AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Enquêtes d'Enola Holmes (BD) tome 2 sur 7
EAN : 9782822214063
64 pages
Jungle ! (25/05/2016)
4.16/5   258 notes
Résumé :
Londres, 1889.
La jeune soeur du célèbre Sherlock Holmes, Enola Holmes, a décidé de vivre seule, suite à la disparition soudaine de sa mère.
Après avoir échappée à la vigilance de ses frères, et sous couvert d une fausse identité, elle ouvre un cabinet de "spécialiste en recherches, toutes disparitions".
Sa première enquête la conduit tout droit sur la piste de Lady Cecily Alistair, fille d un baronnet et adolescente loin d être bien comme il fa... >Voir plus
Que lire après Les enquêtes d'Enola Holmes, tome 2 : L'Affaire Lady Alister (BD)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
4,16

sur 258 notes
5
14 avis
4
17 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis
Enola poursuit ses aventures, ses déguisements, ses enquêtes. Elle veut s'en sortir seule, et continuer de suivre la piste de sa mère tout en échappant à ses deux frères. Les dessins sont toujours aussi beaux que dans le premier tome, on ne s'en lasse pas.
Commenter  J’apprécie          440
Nous retrouvons Enola, bien installée à Londres, officiant en tant que secrétaire du docteur Ragostin (qui n'est d'autres qu'un de ses nombreux avatars).

Dans le roman, nous avions droit à ses péripéties pour trouver un logement et un endroit pour monter son cabinet d'enquêtes, mais dans l'adaptation bédé, il faut malheureusement saquer dans le texte et donc, aller droit au but.

Ici, on donne l'impression aux lecteurs que tout a été simple pour elle alors que dans mes souvenirs de lectures des romans, ce l'était moins.

Comme d'habitude, l'auteure ne nous épargne pas les scènes de la vie des pauvres gens et sans en faire trop, elle arrivait toujours à intégrer cela à ses récits. le travail de la dessinatrice a mis tout ça en images et les dessins restent assez soft en ce qui concerne l'illustration de la misère.

Durant l'enquête sur la disparition de la jeune lady Alister, l'auteur en avait profité pour placer des références aux suffragettes, aux droits des travailleurs que certains réclamaient, à la phrénologie, au livre de Karl Marx "Das Kapital" et qui fit scandale à l'époque, mais aussi aux gros titres de journaux sur un certain Jack, étrangleur de son état…

Autant où les romans étaient parfaitement ancrés dans la société victorienne, autant où son adaptation en bédé l'est aussi. On a beau aller au plus courte et sabrer dans le récit pour faire tout tenir dans 78 pages, l'essentiel est bien là (et n'est pas que dans Lactel).

Pas le temps de s'ennuyer durant la lecture, on a du rythme, le suspense est présent sans être l'élément principal, l'enquête est agréable à suivre, mais donne la sensation qu'elle se résout trop vite et trop facilement dans cette adaptation, contrairement au roman.

Cela m'a fait du bien de relire les enquêtes d'Enola parce que je garde très peu de souvenirs détaillés des romans, juste les grandes lignes, certaines scènes, mais le reste, j'avais tout oublié.

J'apprécie toujours le carnet secret d'Enola, en fin d'album et qui nous explique la manière de coder avec les fleurs ainsi que d'autres petits détails intéressants.

Il restera une question sans réponse : quelles étaient les motivations de l'étrangleur des rues ?? Folie pure ? Envie d'étrangler des femmes ? On ne le saura pas.
Commenter  J’apprécie          170
Il n'y a pas à dire, je préfère 10 000 fois lire le format graphique d'Enola Holmes !

Nous reprenons directement là où le tome précédent nous avait laissé. La jeune Enola, ou Ivy, a maintenant son cabinet en plein coeur de Londres où elle travaille soit disant pour un détective qui résout des « affaires toutes disparitions » - alors que c'est elle qui travaille sur l'affaire et que ce monsieur n'existe pas... Ici, John Watson va venir la voir sans se douter que c'est elle, car il a besoin d'aide pour Sherlock. Sherlock, qu'il ne faudrait pas sous-estimer soit dit en passant... C'est donc John Watson lui-même qui va lui donner l'idée, sans le vouloir, de l'affaire Alistair. Voilà Enola embarquée dans une nouvelle enquête !

