AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070369737
224 pages
Gallimard (02/09/1977)
3.45/5   37 notes
Résumé :
Au fil d'une saison, les voitures des quat'saisons proposent sur les marchés un fouillis de primeurs contrastées en volumes et en cou-leurs. Il arrive pourtant qu'un oeil sensible découvre une harmonie sous ces disparates : pommes de terre nouvelles, carottes nouvel-les, tomates nouvelles... L'auteur de ce livre, à l'éventaire duquel on ne trouve que des nouvelles, tout court, ne souhaite pas autre chose.
Il a choisi de remonter le cours des quatre saisons, d... >Voir plus
Que lire après Quat'saisonsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Lire Blondin c'est se garantir de tomber dans les textes emberlificotés de certains, les écrits sans style d'autres, les histoires à la mords moi le noeud d'écrivains qui cherchent le truc qui les sortira de la masse anonyme. Blondin c'est du nanan, un pur régal. L'écriture est légère, le style affirmé, l'humour sous-jacent. Un écrivain journaliste (1922-1991) amateur de bistrots, de copains et de rugby, voilà une belle carte de visite qui en dit certainement plus qu'une longue analyse textuelle. Avec Quat' Saisons paru en 1975 nous avons un recueil de nouvelles découpé en quatre chapitres, un par saison, de l'hiver au printemps pour garder une touche d'optimisme.
En quelques phrases nous sommes plongés dans des histoires rondement menées. Avec Petite musique d'une nuit, un employé de compagnie d'assurance, ravit ses voisins avec le cliquetis de sa machine à écrire qu'ils interprètent comme une musique. Dans Métempsychose nous sommes à Londres, dans l'Angleterre telle qu'on la fantasme, un ancien major devenu responsable du rayon alimentaire d'un grand magasin (service en gants blancs et chapeau de tulle) va jouer sa vie pour combattre une souris capricieuse qui a choisi son rayon pour loger. Avec la très belle dernière nouvelle Nous rentrerons à pied, c'est une très belle histoire d'amour toute en finesse qui clôt ce merveilleux livre. Douze nouvelles, comme les douze mois de l'année, quat' saisons comme les marchandes du même nom où je vous conseille vivement de faire votre marché.
Commenter  J’apprécie          90
Avec « Quat'saisons » paru en 1975 et prix Goncourt de la nouvelle, Antoine Blondin nous sert un recueil de douze nouvelles découpé en quatre chapitres, un par saison, de l'hiver au printemps en remontant le temps.
Les sujets ? Une actrice va mourir, ses amis avancent la date de Noël pour adoucir sa fin ; une jeune provinciale à Paris se trompe sur la personne d'un écrivain connu ; un joueur de rugby célèbre doit partir à la retraite ; un Grand d'Espagne doit subir les cocasses dernières volontés d'un condamné à mort ; une souris dans un magasin bouleverse la société anglaise, etc.
Antoine Blondin nous décrit, au fil des saisons, son monde insolite et délirant. Douze récits où se mêlent tendresse, humour, fantaisie, charme, dans un heureux équilibre qui confirme, une fois de plus, l'extraordinaire maîtrise de la langue d'un des meilleurs écrivains de sa génération, même s'il n'en fut pas toujours convaincu…. Douze nouvelles, comme les douze mois de l'année, « Quat' saisons » comme les marchandes du même nom. Je vous conseille vivement d'y faire votre marché.
Commenter  J’apprécie          100
C'est sans aucun doute par le format court que le talent d'Antoine Blondin s'affirme le mieux. L'auteur a tendance, par ses jeux de mots et sur les mots, à s'éparpiller, à se disperser. Quitte à casser le rythme du récit pour un bon mot. Ici, Blondin va à l'essentiel.

Commençant en hiver pour finir au printemps, ce recueil de douze nouvelles multiplie les personnages fantasques et les situations cocasses. Un condamné à mort et sa dernière volonté ; un comptable et sa machine à écrire musicale ; un qui pro quo entre un écrivain célèbre, une admiratrice et l'auteur un soir de Noël ; une souris dans une vitrine met tout Londres sens dessus dessous ; trois écrivains attendent avec impatience l'annonce d'un prix littéraire ; une femme se fraie un chemin entre son mari alcoolique, le père de celui-ci, son amant et beau-frère et son fils pour tirer son épingle du jeu ; un homme avide de richesses sait se montrer serviable avec les dames de la bourgeoisie, leur être utile et en tirer profit ; un astronaute écrit à sa femme une lettre d'amour, sauf que…

Douze nouvelles donc, inégales, très différentes les unes des autres par le thème mais très proches par le ton badin de l'auteur, sa tendresse ironique pour les personnages, son style unique.

À déguster sans modération (cette dernière étant inconnue de l'auteur).
Commenter  J’apprécie          60
un recueil inégal mais vif, souriant et aimable
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Je souscris à tout ce qu'on voudra, sauf à l'allégation qui me prétend "inadapté". Elle est d'ailleurs en contradiction avec les autres. Un amateur de ballon de rouge et de ballon ovale, un légionnaire de la nuit, doit témoigner d'une perpétuelle faculté d'adaptation. La nuit, ça n'est pas seulement la rue, la marche dans le noir, la panique d'avoir à ranger sa vie dans une boîte (ah ! la vie rangée...), la nuit, c'est aussi la lumière des rencontres, les sociétés soudaines qui s'improvisent au ras des comptoirs, à l'image des mêlées de rugby - nous y voilà - qu'on appelle ouvertes ou spontanées pour les distinguer des mêlées ordonnées, plutôt apparentées à des corps constitués. Ouverture et spontanéité, voilà de bons mots de passe pour adhérer à la légion étrangère des noctambules. Pour ce qui concerne ma paresse, je dois dire qu'elle n'est pas une paresse de tout repos. L'écriture est un métier où le travail que l'on ne fait pas vous donne beaucoup plus de mal que le travail que l'on fait. Ce tourment vous induit à remettre au lendemain ce qu'on pourrait faire le jour même. Cela s'appelle le scrupule.
Commenter  J’apprécie          40
La vieille Angleterre avait dégrafé un peu trop vite son corset. Et, comme on s’était ingénié naguère à copier ses excentricités guindées, son débraillé fit mal aux cœurs qui l’admiraient. Humiliée à travers la Livre Sterling, ajournée sans cesse à l’examen d’entrée dans le Marché Commun, sevrée de revanches sur les pelouses de rugby, son génie ne s’exprimait plus guère, cette année-là où je faisais un stage aux Lloyds, que par le truchement de galopins aux cheveux longs ou de poètes blasphémateurs et il semblait improbable que l’invention de la mini-jupe dût lui valoir le Prix Nobel.
Commenter  J’apprécie          80
A la Puerta del sol, la Porte du Soleil, les Madrilènes naïfs et quelques provinciaux se récapitulent, la veille de Noël, pour entendre sonner minuit à l'horloge monumentale des bâtiments de la Sécurité Générale. Une légende promet qu'une année ou l'autre, la grosse boule en or qui lui sert de contrepoids tombera sur la place ; les plus agiles se la disputeront, le plus fort l'emportera. La fable ajoute que cet événement marquera le début d'une ère évangélique où les valets se substitueront aux maîtres et où les premiers seront les derniers.
Commenter  J’apprécie          80
Dans cet univers plein de bruit et de fureur, c'est le bruit des uns qui provoque la fureur des autres.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Antoine Blondin (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Blondin
Michel Audiard, San Antonio, Antoine Blondin, monuments de la gouaille populaire, ont disparu avec le xxe siècle. le moule est-il cassé, le style perdu à jamais ? C'est sans compter sur JoeyStarr et Polo Labraise, issus de la culture rap pour l'un et du journalisme sportif pour l'autre, qui ressuscitent ici un argot irrévérencieux avec ses formules hilarantes autour de la vie d'un détenu-écrivain et de son curieux avocat… En librairie le 15 mai : https://www.fayard.fr/livre/le-code-penal-en-argot-9782213727325/
autres livres classés : légendes de la table rondeVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (112) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
20402 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *}