AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Aude Flouriot (Traducteur)
ISBN : 2914569033
Éditeur : Le Jardin des livres (18/10/1997)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 24 notes)
Résumé :
" Le Principe de Lucifer " est un livre qui vous marque le cerveau au fer rouge. Et de ces livres, il en existe, quoi que l’on pense, très peu.

J’ai lu le " Principe de Lucifer " tout à fait par hasard, en 1998 aux Etats-Unis, et je me revois encore, fasciné et enthousiasmé, expliquer à mon entourage avec la plus grande solennité que c’était le livre le plus important que j’aie lu depuis vingt ans. En effet, malgré une consommation de livres intense, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
jcnb68
  12 septembre 2012
D'abord fasciné.
Puis troublé.
Intrigué.
Emmerdé.
Exaspéré.
Dégouté.
L'auteur de ce torchon tente de se faire passer pour un érudit.
Mais il manque bien trop de modestie pour ce faire.
Tout est arrogance ici. Autant dans le contenu que dans le style.
Les Grecs étaient des cons, les Romains pas mieux, les Incas ; des « inca-pables, ».
Les hommes des brutes, les femmes pétases.
Tout le monde y passe. La violence est le propre de l'humanité tout comme elle gère l'univers tout entier.
Ce bouquin est une véritable immondice dans laquelle rien n'est ménagé sauf… sauf :
Les juifs.
Eh oui, comme vous le lisez !
Ce type crache sur tout, sur toutes les religions, sur toutes les cultures, les races.
Toute espèce animale, les planètes et les galaxies.
Mais rien sur les juifs.
Howard Bloom : « Principe de Lucifer ».
Franchement, ça donne à réfléchir…
Commenter  J’apprécie          144
ChristianAttard
  18 juin 2017
Le Principe de Lucifer est un livre qui a bénéficié du talent de son auteur Howard Bloom et de son distributeur en France, Pierre Jocanovic, deux excellents publicistes et bateleurs.
L'ouvrage est une somme de quelques 500 pages auxquelles s'additionnent notes et références bibliographiques. Mais une fois le livre fermé, on s'interroge vainement sur ce qu'il peut avoir de si novateur, de si décoiffant.
Car qui ignore que la nature est impitoyable ? Nous savons bien qu'il n'a jamais existé de bons sauvages que dans la tête de quelques philosophes de salons. Vivre est un combat que l'on mène chaque jour plus ou moins intensément et la sélection naturelle implique forcément le tri par élimination des plus faibles.
Que ce qui est constaté au niveau des espèces puisse s'appliquer au niveau des nations ou des groupes, ici nommés « superorganismes », là encore, je crois que tout le monde s'en doute. Nos livres d'Histoire ne sont que les récits de ces luttes entre « superorganismes ». Certes stabilisés (plus ou moins en ce qui concerne les démocraties) ces rivalités essaient de ne plus verser dans les conflits les plus sanglants. Bloom à ce propos, étudie peu l'incidence de la menace nucléaire, le rôle de l'ONU…
Pour l'auteur, le combat d'aujourd'hui se fait autour de grands concepts les « mèmes » (Richard Dawkins) qui auraient une sorte de génétique leur assurant croissance et survie. L'idée est éculée, une fois encore et l'on sait bien le prix en vies humaines de quelques idées éphémères à l'échelle des siècles.
Enfin le monde s'organiserait en termes de préséance, sorte de loi du plus fort, ce dont nous ne doutons pas non plus.
En résumé, l'évolution a besoin de ce que nous nommons le Mal ou principe de Lucifer. Elle se construit sur la complexité de la vie, évoluant par amalgames et laissant survivre le plus adapté.
Rien de bien neuf, ni de bien étonnant pour moi dans tout cela. Reste, une foule d'exemples tirés de l'ethnologie, de la biologie, de l'étude des comportements humains et animaux qui rendent ce livre instructif et distrayant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Mia
  07 février 2011
Voilà un document qui m'a demandé 3 bonnes semaines de lecture tant il est dense...
Howard Bloom analyse sous l'angle d'une approche théorique plutôt novatrice la nature et les causes de la violence humaine. Pour ce faire, il s'appuie sur l'histoire, l'anthropologie, la psychologie et la biologie. C'est du lourd mais néanmoins fascinant tant l'auteur maitrise son sujet et nous propose une vision incroyablement pertinente et novatrice de notre monde (on comprend du coup sa difficulté à trouver un éditeur).
Alors que nous dit Bloom : que la Nature organise la vie en organisme, depuis la plus petite cellule, l'organisation est au service de la vie. Les êtres humains se rassemblent en groupes sociaux et la tendance d'un organisme social est, tôt ou tard, d'en absorber un autre, c'est ainsi que l'univers est chaque fois passé à des degrés d'organisation supérieur.
Les superorganismes, les idées (qu'il appelle les mèmes) et l'ordre de préséance sont la trinité du mal humain, le principe de Lucifer. Ce ne sont pas des programmations de la société moderne mais ils sont intégrés à notre physiologie. Ils sont en nous depuis la naissance de la race humaine.
Évidemment, je me suis quelque fois fait la réflexion qu'en notre époque de scepticisme, il est facile de tout prouver et son contraire et les nombreux exemples choisis par Bloom viennent habilement défendre son postulat de départ... Néanmoins, sa vision révolutionnaire et les relations qu'il tend entre l'histoire et la psychologie bouleversent notre définition du monde tel que nous avons pu le concevoir jusque là, c'est indéniable.
Son ouvrage traduit en français en 2001 a été salué par 22 scientifiques de renommée mondiale comme étant un ouvrage majeur. 35 pages de bibliographie complète l'ouvrage. Un 2ème tome consacré au cerveau est paru en 2003.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
klairobskur
  31 janvier 2016
Livre fort intéressant pour expliquer en partie les comportements humains (individuels ou de groupes sociaux : religieux, nationaux, etc). L'auteur expose la ponérologie politique sous l'angle de la sociobiologie. Un recueil de compte-rendus d'expériences comportementales sur les animaux (si des animaux ont souffert, autant se pencher sur les résultats constatés, si déjà..) appuie la démonstration du mal faisant partie de la vie, aussi insupportable soit-il de l'admettre.
Il laisse cependant une curieuse sensation. Pour ma part, je me pose des questions sur les sous-entendus de certaines démonstrations, qui tendent finalement à dire : il faut travailler, c'est dans l'ordre des choses, la hiérarchie aussi. Quand on constate que certains avis de l'auteur s'appuient sur des études financées par la fondation Rockefeller, une alarme interne s'allume.
Commenter  J’apprécie          40
idevrieze
  02 avril 2012
Déjà parce que je les ai lus donc vous ne réfléchissez pas, c'est culturel :on lit !!!
Non il y a une bonne raison. Déjà parce que non vous n'aurez pas de migraines affreuses en lisant cela, cela se parcourt comme du petit beurre. Vous commencez joyeusement avec les atomes, avec les tites molécules, ce qui explique comment les plus fortes et les plus malignes (et pas celles qui aident les potes, celles-là sont sacrifiées) survivent, évoluent et triomphent.
Vous parcourrez l'Histoire qui va vous prouver que nos instincts les plus bas de conservation sont ceux qui nous permettent de tuer, trahir. Les hommes, vous allez adorer ça car nous les femmes sont de vraies méchantes pas belles cruelles car nous avons aussi nos tites hormones qui protègent l'avenir de nos cellules (les monstres). Vous aurez des épisodes qui le prouvent et de fil en aiguille, vous vous direz : « Mais ce gars-là, il a raison ! Il en a dans la tête ». Oui, il n'y a pas que la pub qui le dit, mais Koko aussi ! Vous aurez tous un exemple dans votre vie qui viendra étayer la thèse de Bloom
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AnncyAnncy   10 décembre 2011
De nos meilleures qualités découle ce qu'il y a de pire en nous.
De notre ardent désir de nous réunir provient notre tendance à nous déchirer.
De notre dévotion envers le bien résulte notre propention à commettre les plus infâmes atrocités.
De notre engagement envers les idéaux naît notre excuse pour haïr.
Depuis le début de l'histoire nous sommes aveuglés par la capacité du Mal à porter un masque d'altruisme. Nous ne voyons pas que nos plus grandes qualités nous mènent souvent aux actions que nous abhorons le plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MiaMia   07 février 2011
Il n'y a pas de Mère Nature qui aime sa progéniture et la protège du mal. Le mal est en réalité un outil fondamental de la Nature pour améliorer ses créations.
Commenter  J’apprécie          70
ChristianAttardChristianAttard   14 juin 2017
Il n'y a pas de société vertueuse ; il n'y a que des différences entre les niveaux de perversion.
Commenter  J’apprécie          80
JacopoJacopo   31 juillet 2018
Il est inutile que les femmes rejettent la responsabilité de la violence sur les hommes, et il serait futile de la part des hommes de rejeter cette responsabilité sur les femmes. La violence est en chacun de nous. Lorsque Mar-garet Thatcher créa une marine nucléaire, elle n’agissait pas d’une façon clairement masculine, ni clairement fémi-nine. Elle n’obéissait même pas à un ensemble de pulsions propres aux êtres humains. Thatcher, comme Livia à Rome, était en proie à des passions que nous partageons avec les gorilles et les babouins, des passions implantées dans les couches primitives du cerveau trine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JacopoJacopo   31 juillet 2018
La théorie de Richard Dawkins est un outil puissant pour résoudre les mystères du cosmos mais elle a ses li-mites. En réalité, les gènes n’ont jamais été les solitaires que nous décrit Dawkins. Même s’il les qualifie d’« égoïstes », il est d’ailleurs lui-même obligé d’admettre que les gènes ont été contraints à se coaguler en équipes, tout comme le seraient plus tard leurs serviteurs, des termites aux êtres humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Howard Bloom (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Howard Bloom
Le Principe De Lucifer de Howard Bloom commenté par P. Jovanovic Le Principe de Lucifer est un livre qui vous marque le cerveau au fer rouge. Et de ces livres, il en existe, quoi que l'on pense, très peu.
Que dit Howard Bloom ? Que la violence est au coeur de la Nature, au coeur de l'homme, au coeur des forces qui gouvernent l'Histoire. Et ce Principe a trouvé son illustration la plus spectaculaire le 11 septembre 2001.
C'est pour cela que son livre est fascinant, parce que nous avons tous vécu des expériences qui confirment les idées qu'il nous expose, mais sans jamais avoir eu les clés pour les comprendre réellement. Alors la lecture du Principe de Lucifer se transforme en une grille acérée de décryptage du comportement social, exactement comme le génie de Freud a permis de comprendre l'origine des pulsions sexuelles.
Le Principe de Lucifer est une expédition scientifique dans les forces de l'Histoire. C'est l'un des rares livres du genre qui se lit avec la facilité d'un roman policier parce que Bloom nous entraîne de manière progressive dans sa magistrale démonstration empirique.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Le genre humainVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Epistémologie, causalité, genre humain>Le genre humain (172)
autres livres classés : dualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
292 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre