AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2930384395
Éditeur : Maison a Cote (05/09/2012)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Tout avait commencé lorsqu' après concertation, les enfants du défunt Botula ainsi que ses oncles et cousins
s'étaient réunis pour partager ses biens, quarante jours après sa mort.
Un moment très attendu par tous.
Car si l'odeur de cadavre attire les charognards, la mort d'un homme riche constitue également une source de convoitise pour les membres de la famille.
Attentifs, ils écoutaient l'homme qui, choisi par le clan, était chargé de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
babounette
  24 mars 2019
NTOMA de Stéphanie Manfroy-Boale - Roman - Lu en mars 2019.
Illustré par Pierre-Yves Touzé, peintre et sculpteur.
Ce livre est particulier parce qu'il a été écrit d'un côté en français et de l'autre en lingala, langue maternelle de Stéphanie.
Botula a sept enfants, six de sa précédente épouse décédée, et un fils de sa seconde épouse Elize, Ntoma
A la mort de Botula qui était un commerçant riche, les frères et soeurs de Ntoma qui n'avaient jamais accepté la seconde femme de leur père, malgré les injonctions de celui-ci de l'accepter, les chassèrent purement et simplement de la maison. Pourtant, à la naissance de Ntoma (qui signifie l'envoyé), on aurait pu croire au retour de l'harmonie dans cette famille, mais le feu couvait.
Elize et son fils, complètement démunis, partent pour Kisangani où vit la famille d'Elize, mais une mauvaise surprise les attend, sachant qu'elle n'avait pas un sou, sa famille les rejette également. Elize va alors apprendre à survivre en vendant quelques denrées.
Mais un jour, les militaires pillent et mettent à sac les commerces de Kisangani et n'hésitent pas à tuer pour arriver à leur fin. Ntoma sentant sa mère en danger, s'oppose aux militaires et par miracle échappe à la mort, mais est gravement blessé par un adolescent furieux de la bravoure de Ntoma. Il s'en remettra.
Trois mois plus tard, les commerces de Kisangani n'étaient plus que ruines, les Européens s'en vont, le prix des denrées que l'on peut encore se procurer ont triplé. Elise va continuer à vendre de l'huile de palme.
Elize se remarie et part vivre en Belgique avec son mari et son fils Ntoma.
Ils eurent des jumeaux, un garçon et une fille, Ntoma devint architecte et partit travailler à Mbandaka où il se maria.
Ce petit roman de 68 pages est ponctué par des citations dans le texte dont certaines sont illustrées en noir et blanc par Pierre-Yves Touzé.
"Le regard d'un vieux assis porte plus loin que celui d'un jeune debout"
"Celui qui donne est toujours le bien-aimé"
"Les montagnes ne peuvent se rencontrer contrairement aux hommes"
"Le tronc d'arbre peut rester longtemps dans l'eau, il ne deviendra jamais un crocodile"
"Prononcer le mot feu ne saurait pour autant brûler la bouche"
Les autres illustrations sont des visages des personnages du livres, une pirogue sur le fleuve Congo, un avion. Toutes se rapportent à l'histoire.
Si la plume de Stéphanie est naïve, le sujet n'en est pas moins émouvant et
met en avant les vraies valeurs, la famille, les amis, le pardon, l'amour, l'entraide.
J'ai bien aimé ce parcours de vie au Congo, merci Stéphanie.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          903
belcantoeu
  17 mars 2019
Staphanie Boale, écrivaine belgo-congolaise, est l'auteure de ce livre bilingue français-lingala, joliment illustré (ça devient de plus en plus rare). Ce livre montre que la nature humaine est "une", que par exemple les enfants jouent de la même façon, et que la souffrance existe partout, mais c'est l'amour qui triomphe. Ce livre magnifique est une fenêtre sur la vie quotidienne de ce pays qui est chaud à notre coeur mais en même temps trop ignoré, malgré tant de liens tissés entre Belges et Congolais. Une lecture à conseiller absolument. Je vous promets quelques extraits pour bientôt.
Et pour ceux qui ont la chance de connaitre le lingala, voici une des dernières phrases du livre, un des plus beaux passages: Norah. Okoki'otunz ngai likambo ya boye te! Yebaka, na'obanda kolala mpembeni na yo butu nyonso mpo nakokenda lisusu mpoto te.
En français, c'est à la page 66. On en reparlera certainement.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
babounettebabounette   24 mars 2019
"Un cri venait de loin...
Kisangani, Kisangani, belle comme une vierge.
Qu'as-tu fait pour devenir un champ de bataille?
Dans les années 60, tu étais le terrain d'affrontements pour des chefs à la conquête du pouvoir.
Tu as vu couler le sang de tes enfants.
Tu croyais les soldats te protéger et veiller sur les tiens.
Les voilà à présent, te poignarder dans le cœur.
Kisangani, Kisangani, dépourvue de ta beauté
Tu portes désormais la tristesse".

Kisangani, à l'époque Stanleyville de 1883 à 1966, est une ville de la République démocratique du Congo en Afrique centrale. C'est le chef-lieu de la province de la Tshopo qui était un district de l'ancienne Province Orientale dont il deviendra le chef-lieu, et le siège de l'archidiocèse de Kisangani.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
autres livres classés : Contes africainsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr