AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Un hiver à Paris (105)

marina53
marina53   21 avril 2015
C'est le propre du roman d'amener le lecteur à renoncer au sommeil. A se relever, sans faire de bruit, pour ne pas troubler celui ou celle qui dort à ses côtés. A descendre dans le salon, allumer les lumières et s'affaler dans le canapé, vaincu. La prose a gagné le combat. On ne peut plus lui résister.
Commenter  J’apprécie          460
marina53
marina53   20 avril 2015
La vie, c'est long. Il y a un moment où vous accumulez trop de souvenirs. Alors, vous ouvrez une trappe et les plus douloureux disparaissent.
Commenter  J’apprécie          420
Annette55
Annette55   24 juin 2015
"C'est le propre du roman d'amener le lecteur à renoncer au sommeil."
Commenter  J’apprécie          272
marina53
marina53   20 avril 2015
Décembre. Les grands magasins du boulevard Haussmann transformaient leurs vitrines. Les passants s'arrêtaient et regardaient les vendeuses organiser les saynètes. Les trains électriques roulaient dans des décors champêtres, les ours en peluche se retrouvaient en famille autour d'un repas de Noël. Les guirlandes dans les rues s'éteignaient et s'allumaient avec une régularité désarmante. Ma vie aussi.
Commenter  J’apprécie          210
Eve-Yeshe
Eve-Yeshe   07 mars 2015
Je commençais à comprendre que, plus tard, j’aimerais enseigner moi-aussi. Transmettre. Pas seulement des savoirs, mais aussi un décryptage du monde et des codes sociaux et culturels qui permettent de s’adapter ou de s’intégrer à n’importe quel groupe préexistants. P 56
Commenter  J’apprécie          200
tamara29
tamara29   28 avril 2018
Ce que j’avais appris, pendant toutes ces semaines, c’était mon penchant pour le monde des vivants.
Commenter  J’apprécie          190
fanfanouche24
fanfanouche24   07 mars 2015
(...) et puis, c'est bien, les livres, quand on a un littéraire dans la famille, non ?
-Tu as honte d'eux ?
La phrase a claqué dans l'appartement désert. J'ai détourné les yeux.
-Pas quand je rentre chez moi. Mais quand je suis ici, oui. Pendant les cours, oui. Je pense à tout ce qu'ils ignorent. A tout ce qui nous sépare, désormais. Je...je n'ai pas du tout anticipé en choisissant mes études. Je n'ai pas mesuré le fossé qui allait se creuser. Parfois, je ne sais plus où j'en suis. Je ne sais même plus ce dont j'ai envie. (p.152)
Commenter  J’apprécie          190
marina53
marina53   20 avril 2015
Réfléchissez à ce qui est essentiel. Pensez au présent, et non à l’avenir.
Commenter  J’apprécie          180
rabanne
rabanne   19 août 2017
- J'ai dix-neuf ans. Je crois que je vais m'en souvenir toute ma vie.
- La vie, c'est long. Il y a un moment où vous accumulez trop de souvenirs. Alors, vous ouvrez une trappe et les plus douloureux disparaissent. Vous l'oublierez, vous verrez.
Commenter  J’apprécie          174
Bookycooky
Bookycooky   09 mars 2015
Chaque matin,en saluant Clauzet,je souriais intérieurement en me rappelant qu'il était mon exemple négatif.Celui que je ne voulais pas devenir.p.56
Commenter  J’apprécie          170




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Jean-Philippe Blondel (assez facile pour les fans)

    Année de naissance ?

    1964
    1970
    1976
    1982

    12 questions
    60 lecteurs ont répondu
    Thème : Jean-Philippe BlondelCréer un quiz sur ce livre