AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frédéric Rébéna (Illustrateur)
ISBN : 2012011373
Éditeur : Hachette Jeunesse (15/03/2006)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 171 notes)
Résumé :
Pour la première fois, François, Mick et Annie
vont passer les grandes vacances chez leur tante à
Kernach. Ils y font la connaissance de leur cousine Claude, un vrai garçon manqué. Habituée à la solitude, elle est d'abord très distante vis-à-vis d'eux. Mais les quatre enfants ne tardent pas à devenir inséparables. Accompagnés du fidèle chien Dagobert, ils partent à la découverte du trésor qu'indique une vieille carte trouvée sur l'île de Kernach. Ils d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
isabelleisapure
  30 août 2017
Je me souviens d'une petite fille sage et plutôt solitaire qui aimait tellement les livres qui lui permettaient de découvrir des amis avec qui partager de belles aventures.
Je me souviens de cet été où la petite fille découvrit François, Annie, Michel et Claude, sans oublier le fidèle Dagobert.
Je la revoie captivée, prise dans sa lecture, sourde aux appels répétés de sa mère.
Les années ont passés, la petite fille est devenue mamie, et au moment de faire découvrir ces livres à ma « brunette d'amour », je me souviens…
La Bibliothèque Rose a garni les étagères de ma bibliothèque d'enfant, les livres d'Enid Blyton m'ont passionnée, fait trembler mais surtout et avant tout m'ont donné un goût immodéré pour la lecture.
Commenter  J’apprécie          228
Jeanmarc30
  05 janvier 2019
Première aventure de la fameuse équipe "familiale" composée de François, Mick, Annie, Claud(in)e et du fidèle chien Dagobert.
J'ai découvert le Club des cinq par cette histoire à l'âge de 10 ans environ et j'ai rapidement été conquis par les personnages (et le sacré caractère de garçon manqué de Claude entre autres), le style employé par E. Blyton et surtout les aventures que ces protagonistes étaient amenés à vivre. J'ai à ce titre très vite demandé à ce que je puisse découvrir les autres épisodes de la série et de la Collection Bibliothèque Rose.
Pour moi, c'est une série incontournable d'une époque, comme nos parent sont pu en connaître lors de leur propre enfance.
Commenter  J’apprécie          211
vrovro7
  29 novembre 2017
Après une lecture éprouvante, rien de tel qu'un bon vieux Club des 5 pour se replonger en enfance. Mais dans la version originale bien sûr !
L'occasion de faire ressurgir l'insouciance qui nous habitait alors et de nous rappeler que tout est possible !
Malgré l'évidente accessibilité au jeune public, une relecture à l'âge adulte reste agréable !
Commenter  J’apprécie          213
Cer45Rt
  18 août 2018
J'ai déjà commencé à méditer cette petite chronique, il y a un certain temps. C'est assez rare que j'y réfléchisse pendant tant de temps, car je fais confiance en la spontanéité. Ma réflexion est parti de ce constat : le fait que rare soit les jeunes à lire le Club des Cinq, n'est qu'un des nombreux symptômes de l'abandon de l'activité nommée littérature. Et, ayant fait ce constat, j'ai décidé de faire d'une digression une part essentielle de ma critique. Une digression ? Une digression ? Il me semble que cette digression est en rapport avec le Club des Cinq, pusqu'elle en explique l'utilité. Est-ce donc une digression ? Bon, peu importe. J'en viens à cette fameuse… euh… digression, nommons-là digression, au moins on aura un nom à lui donner. Quelle est l'utilité de cette oeuvre, qui n'est pas littérairement exceptionnelle, quoique sympathique ? le grand avantage des oeuvres, tels que le Club des Cinq, est d'être une initiation à la littérature. Donner à un enfant de sept, huit ou neuf ans, un Club des Cinq, c'est faire commencer sur une bonne voie une vie de lecteur. Et en ces temps, cela est plus urgent que jamais, car nos jeunes-c'est une évidence-lisent moins. MAIS POURQUOI ? Que s'est-il passé ? Eh bien d'autres occupations l'ont supplanté. Je pense à la télévision et aux autres appareils du même type. Au risque d'offenser notre culte du progrès ( mais le progrès est une chose toute relative ; en 1945, le Monde se félicitait du progrès technologique que constituait la bombe atomique ), je dirais que ces changements n'ont pas eu que de bons effets, et qu'ils en ont eu aussi de très mauvais. Ces appareils, parfois utiles, sont souvent mal employés. C'est souvent le cas pour les jeunes. L'on expose les jeunes trop tôt à ce genre d'appareil, lorsqu'il n'ont pas encore la maturité nécessaire pour les utiliser. Et ce n'est pas sans risque. Si un jeune regarde n'importe quoi à la télévision, sans le recul nécessaire, il est évident que cela aura des conséquences néfastes. L'on pense à la télévision, mais l'on peut aussi penser aux téléphones, qui sont maintenant de véritables ordinateurs de poche. Les risques sont multiples : la dépendance, bien entendu, mais aussi le cyberharcèlement, par exemple. Il vaut mieux réfléchir à deux fois avant de décider d'offrir à un jeune garçon ce genre d'objet. A l'inverse, la lecture est une activité enrichissante, et sans risque. Lire couramment, c'est user couramment de nombre de ses capacités intellectuelles. La littérature déploie l'imagination. Et tandis que le spectateur, devant sa télévision, est généralement passif, le lecteur est à l'inverse, actif : il fait sa lecture, il construit son expérience littéraire. Il imagine, il ressent, etc. La lecture d'un livre peut être une expérience très intense. A l'inverse, devant la télévision, il n'y a même pas besoin de ressentir. Il suffit d'attraper un flot d'images et de sons. Voilà pourquoi le Club des Cinq est utile.
j'en arrive maintenant à ce roman : il est agréable, pittoresque, rien n'y est prévisible. C'est une lecture pleine d'agrément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LeScribouillard
  09 avril 2018
Et coupe, et coupe, le ciseau des éditeurs. Les classiques d'Enid Blynton ont le syndrome de la peau de chagrin depuis que tout le monde sait que les enfants ne peuvent pas lire plus de 200 pages (en-dehors bien sûr de Harry Potter, des Royaumes du Nord, de Narnia, de...). Tout ce qui peut être amputé au récit sera amputé au récit, comme nous le prouve sa dernière réédition désaugmentée, "Le Club des Cinq Junior", en 96 pages police 36. Pour autant, abréger un peu le texte originel fait-il forcément du mal ? On ne peut pas dire que l'auteur avait un style particulièrement brillant, et ne mettait pas non plus des situations psychologiques de grande ampleur. le club des Cinq, cette bande de gosses idéalistes qui peuvent se balader n'importe où en Europe mais qui choisissent la moitié du temps de rester crécher à Kernach, a en effet de quoi lasser si le livre fait plus de 400 pages.
Et pour cette réédition-ci, n'ayant jamais lu l'original, je n'ai à un aucun moment senti une coupure dans le récit ; à croire qu'il avait été écrit comme ça au départ. Bien sûr, cette réédition de la série fera dans les tomes suivants quelques entorses, dans le style fin alternative, mais là, on peut dire que l'esprit a été plutôt bien respecté (encore que... je ne suis pas sûr que c'est dans ce tome-ci qu'ils se sont rencontrés). Alors, qu'est-ce que ça nous donne ? Une histoire sympa avec des enfants qui découvrent un trésor et se heurtent (forcément) à des contrebandiers. Enid Blynton a su faire monter la sauce quand certains se font capturer, et si l'histoire ne fait pas dans la complexité, n'importe quel enfant pourra la lire et prendra peut-être goût au policier et aux romans d'aventure. Mention spéciale enfin à la couverture, qui tranche radicalement avec l'esthétique de celles de toutes les anciennes que l'on avait pu voir jusqu'à présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
LeScribouillardLeScribouillard   11 avril 2018
François monta en haut de la colline et s'alluma une clope en regardant comment la bataille s'engageait. C'était dur de penser que depuis le Grand Cataclysme, ils étaient les seuls survivants de Kernach et des alentours. Eux et l'autre camp.
Mick avait dégainé le flingue gros calibre qu'il avait récupéré la veille une fois s'être assuré que son propriétaire n'irait pas le lui reprendre, mais il était encore shooté aux amphets qu'il avait prises pour fêter ça. Leur molosse Dagobert décimait des rangs entiers en mordant et en déchiquetant avec la toute sa rage pugnace. Annie, quant à elle, se frayait un chemin en enchaînant les figures de ninja. Ne restait que Claude, qui regardait dans les yeux le Grand Boss avait qui elle avait un compte à régler.
"Je savais que tu viendrais, souffla celui-ci de la moitié de bouche que n'occupait pas son éternel cigare pestilentiel. Claudine", ajouta-t-il en se fendant d'une parodie de sourire.
Elle resta quelques secondes sans rien dire, puis dégaina lentement son lance-harpons.
"Fais tes prières, Big Boss, murmura-t-elle. Parce que ça va chier."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
CielvariableCielvariable   21 février 2019
LA TANTE des enfants avait guetté

l’arrivée de la voiture. Elle sortit en courant de la maison sitôt qu’elle la vit paraître. Dès le premier abord, tante Cécile plut beaucoup à ses neveux et nièce.
« Soyez les bienvenus à Kernach ! s’écria-t-elle joyeusement. Comment allez-vous tous ? Quel plaisir de vous voir ! Et comme ces enfants sont grands ! »
Elle embrassa tout le monde puis fit entrer les visiteurs dans la villa. Celle-ci était d’aspect plaisant. Il régnait une atmosphère vaguement chargée de mystère entre ses vieux murs. Le mobilier, ancien, était fort beau.
« Où est Claudine ? » demanda tout de suite Annie en regardant autour d’elle dans l’espoir de voir surgir sa cousine inconnue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fab72Fab72   24 juin 2015
Ton île est juste de la dimension qu'il faut pour avoir l'air d'une île ! Les îles qui sont trop grandes ne donnent pas l'impression d'en être. Comprends-tu ce que je veux dire ? Prends la Grande-Bretagne par exemple. C'est une île, mais les gens qui y habitent ne le sauraient pas si on ne leur avait pas dit. Tandis que ton île à toi ne trompe personne parce que, de quelque côté qu'on se tourne, on aperçoit la mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CielvariableCielvariable   21 février 2019
« C’est une vilaine petite fille, répondit sa tante. Je l’avais priée de rester dans le jardin pour vous attendre et je constate qu’elle a disparu. Je dois vous avertir, mes petits, que vous trouverez peut-être le caractère de Claude un peu difficile au début… Voyez-vous, elle a toujours vécu seule et cela explique en partie sa sauvagerie. Il est possible qu’elle n’apprécie pas tellement votre venue ici. Mais cela lui passera. Ne faites pas attention à ses manières brusques. Avant longtemps elle s’apprivoisera, je l’espère. En tout cas, personnellement, je suis certaine que votre compagnie fera beaucoup de bien à Claude. Elle manque de petits camarades avec qui jouer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   21 février 2019
Là-dessus, les voyageurs s’en allèrent. Les enfants se sentirent un peu seuls lorsque la grosse voiture noire de leurs parents eut disparu au tournant du chemin, mais tante Cécile les conduisit au premier étage pour leur montrer leurs chambres, et ils n’eurent pas le temps de s’attrister.

Les deux garçons devaient coucher dans la même pièce, une petite chambre mansardée mais d’où l’on avait une vue splendide sur la baie. Mick et François apprécièrent beaucoup cet avantage. Annie, elle, devait partager la chambre de Claudine, dont les fenêtres s’ouvraient sur la lande qui s’étendait derrière la maison. Cependant, une petite fenêtre de côté donnait sur la mer et Annie s’en montra ravie. De toute manière, la chambre était jolie et les roses rouges qui escaladaient la façade de la maison venaient caresser les vitres au souffle de la brise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Enid Blyton (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Enid Blyton
Enid Blyton-I don't want to wait. Another Enid Blyton video with new clips and to the song by Paula Cole
autres livres classés : jeunesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..