la cuisine, et ressuscita les meilleurs moments de leur petite enfance. Puis Grand-mère vida dans la casserole une demi-louche de gros sel.
-Sinon, expliqua-t-elle, le poisson est fade.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ivy-RoseIvy-Rose   23 septembre 2013
ce jour-là, un jour pluvieux de novembre, Adé faisait mine de s'ennuyer à mourir au cours de français de M. Arnoux.
M. Arnoux n'était pas un homme, c'était un livre. C'était tous les livres. Ses phrases étaient d'une correction virtuose, presque acrobatique. Adé retenait son souffle quand M. Arnoux s'élançait dans des digressions littéraires vertigineuses, enchaînant les figures et les propositions pour impeccablement retomber sur son point. Il ne bafouillait pas, n'hésitait jamais, faisait concorder les temps, recourant, s'il le fallait, à l'imparfait du subjonctif ou au futur antérieur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AsilAsil   23 juillet 2012
Adélaïde venait d'atteindre sa quinzième année. trois ans plus tôt, toutes se copines étaient devenues des monstres. C'était normal. Vers douze ans, les filles deviennent des monstres.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Luc Blanvillain (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luc Blanvillain
Luc Blanvillain - Mon stress monstre
autres livres classés : adolescenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz-Journal d'un nul débutant

En quel classe est le personnage principal ?

En 6ème
En CM2
En 1ère
Au brevet

7 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Journal d'un nul débutant de Luc BlanvillainCréer un quiz sur ce livre
.. ..