AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B004T8RPMK
Éditeur : Gallimard (01/01/1962)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Dans le hall, j'examinai la liste des locataires. Trois autres personnes habitaient au troisième étage. J'espérai qu'à cette heure tardive elles dormaient toutes paisiblement.

Quant à Sheila Kane, objet de ma visite, je ne risquais guère de la déranger. Elle venait de mourir et j'étais chargé de déménager subrepticement son cadavre...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
belette2911
  08 juillet 2013
C'est grâce à un membre de Babelio que j'ai découvert Lawrence Block et après avoir lu "Huit millions de façon de mourir", je me suis mise à la recherche d'autres romans de l'auteur, bien décidée à poursuivre ma découverte des "Série Noire" des Éditions Gallimard.
Si j'ai aimé ? Affirmatif ! Durant ma lecture, j'ai même eu l'impression de me trouver dans un vieux films de gangsters des années 30 - avec les trench-coat et les chapeaux -, alors que nous sommes dans les années 60.
C'est l'effet Block, sans doute. Une écriture qui n'est pas celle d'un autre et qui a donné une atmosphère de vieux films en noirs et blancs à ma lecture. La couverture de ce vieux roman ne doit pas y être étrangère non plus. 50 piges, tout de même.
Alors, raconte ?
Ed London est un privé qui n'hésite pas à boire, mais pas autant que Matt Scudder, autre personnage de Block (il est impossible de boire plus que Matt, d'ailleurs) et London est plus agréable comme personnage de roman (mon avis en tant que lectrice). Avec lui, j'ai accroché dès le départ.
Le pitch ? Son beauf, Jack Enright, médecin gényco, trompe sa femme (la soeur de London) et pas de bol, sa maîtresse se mange un bastos dans la figure. C'est chez qui qu'il vient demander de l'aide ? Chez Ed, pardi, le seul qui puisse résoudre l'affaire et empêcher la police de remonter jusqu'à Jack (qui payait le loyer de l'appart).
Comment éviter que les flics lui tombent sur le paletot ? En déplaçant le cadavre pour le jeter ailleurs... Ce que Ed fera, dans Central Park.
Là, je dis "honteux" ! Et le tri sélectif, monsieur Ed ? C'est pour les chiens ? Un cadavre, c'est direct dans les poubelles conçues pour les déchets organiques ! Se débarrasser du corps sur l'herbe humide, au mépris de toutes les règles de recyclage, c'est direct une visite des Écolos Bobo.
Voilà pourquoi j'ai un compost, plus facile pour se débarrasser des corps...
Bon, tout avait été comme sur des roulettes quand tout à coup... Primo, ils apprirent par les journaux que Sheila Kane n'était pas connue de la police sous ce nom là et secundo, un coup de fil anonyme passé à London exigea qu'il remette la serviette qu'il avait dérobée...
- Ah non ! J'ai déjà dit que je n'avais pas la serviette, ça suffit maintenant ! Plus qu'assez de la serviette que l'on m'accuse d'avoir et que je n'ai pas.
- Oh, Monsieur London, restons calme, c'est juste une serviette...
- Qu'on ne me parle plus de serviette ! Je vais boire un verre de fine Napoléon pour la faire passer, cette maudite serviette.
- Pourtant, vous l'avez joué finement, monsieur le privé... vous m'avez épatée, étonnée, subjuguée. Napoléon n'aurait pas fait mieux.
- Certes... D'ailleurs, chère lectrice, vous n'aviez rien vu venir...
- J'avoue que je n'ai pas vu tout venir. Sherlock Holmes avait raison, "une fois l'impossible éliminé, ce qu'il reste, aussi improbable que ce soit est la vérité".
- Vous auriez dû l'appliquer, ce précepte du Maître !
- Ohlà, attention, je revendique tout de même d'avoir trouvé ce à côté de quoi vous étiez passé dès le début, monsieur London... C'était gros comme une maison, pour moi. Là, j'avais éliminé l'impossible et la réponse évidente s'imposait dans mon esprit.
- Oui, mais vous étiez détachée, vous, moi pas.
- Je le reconnais... Allez, sans rancune, on passe un coup de torchon ? Ou de serviette ?
- Un verre de fine, Belette ?
- Beurk, non merci !
C'est donc un super petit roman (250 pages) que je viens de terminer cul-sec. Les cadavres se ramassent à la pelle et Ed a dû faire travailler ses petites cellules grises pour tirer cette affaire au clair. Il est fortiche, le privé London.
Bluffée jusqu'au bout je fus, l'auteur m'a donné quelques coups de pieds au cul et son roman aurait même pu s'appeler "magouilles et compagnie" tant tout était bien goupillé. Jusqu'à la dernière goutte, heu, dernière ligne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          346
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
belette2911belette2911   07 juillet 2013
- Et voilà comment ça a commencé, Ed, continua-t-il. C'est stupide, n'est-ce pas ? Les aventures ne commencent pas d'habitude par un examen génycologique.
- C'est plutôt par là qu'elles se terminent ! observais-je.
Ça ne le fit pas rire.
- Je crois que je me trouvais juste en bonne disposition pour ça, si tu comprends ce que je veux dire. J'étais dans une ornière. Mes filles deviennent grandes; Kaye a son cercle féminin. Je vis bien, j'ai fait un bon mariage, et voilà tout. C'est pour cela que je me suis dit qu'il me manquait quelque chose. Pourquoi les hommes escaladent-ils les montagnes ? Parce qu'elles existent. C'est ainsi qu'on me l'a expliqué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
belette2911belette2911   08 juillet 2013
J'ouvris la porte arrière et empoignai de nouveau le tapis. Je commençais à me sentir dans la peau d'un livreur arménien. Je retins une extrémité du tapis et le laissai se défaire. Il se déroula gentiment et les restes de Sheila Kane heurtèrent le sol, firent deux tonneaux et s'immobilisèrent à plat ventre.
Commenter  J’apprécie          132
belette2911belette2911   08 juillet 2013
Il y avait d'abord la maison proprement dite [...] C'était un croisement insolite entre les styles de deux architectes aussi dissemblables que Christopher Wren et Le Corbusier, un bizarre mariage du dix-huitième siècle avec le vingtième réunissant tous les défauts des deux conjoints sans en avoir les qualités.

Pas possible. Après cela, l'architecte avait dû se suicider !
Commenter  J’apprécie          52
Videos de Lawrence Block (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lawrence Block
Cercle polar : quand les héros s'incrustent. .Cercle polar : quand les héros s'incrustent. Allez savoir pourquoi ! Il arrive parfois q'un héros s'impose à un auteur, jusqu'à ne plus le quitter, jusqu'à vieillir ensemble. le phénomène n'est pas nouveau. Philip Marlowe et Raymond Chandler, Agatha Christie et Hercule Poirot, Arthur Conan Doyle et Sherlock Holmes sont des couples mythiques. Et le phénomène se poursuit, plus encore peut-être depuis le succès des séries télévisées. Fred Vargas et son commissaire Adamsberg, Michael Connelly et Harry Bosch finiront pas fêter leurs noces d'or pour le plus grand bonheur de leurs lecteurs. Car le plaisir est grand, en ouvrant chaque nouvel épisode de leurs aventures, de prendre des nouvelles de ces amis de papier comme on s'inquiète de la santé de nos proches. Matt Scudder va-t- il replonger dans l'alcool, se demandait-on à chaque épisode de la série de Lawrence Block. Ces héros que l'on dit récurrents sont plus nombreux que jamais, en voici trois que vous ne connaissez peut-être pas encore... « le Joker » de John Burdett (Presses de la Cité) « Une affaire d'hommes » de Todd Robinson (Gallmeister) « Aux vents mauvais » de Elena Piacentini (Au-delà du raisonnable)
+ Lire la suite
autres livres classés : new yorkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1560 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre