AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070360291
220 pages
Éditeur : Gallimard (27/02/2002)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 54 notes)
Résumé :

Monsieur Jadis, comme Cadet Rousselle, avait trois maisons : l'une où ses enfants dormaient avec leur mère ; une autre où sa compagnie dormait avec son mari ; la troisième où sa mère dormait avec son accordéon. Mais il en habitait, le plus souvent, une quatrième où tout le monde dormait avec tout le monde, car celle-ci, la seule où il disposât d'une clef, généralement pendue au tableau, était un hôtel sur le quai Voltaire, où il lui arrivait de s'enferme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
lecassin
  18 décembre 2011
Antoine Blondin évoque ici évoque ses souvenirs de jeunesse dans le Saint-Germain des prés des années 50 avec, pour fil d'Ariane, la fin de sa liaison avec Odile, une mélomane. de bonnes résolution en bonnes résolutions, on assiste à quelques bordées qui ne sont pas sans rappeler « Un singe en hiver » du même auteur.
Monsieur Jadis, ce sont des épisodes burlesques, comme quand on assiste à la reconstitution soi disant grandeur nature de la bataille d'Austerlitz dans un bistrot. Mais c'est aussi la description des états d'âme d'un être en perdition tiraillé entre le désir d'une vie rangée et « l'appel de la nuit » parisienne qui finit immanquablement au commissariat.
Un ouvrage qu'on pourrait penser sponsorisé par le Ministère de l'Intérieur, tant il constitue un inventaire détaillé des Commissariats de Police parisiens… Mais ou Antoine Blondin nous montre une fois encore, par le biais de réels bonheurs d'expression, l'étendue de son talent.
Commenter  J’apprécie          80
Corboland78
  23 mars 2012
A l'occasion d'une promenade récente dans Paris un samedi, je suis tombé par hasard sur une brocante installée sur les trottoirs d'un boulevard près de la porte Saint-Martin. Bibelots et bricoles habituelles jusqu'à ce que je tombe sur une pile de bouquins jetés en vrac sur une méchante couverture. Voir tous ces livres aussi mal considérés me cause toujours un choc aussi me suis-je précipité vers ces orphelins attendant qu'un bon samaritain s'intéresse à leur sort. Bien m'en a pris, car dans ce tas informe je déniche une paire de Blondin. Antoine Blondin (1922-1991) écrivain, journaliste, pilier de bistrot, une épopée faite homme. Ses articles sur le Tour de France et les matches de rugby sont dans toutes les anthologies de la littérature sportive quant à ceux sur les troisièmes mi-temps ils ne manquent pas de saveur. le livre que j'ai en main, Monsieur Jadis, est une édition de la Table Ronde de 1970 dont je n'ai pas trouvé la photo pour illustrer cet article, et qui provient d'une bibliothèque du CE d'une boite sise rue Réaumur, le cachet sur la page de garde en fait foi et la fiche de prêt est encore dans le livre. Dans ce roman, l'auteur est pris dans une rafle de police et emmené au poste pour un contrôle d'identité, l'occasion d'utiliser le dédoublement de la personnalité, pour nous narrer sous le nom de Monsieur Jadis ses souvenirs d'autres commissariats et de rencontres hautes en couleurs, telles qu'on en fait quand on vit une vie de noctambule. Un écrivain stylé, une langue fluide et pleine d'humour, une culture certaine mais sans ostentation. Certains passages rappellent les dialogues d'Un singe en hiver avec Gabin et Belmondo, vous vous souvenez du film, et c'est bien naturel puisque c'est lui qui avait écrit ce roman. Un très bon livre à lire en dégustant les mots comme on retient quelques instants dans sa gorge une goulée de bon vin. A lire sans modération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
IsabelledlG
  15 mai 2014
SYNOPSIS
L'auteur se met en scène dans le PSG des années 50. Mr Jadis est un homme à la dérive, déchiré entre ses bonnes résolutions et les sollicitations des nuits parisiennes.
Ce que j'ai aimé
La plume d'A Blondin est formidable de légèreté, d'humour à demi-mot, et d'une certaine truculence. Les mots sont égrenés, et se rassemblent avec un bonheur jubilatoire. Les personnages (certains, connus) revendiquent le droit à la fantaisie. J'ai lu une critique qui évoquait judicieusement M Kundera dans « l'insoutenable légèreté de l'être ». Il y retrouve cette philosophie de la vie.
Commenter  J’apprécie          40
Maphil
  09 novembre 2017
Arrêté dans une rafle de police, Antoine Blondin, "ce jeune homme dont l'enveloppe s'est usée", attend, "Monsieur Jadis" , le jeune homme qu'il a été. Il égrène ses souvenirs, s'aperçoit qu'il n'a rien oublié, qu'il ne changerait aucunement sa façon de vivre et qu'il appartient toujours à la caste des hussards dont Roger Nimier faisait partie.
Ce sot des portraits de ses amis, le récit de grosses blagues d'étudiants, de noctambules et de piliers de commissariat que l'auteur nous propose. C'est aussi l'amitié de tout : des lieux, des choses et des gens qu'il veut répandre dans cette sorte de rêverie. C'est une confession bouleversante d'un enfant du demi-siècle, écrite avec drôlerie et tendresse.
Commenter  J’apprécie          30
BVIALLET
  12 avril 2012
C'est une sorte de roman autobiographique , l'auteur et Monsieur Jadis se confondant joyeusement . Nous sommes dans les années 70 avec les hippies , les babas-cools , "Peace and Love" etc...
Jadis est un peu paumé , c'est un enfant de la guerre , du manque , de la vie étriquée ...
Il fréquente Nimier , Morand et quelques autres dans une vie de bohème pocharde où l'on va de situations burlesques et avinées en stages répétitifs dans les divers commissariats de la capitale .
L'évènement principal du livre est une escapade à Londres avec Nimier pour un reportage sur le Tournoi des Six Nations car Blondin est surtout chroniqueur au journal "L'équipe".*
Quelques personnages pittoresques parcourent ce livre : une prostituée extravagante et picoleuse , un sculpteur du buste du Président de la République toujours en train de cuver , la tenancière du bar ouvert toute la nuit où il tient ses quartiers et la mère de l'auteur qui passe son temps à regretter que son fils n'arrive à rien et à lui citer en exemple le Président Félix Gaillard et les Beatles !
A part quelques trouvailles de vocabulaire , quelques fulgurances de langage , il n'y a pas grand chose dans ce livre et l'on se dit que ce sympathique poivrot n'est pas du calibre d'Hemingway ou de Bukowski .
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   29 juillet 2016
Monsieur Jadis souriait dans le vide, le vide d'un bar à cinq heures en été, s'il fait beau. Il écrivait à Roger Nimier :
" ... Comme tu la connais (Odile), elle ne cessait de me tarabuster pour que je l'accompagne sur la plage, où j'avais réussi à ne pas m'aventurer depuis notre retour d'Espagne. Elle y passe de longues heures inertes et je ne vois guère en quoi je pourrais émarger à ce coma solaire qu'elle exige de me faire partager, insistant pour que j'expose mon petit corps à côté du sien, parfois jusque dans les vagues, autant dire au danger. Ce n'est pas que l'Océan me répugne, mais point trop n'en faut : une lame me fait quinze jours.
Ce caprice apparent, qui tourne chez elle à l'obsession, recouvre le ferme propos de me distraire du "Royalty" où j'ai délibérément établi mes quartiers d'été, du jour où j'ai su distinguer un "dry" d'un "gin-fizz". Albert, non Vidalie mais ce barman méthodique qui est le Descartes du shaker, manie cet ustensile dans la pénombre avec la rigueur d'un pendule. Elle ne veut pas comprendre que je vis là des journées confiantes et préservées, que si-je-n'en-fais-jamais-d'autres, du moins je ne fais rien de mal ; elle a peur que je me noircisse pendant qu'elle se brunit.
Certes à Biarritz, comme partout, l'alcool tue lentement. Mais l'eau, c'est bien connu, tue beaucoup plus vite qu'ailleurs. Il y a quelques années, une famille hollandaise qui s'était déchaussée a été engloutie sans laisser de trace.
p 609-610 Edition Bouquins "Oeuvres"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
nadejdanadejda   20 juillet 2016
1er paragraphe
Longtemps j'ai cru que je m'appelais Blondin, mon nom véritable est Jadis. C'est celui que je viens de donner au brigadier penché sur la main courante de ce commissariat dont je ne soupçonnais pas l'existence. Il occupe un long rez-de-chaussée aux vitres dépolies, pareilles à celles d'une succursale de banque, une banque de dépôt naturellement, encombrée de guichetiers patibulaires et de gardiens casqués sur les fesses, à tout hasard. On a dû l'inaugurer pour les besoins de la cause entre les Evénements d'Algérie et les Evénements de Mai. Que d'événements depuis la dernière fois où je me suis retrouvé dans la cage grillagée. Ici, où l'on enferme "jeune" dirait un dépliant publicitaire, le changement de propriétaire s'est fait sentir ; le Crésyl historique a chassé les remugles traditionnels d'urine et de picrate. J'ai brusquement été sensible à cette évidence que de nombreux cars de police étaient désormais gris, comme nos cheveux. Il me revient que nous avons un peu vieilli ensemble.
p 555 "Oeuvres" d'Antoine Blondin en Bouquins inscrites dans Babelio sous le titre "L'Europe Buissonnière")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          204
Corboland78Corboland78   06 octobre 2011
Je me rappelais par un juste retour, la matinée où Albert et moi avions confondu un antiquaire avec un bistrot et exigé qu’on nous servît des ballons de rouge sur un guéridon en Coromandel. Cette fois-ci non plus je n’irai pas au journal. Je devais me laisser aspirer sans secousses par ce fier objectif d’un dîner avec Odile, me confire en alerte pieuse ; cet après-midi, je dormirai.
Commenter  J’apprécie          110
rasibusrasibus   18 janvier 2019
Quand nous serons bien vieux et bien milliardaires, dit Roger Nimier, nous réveillonnerons sur un banc, au pied de nos hôtels particuliers de l'avenue Foch, d'une gamelle de nouilles arrosées d'un Dom Pérignon qui aille avec. Nos mères, qui sont immortelles, viendront nous faire de la musique dans le froid; la tienne jouera de l'accordéon, la mienne du violon. Et il n'est pas impossible que nous soyons heureux ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
brnof58fbrnof58f   04 juin 2013
- C'est trop con, tu comprends : tu passes la vie à faire la queue, pour la soupe, pour le chômage, pour le secrétaire de mairie, pour l'assistante sociale, pour le sous-chef de mon zob, t'attends partout, t'attends toujours, tu vois personne...
Commenter  J’apprécie          71

Videos de Antoine Blondin (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Blondin
Interview d'Antoine Blondin
autres livres classés : légendes de la table rondeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
999 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre