AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marthe Metzger (Traducteur)
ISBN : 2070393097
Éditeur : Gallimard (23/06/1995)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Personne ne pourra ouvrir ce merveilleux livre sans céder du début à la fin au charme impétueux, tendre et plein d'humour, de l'auteur. Il ne semble guère possible, au cours des quatre récits brefs et limpides composant l'ouvrage, de manifester autant de féminité authentique jointe à une indomptable vaillance virile. Et c'est pourtant l'évidence : Karen Blixen tue un lion comme une femme ordinaire se rend au marché.

Dans une ferme située sur les hauts... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Northanger
  02 avril 2012
Denys Finch Hatton, le Concerto pour clarinette, le survol de l'Afrique...
Tous les fans d'Out of Africa connaissent ces images ainsi que celle de Karen Blixen, incarnée par Meryl Streep dans son plus beau rôle (enfin, d'après moi^^), le destin exceptionnel de Karen Blixen, née au Danemark en 1885. Rejetant un mode de vie bourgeois et linéaire, elle part s'installer en Afrique avec le baron Bror Blixen où elle reste de 1914 à 1931. Elle est obligée de quitter sa ferme africaine après avoir fait faillite et retourne au Danemark, mais elle reste fidèle à cette nation où elle aurait « désiré laisser ses os ».
Si la biographie de Jean-Noël Liaut, Karen Blixen m'a montrée que sa relation avec Denys était largement moins idyllique que dans le film, elle m'a donné envie de me plonger dans son oeuvre. Je lirai donc d'ici peu Les Contes d'hiver et pourquoi pas Les Contes gothiques, dont le titre m'attire beaucoup...
La plus grande partie de la vie de Karen Blixen en Afrique est racontée dans La Ferme africaine et dans les Lettres qu'elle a échangées avec ses amis et sa famille ; Ombres sur la prairie constitue un prolongement de ces oeuvres et régalera ceux qui rêvent de retrouver cet univers. Composé de quatre récits, ce recueil est un tissu de souvenirs, d'émotions, de réflexions anthropologiques, et d'érudition, liés par un fil parfois ténu mais toujours présent. Karen Blixen raconte les liens de confiance tissés avec ses domestiques et les tribus vivant sur « ses » terres, les échanges, les difficultés mais aussi les moments émouvants qu'ils ont pu partager et réussit à retrouver leurs traces vingt ans après son départ d'Afrique.

Si certaines remarques peuvent surprendre le lecteur contemporain, par exemple sur les comparaisons qu'elle établit entre les différents peuples qu'elle rencontre et sa propre culture, il faut situer l'oeuvre dans un contexte colonial, à une époque où les européens s'installaient en Afrique en conquérants, pour y faire fortune, parfois aux dépens de la population. Ce qui n'est finalement pas le cas de Karen Blixen qui s'est sincèrement intéressée au sort des peuples vivant sur ses terres, à leur santé, leurs coutumes, leur manière d'envisager le monde. En témoigne la première nouvelle, Ombres sur la prairie, où elle rend hommage à son domestique Farah et où on la voit soigner avec dévouement ses « gens ».

Ma préférence va Barua a soldani, dans lequel elle raconte comment une lettre écrite de la main du roi du Danemark devient une sorte de talisman pour les gens qui vivent sur ses terres et permet d'apaiser les souffrances les plus terribles par le simple contact. Un mélange de réalisme, de réflexion et de poésie dans lequel elle révèle une grande humanité et beaucoup de sang-froid.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ivredelivres
  06 février 2014
Si vous n'avez pas lu La Ferme africaine vous avez certainement vu le film ! Rarement l'adaptation d'un livre fut aussi réussie au point de ne pouvoir à nouveau lire Karen Blixen sans avoir le visage de Meryl Streep en filigrane.
Je vous parlerai un jour ou l'autre de sa correspondance mais aujourd'hui j'avais envie de retrouvailles avec un livre court moins connu que la Ferme Africaine.

Quatre petits récits placé dès les premières lignes sous la protection de Farah « le gardien de mon univers africain » dit Karen Blixen.
Ces Ombres sur la prairie complètent très heureusement la magnifique Ferme Africaine et éclairent certains aspects de la vie de Karen Blixen qu'elle a passé sous silence dans son roman.
Elles revient sur les tribus qui peuplaient alors le Kenya, leurs pratiques ancestrales, sur ses lectures pour comprendre la loi musulmane et la confiance que lui font les africains qui l'entourent.
Elle revient longuement sur Farah à qui elle est attachée de façon très forte et dont elle dit qu'il est « le plus authentique gentleman que j'aie connu. » qui dirigeait la maison et conduisait la vieille Ford « comme si elle eût été la Rolls Royce des Rothschild » elle donne des nouvelles de Juma ou de Kamante « le grand solitaire » et sa fameuse « sauce Cumberland » et prouve ainsi que son attachement ne s'est pas interrompu avec son retour au Danemark.
Elle revient sur certains épisodes évoqués dans la Ferme Africaine, chasse aux lions, chasse aux éléphants. Et vous verrez le rôle que peut jouer une « lettre du roi ».
Karen Blixen revient sur les soins qu'elle dispensât tout au long de son séjour « je finis par savoir réduire la fracture d'un bras ou d'une cheville » ou ses tentatives vaines pour soigner les morsures de serpent.
Les récits ne sont pas exempts de parfum colonialiste mais rien qui n'entache la sincérité de Karen Blixen dans l'attachement qu'elle avait pour tous les africains qui ont gravité autour d'elle, qui ont travaillé sur la ferme et l'on sent un grand dévouement de part et d'autre.
Elle revient sur les derniers temps passés en Afrique, le retour au Danemark, les lettres échangées pendant des années avec les uns et les autres mais inexorablement l'Afrique s'éloigne « La Croix du sud était restée suspendue au ciel pendant quelque temps, telle une trace lumineuse de ce monde englouti » et finit par disparaître.

Un petit livre que j'ai eu beaucoup de plaisir à relire.
Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ACO
  18 janvier 2012
Pour ceux qui, comme moi, ont apprécié "la ferme africaine"
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
gedigedi   23 février 2011
Sans m'en rendre bien compte, je savais déjà sur cette pente herbeuse que j'avais atteint le plus haut sommet auquel il me serait jamais donné de parvenir sur cette terre. Créature minuscule dans cet alambic formidable de l'air, de la terre et des herbes mais cependant ne faisant qu'un avec eux. Me doutais-je alors que j'avais atteint aussi le sommet de ma propre vie ? L'espace autour de moi était empreint d'une sorte de solennité douloureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
dbreitdbreit   13 août 2013
La rencontre que j'ai faite en Afrique d'une race essentiellement différente de la mienne a contribué puissamment à l'heureuse expansion de mon univers. La tendresse est née entre nous au premier regard. J'entendais résonner de tous côtés des accords nouveaux et prolongés. On eut dit que ma propre voix s'amplifiait grâce à leur accompagnement ou en leur faisant écho.
Commenter  J’apprécie          60
dbreitdbreit   25 novembre 2012
Les grandes antilopes garderaient-elles toujours leur pelage soyeux et leurs yeux au regard clair et compréhensif, les impalas, leur légèreté incroyable, pareille à celle d'êtres ailés. Y aurait-il encore en Afrique une créature vivante en relation directe avec Dieu ?
Mais si, mais si, rien ne changera me disais-je pour me consoler, tant que Farah restera avec moi.
Commenter  J’apprécie          50
NorthangerNorthanger   01 avril 2012
Nous autres, Blancs, lorsque nous entrons en contact avec la population de l'ancien continent, nous oublions qu'elle a un passé que nous ignorons ; nous refusons de reconnaître qu'elle a existé avant notre rencontre.
Commenter  J’apprécie          60
pivoine9pivoine9   12 décembre 2014
En vérité, la vue de ton portrait me réjouit le coeur. En vérité, je suis remplie de joie quand j'entends prononcer ton nom ou que je le prononce moi-même.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Karen Blixen (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karen Blixen
Le choix des libraires. Rencontre avec Myriam Robert, libraire lorraine de la librairie « Hall du livre » située dans l'est de la France. Découvrez avec elle sa sélection d'ouvrages dont « La ferme africaine » de Karen Blixen ou encore « Lettres à Anne » de François Mitterrand.
>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature norvégienne (218)
autres livres classés : littérature danoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Karen Blixen

qui est Karen Blixen?

un homme
une femme

13 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : Karen BlixenCréer un quiz sur ce livre