AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
John Cardinal tome 1 sur 5

Philippe Rouard (Traducteur)
EAN : 9782266141291
452 pages
Pocket (01/12/2004)
3.77/5   60 notes
Résumé :
Dans l'atmosphère lunaire de l'île de Windigo, le corps de Katie Pine, 13 ans, est retrouvé emprisonné dans un sarcophage de glace. Les cadavres d'adolescents que John Cardinal, de la brigade criminelle d'Algonquin Bay, va découvrir par la suite ne laissent aucun doute un serial killer est à l'œuvre, insaisissable et d'une cruauté inégalée.
Mais Cardinal a d'autres raisons de s'inquiéter : une faute passée qui menace de le rattraper, une femme dépressive, et ... >Voir plus
Que lire après Quarante mots pour la neigeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 60 notes
5
0 avis
4
12 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
À la poursuite d'un tueur en série dans une petite ville du nord de l'Ontario au Canada.

Un cadavre est retrouvé dans un puits de mine désaffecté. le corps, entouré de glace, a été partiellement dévoré par des animaux, il faudra attendre l'autopsie pour l'identifier. Il s'agit probablement d'une adolescente disparue, une de celles dont on a retiré l'enquête à l'inspecteur Cardinal, une frustration professionnelle persistante pour lui. Quand on lui redonne finalement le dossier, c'est pour lui adjoindre une jeune policière qui travaillait auparavant aux enquêtes internes, une coéquipière à qui il est difficile de faire confiance…

Tout ne va pas bien dans la vie personnelle du policier, sa fille étudie au loin, sa femme souffre d'une profonde dépression et lui-même est rongé par une culpabilité dont on ne sait pas la cause. Des meurtres horribles dans son voisinage ne sont pas précisément ce qu'il faut pour lui remonter le moral.

En parallèle, certains chapitres suivent les auteurs des crimes plutôt que ceux qui les recherchent. On constate ainsi le traitement cruel que ces psychopathes infligent aux victimes.

Un bon polar dans la neige de l'hiver ontarien, mais où c'est la cruauté humaine qui donne froid dans le dos.
Commenter  J’apprécie          250
Avec ce roman mettant en scène deux inspecteurs de police , ( John Cardinal et Lise Delorme) , Giles Blunt a fait fort , d'abord parce que ce livre a été récompensé par le prestigieux prix Anglais , le Silver gagger Award et puis parce que Tony Hillerman (le Grand, l'Immense !), a déclaré : " j'aimerais avoir écrit Quarante mots pour la neige "...
Et c'est vrai que comme dans son oeuvre , le décor, les paysages deviennent un personnage ...
Mais là s'arrête la ressemblance . Dans" Quarante mots ...", il fait froid, il "fait" blanc , Février est glacial ...Il n'y a pas qu'"aux Marquises , que le temps s'immobilise""...Ici, le temps est ouaté , floconneux , assourdi . "Les Inuits , dit-on , ont quarante mots pour décrire la neige ". le titre est poétique ,mais le récit , lui , fait froid dans le dos....

Le corps de Katie Pine (13 ans ) , est retrouvé dans la glace . Deux autres adolescents ont disparu. L'inspecteur Cardinal est chargé d'enquêter sur l'affaire . Mais John a des soucis ... Sa femme est , (une fois de plus ), hospitalisée pour dépression sévère ; il a commis par le passé une faute grave qui pourrait bien le rattraper , et sa coéquipière pourrait être LA personne qui le fera chuter. Ancienne inspectrice des Affaires Internes , elle pourrait être une taupe chargée d'enquêter sur lui .
Cardinal se sent seul... sa femme est absente, sa fille est étudiante à Yale , et sa collègue est un peu trop sexy ...
Ce duo de flics a du potentiel . Il est opposé à la noirceur du duo meurtrier , lui même opposé à la blancheur pure et éblouissante de ce "paradis blanc" ...

J'adresse Quarante mots de remerciements à cannibalector , pour cette découverte littéraire , dépaysante et sans jet lag ...

Commenter  J’apprécie          150
Giles Blunt a écrit quarante mots pour la neige. Pour moi le début de ce livre est très lent, avec des personnages troublants. L' inspecteur John Cardinal qui été à la criminelle, s'est vu déplacer à cause d' une erreur d' une précédente enquête .Mais un crime vient d' être commis et son supérieur le fait revenir à la criminelle. Sa nouvelle coéquipière qui faisait partie des affaires internes et dont le regard vous glace le sang, vient se joindre à lui pour cette affaire. Cardinal ignore qu'elle doit en plus, de travailler avec lui, faire une enquête sur lui pour les affaires internes. Se renseignant sur le cadavre on le prévient que ça pourrait être la petite Katty Pine disparue depuis le 13 septembre .Se rendant sur place John Cardinal voit avec horreur le corps d'une jeune fille qui avant que le gel ne commence , s'est fait dévorer une partie du corps , le visage, ainsi qu'un oeil .Pour notre inspecteur pas de doute cette jeune fille il en est certain ne peut-être que Katty .Regardant le corps sous la glace notre ami se fait la réflexion . Après un début long, on résiste car au fil des pages on découvre un très bon roman policier
Commenter  J’apprécie          110
Thriller qui se déroule à Algonquin Bay, ville fictive du nord de l'Ontario. le corps d'une adolescente d'origine amérindienne est découvert. L'adolescente était portée disparue depuis quelques mois. Ce sont les enquêteurs John Cardinal et Lise Delorme qui mènent l'enquête. Cardinal soupçonne qu'un tueur en série sévit dans leur petite ville lorsque d'autres disparitions ont signalées. Sa partenaire, Lise Delorme, enquête en secret et en parallèle sur une possible corruption de John Cardinal.
Il s'agit d'un thriller qui rappelle le rythme et l'ambiance des polars scandinaves: enquête lente, décor dans lequel on se perd, solitude des personnages, violence, enquêteurs au bord de la dérive ou de la dépression, atmosphère plutôt glauque. Les amateurs du genre apprécieront.
L'image donnée de l'Ontario est par contre assez amusante quand on connaît bien la place, car même Toronto a des allures de petite capitale scandinave au lieu de la grande ville industrielle et polluée que c'est réellement.
Commenter  J’apprécie          60
Première incursion dans l'univers littéraire de Giles Blunt qui situe ses intrigues « dans le plus grand pays du monde depuis que l'URSS a eu le bon goût de se détruire elle-même» : le Canada, ce milliard d'hectares de patinoire. C'est donc en Ontario, à Algonquin Bay, ses îles, ses puits de mines désaffectés, ses bars, ses adolescents qui se volatilisent pour devenir des dossiers de personnes disparues, que se déroule Quarante mots pour la neige.


Giles Blunt prend tout son temps pour présenter ses deux policiers, John Cardinal et Lise Delorme, le premier a commis une indélicatesse, doux euphémisme, au cours de sa carrière ; la seconde issue du service des boeufs-carottes canadiens, est chargée d'enquêter en douce sur son collègue. Giles Blunt prend tout son temps pour planter le décor, le lecteur s'imprègne lentement et profondément du climat et de l'ambiance d'Algonquin Bay, il ressent jusqu'aux os le froid congelant et l'ennui endémique des habitants. Quarante mots pour la neige est un polar classique, à la construction et à l'écriture soignées, bien documenté. La longue scène très technique au cours de laquelle Cardinal et Delorme demandent à un ingénieur du son non-voyant d'analyser un enregistrement audio, est particulièrement originale et réussie. L'auteur confie un rôle important dans la résolution des meurtres à une personne handicapée, c'est suffisamment rare pour être souligné.


Pourquoi dans ces conditions, n'ai-je pas été totalement subjuguée ? A partir du chapitre 17, les psychopathes entrent en scène, au moment où ils accostent, dans un bar, leur prochaine victime. En parallèle de l'enquête, l'auteur leur offre une place de choix. le lecteur les suit dans leur vie, dans la maison où ils séquestrent et torturent leurs victimes, dans leurs convictions détraquées. C'est à partir de leur irruption dans le récit, que j'ai ressenti quelques réticences devant la brutalité de certaines descriptions très explicites, beaucoup trop explicites à mon goût.


Dans l'ensemble, malgré ces petites réticences, j'ai apprécié de découvrir Giles Blunt, auteur qui n'est désormais plus un inconnu pour moi.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
(...] , mais comment un flic d'Algonquin Bay peut-il s-offrir une baraque dans Madonna Road ? Et envoyer sa fille à Yale ? Vous avez une idée du coût d'une année à Yale ?
- Je me suis renseignée : vingt-cinq mille dollars canadiens .
- ça comprend la pension ?
- Non, monsieur, seulement les frais pour études . Nourriture , logement , livres et fournitures , tout cela se monte à quarante -huit mille dollars par an .
- Bon sang !"
Commenter  J’apprécie          110
Les Inuits, dit-on, ont quarante mots pour la neige. Au diable la neige, songeait Cardinal, ce dont l’homme a besoin c’est de quarante mots pour le chagrin. Affliction, douleur, mal, peine, souffrance, tristesse.

(France Loisirs, p.57)
Commenter  J’apprécie          190
"Sergent , quoi que vous fassiez dans ce monde , ne remettez pas votre vie au lendemain . Une chose importante que vous reportez ? Une chose à propos de laquelle vous vous dites : attendons le bon moment pour le faire ? Je parle de ce qui est destiné à quelqu'un que vous aimez ou à n'importe qui d'autre comptant pour vous ... Ne le remettez jamais à plus tard , vous m'entendez ? Prononcez les mots , quels qu'ils soient . Passez à l'acte . [...] En vérité , on ne sait jamais . On ne sait jamais quand ceux qu'on aime se lèvent un matin , franchissent cette porte et puis ne reviennent plus . Non, on ne sait jamais .
Commenter  J’apprécie          60
Le supplice de la roue était fréquent et considéré comme un bon divertissement. Estampes, peintures et gravures de ces temps encore proche dépeignent les foules bavardes et hilares venues se presser autour de l'estrade.

Les gens aimaient ça, Eddie, et ils aiment toujours ça, mais ils ne veulent pas le reconnaître.
Qu'on ne vienne pas me dire, Eddie, que ça ne les fait pas jouir les gens. Si ça ne plaisait à personne d'infliger la mort, il y a longtemps qu'on aurait arrêter. Allons, c’est le plus grand pied que l'homme connaisse.
Je ne sais pas ce que tu en penses Eric, mais je dirais que le temps de la fête est venu.
Commenter  J’apprécie          20
Je suis sur une table quelque part dans une cave . Cette vague odeur de vase .Je suis prés d'un lac . C'est une odeur d'humidité permanente .et il pleut............ la pluie bat contre les ouvertures obstruée par les planches .
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Giles Blunt (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Giles Blunt
Bande-annonce du manga Asebi et les aventuriers du ciel, publié chez Doki-Doki.
Embarquez pour une aventure palpitante, fraîche comme la brise, virevoltante comme un grand shônen ! Dans ce monde, les hommes vivent sur des îles qui flottent au milieu des nuages. Mais les cieux sont aussi le domaine des "poissons-dragons", monstres gigantesques hostiles aux humains et à leurs navires… Pour se défendre de leurs attaques, on forme des "gardiens", soldats chargés de protéger les citoyens en cas d'assaut. Yû, l'un d'entre eux, a décidé de partir à l'aventure en compagnie d'Asebi, une jeune androïde. Son objectif ? Découvrir l'antique île de Blunt, capitale du légendaire archipel de Voldesia, et écrin de nombreux vestiges de la civilisation humaine à l'époque de son apogée !
Plus d'informations : http://www.doki-doki.fr/manga-asebi-et-les-aventuriers-du-ciel-volume-1-1262463.html
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (199) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2793 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..