• Tout comme le tome 1 - même si un peu moins -, j'ai apprécié celui-ci, « L'affaire Lady Alistair ». Je suis ''persuadée'' que le roman ne m'aurait pas comblée au vu des facilités. Facilités, que j'avais déjà constaté lors de ma lecture du premier roman que je n'avais pas tant que ça apprécié. (Il faut aussi garder en tête que le public cible n'est pas l'adulte, et cela se ressent dans l'affaire elle-même et sa résolution.) Mais en bande-dessinée jeunesse, c'est chouette ! le tout est rythmé, on ne s'ennuie pas, ça se lit bien, rapidement et avec de jolies illustrations : que demande le peuple ? ^^' Alors, ce n'est pas un coup de coeur mais je serais ravie de dévorer la suite des aventures d'Enola sous ce format graphique. de plus, j'ai trouvé les bonus à la toute fin de la BD sympathiques comme tout (le carnet secret d'Enola).
Commenter  J’apprécie          120
Des graphismes toujours aussi beaux dans ce second tome. Les couleurs des aquarelles sont remarquablement bien rendues. La jeune Enola est passée maître dans l'art du déguisement et du jeu d'actrice. En attendant des nouvelles de sa mère disparue, elle enquête sur une autre disparition celle de la fille de Lady Alistair.
Entre les atours d'une lady, ceux d'une secrétaire de détective et d'une bonne soeur muette, elle tente de percer ce mystère.
Encore une fois, une chouette lecture avec cette petite enquête. le personnage d'Enola évolue vers de plus en plus d'indépendance et d'audace, d'émancipation vis à vis de son statut et de sa famille. de belles réflexions en fond dans ce tome.
Commenter  J’apprécie          110
Cette seconde enquête ne déçoit pas... le graphisme est bon 'même si je suis plus adepte de la ligne claire) et la mise en couleur donne beaucoup de dynamisme à l'image. le personnage d'Enola gagne en densité en affirmant de plus en plus sa personnalité et son indépendance. Les petits énigmes qui parcourent l'histoire sont très bien construites.
Enola se rapproche du personnage de Sherlock avec la même passion des déguisements et un vrai pouvoir de déduction. Cette enquête revêt un caractère social avec l'apparition du socialisme chez les ouvriers. en ce sens, elle est pleinement ancrée dans les préoccupations de l'ère victorienne et reflète bien les goûts de l'époque (spiritisme, phrénologie...)
L'album fait référence à un Jack l'éventreur qui est en fait un étrangleur. Je reste cependant sur une question concernant ce dernier personnage qui est celle de son mobile que l'on ne nous explique pas.
Le petit carnet en fin d'album est toujours aussi bien construit.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Masses laborieuses, il est temps de se rebeller! L'Empire est bâti sur le dos du peuple. Nous sommes exploités par les capitalistes! Les ennemis de l'ordre! Le droit des travailleurs. Nous devons réclamer ce qui nous revient de droit. L"opium du peuple! C'est par décret divin, à ce qu'ils disent, que les travailleurs doivent s'échiner... Tandis qu'une poignée de fainéants... entourés de femmes de chambre et de valets de pied, qui passent leur temps à ne rien faire, à part se changer cinq fois par jour... Par deux fois, nous nous sommes rassemblés ici. La loi nous y autorise. Et la police nous a chassés! La prochaine fois, nous ferons flotter les drapeaux de la révolution.
Commenter  J’apprécie          10
Si une jeune fille fuit au bras d'un soupirant, elle sera vue comme sotte et naïve. Tandis qu'une lady qui lit Marx sera jugée comme dérangée et prête à n'importe quoi.
Commenter  J’apprécie          50
- Das Kapital? Vous êtes sûre de vouloir lire ce torchon?
- Je vous promets qu'après y avoir jeté un coup d'oeil, j'en fais un cale-porte.
Commenter  J’apprécie          20
Le seul moyen de rester libre, en tout cas jusqu'à nouvel ordre, est de vivre comme mon prénom le suggérait. Seule.
Commenter  J’apprécie          10
Si une jeune fille fuit au bras d'un soupirant, elle sera vue comme une sotte et naïve. Tandis qu'une lady qui lit Marx sera jugée comme dérangée et prête à n'importe quoi.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Serena Blasco (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serena Blasco
Serena Blasco est l'autrice de la série BD "Arcana", qui compte actuellement deux tomes publiés. Nous avons pu la rencontrer lors du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême 2023, pour échanger avec elle sur ce projet sur lequel elle s'est lancée en solo. L'intrigue s'articule autour de la thématique du tarot divinatoire, et s'appuie sur les nombreuses significations des arcanes. Nous l'avons interrogé sur son attrait personnel pour cet art divinatoire, et sur sa manière d'adapter cela à travers un récit fictif.
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (477) Voir plus



Quiz Voir plus

Elona Holmes t2 l'affaire lady Alistair

Qui est le mistérieux visiteur d'Enola au début du livre?

le docteur Watson
lord Alistair
Sherlock Holmes

6 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Les enquêtes d'Enola Holmes, tome 2 : L'Affaire Lady Alister (BD) de Serena BlascoCréer un quiz sur ce livre

{* *}