AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070388424
108 pages
Éditeur : Gallimard (03/02/1994)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 355 notes)
Résumé :
"C'est par incapacité de vivre que l'on écrit. C'est par nostalgie d'un Dieu que l'on aime. Un livre, c'est un échec. Un amour, c'est une fuite. Nous ne pouvons entreprendre que de biais, nous ne pouvons vivre que de profil. Nous ne sommes jamais où nous croyons être. Notre désir est voué à l'errance. Notre volonté est sans poids. Parfois quand même, on approche quelque chose. Parfois quand même on reçoit des nouvelles de l'éternel. Le battement des lumières sur un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
valsing
  08 mai 2020
Telle une voix off d'un journal intime, Christian Bobin, au fil des pages, nous parle tout bas des Choses de la Vie. Amour, solitude, enfance, écriture, lecture et …D.ieu.
11 textes pour se questionner, un peu de philo, juste ce qu'il faut.
Ses mots s'écoulent en prose poétique, font rejaillir des sensations à jamais inassouvies.
Certains font ricochet sur les eaux troubles de nos tourments. D'autres forment une flaque sur le bitume de nos plaies refermées. Tous s'infiltrent dans notre passé refoulé.
Christian Bobin s'adresse surtout à la femme qui enfante, patiente, se lamente… et se contente.
Voir son enfant grandir, lui sourire et puis un jour le voir partir.
« La part manquante », est-ce donc la frustration de constater que, finalement, la Vie ne nous laisse pas choisir ?
Commenter  J’apprécie          7513
AgatheD
  28 décembre 2014
Tellement original,jamais rien lu de semblable,un auteur si particulier.Je ne peux donner que quelques images qui me sont apparues ,de la dentelle, des morceaux de bois, des pierres,du froid,de la buée...des odeurs de feux de bois humides ...et par dessus des sourires d'enfants,des femmes sophistiquées ou rustiques,des pelisses et des draps blancs....une petite musique.... Et moi qui regarde derrière la vitre...toutes ces choses délicatement posees,cette vie.....tellement poétique !
Commenter  J’apprécie          564
le_Bison
  21 novembre 2019
C'est par une nuit d'insomnie que débute toute lecture. Une insomnie sans whisky, bien que ça rime la nuit. Il y avait un vieux bouquin, tout petit, tout fin, d'un auteur que je ne connais pas, Bobin là aussi ça rime comme un bon verre de vin. Longtemps, je me suis pris ce livre, entre les mains, sans l'ouvrir, juste pour observer la couverture. La photo interpelle, belle, la lumière du noir et blanc, le papier jauni, les vagues qui s'échouent sur le rivage, le regard porté au loin. Et puis Christian Bobin, j'en ai souvent entendu du bien. Alors…
Alors, je lis la première nouvelle, oui, c'est un recueil. Et rapidement j'arrive à la dernière. Il fait froid, toujours nuit, mais le silence est là. J'aime ce silence dans le noir, le meilleur moment de ma vie. Pour les nouvelles, j'ai déjà oublié tout ou presque. de leur histoire, de leur contenu, de leur poésie. Bobin parle de l'amour, parle de l'enfance, parle de Dieu, parle du silence aussi. le silence, ça me parle. Les autres sujets, je ne sais pas, ne sais plus. Il parle de neige, aussi, et j'aime le silence de la neige. L'un est indissociable de l'autre.
J'aime donc la nuit et son silence, écouter juste le chuchotement des pages qui se tournent, comme des flocons de neige qui s'échouent sur le trottoir. J'aime respirer l'âme d'un bouquin jauni, l'âme d'une autre âme lisant un bouquin aussi, le même peut-être, la nuit éventuellement. Pourtant, sur ce coup-là, j'ai merdé, comme d'habitude, parce qu'au final, je n'ai pas ressenti grand-chose à la lecture de ce Bobin, première expérience du nom. J'en ai un second, je lui laisse donc l'occasion d'une seconde chance. Il faut toujours laisser la place à une seconde chance, sinon on risque de le regretter et ma vie ne sera que poussière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
saphoo
  02 juin 2019
Je souris, en lisant les avis précédents, l'un n'a rien lu de tel et l'autre : rien aucune émotion. Voilà le constat, Bobin soit on adhère soit on est complètement hermétique. Il faut savoir écouter la petite musique qui bruisse comme les feuilles au vent, il faut se laisser porter par la douceur des phrases, la légèreté des sensations, il faut être sensible à la pensée humble d'un être. Regarder un enfant dans toute son insouciance et innocente et en faire un texte merveilleux comme M Bobin sait si bien le faire. Il faut avoir porter un enfant pour comprendre toute la profondeur et la splendeur du tableau de la femme que nous offre Bobin. C'est la vie simple et profonde à la fois. Il nous chante tous ces faits qu'on ne peut décrire vraiment ni palper ni maîtriser.
Tous ces petits textes nous interpellent et nous faire prendre conscience qu'on est parfois bien trop inconscient : et oui, pour laisser s'échapper de si jolis moments, de si simples bonheurs, des petites bulles d'éternité et de sérénité. Voilà ce qu'est Bobin un maître dans l'art de nous porter vers un monde impalpable, que seuls sans doute les rêveurs, les poètes, les artistes savent y pénétrer par la petite faille de lumière. Là-haut dans le silence d'un monde qui n'appartient qu'à l'instant présent.
Un très joli recueil de textes touchants et tellement vrais. Bobin est plus qu'un poète, c'est aussi un philosophe à sa façon.
Lire Bobin vous offre une parenthèse de bonheur, de sérénité, tout devient différend, et quand dans votre vie il y a comme ça des boulets noirs et lourds, ouvrez Bobin, installez - vous, et lisez, vous regarderez vos boulets d'autre façon, ils vous sembleront déjà moins lourds, moins noirs, peut être même vous parviendrez à les détacher.
Respirez, lisez Bobin, d'ailleurs il a écrit un fort beau texte sur la lecture, une petite merveille.
Extrait sur l'espace dédié.
Merci M. Bobin pour ces instants de pur bonheur de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
tolbiac
  01 juin 2013
La joliesse des mots, la caresse des arabesques littéraires. Voilà le repos sur le chemin de l'Olympe.
Revoilà Bobin à l'oeuvre. Son long travail poétique, déjoue le jour, ajourne la nuit. On plonge, nage dans ces pages, souriant de plaisir.
L'histoire ?
Laissez-vous porté. Ecoutez….
La mélodie, des pensées, des tournures de phrases en dentelles, des idées à la volée, en chassant le papillon du coeur, on s'époumone devant la strophe. On s'apostrophe devant le paragraphe qui dégrafe le voile d'une tendresse, à peine effleurée.
L'histoire ?
Laissez-vous porté, écoutez…
Commenter  J’apprécie          332

Citations et extraits (130) Voir plus Ajouter une citation
jeremy.pitonjeremy.piton   05 décembre 2011
"Ce qu'on apprend dans les livres, c'est-à-dire "je vous aime". Il faut d'abord dire "je". C'est difficile, c'est comme se perdre dans la forêt, loin des chemins, c'est comme sortir de maladie, de la maladie des vie impersonnelles, des vies tuées. Ensuite il faut dire "vous". La souffrance peut aider - la souffrance d'un bonheur, la jalousie, le froid, la candeur d'une saison sur la vitre du sang. Tout peut aider en un sens à dire "vous" , tout ce qui manque et qui est là, sous les yeux, dans l'absence abondante. Enfin il faut dire "aime". C'est vers la fin des temps déjà, cela ne peut être dit qu'à condition de ne pas l'être. La dernière lettre est muette, elle s'efface dans le souffle, elle va comme l'air bleu sur la plage, dans la gorge. "Je vous aime." Sujet, verbe, complément. Ce qu'on apprend dans les livres, c'est la grammaire du silence, la leçon de lumière. Il faut du temps pour apprendre. Il faut tellement de temps pour s'atteindre. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
claireogieclaireogie   04 janvier 2011
On n'apprend que d'une femme. On n'apprend que de l'ignorance où elle nous met quant à nos jours, quant à nos nuits. Le temps passe. La durée amoureuse n'est pas une durée. Le temps passé dans l'amour n'est pas du temps, mais de la lumière, un roseau de lumière, un duvet de silence, une neige de chair douce. Un jour la jalousie vient. Le tableau de maître a changé. Les couleurs ont fraîchi. L'essentiel est passé au second plan, dans un coin d'ombre. On voit sans voir encore. Avec la jalousie revient le temps, l'éternité mauvaise. Vous ne choisissez pas la jalousie, pas plus que vous n'avez choisi l'amour. Vous entrez dans ces terres étrangères de vous-même, dans ces zones frontalières où plus rien n'est voulu, ni pensé. Vous êtes seul mais vous n'êtes pas seul dans votre solitude. Vous êtes en proie à la pensée errante. C'est une pensée qui ne sait pas atteindre ce qu'elle pense, qui ne désire surtout pas atteindre ce qu'elle pense, le porter au plein jour. On dirait une pensée qui fuit quelque chose et qui n'est occupée que de cela qu'elle fuit, qu'elle cherche. Quelle cherche en le fuyant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
valsingvalsing   05 mai 2020
Le reste n'est rien. Le reste c'est tout ce qu'on jette dans les jours de colère, dans les heures de rangement. Il y a ceux qui jettent. Il y a ceux qui régulièrement mettent leur maison à sac, ou le réduit d'une mémoire, le recoin d'un amour.[...] Et il y a ceux qui gardent. Ils entassent dans un tiroir, dans une parole, dans un amour. Ils ne perdent rien. Ils disent : on ne sait jamais. [...] Ceux qui gardent comme ceux qui jettent seront égaux devant l'objet unique, devant la chose qui tiendra lieu de toutes les choses.
Ceux qui se délivrent comme ceux qui s'encombrent. Il y a toujours une chose qu'on ne jette en aucun cas. Ce n'est pas nécessairement une chose. [...] C'est une chose dont on s'éprend sans raison, sans besoin. C'est une fidélité silencieuse à ce qui passe et demeure.
p. 57
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
GerydePierpontGerydePierpont   08 décembre 2012
Pour s'éprendre d'une femme, il faut qu'il y ait en elle un désert, une absence, quelque chose qui appelle la tourmente, la jouissance. Une zone de vie non entamée dans sa vie, une terre non brûlée, ignorée d'elle-même comme de vous. Perceptible pourtant, immédiatement perceptible.
Commenter  J’apprécie          600
CarosandCarosand   13 septembre 2011
Il y a si peu de vrais évènements dans une vie. Il y a si peu de réel dans la vie. Le monde est trop étroit pour son ambition et Dieu n'existe pas : alors que faire du temps qui reste, de tout le temps ? Aujourd'hui il y a cette usine, demain autre chose. Il offre à qui sait voir une vision irremplaçable du monde des affaires : un canton, une terre basse, une terre sans ciel, sans espérance. On fabrique du plastique, de l'acier, du carton. On invente des déchets. C'est ça, l'industrie régnante, la grande aventure de l'industrie : c'est ne plus savoir ce qu'on fait et que cela ne mérite pas le temps de le faire, et c'est persuader les autres qu'il faut le faire encore plus, huit heures par jour, huit siècles par heure. Le monde industriel c'est le monde tout entier, une fable noire pour enfants, une mauvaise insomnie dans le jour. La présence de l'argent y est considérable, autant que celle de Dieu dans les sociétés primitives. Elle irradie de la même façon. Elle gouverne le mouvement des pensées comme celui des visages. Ceux qui commandent la servent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Christian Bobin (62) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Bobin
L'émission “Du jour au lendemain” (qui a pris fin il y a peu), était animée par Alain Veinstein et diffusée du lundi au vendredi sur les ondes de France Culture. Le 19 avril 2014, Alain Veinstein recevait le poète français Christian Bobin pour son roman “La grande vie” (Gallimard).
Thèmes : Littérature| Littérature Contemporaine| Poésie| Christian Bobin
Source : France Culture
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Complétez les titres des oeuvres de Christian Bobin

Ce que disait l'homme qui n'aimait pas...

Les femmes
Les oiseaux
Les souvenirs
Ses semblables

20 questions
66 lecteurs ont répondu
Thème : Christian BobinCréer un quiz sur ce livre

.. ..