AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782707152374
224 pages
La Découverte (24/05/2007)
3.96/5   13 notes
Résumé :
L'être humain devient humain quand il invente le théâtre. La profession théâtrale, qui appartient à quelques-uns, ne doit pas cacher l'existence et la permanence de la vocation théâtrale, qui appartient à tous. Le théâtre est une vocation pour tout être humain. Le théâtre de l'opprimé est un système d'exercices physiques, de jeux esthétiques, de techniques d'images et d'improvisations spéciales, dont le but est de sauvegarder, développer et redimensionner cette voca... >Voir plus
Que lire après Théâtre de l'oppriméVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
J'avais lu ce livre quand j'avais commencé à envisager d'utiliser le théâtre (mon loisir principal) comme outil dans ma vie professionnelle (le travail social). La relecture s'en imposait alors que je vais tenter l'utilisation concrète du théâtre forum au sein de mon cadre actuel de travail.

J'avais gardé en tête les éléments principaux de cette nouvelle forme de théâtre que Boal avait instauré pour s'adapter à ce qu'il rencontrait, une population subissant une situation d'oppression, dans son cas économique. Le théâtre doit alors servir de moyen de revivre, rejouer les situations vécus pour trouver ensemble les solutions permettant de sortir de cette oppression. Je me rappelais avoir également senti la possibilité de pouvoir transposer l'outil à presque toutes les formes de public, puisqu'on vit tous des situations où on peut se sentir opprimé par quelqu'un ou quelque chose... mais aussi dans le même temps des situations où on se trouve soi-même sans toujours l'avoir consciemment cherché dans des situations d'oppresseur. L'outil du théâtre forum permet, au moins pour un temps, d'expérimenter la fameuse demande de "Mets toi à ma place", si impossible à réellement ressentir dans le quotidien. J'avais aussi aimé à l'époque le modernisme d'une méthode si interactive alors qu'elle est née dans les années 1970. Boal conclut d'ailleurs la première description de sa théorie par la formule "Spectateur, quel mot obscène !".

Cette relecture m'aura permis de saisir plusieurs choses.

Tout d'abord, le lien profond avec la théorie marxiste dans des pays d'Amérique du Sud où elle s'est trouvé être une réponse pour tenter de sortir des oppressions des dictatures, souvent entretenues par les grandes démocraties occidentales.

J'ai ensuite découvert la raison d'être des chapitres qui suivaient l'exposé de la théorie inaugurale. A la réflexion, il ne me semble pas même les avoir lus à l'époque, ils m'avaient sans doute semblé rébarbatifs et la jeunesse a ses impatiences. Ils exposent chacun à leur tour les étapes de l'évolution du théâtre (celui d'Aristote, celui de Machiavel, celui de Brecht) et surtout des rapports de celui-ci, inévitables selon l'auteur, avec la politique. J'ai senti qu'on "reprochait" à Boal l'engagement de son théâtre, qu'on cherchait à le pousser doucement vers un théâtre plus récréatif et moins révolutionnaire. Sa réponse est de montrer à quel point le théâtre s'est toujours mêlé de politique, même quand il professait le contraire, à l'image de celui d'Aristote. La différence est que le théâtre cherchait à l'époque à protéger l'ordre établi et que son théâtre s'y oppose et déclenche donc des réactions de rejet.

J'ai enfin été plus gêné par une certaine suffisance de l'auteur mais sans doute provoquée par les critiques que je viens de mentionner. Dans certains passages, il semble dénigrer la plupart des auteurs contemporains, qui ne cherchent qu'à faire du théâtre et ne se donnent pas pour objectif de réellement transformer la société. Face à l'adversité, on a forcément besoin de grandir son mérite pour s'armer pour la bataille. Le plus dérangeant est que cela soit le fait d'un homme qui a toujours su se placer dans la position du plus humble, de celui qui a tout à apprendre de ceux à qui il se propose d'apprendre le théâtre.

Tout en ayant mieux saisi le cheminement de l'auteur, je vais finalement en revenir à mon premier ressenti, en essayant de faire du théâtre de l'opprimé une arme des plus faibles pour tenter de transformer leur quotidien et ne faire qu'espérer que cela contribue à sa petite échelle à transformer, un jour qui sait, notre société.
Commenter  J’apprécie          75
Le théâtre appartient à l'humain et ne doit pas se cantonner aux professionnels. Série de réflexions sur l'évolution du théâtre et, plus exactement, superpositions d'essais philosophiques sur le théâtre avec exercices techniques également. Intéressant, mais un peu trop pointu par rapport à ce que je croyais. Mais loin d'être inintéressant.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Le débat sur les rapports du théâtre et de la politique est aussi vieux que le théâtre ... et la politique. Dès Aristote, et même bien avant, on en discutait avec les mêmes arguments, les mêmes rengaines qu'aujourd'hui. D'un coté on affirme que l'art est pure contemplation; de l'autre qu'au contraire l'art donne toujours une vision du monde en transformation : il est donc politique, puisqu'il montre les moyens d'effectuer ou de retarder cette transformation.
Commenter  J’apprécie          100
A l’origine, le théâtre était chant dithyrambique : le peuple libre chantant à l'air libre. Le carnaval. La fête.
Puis les classes dominantes s'en emparèrent et y établirent leurs cloisons. Elles divisèrent d'abord le peuple, en séparant les acteurs des spectateurs, les gens qui agissent de ceux qui regardent. Finie la fête !
Commenter  J’apprécie          30
Oui, c'est sans aucun doute la conclusion: "spectateur" est un mot obscène. Le spectateur est moins qu'un homme. Il faut l'humaniser et lui rendre sa capacité d'agir pleinement. Il doit être sujet, acteur, à égalité de condition avec les autres qui deviennent à leur tour spectateur. Toutes ces expériences de théâtre populaire non qu'un seul et même but: libérer le spectateur sur qui le théâtre a imprimé des images achevées du monde.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Augusto Boal (1) Voir plusAjouter une vidéo

La CFDT
Reportage sur un des aspects de la CFDT : Jean KASPAR et Augusto BOAL durant séance de forum magazine. Margy Nelson, J. Gabriel CARASSO, Lorette LORDRIE, Yves guerre interprètent une pièce sur la nécessité de la réduction du temps de travail. J. KASPAR parle des nouvelles formes d'expression, explique intérêt réduction du temps de travail.
>Théâtre>Théâtre : généralités>Théâtre : philosophie, théorie, esthétique (19)
autres livres classés : Théâtre populaireVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (44) Voir plus



Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
1264 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre

{* *}