AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2918698377
Éditeur : Editions Invenit (15/09/2012)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Qui mieux que Jean-Marie Blas de Roblès, écrivain archéologue, Prix Médicis avec La où les tigres sont chez eux, pouvait creuser en profondeur l’image métaphorique de la Tour de Babel, dont Pieter Bruegel a peint l’une des représentations les plus connues, conservée aujourd’hui au musée de Rotterdam ? L’écrivain entre littéralement dans la toile et à la manière d’un Usbek et d’un Robinson, livre le journal de voyage d’un archéologue d’un temps incertain qui, mû par ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ElGatoMalo
  27 juillet 2015
Très jolie présentation pour ce très court texte. le livre prend pour point de départ le prétexte d'une fiction inspirée ou autour d'un tableau de Pieter Bruegel pour se développer en fantaisie archéologique et linguistique. Cette dernière creuse quelquefois sans délicatesse mais avec le style d'un explorateur du XIXeme siècle, le domaine de la vulgarité grossière et de la scatologie des graffiti (que l'on pourrait sortir de cet univers onirique pour l'appliquer à nos bords d'autoroute) : les étages inférieurs de la conscience. Progressivement, en grimpant dans les niveaux supérieurs de la tour, le compte rendu d'exploration se transforme en fable allégorique qui justifie le titre. J'ai senti comme des parfums de références très discrètes à Umberto Ecco (Le Nom de la Rose), Borgès (Labyrinthe et Livre de Sable) et Farîd al-Dîn Attâr. Ce dernier est clairement cité. Sa Conférence des Oiseaux se termine par la révélation de soi au travers d'un miroir qui correspond assez bien à ce qui se passe dans les étages qui se trouvent à hauteur et au-delà des nuages. Là, on rencontre la faim, la maladie et la mort sous une forme esthétique : des tigres. Mais ces tigres se nourrissent des ouvriers qui viennent mourir tout en haut de l'édifice en déposant une brique aussi grande qu'eux-même. En y repensant, je me suis dit que cela serait comme l'image de ces auteurs qui passent toute une vie à construire une oeuvre, une brique sur le mur de la culture humaine. Mais j'ai un peu de mal à identifier l'allégorie sous l'image des tigres. Bien sûr, il y a l'assonance des thèmes - forme, fabrication, divinité, mystère des origines - avec ceux du poème de William Blake mais je demeure insatisfait par ce rapprochement qui reste comme un murmure que je n'ai pas compris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Maphil
  15 novembre 2012
Ayant apprécié "Là où les tigres sont chez eux", j'étais ravie de recevoir pour Masse Critique un autre livre de l'auteur.
Première impression : très beau livre, belle collection, belles illustrations. La collection Ekphrasis des Editions Invenit a vraiment de la classe.
Deuxième plaisir : le choix du tableau de Pieter Brueghel, un de mes peintres préférés.
J'ai ensuite été séduite par le contenu de l'ouvrage. Il est vrai que lorsqu'on se trouve devant la toile originale, on regarde surtout l'ensemble de l'oeuvre et on ne fait pas spécialement attention aux petits personnages si minuscules sur la peinture. le texte de Jean-Marie Blas de Roblès permet de leur accorder un peu plus d'attention.
Selon la Bible, les hommes eurent un jour l'idée de construire une tour qui atteindrait le ciel et permettrait d'accèder ainsi au Paradis. Pour les punir de cet orgueilleux désir de gloire, Dieu introduit la diversité des langues. Ne se comprenant plus, les hommes furent donc contraints d'abandonner leur construction.
Dans « Les Greniers de Babel », l'auteur montre qu'au contraire la construction ne s'est jamais arrêtée. Malgré les années passées, Seàmus Penman, l'archéologue chargé de l'étude du bâtiment, constate que les travaux se poursuivent encore et que les réparations lorsqu'un fragment s'écroule, sont immédiatement faites. C'est comme si l'homme n'avait jamais perdu son besoin et son envie de puissance. Parallèlement le thème de la diversité des langues est omniprésent à travers les inscriptions relevées aux différents étages de la Tour et dont les plus récentes sont parfois recouvertes par des plus anciennes, dont certaines appartiennent à une langue qui s'écrit mais ne se dit pas...
Un régal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
PatrickLedot
  30 novembre 2012
Voyageur et archéologue de terrain, Jean-Marie Blas de Roblès dirige actuellement la collection Archéologies chez Edisud. C'est donc tout naturellement que l'auteur s'est prêté à l'exercice que proposent les éditions Invenit dans leur collection Ekphrasis (un musée, une oeuvre, un écrivain) : « les auteurs sont conviés à tisser un fil littéraire avec une peinture, à traduire dans une forme libre le regard sensible qu'ils posent sur elles. » Collection remarquable qui a précédemment eu l'occasion d'accueillir, entre autres, Michel Butor, Maurice Pons sur Paul Klee ou Philippe Beaussant sur Georges de la Tour. J.-M. bas de Roblès invite le lecteur à gravir les étages de la Tour de Babel dans cette nouvelle métaphorique s'inspirant du tableau de Bruegel. On y retrouve l'univers poétique de l'écrivain et sa qualité d'écriture habituelle nourris d'une réflexion profonde sur les mystères du langage humain. Une pierre très précieuse à l'édifice… dans un écrin de papier.
Commenter  J’apprécie          40
kathel
  30 juin 2013
dans ce roman, on tourne les pages du journal de bord d'un archéologue qui découvre et pénètre dans la tour, s'intéressant à sa construction, aux habitants, au commerce et à la navigation qui s'organise à ses pieds. Au fur et à mesure de sa montée dans les étages, montée qui semble terriblement longue, il a l'occasion de faire des découvertes sur les langues et sur la façon dont elles apparaissent, se mélangent ou disparaissent. Ce sont des phrases entendues et des curieux graffitis sur les murs qui le poussent de plus en plus loin dans ses recherches, vers le dernier étage de la tour immense.
Ce court roman n'est pas seulement plein d'érudition, mélangeant descriptions fines et réflexions philosophiques, il est amusant à plus d'un titre. Tout d'abord, par l'absence de repère temporel précis, qui oblige à piocher des indices permettant de se repérer : tiens, des ampoules, oh, des bâtons de marche nordique ? Ensuite, certaines inventions de l'auteur sur les us et coutumes de la tour ne manquent pas de piquant, je pense à certains langages par signes, ou à une façon originale de mesurer le temps qui passe.
Voici encore une jolie trouvaille dans cette collection, à la présentation élégante et soignée, qui va rejoindre La bohémienne endormie dans ma bibliothèque !
Lien : http://lettresexpres.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Palimpseste
  12 novembre 2012
Ce volume de la collection "Ekphrasis" des éditions Invenit propose au lecteur de pénêtrer dans la toile de Pieter Bruegel : "La Tour de Babel". Au travers du journal de voyage d'un archéologue, l'auteur, Jean-Marie Blas de Roblès, nous fait gravir les étages de la Tour un à un, jusqu'aux greniers. le texte de cette nouvelle, qui rappelle l'écriture de Borgès, est d'une force et d'une poésie remarquables et donne envie de découvrir les autres titres publiés dans cette collection qui associe un auteur contemporain et une oeuvre d'art.
Richement illustrée, cette nouvelle nous permet d'appréhender le chef-d'oeuvre de Bruegel ; elle nous présente l'histoire de la Tour de Babel, ses mystères et la multitude des langues.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ElGatoMaloElGatoMalo   14 juillet 2015
Rien n'est en ruine dans la tour, rien n'y est achevé non plus au sens où nous l'entendons. L'édifice a pris une telle ampleur, il s'élève depuis si longtemps, qu'il faut en réparer les soubassements, alors même que les étages supérieurs ne sont pas encore finis.
Commenter  J’apprécie          250
kathelkathel   30 juin 2013
Mon chamelier m’assure que la tour existe de toute éternité, que ses ancêtres et les ancêtres de ses ancêtres la connaissaient, et qu’elle fut non point bâtie, mais exhumée au cours des siècles précédents. Légende bien sûr, qui tente de légitimer l’extraordinaire sentiment de puissance dégagé pas cette construction colossale, mais aussi la terreur divine qu’elle ne cesse d’inspirer à ceux qui la regardent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MaphilMaphil   15 novembre 2012
Lorsque les livres disparaissent, c'est un tort de croire que quoi que ce soit puisse leur survivre.
Commenter  J’apprécie          80
wellibus2wellibus2   27 décembre 2014
.......C'est ici le règne des nuées.
Une brume filandreuse enveloppe les choses d'une pourriture noble qui voile les contours et embue l'intellect tout autant que le verre de mes lunettes.
Commenter  J’apprécie          30
PatrickLedotPatrickLedot   30 novembre 2012
A force de confusion, la Tour produit l'ordre du monde. Elle est le sens du chaos, sa beauté fractale, son axe indestructible.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean-Marie Blas de Roblès (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marie Blas de Roblès
Maison de la poésie (4 juin 2019) - Texte et Lecture de Alban Lefranc, extrait du Dictionnaire des mots parfaits (dirigé par Belinda Cannone et Christian Doumet, éd. Thierry Marchaisse, parution mai 2019).
Le Dictionnaire des mots parfaits :
Pourquoi certains mots nous plaisent-ils tant ? S?adressant à notre sensibilité, à notre mémoire ou à notre intelligence du monde, ils nous semblent? parfaits. Bien sûr, parfait, aucun mot ne l?est ? ou alors tous le sont. Pourtant, chacun de nous transporte un lexique intime, composé de quelques vocables particulièrement aimés. Après ceux consacrés aux mots manquants et aux mots en trop, ce troisième dictionnaire iconoclaste invite une cinquantaine d?écrivains à partager leurs mots préférés. Il vient parachever une grande aventure collective où la littérature d?aujourd?hui nous ouvre ses ateliers secrets.
Auteurs : Nathalie Azoulai, Dominique Barbéris, Marcel Bénabou, Jean-Marie Blas de Roblès, François Bordes, Lucile Bordes, Geneviève Brisac, Belinda Cannone, Béatrice Commengé, Pascal Commère, Seyhmus Dagtekin, Jacques Damade, François Debluë, Frédérique Deghelt, Jean-Michel Delacomptée, Jean-Philippe Domecq, Suzanne Doppelt, Max Dorra, Christian Doumet, Renaud Ego, Pierrette Fleutiaux, Hélène Frappat, Philippe Garnier, Simonetta Greggio, Jacques Jouet, Pierre Jourde, Cécile Ladjali, Marie-Hélène Lafon, Frank Lanot, Bertrand Leclair, Alban Lefranc, Sylvie Lemonnier, Arrigo Lessana, Alain Leygonie, Jean-Pierre Martin, Nicolas Mathieu, Jérôme Meizoz, Gilles Ortlieb, Véronique Ovaldé, Guillaume Poix, Didier Pourquery, Christophe Pradeau, Henri Raynal, Philippe Renonçay, Pascale Roze, Jean-Baptiste de Seynes, François Taillandier, Yoann Thommerel, Laurence Werner David, Julie Wolkenstein, Valérie Zenatti
+ Lire la suite
autres livres classés : Tour de BabelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
754 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre