AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021405176
Éditeur : Seuil (11/10/2018)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Serge Bloch nous offre ici des dessins à idées, dont la sobriété renforce l'humour et la capacité de réveiller le lecteur devant les aberrations du monde contemporain. Un coup de gueule ? Non, un coup de bec. Subtil et efficace.

Les oiseaux ne manquent pas de hauteur de vue. Par les temps qui courent, c'est précieux. À travers eux, et avant qu'ils n'aient totalement disparu, Serge Bloch nous offre un regard drôle et décapant sur l'actualité de notre m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Bazart
  24 janvier 2019
Connaissez-vous Serge Bloch ? Cet auteur illustrateur est , surtout céléèbre dans la littérature jeunesse pour sa fameuse collection " Max et Lili", qui aura ravi des générations de jeunes lecteurs avides de sujets de société en tous genre traités avec lucidité et légereté
Dans son récent r ecueil d'illustrations "Voler dans les plumes ", Serge Bloch pose un regard sur l'actualité et notre société contemporaine tendre et grinçant à travers le prisme des oiseaux..
L'occasion d'aborder des questions parfois anecdotiques, parfois existentielles, grâce à ses drôles d'oiseaux sous leur regard expressif et amusant : l'oiseau nostalgique préférant voler de façon traditionnel face à ses comparses tranquilles dans un avion, l'oiseau électeur incapable de choisir entre le candidat chien et le candidat chat aux postures proches ou l'oiseau séducteur s'esclamant à sa belle pondeuse : "t'as de beaux oeufs, tu sais".
Un album plein de dérision et de justesse qui devrait nous tomber droit dans le bec !

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Faura
  26 janvier 2019
J'avais sélectionné cet ouvrage lors de l'opération masse critique de décembre 2018 et je remercie vivement Babelio et les Éditions du Seuil de m'avoir permis de le recevoir. Je n'en connaissais pas l'auteur mais j'espérais pouvoir le découvrir, car j'aime beaucoup les recueils de dessins de presse.
Un avertissement préalable : Il peut être délicat de critiquer ou d'analyser un livre comportant des dessins de presse. J'expose dans un éditorial dont le lien est ici (https://lirelanuitoupas.wordpress.com/2019/01/26/editorial-critiquer-et-analyser-un-recueil-de-dessins-de-presse-un-challenge-a-relever/)
quelle est mon approche personnelle dans ce cas particulier.
Ce qui a guidé mon choix pour Voler dans les plumes, c'était le fait d'avoir des oiseaux comme porte-paroles ou messagers des idées du dessinateur.
La couverture
Sur un fond blanc, qui permet d'envisager le reste de l'ouvrage, on observe juste un dessin qui est très politique puisqu'il dénonce d'une certaine façon la non prise en compte de certaines difficultés d'une partie du monde face à une autre partie du monde. le minimalisme dans les couleurs va se retrouver tout au long du du livre et si on a d'ailleurs du rouge sur la couverture, on ne retrouvera absolument pas cette couleur dans les autres dessins.
La forme
Dans le recueil, on découvre une majorité de dessins individuels et seulement sept planches sur deux pages.
Les dessins sont très dépouillés avec très très peu de couleurs : largement sur fond blanc avec des traits noirs très fins, quelques éléments sont colorés dans un vert/jaune indéfinissable.
Les bulles de commentaires sont soit mises en exergue soit au contraire placées en retrait du dessin, quelquefois certains dessins ne contiennent aucune bulle.
Et autant sur certains livres j'aime beaucoup les dessins très fouillés, autant je trouve qu'ici le dépouillement permet une lecture peut-être plus juste des messages que veulent faire passer les volatiles.

Le fond
Sur le fond comme je m'y attendais, des aspects politiques, sociaux, culturels, économiques et écologiques sont abordés, mais pas seulement. Au contraire, une large part est faite à l'anthropomorphisme grâce à des mises en situation des volatiles dans le cadre d'un cabinet de psychiatre, de médecin, dans un musée, et ces mises en scène sont assez drôles. J'ai beaucoup aimé aussi la part faite aux expressions ou à la mise en oeuvre de fables. D'ailleurs, un de mes dessins préférés est celui de la page 124, où l'on voit trois oiseaux sur une branche qui observent un de leurs congénères qui est en train de scier une branche et déclinent chacun une expression (« Il scie la branche sur laquelle il est assis », « Il a perdu ses racines », « Il va se planter »), j'ai trouvé ça très drôle. Il y a quelquefois du sarcasme mais je n'ai jamais ressenti la moindre violence dans ces dessins où sont projetés les travers très humains, bien détaillés, mais tout est fait dans la douceur, la poésie. Un peu comme si on était sur une interrogation perpétuelle : « voilà il y a ça qui ne va pas, mais, mais finalement est-ce qu'on peut y faire quelque chose ? », comme une espèce de vision désabusée de la vie et de la société, véhiculée par les volatiles. Ainsi la thématique de la solitude, notamment au sein d'un groupe, et le désir de s'évader sont à plusieurs reprises évoqués.

Mon avis
J'ai apprécié de découvrir ces dessins et leurs messages, j'aurai plaisir à les revoir régulièrement, ils permettent de réfléchir à notre vie quotidienne via un prisme humoristique.
Un petit regret néanmoins : j'aurais bien aimé que soit mentionnée la date de parution de chaque dessin pour pouvoir le relier à un fait d'actualité ou une époque, ainsi que le journal de leur parution.
lirelanuitoupas.wordpress.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
belaval
  14 janvier 2019
mon avis s'est volatilisé, ça m'énerve de recommencer!
Merci pour cette masse critique et au Seuil (Bérénice) l'envoi était prévu le 21 décembre mais il n'est parti que le 9 janvier, reçu le 11, ouf Nicolas va cesser de me harceler.
Serge Bloch connu pour Max et Lili et ses dessins de presse, livre ses réflexions sur le monde à travers des oiseaux (pas très beaux mais Bloch fait des caricatures): certains m'ont fait rire, d'autres réfléchir et il y en a deux, trois que je n'ai pas compris.
Le dessin de couverture donne le ton!
Commenter  J’apprécie          30
Virginie94
  17 février 2019
Notre société et des questions d'actualités sont évoquées à travers des oiseaux, tantôt anthropomorphiques, tantôt vraiment oiseaux.
Comme le livre est de Serge Bloch. Je m'attendais à un livre jeunesse ce qu'il n'est pas du tout.
Du coup, j'ai été surprise, et heureusement surprise. Les dessins tout comme les textes sont drôles, pertinents, percutants.
Il s'agit de dessin de presse. Les questions sont donc d'actualité. Mais elles ont un petit aspect de regard sur notre société qui est un peu intemporel.
Le dessin est sobre. Un trait noir sur fond blanc avec un peu de vert. C'est épuré et ça va droit au but.
Le livre est un bel objet. Chaque image trône dans une belle page blanche sur un papier épais. C'est un livre agréable à avoir en main. C'est accessoire mais ça ne gâche rien.
Lien : https://bloguiblogas.blogspo..
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Virginie94Virginie94   16 février 2019
J'en ai assez !
Assez d'être traité d'oiseau de malheur, de pigeon, d'oie blanche...
Moi, je voudrais être un aigle royal, voler haut, haut...
Être un prédateur...
Mais je dois reconnaître...
Je n'ai pas les moyens de mes ambitions...
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Serge Bloch (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Bloch
Raconter l'histoire Ma tasse de T : interview de Serge Bloch et Marie Desplechin pour leur livre La rue de l'Ours publié par les Editions de L'Iconoclaste.
autres livres classés : oiseauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14685 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre