AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean Sidobre (Illustrateur)
EAN : 9782010010521
Éditeur : Hachette (01/07/1985)
3.88/5   90 notes
Résumé :
Du repos, c'est ce que souhaite Claude et ses cousins en partant camper dans la lande. Mais l'endroit n'est pas si tranquille. Voilà qu'on entreprend des fouilles dans le voisinage pour y retrouver les vestiges d'un camp romain, fouilles qui pourraient bien conduire à de surprenantes découvertes... Une fois de plus, le Club des Cinq va se distinguer !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
lcath
  03 novembre 2018
Un livre qui a marqué votre enfance....
Après avoir réfléchi longtemps, ça ne peut être q'un club des 5 . Cette série fut la passion de mon enfance autour de 10ans, j'ai lu tous ceux de la bibliothèque, ce fut le premier livre que j'achetai avec mon argent de poche! 3,50 francs le livre et 0,50 francs d'argent de poche par semaine ...il m'a fallu économiser et être têtue ( ce que je sui
Dagobert étant blessé Claude décide de partir camper seule quelques jours avant que sa cousine n'arrive. ( Et oui, les enfants pouvaient aller camper sans que l'on s'affole, ni qu'une ligue des mamans parfaites ne demandent l'interdiction du livre ...) Quand Annie arrive, elles vont visiter une maison en ruines et découvre un garçon de leur âge, qui fait des fouilles archéologiques et a aussi un petit chien.Mais des choses étranges se déroulent la nuit, sans cela ce ne serait pas le club des cinq ! Heureusement François et Mick vont arriver et une fois le club au complet en route pour l'aventure .
En lisant ce roman , j'ai retrouvé tout ce que j'aimais dans cette série. Tout d'abord il y a Claude, féministe avant l'heure et qui refuse de s'en laisser compter, Mick le gars sympa, François est un chouille trop sérieux et Annie un poil pleurnicheuse et puis Dagobert le chien de Claude , son chien à elle toute seule , le chien que j'aurais voulu.
Une fois ce livre refermé, je me suis dit que cette série m'avait sans doute marquée plus que je ne l'avais pensé jusque là, mon caractère très "claudien", mon goût pour les polars et ma tendresse pour la Bretagne , j'ajouterai le plaisir à aller me balader avec un sac à dos - formatée par le club des cinq ! Incroyable
Lien : http://theetlivres.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134
bbpoussy
  24 octobre 2018
Je l'avais lu lorsque j'étais toute jeune et j'en gardais un bon souvenir. Je viens de le relire avec mon enfant et ma vision n'est pas aussi réjouissante qu'à la première lecture.
C'est un récit bien trop long pour si peu, je m'étonne que mon enfant ne se soit pas lassé plus tôt, il l'a trouvé bien. Bon finalement, la boucle est bouclée comme on dit, je l'avais apprécié et il en va de même pour lui. Il le lira peut-être un jour à son enfant, et n'est ce pas là tout ce qui compte, car ce livre appartenait déjà à ma maman ! La transmission de notre passion de la lecture via les mêmes livres.
Commenter  J’apprécie          50
Julitlesmots
  10 février 2016
Lu il y a pas mal d'années, mais fait partie des lectures qui ont marqué ma jeunesse.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   21 février 2019
François passa son bras autour des épaules de sa soeur sans lui répondre. Il aurait voulu expliquer aux autres ce qu'il avait vu et ne trouvait pas de mots pour s'expliquer.

En fait, il n'avait strictement rien vu. Se guidant sur les plaintes qu'il entendait, il était arrivé à hauteur des trois chênes rabougris, tout près, semblait-il, de l'endroit d'où elles provenaient.

- C'était comme des voix humaines, précisa François, et pourtant je ne voyais personne. Dago aboyait, courait en tous sens, avait l'air apeuré, mais ne découvrait rien. Et c'est à ce moment que les voix se sont tues. Toutes ensemble. D'un seul coup.

- Et les lumières ? questionna Mick.

- Les lumières ? Elles sont tout aussi inexplicables que les voix, répondit François, de plus en plus embarrassé. Tout d'abord, j'avais cru qu'elles brillaient à hauteur d'homme. Mais ce n'était pas vrai. En m'en approchant, j'ai vu qu'elles flottaient, quelque part assez haut dans l'air, à quatre ou cinq mètres peut-être. C'est difficile à évaluer. Elles se sont éteintes en même temps que les voix se sont tues, au moment où j'arrivais assez près pour voir d'où elles provenaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bbpoussybbpoussy   13 octobre 2018
Ou de ce qu'il croit être un camp romain, dit Claude en ricanant. Tel que nous le connaissons il est bien capable de confondre les détritus d'un camp de scouts avec les vestiges d'un camp romain...
Commenter  J’apprécie          80
CielvariableCielvariable   21 février 2019
- J'apporte ma couverture pour nous couvrir cette nuit si nous avons froid, cria Annie. Installons-nous vite. Je vois déjà une étoile !

Il y en eut bientôt six ou sept, puis des centaines... C'était une nuit magnifique.

- Comme il faut qu'elles soient loin pour nous paraître si petites, murmura Annie, des millions de kilomètres nous séparent d'elles ! En y pensant je me sens microscopique. Pas toi, Claude ?

Mais il n'y eut pas de réponse. Claude dormait déjà. Sa main retomba le long du matelas de bruyères et demeura immobile sur l'herbe. Dagobert s'en approcha doucement et lui donna un léger coup de langue. Puis il s'endormit, lui aussi.

La nuit se fit plus sombre. Les étoiles brillèrent d'un éclat plus vif. Un silence absolu régnait en ce lieu sauvage, à l'écart de toute route. On n'entendait même pas voleter un oiseau de nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   21 février 2019
L'entrée n'était plus qu'une arche de pierre béante, d'où la porte de bois avait disparu. À l'intérieur, le sol, autrefois dallé de petits pavés blancs, était maintenant verdoyant. la végétation s'était insinuée dans toutes les fentes et avait peu à peu disloqué et même soulevé le pavage. En deux ou trois endroits, des pans de murs s'étaient fissurés, découvrant des lambeaux de ciel à travers les branches touffues des rosiers. Une des deux fenêtres était encore solide malgré ses carreaux cassés, l'autre, complètement pourrie, s'était effondrée. Dans un angle un petit escalier de pierre, tournant sur lui-même, conduisait à l'étage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   21 février 2019
« Maman ! Maman ! où es-tu ? Viens vite ! C’est grave ! »
Une porte s’ouvrit brutalement derrière son dos, et son père surgit, en colère comme il l’était toujours lorsqu’on le dérangeait dans son travail.
« Claudine ! un peu de silence, je te prie. Je suis plongé dans un rapport très…
— Oh ! papa ! Dago s’est fait mal…
— Dago ? » Le regard paternel se tourna sans indulgence vers le chien qui se tenait, selon son habitude, collé aux jambes de Claude. « Il n’a pas l’air bien malade, commenta la voix sévère. S’il s’est encore fourré une épine dans la patte, enlève-la-lui et ne crie pas comme si le feu était à la maison !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Enid Blyton (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Enid Blyton
Enid Blyton-I don't want to wait. Another Enid Blyton video with new clips and to the song by Paula Cole
autres livres classés : jeunesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox