AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les villes nomades tome 1 sur 4

Michel Chrestien (Traducteur)
EAN : 9782207500804
218 pages
Denoël (14/01/1992)
3.22/5   16 notes
Résumé :
Le premier volet d'une extraordinaire épopée en quatre volumes, celle des « villes nomades ». Sur une Terre sclérosée, soumise à un régime policier, plus personne ne croit au destin stellaire de l'homme. Mais un savant découvre le principe de l'antigravité...

Source : Présence du Futur, Denoël
Que lire après Les villes nomades, tome 1 : Aux hommes, les étoilesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
A Washington, Bliss Wagoner, sénateur démocrate de l'Alaska, président de la commission mixte du vol intersidéral, et le docteur Corsi, directeur de l'association américaine pour l'avancement des sciences font, lors d'une conversation, un triste constat : la conquête spatiale est stoppée depuis quinze ans.
Il n'y a eu depuis la découverte de "Proserpine", la dixième planète, aucune grande exploration d'entreprise.
L'astronavigation est morte, en 1981, depuis la construction de la station "Titan".
Le colonel Paige Russel du corps spatial de l'armée ramène des échantillons du sol de Ganymède et de Jupiter V à la société de recherche Pfitzner et fils.
Ce laboratoire est une entreprise mystérieuse, importante et particulière dont le vice-président est le docteur Truman Gunn.
Ce laboratoire est spécialisé dans la recherche des antibiotiques.
Au moment où va se tenir une importante réunion, le colonel Russel, soupçonnant la firme de pratiquer la vivisection sur les êtres humains, va séduire la jeune réceptionniste et se lancer dans une dangereuse enquête...
Parallèlement, un pont de glace étrange et gigantesque est édifié sur Jupiter V par des machines téléguidées dans une atmosphère saturée d'ammoniaque et secouée par des tornades rapides et massives...
N'oubliez pas, nous sommes en 2013. Ce roma a été ecrit en 1965.
Devenus de plus en plus semblables, depuis un demi siècle, dans leur manière de traiter les questions de sécurité, les deux grands blocs sont sortis de la guerre froide.
Le chef héréditaire du F.B.I. est François Xavier Mac Hinery...
Malgré un style, peut-être dû à la traduction, qui rend la lecture un peu difficile, ce roman vaut la peine de s'y accrocher.
Les quelques passages un peu ennuyeux, un peu verbeux ou flous, s'ils l'âbiment, ne gâchent pas totalement le texte de James Blish.
Ce roman est un bon roman mais mettez le de côté pour un moment où vous serez d'attaque pour le lire d'un trait tout en pardonnant à ses imperfections.
Commenter  J’apprécie          260
L'an 2000 : les voyages interplanètaires sont monnaie courante, mais pas encore le voyage interstellaire. L'humanité s'est sclérosée en deux blocs EST/OUEST résultat de la guerre froide. Voilà un contexte très ancré dans les années 50. Et ce n'est pas ça qui me choque. Quoique ! Pourquoi calquer autant le contexte politique de son époque sur une oeuvre de fiction sensée se dérouler 50 ans plus tard... j'avoue, je ne suis pas fan de l'idée. Toutefois, ce n'est pas ça qui ma rebuté.

Démarrage très lent. Personnages inintéressants. Épigraphes sans intérêt. Et surtout ça :
Bien sûr Paine aurait pu continuer à regarder la réceptionniste, mais après plus d'une heure, il avait exploré jusqu'aux profondeurs les plus reculées de ce genre d'extase. La jeune personne était jolie d'une certaine manière,mais sans rien de très remarquable, même pour un homme de l'espace qui vient de rentrer. Peut-être aurait-elle fait l'affaire, toutefois, si quelqu'un lui avait arraché ses lunettes cerclées de noir — des lunettes de sorcière — et défait ce rouleau de cheveux sur la nuque. À condition que ce fût à la lueur d'une lampe à huile de baleine, au fond d'un igloo, au cours d'un blizzard battant tous les records d'endurance.

Elle est plutôt jolie ou moche comme un pou ? Faudrait savoir ! Vous comprendrez que ce passage a été la goutte d'eau qui a fait débordé le vase.

En bref : J. Blish, vainqueur par abandon ! Ce roman tue en moi l'envie de découvrir plus avant l'oeuvre de cet écrivain réputé. Dommage, j'ai encore un de ses livres en réserve. Mais trouvé celui-ci dans une boite à lire. Il y retourne dès dimanche prochain.
Lien : https://livres.gloubik.info/..
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Cependant que la civilisation de Véga subissait ce déclin furieux d'influence, au moment de son apogée de puissance militaire et pacifique, la culture qui devait la remplacer commençait à se développer.
Que le lecteur garde présent à l'esprit qu'à cette époque personne n'avait jamais entendu parler de la Terre et que la planète Soleil, Sol, n'était connue que comme une étoile du type G0 dans le secteur Dragon, sans signe particulier.
Il est possible - mais la chose est peu probable - qu'on savait dans Véga, que, sur Terre, on avait mis au point le vol intersidéral quelques temps avant les événements que nous venons de passer en revue......
Commenter  J’apprécie          150
Bien sûr Paine aurait pu continuer à regarder la réceptionniste, mais après plus d’une heure, il avait exploré jusqu’aux profondeurs les plus reculées de ce genre d’extase. La jeune personne était jolie d’une certaine manière,mais sans rien de très remarquable, même pour un homme de l’espace qui vient de rentrer. Peut-être aurait-elle fait l’affaire, toutefois, si quelqu’un lui avait arraché ses lunettes cerclées de noir — des lunettes de sorcière — et défait ce rouleau de cheveux sur la nuque. À condition que ce fût à la lueur d’une lampe à huile de baleine, au fond d’un igloo, au cours d’un blizzard battant tous les records d’endurance.
Commenter  J’apprécie          50
Les religions qui hurlent me font toujours penser aux démonstrations des représentants de commerce. Ils n'auraient pas de cérémonies et de manières aussi agressives s'ils croyaient à ce qu'ils recommandent.
Commenter  J’apprécie          40
Citant Oppenheimer :
Nous ne croyons pas qu'il existe des hommes suffisamment intelligents ou suffisamment sages pour pouvoir se passer de l'examen ou de la critique. Nous savons que le seul moyen d'éviter une erreur, c'est de la découvrir, et le seul moyen de la découvrir, c'est d'être libre de la rechercher. Nous savons que dans le secret l'erreur sera florissante et maligne, car on ne pourra pas la détecter.
Commenter  J’apprécie          10
Citant Eddington :
Nous pensons souvent que, lorsque nous avons étudié à fond "un", nous savons tout sur "deux", parce que "deux", c'est "un" plus "un". Nous oublions qu'il nous reste à étudier "plus".
Commenter  J’apprécie          30

Video de James Blish (1) Voir plusAjouter une vidéo

Panorama international de la science fiction
Emission consacrée à la place de la littérature de science fiction au niveau international avec une pièce radiophonique de Frédéric CHRISTIAN "L'ambassadeur de Xonoï (avec une voix synthétique dans le rôle de l'extraterrestre) (48'00) - René BARJAVEL, Pierre STRINATI, John BRUNNER, Eremei PARNOV (en russe, traduction simultanée), Forrest J. ACKERMAN, James BLISH, Paul ANDERSON (en...
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (78) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4770 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}