AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pétrone (Antécédent bibliographique)
EAN : 9782909990330
160 pages
Éditeur : Editions Cornélius (30/11/-1)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Il s'appelle Publius Cimber. Il se dit " chevalier romain de haute lignée, de naissance libre et lettré ". Sa vie se passe à retrouver une femme emprisonnée sous un bloc de glace. Il poursuit le rêve un peu fou de la pureté et de l'amour parfait... On croise des pirates et Brutus assassinant César, une ville rasée et des suppliciés, de jeunes éphèbes et une vieille femme capable de ranimer les désirs endormis. Le trait charbonneux de Blutch et ses décors réduits à l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Foxfire
  03 janvier 2017
J'avoue, je suis passée un peu à côté de cette bande dessinée. Et pourtant, c'est un ouvrage de qualité.
J'ai aimé le trait de Blutch, très particulier, très graphique, qui joue parfaitement avec les ombres. J'ai aimé le dynamisme des mouvements et du découpage. J'ai aimé l'atmosphère du récit, étrange, poétique et sombre. J'ai aimé être promenée dans un Empire romain décadent et violent.
Mais à l'issue de ma lecture, je ne sais pas où l'auteur a voulu en venir, ni même l'histoire qu'il a racontée. La narration, singulière et inventive, toute en ruptures et en ellipses et qui joue beaucoup sur la symbolique, m'a perdue. Je serais incapable de dire ce que "Peplum" raconte. Et je pense que je n'en garderai en mémoire que des images, belles et marquantes, mais que je n'aurais finalement pas comprises.
Si je suis finalement mitigée, Blutch reste un auteur de talent dont je lirai d'autres oeuvres, peut-être plus accessibles.
Challenge B.D 2017 - 2
Challenge Multi-défis 2017 - 1 (item un des 3 items les moins lus en 2016 : un peplum)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          404
oblo
  23 mars 2017
Dans une République romaine à l'agonie, semblable en cela à son maître, César, assassiné aux ides de Mars par les conjurés réclamant le retour d'exil de Publius Cimber, un homme erre à la recherche de la pureté. Cet homme se fait injustement appeler Publius Cimber, qu'il a assassiné, pour prendre possession d'un étrange objet : une femme prise dans un bloc de glace qui ne fond pas. Mais cette femme prisonnière a un regard magnétique, qui brille des cristaux de la vie, et ainsi elle enchaîne à elle le héros anonyme de cette histoire.
On suit donc les pérégrinations hasardeuses de ce jeune homme depuis les contrées glacées où, avec ses compagnons d'infortune, puisqu'exilés, il découvre ce trésor atypique, jusqu'aux villes chaudes du sud où la glace se met à fondre en passant par divers déserts : d'eau, de sable, de mort et de mépris. Pour autant, ce ne sont pas des déserts de solitude qu'il affronte. le faux Publius rencontre ainsi un jeune garçon dont il s'éprend - et qui reprend le personnage de Giton dans le roman de Pétrone - et une jeune actrice qu'il ne peut, à son grand désespoir, honorer à cause d'une virilité défaillante. Plus encore, le faux Publius évolue dans un monde d'hommes en mouvement : armée qui rafle les esclaves, marchands d'esclaves attaqués par des pirates, légions romaines rasant les bases pirates, généraux romains et même de vicieux sages qui, sur le rivage, l'attendaient pour le soumettre à un combat bestial.
Evidemment, le lecteur tâche de voir un sens dans cette histoire. Comme l'écrivent si bien les éditions Cornelius, on y verrait l'impossible union entre la pureté et la nature véritable des hommes ou même la quête d'identité d'un homme, enferré dans son mensonge et qui, malgré ses protestations de qualité, ne cesse d'être traité comme il doit l'être à cette époque : comme un esclave, comme un menteur. Cependant, il est difficile de décrire une telle oeuvre sans la trahir. Quoiqu'il en soit véritablement du sens de cette bande-dessinée, et dans la mesure où chacun pourra y trouver un sens propre à ses aspirations (mais n'est-ce pas là le révélateur de l'universalité d'une oeuvre ?), Peplum détient indéniablement un côté hypnotique.
Cela est du probablement à la filiation littéraire assumée, revendiquée même, par Blutch, avec le Satyricon de Pétrone, oeuvre fondatrice dans l'histoire de la littérature européenne. D'autres que moi ont montré - et avec bien plus d'arguments que je ne pourrais en fournir - ces liens très forts entre la bande-dessinée et son modèle antique. Il suffit simplement de souligner la ressemblance entre le "petit frère" et Giton, entre le poète de Blutch et Eumolpe mais aussi les environnements sociaux dans lesquels évolue le faux Publius Cimber : marchands, marginaux, artistes ... Enfin, on remarquera l'omniprésence de la sexualité, peut-être évoquée avec plus de pudeur chez Blutch.
Cela est du sûrement aussi au dessin de Blutch : nerveux, presque brouillon si l'on colle les yeux à la page, et qui pourtant saisit les caractéristiques de l'époque qu'il traite. Bien plus, son mérite réside dans sa capacité à montrer l'invisible : le mouvement des corps, les fluctuations de l'air, l'uniformité apparente d'une ville méditerranéenne, et les sentiments. Les visages, et plus particulièrement les yeux (quel travail sur les yeux ! avec peu de détails, ils montrent beaucoup : ainsi le regard perdu des esclaves, le regard dément des enfants, les regards des morts en sursis, le regard troublé et désemparé, le regard lubrique d'un général à la vue d'un adolescent ...) révèlent l'âme des personnages.
Cela est du, c'est certain, à la qualité littéraire des textes. Poétiques, lyriques, ils disent tout avec, pourtant, la retenue que l'on lit chez les auteurs classiques. D'ailleurs, la référence au théâtre antique n'est jamais loin : ainsi l'apparition des choeurs, puissants par leur détachement, par leur intemporalité. Blutch montre avec un grand talent que la bande-dessinée tient aussi au verbe qui l'anime.
Les éditions Cornelius, qui font de Peplum un chef d'oeuvre, n'ont sans doute pas tort. du moins le traitement matériel - couverture cartonnée, papier de qualité, numérisation nouvelle à partir des originaux - est en adéquation avec ce qu'ils en disent. Pour Peplum, tout est beau dans le pire des mondes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Erik_
  26 novembre 2020
Je n'ai jamais trop plébiscité pour l'instant les séries de Blutch. Son univers est si particulier qu'il faut véritablement accrocher afin d'apprécier. Pour autant, j'ai bien aimé celle-ci car elle nous montre une Antiquité très dure et violente.
Le trait charbonneux du dessin convenait parfaitement au récit un peu épique de ce légionnaire romain qui se trimballe une momie englacée. Il y a une certaine audace des cases. Je regrette toujours une absence de décors mais c'est le point commun du minimalisme dont l'auteur est une figure de proue.
Quant à l'histoire, c'est la poursuite d'un rêve un peu fou d'une pureté et de l'amour parfait. On va revivre la scène où Brutus assassine son père Jules César. On va également croiser des pirates qui vont raser une ville. Il y aura ce jeune éphèbe et cette veille femme capable de ranimer des désirs endormis.
Bref, c'est une oeuvre forte assez originale car personnelle. Elle nous offre une autre variation du péplum. A découvrir pour ceux qui aiment également la bande dessinée historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Birdman
  29 juin 2015
Rome, une galère. Et puis l'amour, et puis la violence, la mort et l'homme, la femme, l'homme et la femme, et l'homme, et l'homme...
Une histoire épaisse et dérangeante aux airs de nuits crasseuses, que l'on ne peut s'empêcher pourtant de traverser quoi qu'il en coûte.
Elle tient de ces contes sidérant de beauté et qui, encore, vous dépècent malgré vous, révélant au-delà des mots et des époques ce que l'humanité a de plus sale et de bouleversant à la fois.
Blutch est un maître au dessin virtuose et au desseins troubles, mais c'est peu dire que l'on aime ça.
Commenter  J’apprécie          50
Gregor
  15 octobre 2011
Quand on aime le cinéma, on apprécie d'autant plus la BD. Surtout quand celle-ci emprunte les codes visuels et narratifs du 7ème art. Blutch, dans cette oeuvre échevelée et décomplexée, s'en donne à coeur joie. Je trouve son style très catchy, il nous fait apprécier l'histoire de Pétrone comme jamais. Les planches s'enchaînent sans démesure mais avec la ferme intention de nous en mettre plein les yeux. Au bon sens du terme. Bref c'est "prodig-YEUX". Cet album fait ressortir une spirale fellinienne comme un vent de liberté.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Erik_Erik_   26 novembre 2020
Ave César ! Ben-Hur , le procurateur Ponce Pilate. Partout où il y a grandeur, grandeur du souverain ou du pouvoir, et même de la pensée et des passions, l'erreur elle aussi est grande.
Commenter  J’apprécie          00
GregorGregor   15 juillet 2013
- Ce sont les femmes qui font les hommes.
- La nostalgie de la pureté, le fantôme de l'amour parfait sont désespoirs d'ivrogne.
Commenter  J’apprécie          40
GregorGregor   15 juillet 2013
La beauté même de son corps m'attirait vers lui, et m'invitait déjà à l'amour... Déjà sur nos lèvres avaient retenti mille baisers, déjà de nos mains se rencontrant avaient inventé toutes sortes de caresses... Déjà nos corps unis dans une même étreinte avaient mêlé leurs souffles.
Commenter  J’apprécie          10
GregorGregor   15 juillet 2013
O, heureuse ta mère qui a mis au monde un enfant tel que toi ! Courage, enfant, rarement la sagesse est alliée à la beauté. Tu as trouvé quelqu'un pour t'aimer. Je remplirai mes poèmes de tes louanges. Je serai ton précepteur et ton gardien, pour te suivre même où tu ne le voudras pas... Et Publius n'aura pas à en souffrir : il en aime une autre.
Commenter  J’apprécie          00
GregorGregor   15 juillet 2013
Vous allez pénétrer dans une ville qui ressemble à une campagne ravagée par la peste : vous n'y trouverez rien que cadavres en train d'être dévorés et corbeaux en train de les dévore !
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Blutch (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Blutch
Les Cahiers Aire Libre - Pendant ce temps à Fécamp...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
487 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre