AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782897126483
Éditeur : Mémoire d'Encrier (02/01/2020)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Une histoire de l’humanité qui rassemble et permet des rencontres improbables.
Juillet 2004. L’inauguration du musée national de Préhistoire réunit en Dordogne Nelson Ndlovu, archéologue sud-africain invité aux cérémonies, Peter Lloyd, traducteur anglais installé là depuis quinze ans, et Magda Kowalska, jeune femme polonaise qui tient une maison d’hôtes dans le village. L’été voit naître entre eux un grand rêve d’amour et d’amitié.
La gaité de Magda,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  13 mai 2020
Un ambitieux premier roman, une étonnante fresque du 20e siècle...
Et parlant de fresques, ça commence avec les peintures dans des grottes du Périgord et sur des rochers africains. le début du roman est un peu laborieux, avec des extraits de conférences, mais ça vaut la peine de poursuivre, ce ne sera pas du tout le ton par la suite.

Le roman, c'est surtout des personnages forts et une variété de destins, en lien avec des grands événements du 20e siècle. On aura Peter, l'Anglais, qui vit son homosexualité et a vu mourir ses amis du sida. On aura l'Afrique du Sud, l'apartheid et les réconciliations. On aura la Pologne avec les espoirs d'une société nouvelle après la guerre, espoirs déçus pendant des années de communistes et espoirs de nouveau avec le démantèlement du bloc soviétique. On aura aussi une femme libre, qui veut mordre dans la vie et qui en paiera le lourd prix.

Et pour ajouter encore à ce roman touffu, on parlera aussi archéologie, musique, gastronomie et beautés du paysage.

Un gros bouquin réussi, un beau voyage à travers le temps et l'espace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
PrettyYoungCat
  20 février 2020
Trois personnages : Nelson, le Sud-Africain, Magda, la Polonaise et Peter, l'Anglais.
Trois prismes : l'Histoire de l'humanité, L Histoire contemporaine et l'histoire familiale.
C'est là toute l'originalité de cette oeuvre littéraire où ces fils se tressent en même temps que s'entrecroisent les personnages dont un petit village de Dordogne est le trait d'union.
Mais ce n'est pas là sa seule singularité, puisque ce livre est un métissage des genres : roman historique, roman policier, roman d'amour, roman où le poids des secrets de famille interroge le silence comme source de protection ou de malédiction.
En ce sens, la structure narrative peut paraitre un peu déconcertante et nous vivons donc presque plusieurs romans en un.
Mais j'ai trouvé le récit bien documenté, émaillé de quelques réflexions très intéressantes, et j'ai pris plaisir à lire ce livre dont l'écriture est à la fois soignée, fluide et agréable. Les personnages s'ils ne sont pas tous attachants, nous captivent cependant par leur relief et leurs blessures.
En bref, un roman atypique et plaisant.
Je remercie chaleureusement Babelio et les éditions Mémoire D encrier pour l'envoi de ce livre, offert dans le cadre de l'opération Masse critique, et pour ce bon moment passé grâce à eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
barjabulette
  19 février 2020
Quand je pense que j'ai bien failli ne jamais recevoir ce roman !!
"Gagné" dans le cadre de masse critique, j'ai d'abord reçu un petit livre de poèmes (que je ne manquerai pas de critiquer quand même).
Ensuite, j'ai fini par recevoir "débutants".
Quel livre déroutant !
Pendant les 100 premières pages, je me suis demandée quelle était l'histoire et comment le livre allait évoluer.
J'avais l'impression de lire " une année en Provence " de P.Mayle et je me demandais vers quoi le livre allait m'emmener.
Et puis, il y a un événement terrible qui bouleverse tout l'agencement du livre et là je n'ai plus pu lâcher le bouquin en me disant que l'auteure était quand même d'une subtilité incroyable.
Cet événement se "résoud" et on comprend alors le parcours de vie de Peter, Olivier, Nelson et c'est juste dingue !
J'ai adoré la variation des styles, c'est pas policier, pas historique, pas romanesque et tout à la fois.
J'ai aimé la description des personnages, ni trop ni trop peu.
J'ai aimé les références à l'histoire, sans pour autant que celles-ci soient totalement historiques.
J'ai aussi aimé être bousculée dans mon confort en ne comprenant pas vers quoi ce livre m'entrainait.
Si je devais le résumer en un seul mot : perturbant !
Merci à babelio ainsi qu'a la maison d'édition pour ce beau moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
lilicrapota
  18 février 2020
Ce roman, je l'ai reçu par erreur à la suite d'une masse critique et j'en suis fort heureuse! Donc un grand merci à babélio, aux masses critiques et aux mémoires d'encrier ;-)
Il va m'être difficile cependant de faire une critique tant je suis déroutée. Car je suis passée par toutes les phases dans cette lecture, de l'intérêt à la lassitude, de la curiosité à l'ennui, de l'ébahissement devant la beauté et la maîtrise du style à l'envie de sauter des pages devant la longueur des discours scientifiques ou politiques.
Car voici mon problème : je ne sais plus où est l'histoire et où est L Histoire. Est-ce que le roman est un prétexte ? J'ai perdu le fil à un moment donné, car je me suis fortement attaché aux personnages de Magda, Nelson, Peter, etc, mais les premières longueurs (la vie de Peter à Londres, avant Meyrals) m'ont "décrochée" du personnage. Pire encore après, la vie de Nelson, car même si je comprends bien sa quête des origines, ce désir de savoir qui était son père, a-t-on besoin de tout savoir l'ANC etc ; et pour finir, la vie de Magda, la Pologne et l'arrivée des russes, du communisme, etc... Autant l'histoire actuelle des personnages m'a charmée et vraiment emballée, autant j'ai trouvé ce retour dans leurs origines non pas inintéressant mais vraiment trop long.
En tout cas le style est vraiment beau, très poétique, très chouette!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fee-tish
  09 février 2020
Un roman étonnant, dans lequel j'ai été parfois passionnée (les passages sur la préhistoire) et parfois je me suis clairement ennuyée (les autres passages).
Le domaine de la préhistoire est parfaitement appliqué. On y développe aussi le thème du racisme, de la cohabitation des peuples. Tout en evoquant l'apartheid et la situation sociale de l'Angleterre des années 80.
L'écriture de Catherine Blondeau est tort à fait maîtrisée, c'est vraiment une belle prouesse, surtout pour un premier roman.
C'est dense et plusieurs histoires sont racontées en parallèle.
Le souci, c'est qu'une part d'un récit à été complexe à lire pour moi. Je n'y ai pas trouvé mon compte et ai lu ces passages en survolant les pages.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
PrettyYoungCatPrettyYoungCat   14 février 2020
On peut admettre que les peintres européens de la Renaissance aient représenté le Christ comme l'un des leurs. Ils ne savaient pas à quoi ressemblait le Moyen Orient à l'époque et auraient eu du mal à imaginer le fils de leur dieu comme un homme aux traits sémitiques, à la peau mate, aux cheveux noirs et bouclés. Mais au 21è siècle, alors que tout le monde sait très bien que Sapiens est venu d'Afrique, est-ce que quelqu'un peut m'expliquer pourquoi on n'a jamais représenté un seul Magdalénien avec la peau brune ? Je ne demande pas qu'ils soient tous noirs. Mais qu'au moins un, parmi ceux qu'on nous montre en train de chasser le mammouth ou de peindre la fresque, soit un peu basané.
Est-ce trop demander ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
mcd30mcd30   10 février 2020
... Ce grand échalas de Zoulou était une bête, ils n'allaient pas lui donner leur fille...
...Comment aurait-on célébré la noce ? Quel genre d'autorité spirituelle aurait-on convoquée ? Qu'est-ce qu'on aurait mangé ? Chez les Zoulous , on est éleveur, pas de mariage sans viande de bœuf. Chez les Hindous, la vache est un animal sacré. C'était trop compliqué, on n'y arriverait pas. Nadia commença par leur expliquer que Nelson n'était pas vraiment Zoulou, c'était sa mère la Zouloue, lui était plutôt Sotho voire même un peu bushman par son père - ils écarquillèrent les yeux. Selon eux, les Bushmen étaient des sauvages arriérés, des nomades en peau de bête, c'était encore pire.Nadia essaya de leur démontrer tout ce que cette assertion avait de ridicule. Nelson avait grandi en ville, à l'étranger, et certainement jamais porté de peaux de bêtes, mais ils secouèrent la tête : ils ne faisaient pas confiance aux étrangers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
mcd30mcd30   21 février 2020
Une bagarre, on ne la voit pas toujours venir. On croit que tout va bien. Brusquement, tout s'accélère et s'électrise. les muscles se bandent, les voix se tendent, les corps se lancent. Il n'y a plus que frapper qui compte. Cogner, s'enivrer de l'odeur de la peur, voir l'adversaire trébucher de panique, le rattraper, le retenir, frapper encore, cogner encore et jouir du bruit des coups sur son corps. C'est là qu'est le sens, c'est là qu'est le plaisir, c'est là qu'est la vie. Rien d'autre n'existe. Pas même la douleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
mcd30mcd30   09 février 2020
Et pendant que cette petite élite internationale cooptée s'extasiait devant les restes qui feraient progressivement reconnaître l'Afrique du Sud comme le berceau de l'humanité, les Noirs du pays, eux, subissaient un lent mais certain processus d'acculturation par enrôlement massif dans l'industrie minière. On leur demandait d'oublier d'où ils venaient et de se fondre dans le capitalisme global. Les Blancs faisaient l'expérience du vertige des origines et on privait les Noirs des leurs en leur démontrant par A + B qu'ils n'étaient personne. L'Afrique n'a pas d'histoire, leur rabachaît-on. Première nouvelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
mcd30mcd30   19 février 2020
_ J'ai eu une enfance militante, je suivais ma mère partout. Tous ceux qui se battaient pour faire respecter le boycott la voulaient. Une jeune femme d'à peine vingt-cinq ans qui avait participé à la marche de 76 à Soweto, et qui élevait le fils de Tlali Makoena, une figure majeure de la résistance, un disparu, sans doute parti en fumée sur les bûchers de Vlakplaas. Et belle avec ça !
_ Les bûchers de Vlakplaas ?
_ Une ferme au nord de Pretoria, transformée en centre de détention arbitraire et clandestin. Après les interrogatoires, les corps des prisonniers y étaient brûlés sur des bûchers dans la cour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Catherine Blondeau (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Blondeau
En direct de leurs salons, Catherine Blondeau et Yara El-Ghadban se rencontrent et parlent de littérature, de politique, d'épidémie, de théâtre, de vin, etc. (au temps du coronavirus)
Édition spéciale France - Québec
**
*LES AUTRICES* Catherine Blondeau vit à Nantes où elle dirige le Grand T, théâtre de Loire-Atlantique. Elle a occupé diverses fonctions : Maitre de conférences en littérature et arts du spectacle à l'Université de Rouen, directrice de l'Institut Français d'Afrique du Sud à Johannesburg, attachée culturelle en Pologne et conseillère artistique du festival Automne en Normandie. Débutants est son premier roman.
Romancière et anthropologue palestinienne, Yara El-Ghadban vit et écrit à Montréal. Auteure de trois romans aux éditions Mémoire D encrier, L'ombre de l'olivier (2011), le parfum de Nour (2015) et Je suis Ariel Sharon (2018), elle reçoit, pour ce dernier, le Prix de la diversité du Festival Metropolis Bleu en 2019. Yara El-Ghadban a également traduit l'essai Vivre la diversité par Shakil Choudhury (2018). Depuis 2017, elle est la présidente de l'Espace de la diversité, un organisme qui cherche à combattre le racisme et l'exclusion par le biais du livre et de la littérature.
*LES LIVRES* Débutants, Catherine Blondeau Plus d'informations http://memoiredencrier.com/debutants/ Pour acheter le livre https://www.leslibraires.ca/livres/debutants-catherine-blondeau-9782897126483.html
Je suis Ariel Sharon, Yara El-Ghadban Plus d'informations http://memoiredencrier.com/je-suis-ariel-sharon/ Pour acheter le livre https://www.leslibraires.ca/livres/je-suis-ariel-sharon-yara-el-ghadban-9782897125684.html
+ Lire la suite
autres livres classés : apartheidVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Catherine Blondeau (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2106 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre