AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782742779697
99 pages
Actes Sud (12/01/2009)
3.58/5   122 notes
Résumé :
Au rebond "Quand je suis sorti du gymnase, il faisait beau. Le soleil tapait fort. Mon cœur aussi. Des rouages s'étaient enclenchés dans mon cerveau et j'avais commencé à gamberger. Qu'est-ce qu'on est censé faire quand un camarade s'évapore? Qu'est-ce qu'on est censé faire quand un copain coupe tout contact, du jour au lendemain ? " Forcer le destin. " C'est ma mère qui a prononcé ces mots-là, le soir même, après m'avoir cuisiné sur mon silence."
Que lire après Au rebondVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 122 notes
5
7 avis
4
11 avis
3
9 avis
2
1 avis
1
0 avis
Le basket, les parents qui se séparent : voilà des thèmes bien d'actualité chez nos jeunes, thèmes qu'exploite particulièrement bien cet auteur que j'aime beaucoup.

Ca démarre sur les chapeaux de roue, car Alex est inquiet, son ami Christian ne vient plus à l'école depuis 15 jours. Et c'est sa mère dépressive et toujours pleurnicharde qui lui assène cette phrase-choc qui changera leur vie à tous 2, tous 3 et même tous 4 : « Il faut forcer le destin ».

C'est une belle petite histoire, belle dans le sens où tout finit bien, où les bons sentiments sont légion, même si les problèmes sont là et bien là. le sport ponctue les sentiments et allège l'ensemble.
Ce n'est pas mon roman préféré de cet auteur, mais je l'ai lu avec plaisir, en quelques heures. Je suis donc prête à rebondir, pleine d'allant, sur un autre roman.
Commenter  J’apprécie          250
Ce roman court et dense nous raconte une histoire d'espoir et de solidarité en mettant en scène deux adolescents en souffrance qui sont confrontés aux difficultés des relations familiales.
Ces deux copains se connaissent par le sport, ils jouent dans la même équipe de Basket et partagent le même joie de se retrouver sur un terrain le mercredi et le samedi.
Ils ne sont pas du même milieu social et leurs relations se réduisent à ces moments intenses partagés lorsqu'il s'agit de faire une passe décisive ou de marquer un panier.
Un drame familial les fera se rencontrer plus avant dans un élan de solidarité et de fraternité assez exceptionnel pour qu'on ait du mal à y croire.
Ils seront aidés dans ce bouleversement par la mère du narrateur, aide soignante qui a du mal à joindre les deux bouts et qui élève seule son fils.
Elle aura la force de venir en aide à la mère dépressive de l'ami de son fils en s'installant chez elle.
Cette femme en mal de vivre vient d'être abandonnée par son mari et se laisse materner tant bien que mal par son fils dépassé mais plein de compassion.
La déshérence des pères qui vient amplifier les difficultés des relations mères-fils quand ils sont adolescents est au coeur de ce roman d'aujourd'hui.
Le message n'est pas tout à fait original : la relation d'aide, l'amitié et la solidarité peuvent changer le cours des choses et transformer le désespoir en espoir.
Quand on n'a plus de famille, on peut se construire une équipe...
Et ça marche... mieux...
J'ai trouvé tout à fait réussies les descriptions de l'expérience du jeu sur un terrain de Basket qui viennent s'emboîter dans la narration.
Ce sport collectif vient aider l'adolescent-narrateur à se comprendre, à s'accepter et à avancer dans la vie en filant la métaphore sportive.
des liens sur le blog :
Lien : http://sylvie-lectures.blogs..
Commenter  J’apprécie          140
Et un Roman de Blondel de plus de lu! Je crois bien que je vais lire chacun de ses livres, un à un, jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus. Et à ce moment là, je pense que je serais très triste.


Celui-ci m'a moins plu que son dernier 06H41, qui avait été un véritable coup de coeur. Mais cela tient peut-être du fait que ce roman s'adresse avant tout aux adolescents.


Ce roman, c'est la découverte de la solidarité et de l'amitié par des adolescents.


Ce sont deux garçons, qui, par un concours de circonstance vont passer de l'état de camarade/ potes à amis. Eux qui ne se connaissaient que par le sport, vont apprendre petit à petit à se connaitre, à se poser les questions essentiels et à pouvoir véritablement compter l'un sur l'autre.

Il est particulièrement difficile pour un garçon d'admettre qu'il a besoin d'aide et qu'il a un ami. Pas juste un pote, avec un haussement d'épaules. Il est difficile de toucher à des thèmes privés avec eux, tellement ils sont paniqués à l'idée de ne pas avoir l'air cool et d'être ridicule. Or, parler de choses intimes, oser dire que cela ne va pas, enfin, parler de sentiments, ce n'est pas cool du tout.


Blondel a -je trouve- super bien réussi à faire passer cette relation d'un intérêt pour le sport à quelque chose de beaucoup plus fort et qui restera toujours. les véritables amis du lycée, on les regardera toujours d'une manière plus intime et sentimentale que les autres, même si on s'est perdu de vue.


Mais il ne s'agit pas seulement de la solidarité entre deux amis, mais aussi de la solidarité entre enfants et parents. Alex se rend compte qu'il faut dépasser le stade "adolescent-tout-ce-que-ma-mère-fait-est-nul" pour enfin apprendre à véritablement connaitre sa mère. En fait, Alex grandit. Ce roman c'est aussi l'arrivée, petit à petit des adolescents dans le monde des adultes. Jean-Philippe Blondel aime bien ce thème là!


C'est une belle leçon de solidarité ce petit roman.

Blondel est par contre toujours aussi amer et négatif face au couple. Entre le père d'Alex qui a quitté sa femme alors qu'il était un bébé, ou le père de Christian qui trompe sa femme dépressive avec une jeune secrétaire, lui "informant" gentillement qu'il s'en va avec elle, cela laisse beaucoup de place pour l'amour éternel tout ça!


D'ailleurs les enfants sont assez dégoûtés de l'amour je trouve. Alex lui ne veut pas vraiment d'enfants, juge énormément son père (et sa mère). Et bien évidemment, souvent les couples ne tiennent pas, surtout les couples à l'école, et c'est mieux ainsi, mais commencer une relation en se disant que de toute façon, cela ne va pas tenir (ou Alex qui dit que très probablement son ami et sa toute nouvelle copine vont casser)…c'est quand même moyen et pas super positif.


[Attention, je dévoile la fin]



————————————

Encore un roman jeunesse que je ne regrette pas d'avoir lu. Et pour une fois, je peux conseiller les garçons. un tel livre pourrait bien leur plaire!
Lien : http://writeifyouplease.word..
Commenter  J’apprécie          50
Encore un Philippe Blondel... Et oui, je suis définitivement fan de cet auteur. Qu'il écrive pour les adultes ou pour les ados, un roman léger ou dramatique m'importe peu, il y a toujours ce style marqué qui colle aux pages et qui incite votre curiosité à aller plus loin. Serait-ce le talent ?
Dans ce livre, à part la plume de l'auteur j'ai beaucoup apprécié la finesse du sujet et la façon dont il est traité. Sur le fond ce n'est qu'un roman d'amitié et de relation mère-fils/père-fils. Pourtant et malgré la maigreur du nombre de pages, on est tenu en haleine.
L'histoire coule extrêmement vite (voire trop vite) mais peut-être privilégie-t-il la qualité de la quantité, ce qui est tout à fait honorable. La structure du livre est bouclé, il n'y a aucune ligne superflue mais surtout à la fin de votre lecture, il y a ce sentiment indescriptible de plénitude et de bien-être. Un goût de satisfaction et de soulagement pour les personnages. Vous venez de traverser une vie sans vous en rendre compte...
Commenter  J’apprécie          80
Ce roman court et dense nous raconte une histoire d'espoir et de solidarité en mettant en scène deux adolescents en souffrance qui sont confrontés aux difficultés des relations familiales.
Ces deux copains se connaissent par le sport, ils jouent dans la même équipe de Basket et partagent le même joie de se retrouver sur un terrain le mercredi et le samedi.
Ils ne sont pas du même milieu social et leurs relations se réduisent à ces moments intenses partagés lorsqu'il s'agit de faire une passe décisive ou de marquer un panier.
Un drame familial les fera se rencontrer plus avant dans un élan de solidarité et de fraternité assez exceptionnel pour qu'on ait du mal à y croire.
Ils seront aidés dans ce bouleversement par la mère du narrateur, aide soignante qui a du mal à joindre les deux bouts et qui élève seule son fils.
Elle aura la force de venir en aide à la mère dépressive de l'ami de son fils en s'installant chez elle.
Cette femme en mal de vivre vient d'être abandonnée par son mari et se laisse materner tant bien que mal par son fils dépassé mais plein de compassion.
La déshérence des pères qui vient amplifier les difficultés des relations mères-fils quand ils sont adolescents est au coeur de ce roman d'aujourd'hui.
Le message n'est pas tout à fait original : la relation d'aide, l'amitié et la solidarité peuvent changer le cours des choses et transformer le désespoir en espoir.
Quand on n'a plus de famille, on peut se construire une équipe...
Et ça marche... mieux...
J'ai trouvé tout à fait réussies les descriptions de l'expérience du jeu sur un terrain de Basket qui viennent s'emboîter dans la narration.
Ce sport collectif vient aider l'adolescent-narrateur à se comprendre, à s'accepter et à avancer dans la vie en filant la métaphore sportive.
des liens sur le blog :
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Lecturejeune
17 février 2012
Lecture Jeune, n°129 - mars 2009 - Alex est un jeune lycéen qui vit seul avec sa mère célibataire dans un petit appartement de cité. Sa vie ne lui semble pas « assez », jusqu'au jour où il fait la connaissance de Christian qu'il estime plus chanceux. Ce dernier est le fils unique d'une riche famille bourgeoise, habite une grande villa et connaît un certain succès auprès des filles... Mais, un jour, le jeune homme ne vient plus en classe et ne donne plus aucune nouvelle. Alex, inquiet pour son ami, débarque chez lui et découvre la maison laissée à l'abandon. Le père de Christian a quitté le foyer pour une autre femme et le jeune homme veille sur sa mère complètement déprimée... Alex et sa mère vont les aider et, ensemble, ils vont découvrir l'importance de la solidarité.
Ce roman de Jean-Philippe Blondel, très facile d'accès et sans prétention, décrit avec justesse les affres de l'adolescence, les problèmes du quotidien, et montre que si, à côté, l'herbe semble toujours plus verte, la vie réserve parfois des surprises... Le style enlevé du roman et les réflexions des personnages, drôles, malgré la situation, nous entraînent à leurs côtés. Le tout sur fond de « basket », qui rythme la vie des adolescents. Transformés par cette expérience, les deux amis paraissent plus forts et plus authentiques. ? Anne Clerc
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Dès que j'ai la balle, les mêmes sensations. Du plaisir. De l'excitation. J'essaie de ne pas réfléchir à tout ça, mais j'y pense quand même. Pourquoi est-ce que j'aime autant me sentir maître de cette balle, la sentir obéir à mes impulsions et aux ordres que lui donnent mes doigts ? Et là, les deux pas, la feinte sur la gauche, le panier qui approche, l'impulsion-l'impression pendant deux secondes que cela ne s'arrêtera pas, qu'on décollera, qu'on dépassera le panier, qu'on montera jusqu'au plafond, ce plafond qui s'ouvrira pour laisser passer le corps en apesanteur, loin de tous les soucis terrestres-et puis soudain, réintégrer son enveloppe, apercevoir droit devant le filet et les adversaires qui tentent d'attraper la balle, mais la balle, elle est mienne, regardez comme elle m'obéit-elle touche le rectangle situé derrière le panier avec douceur et redescend dans le filet avec une certaine lenteur, avec quelque chose comme de l'abandon.
Commenter  J’apprécie          40
"Au bout d'une demi-heure, nous formons une équipe. Peut-être pas une famille, parce que deux demi-familles, ça ne recrée jamais une vraie famille-surtout quand il n'y a pas de père. Mais une équipe, oui. Et une équipe, mine de rien, c'est sans doute plus solide qu'une famille. Plus solide, parce que plus solidaire
Commenter  J’apprécie          140
"Pourquoi est-ce que j'aime autant me sentir maître de cette balle, la sentir obéir à mes impulsions et aux ordres que lui donnent mes doigts ? Et là, les deux pas, la feinte sur la gauche, le panier qui approche, l'impulsion-l'impression pendant deux secondes que cela ne s'arrêtera pas, qu'on décollera, qu'on dépassera le panier, qu'on montera jusqu'au plafond, ce plafond qui s'ouvrira pour laisser passer le corps en apesanteur, loin de tous les soucis terrestres-et puis soudain, réintégrer son enveloppe, apercevoir droit devant le filet et les adversaires qui tentent d'attraper la balle, mais la balle, elle est mienne, regardez comme elle m'obéit-elle touche le rectangle situé derrière le panier avec douceur et redescend dans le filet avec une certaine lenteur, avec quelque chose comme de l'abandon
Commenter  J’apprécie          40
Je déteste être en sueur. La seule exception, c'est ici, dans le gymnase, le mercredi et le samedi après midi, lors des matchs de basket. Le souffle, le bruit de la balle, le cœur qui tambourine, je cherche des yeux mes partenaires. Je suis hors de moi. Je ne sais pas vraiment l'expliquer. C'est comme si je me détachais de mon corps et que l'intégrais un autre espace. Je ne souffre pas de douleurs dans les jambes, ni de celles qui devraient me vriller les épaules après le choc de tout à l'heure. Je suis là, les deux pieds arrimés au sol et le corps pourtant presque aérien, je maîtrise la balle, le temps et l'espace, et les autres patientent, ils attendent de savoir qui sera choisi.
Commenter  J’apprécie          40
Je cours. J'occupe tout l'espace du terrain. L'espace. Oui, c'est ce que je viens chercher ici. Un terrain pour moi. Un terrain que je partage avec d'autres mais sur lequel nous évoluons les uns à côté des autres, en train de coopérer pour atteindre le même but. Ce que j'aime dans le basket, aussi, c'est qu'on a pas le droit de toucher l'adversaire-sinon, il y a faute. Ce qui fait qu'on étouffe jamais. Et que lorsqu'on se heurte, comme tout à l'heure, c'est juste un accident.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Jean-Philippe Blondel (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Philippe Blondel
Attention !!! Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donnent rendez-vous chaque samedi à 14h00 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • • 10, villa Gagliardini de Marie Sizun aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/10-villa-gagliardini.html • Odette Froyard en trois façons de Isabelle Monnin aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/odette-froyard-en-trois-facons.html • La femme de ménage de Freida McFadden et Karine Forestier aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/la-femme-de-menage-2.html • Traversée du feu de Jean-Philippe Blondel aux éditions Iconoclaste https://www.lagriffenoire.com/traversee-du-feu.html • Accès direct à la plage de Jean-Philippe Blondel aux éditions Pocket 9782266137553 • Café sans filtre de Jean-Philippe Blondel aux éditions Blacklephant https://www.lagriffenoire.com/cafe-sans-filtre-1.html • 06h41 de Jean-Philippe Blondel aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/06-h-41.html • Comment j'ai retrouvé Xavier Dupont de Ligonnès de Romain Puértolas aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/comment-j-ai-retrouve-xavier-dupont-de-ligonnes.html • Dans la ville de Élodie Fiabane aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/dans-la-ville-1.html • le tirailleur inconnu de Éric Revel aux éditions du Lizay • La seconde vie d'Eva Braun de Grégor Péan, Françoise Carrière aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/la-seconde-vie-d-eva-braun.html • le Ciel t'attend de Grégor Péan aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/le-ciel-t-attend.html • Pascal Thomas, souvenirs en pagaille de Pascal Thomas, Alain Kruger aux éditions Séguier https://www.lagriffenoire.com/pascal-thomas-souvenirs-en-pagaille.html • Jean-Louis veut une mouche de compagnie de Emmanuel Bergounioux et Mayana Itoïz aux éditions Casterman https://www.lagriffenoire.com/jean-louis-veut-une-mouche-de-compagnie.html • Manu et Nono en plein conte de fées de Catharina Valckx aux éditions École des Loisirs https://www.lagriffenoire.com/manu-et-nono-en-plein-conte-de-fees.html • Petit Bonheur de Yue Zhang, Florence Seyvos aux éditions École des Loisirs https://www.lagriffenoire.com/petit-bonheur.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com •
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature pour adolescentsVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (237) Voir plus



Quiz Voir plus

Jean-Philippe Blondel (assez facile pour les fans)

Année de naissance ?

1964
1970
1976
1982

12 questions
67 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Philippe BlondelCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..