AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
3,33

sur 9 notes
5
3 avis
4
0 avis
3
1 avis
2
3 avis
1
0 avis
nadejda
  19 septembre 2015
Je n’ai pas ressenti d’émotion en lisant ce livre alors que je croyais retrouver la violence des couleurs, des odeurs, des passions qui habitent l’Afrique. Tout reste sur le ton de la description lisse. Je n’ai pas eu l’impression d’un bouleversement chez l’auteur. Il semble à l’écart, en observateur entre souvenirs d’enfance et errance adulte.
Je n’ai rien retrouvé de la promesse faite en 4ème de couverture « un texte vibrant sur l’Afrique, sur son étrange capacité à mettre à nu les êtres et les choses » mais peut-être suis-je seule en cause ?
Commenter  J’apprécie          240
blandine5674
  31 janvier 2016
Livre en deux parties. Je m'arrête à la fin de la première parce que je n'accroche pas. Des scènes de sexe hard où le plaisir est inconnu, entrecoupées de lieux et de personnages différents. On y trouve Purity, naît d'un viol et devenue prostitué, les parents, et encore bien d'autres qui arrivent comme ça dans le récit. Il est difficile de trouver le lien entre tous ces personnages.
Commenter  J’apprécie          60
morpheon15
  28 octobre 2015
Dans le cadre des nouveaux romans de la rentrée, je suis tombé sur ce livre.
Je l'ai lu d'une traite: il a un style affirmé qui m'a emporté dans une vision de l'Afrique sans concession, loin de tous stéréotypes et facilités. J'ai été embarqué dans une histoire très riche, avec une vraie réflexion sur l'enfance et sur les destinées que nous empruntons tous. C'est un livre qui parle d'affrontement, de courage et de douleur, on y sent le sang, la sueur et parfois les larmes.
Pour un premier roman, c'est un vrai pari gagné!
Commenter  J’apprécie          40
jostein
  02 octobre 2015
Le narrateur est un jeune français, né dans une famille bourgeoise parisienne qui, dans sa jeunesse, a vécu quelques temps en Afrique. Il en garde une douce nostalgie, comme sa mère qui traîne dans le jardin d'acclimatation pour éprouver un peu l'ambiance de là-bas près du lac Victoria.
Adulte, c'est là qu'il décide de retourner pour rencontrer celle dont il attend le pardon. Il démissionne et prend l'avion, presque sur un coup de tête.
Le récit commence, avec une très belle comparaison, dans cet avion où le paysage représente sa vie, des plaines arides, quelques sommets marquants et le désert.
A marcher dans les pas de son père, il s'était construit une vie trop sage, sans relief. Il a maintenant besoin de retrouver » la pauvreté et la rigueur du voyage, pour y trouver l'homme vrai et authentique. »
Ce récit est certes un hommage à l'Afrique, mais chaque rencontre nous plonge dans une histoire toujours plus sombre. Purity, fille d'une enfant violée, préfère monnayer ce qui est le destin de nombre de jeunes filles et devient donc une prostituée. Elle raconte les conditions de sa naissance et le poids de ces hommes gras qui viennent se perdre dans son corps.
Puis le narrateur croise Raymond et César, deux enfants qui doivent assumer leur survie. L'un quitte sa famille pour des études, l'autre orphelin vit de petits boulots pour sauver sa soeur.
Si l'auteur nous fait partager la beauté des paysages africains, la nostalgie du narrateur et les drames des personnages rencontrés m'ont plongée dans une atmosphère lourde, dramatique et plombante.
Le style se révèle parfois poétique et souvent travaillé, mais j'ai beaucoup peiné à suivre le fil des histoires, ne sachant plus les liens entre les personnages. le narrateur parle successivement de ses parents, de Purity et de sa mère, d'un garçon orphelin pris dans le monde du jeu, puis de Raymond, De César et enfin de cette femme qu'il court rejoindre en nous laissant là aussi le doute sur son identité et son lien familial.
Rodolphe Blavy m'a perdue dans le flou et la misère d'un pays qui le hante.
Lien : https://surlaroutedejostein...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


leeleelee
  13 octobre 2015
Comment ne pas se laisser porter, emporter, enivrer, toucher par ce récit voyageur, initiatique et expiatoire ; à la fois poétique et réaliste, émouvant et poignant...
Un hommage à la terre originelle l'Afrique, image maternelle et protectrice , dans la douleur certes parfois, mais empreint d'une telle beauté qui nous frappe justement par sa violence si vraie.
Comment ne pas être enfievré comme on le serait dans la moiteur africaine, et comment rester insensible à ce fil rouge, cette quête d'un pardon qui , par le biais de l'Afrique, se fera , quoi qu il en coûte.
On ne sort pas indemne de cette lecture, elle bouleverse et fait réfléchir sur ce qu' est la vie.
A lire ...
Commenter  J’apprécie          10
MaminouG
  07 octobre 2015
"Le pardon", premier roman de Rodolphe Blavy…Je viens de terminer cet ouvrage à l'instant …J'ai pourtant été sur le point de l'abandonner en chemin. Mais le devoir m'en a empêché, je devais en faire la chronique.
Ce récit dont le personnage principal est l'Afrique, ce récit qui conte le retour aux sources d'un français, las de sa belle vie trop sage, de la facilité, d'une richesse lourde à porter, ce rendez-vous dans le pays de son enfance, en quête du pardon de la soeur adorée qu'il a laissée tant d'années sans nouvelles me laissent partagée.
J'avoue avoir abhorré la description par le menu des nombreuses scènes de sexe, horribles, écoeurantes, insupportables. Je n'ai pas compris cet acharnement de l'auteur à nous imposer ces spectacles dégradants. Je reconnais ne pas avoir toujours su interpréter les liens entre les personnages rencontrés au fil des pages. J'ai eu du mal à supporter parfois l'atmosphère lourde, accablante, écrasante des nuits interlopes.
Mais, j'ai aimé l'écriture travaillée, rapide et enivrante, faite de phrases courtes et percutantes qui m'a entraînée, malgré tout, à la suite du narrateur. J'ai aimé l'Afrique à travers les yeux de cet homme nostalgique de l'enfance. J'ai aimé sa quête de soi, l'amour qu'il dévoile à son père, ses questions sur la vie, sa vie. J'ai aimé la fin, au bord des chutes Victoria, du nom d'une reine, comme il dit…
Finalement, il eut suffi de presque rien pour en faire un coup de coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Herbaut
  05 avril 2016
Rodolphe Blavy publie son premier livre chez Arléa. Il s'intitule le Pardon et je ne peux que vous encourager à le lire. Vous le trouverez facilement dans votre librairie de quartier et suis sûre que comme moi, vous le lirez d'une traite.

Un homme encore jeune traverse une crise existentielle et décide de repartir sur les traces de son enfance en traversant l'Afrique de l'Est où il a grandi. Au fil de son itinéraire, ses souvenirs s'éveillent au contact des paysages tant aimés mais aussi des histoires (réelles ou fictives) des êtres qui croisent sa route. Étrange périple où les fantômes du passé font écho à un continent furieusement présent ainsi qu' à l'incroyable pulsion de vie des êtres qui le peuplent. Au bout du voyage, une femme l'attend. Plus qu'un récit initiatique, il s'agit de l'effeuillage d'un homme qui accepte progressivement de se mettre à nu et une réflexion sur le poids de l'enfance qui continue de nous tourmenter à l'âge adulte.

Du style, un univers original, une construction narrative volontairement déroutante et un regard lucide emprunt d'une tendresse meurtrie...Bref, lisez-le. N'hésitez pas non plus à faire un tour sur le site www.lepardon.net

ps : certains passages sont un peu crus mais jamais gratuits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
guilenemarotte
  19 octobre 2015
Cette lecture nous transporte vers une Afrique nue, authentique, loin des clichés qui nous font penser que tout va bien, que tout y beau, ces scènes de sexualités, n'en déplaise à certains, sont malheureusement bien réelles, il faut arrêter de jouer les prudes. Cette lecture m'a transportée dans une Afrique si belle et douce, et parfois dans ce que l'Afrique a de plus dure. La vie, le rêve, l'amour, tous les ingrédients y sont. Puis au fil des pages, le doux regard sur la famille, une lettre au papa, des souvenirs avec maman et cette soeur un peu perdue là-bas, comme lui. Les personne ayant connue l'expatriation de longues années comprennent ce que l'on peut ressentir, être enfant d'ailleurs et enfants d'autre part. Ce roman m'a beaucoup plu, par sa simplicité sa générosité, j'y ai trouvé les vraies valeurs, l'amour, la famille, la vie. Merci Rodolphe pour ces moments passés avec vous, à vos côtés, et quel hommage à votre soeur!!!
Commenter  J’apprécie          00
Stef75
  19 octobre 2015
J'ai aimé me laisser emporter par le flot du roman. Mais il faut d'abord accepter de lâcher prise et se laisser embarquer dans ce voyage pour apprécier le récit à sa juste valeur. L'écriture donne l'impression d'une course : Un récit rythmé, parfois essoufflant et qui ne laisse pas d'autre choix que d'accompagner le personnage dans sa quête.
On voyage aux côtés du personnage principal du roman qui nous guide à travers l'Afrique jusqu'à la rencontre. La rencontre avec une femme mais surtout la rencontre avec lui-même.
Ce n'est pas qu'un roman sur l'Afrique. le continent n'est qu'un des personnages (pas des moindres certes) du roman. Loin des clichés et des descriptions pittoresques de l'Afrique, j'ai retrouvé ici un aperçu plutôt juste et pertinent de l'Afrique où j'ai grandi et j'ai aimé mon voyage au travers du roman.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2949 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre