AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070309800
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 100 notes)
Résumé :
"Je devins fou et personne ne s'en aperçut : le visage de Louise Amour remplissait le monde à ras bord. Il n'y avait plus rien d'autre. J'étais moins que l'air qui baignait ce visage, moins que la lumière qui ricochait sur lui. Les yeux de Louise Amour étaient deux bijoux de flamme brune, dorée, semblables à deux noisettes, sertis dans l'ovale d'une chair pâle, enfantinement bombée aux joues comme les pétales d'un lys."
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Sirenna
  28 juin 2017
Il m'a ensorcelé, capté, capturé.
Je m'abreuve de ses mots comme à la source de Inspiration que Pegase tapote avec force.
Une onomatopée se faufile et surgit : Waouh !
En à peine 10 minutes de lecture Christian Bobin m'a happé dans son univers.
Je suis Louise Amour et je me révèle muse d'un poète qui ciselle une vénération sans fin de la femme dans tous ses états.
Ses mots sont des caresses qui enveloppent mon âme de 1001 délicatesses de sensations.
Il écrit si bien, il aime si fort.
Qui a-t-il dans ses mots qui me transportent autant,qui m'embarque dans un univers de plaisir ?
Juste la force d'un amour sans limite d'une folie douce qui s'incruste dans mes pores.
J'aime déchiffrer sa passion.
J'aime vivre dans ses mots.
Je suis un papillon qui se défais de sa chrysalide et renait dans la foisonnance des parfums de rose.
Commenter  J’apprécie          5811
Osmanthe
  23 mai 2015
Autant le dire tout de suite, cette histoire ne comporte que deux évènements : la rencontre, début de relation amoureuse platonique entre le narrateur et Louise Amour, et sa fin brutale.
Et pourtant, ces quelques 140 pages, sont une nouvelle plongée extatique dans le monde si particulier de Christian Bobin...Juste la longueur qu'il faut pour ne pas s'ennuyer...Une oeuvre de Bobin, c'est un diamant ciselé, chaque mot est recherché, pesé, assemblé à d'autres plus beaux les uns que les autres pour offrir un joyau.
Louise Amour personnifie les charmes de l'amour, elle est parfumeuse et pour promouvoir sa nouvelle création elle a invité le narrateur, dont elle a repéré dans une revue les talents d'écrivain poète, amateur de théologie.

Nous sommes ici happés, comme engloutis dans une ambiance quasi-onirique, où la beauté et la féminité de Louise Amour sont indissociables du monde saturé de sensualité où elle évolue et où elle entraîne le narrateur, qui s'y perd corps et âme...les fleurs, la nature, couleurs et senteurs sont omniprésentes, sans oublier une spiritualité incarnée par Vézelay (chère à mon coeur d'icaunais d'origine !), où Louise Amour y a une maison en plus de son appartement parisien. Nous sommes invités à plusieurs reprises sur la colline éternelle et ses environs, mais aussi dans une roseraie enchantée de Touraine...
Si je me hasardais à une comparaison avec l'univers pictural, je trouve que l'ambiance de rêve permanent, les couleurs, la quasi-déification de l'image de cette femme, l'amour personnifié, les symboles (la neige noire, image répétée pour le deuil) évoquent précisément le symbolisme d'un Gustave Moreau, ou les ors, couleurs et formes hypnotiques du sécessionniste Gustav Klimt...
Certains n'aimeront pas, pour cause d'ennui ? Pour ma part, j'y ai trouvé un pur plaisir de lecture, de la grande littérature comme on n'en trouve plus aujourd'hui, pour se ressourcer l'espace de quelques heures hors de ce monde de fous...
A quand l'inscription au programme d'étude des collégiens ou lycéens de France ?


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
BVIALLET
  07 avril 2012
J'ai toujours eu un faible pour Christian Bobin . J'avais été profondément touché par "Le très bas" , sa délicieuse spiritualité franciscaine , son style inimitable et cette merveilleuse légèreté de l'être qui laisse pantois .
Et c'est avec un grand plaisir que j'ai retrouvé tout cela dans "Louise Amour" . Bobin est un auteur exquis , touché par la grâce , c'est l'un de nos derniers vrais poètes . Ses livres sont précieux , uniques , ils sont comme une eau fraîche au milieu d'un désert brûlant . Et n'en déplaise à certain , je ne le trouve ni "trop mystique , ni trop éthéré".
Evidemment , pour l'apprécier , il faut vouloir sortir de la fange habituelle et tourner son regard vers les étoiles .
Pour le comprendre , il faut une certaine fraîcheur d'âme et admettre que l'homme ne vit pas que de pain .
Le livre lui-même , si touchant par la simplicité de cette jolie histoire d'amour platonique n'en est pas moins si riche et complexe dans sa description poétique de la nature ou des méandres et des élans de l'âme humaine qu'il ne se laisse pas facilement réduire à un résumé ou à une critique péremptoire.
Il faut lire Christian Bobin simplement parce qu'il n'écrit pas comme les autres...
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
littlecat
  01 septembre 2015
Une histoire d'amour platonique entre un jeune théologien et une jolie parfumeuse.
Malgré une écriture raffinée et délicate et des descriptions poétiques, je n'ai pas été séduite par l'histoire, je n'ai pas ressenti de réelle émotion.
Pour dire la vérité je me suis un peu ennuyée. Dommage, je suis certainement passée à côté de ce roman
Mais merci quand même à Olivier pour ce conseil de lecture qui m'a permis de faire connaissance avec Christian Bobin.
Commenter  J’apprécie          120
jfponge
  11 octobre 2015
Tout est bon chez Bobin. Les mots, les personnages, les sentiments. À travers l'histoire de ce doctorant en théologie, tombé "en amour" d'une célèbre créatrice de parfums au nom évocateur, c'est une vision poétique du désir amoureux que nous offre cet auteur inspiré, plus de quatre siècles après la "Carte du Tendre". Un plaisir de lecture infini, aux multiples réminiscences, avec un certain parfum de "Nadja", qui ravira les amateurs de beaux livres…
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
noornoor   07 décembre 2014
Ma vie s’était passée dans les livres, loin du monde, et j’avais, sans le savoir fait avec mes lectures ce que les oiseaux par instinct font avec les branches nues des arbres : ils les entaillent et les triturent jusqu’à en détacher une brindille bientôt nouée à d’autres pour composer leur nid.
Commenter  J’apprécie          231
SirennaSirenna   04 juillet 2017
Dieu,quand il circule à son aise sous la peau d’un visage,quand il se multiplie par les étroits sentiers des veines,fais monter dans les yeux de ce visage un brin de nostalgie,une retenue,une pudeur.
Commenter  J’apprécie          300
OsmantheOsmanthe   17 mai 2015
Qu'y avait-il dans cette voix qui me fascina à ce point ? Il y avait un suave mélange de miel, d'ombre humide comme peut en donner le feuillage d'un saule pleureur, et une lenteur aussi, une lenteur qui semblait soustraire celle qui parlait à l'impatience vulgaire de ce monde. La voix de Louise Amour était comme la promesse lointaine - aussi lointaine que les étincelles d'un ciel d'orage - d'une jouissance surabondante. Si les yeux de Louise Amour étaient souvent baissés, c'était par pudeur. Sa voix, sans qu'elle eût jamais besoin de la forcer, promettait des fêtes charnelles à faire rougir les anges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
littlecatlittlecat   30 août 2015
J'étais fasciné par la passion que je concevais pour Louise Amour, et c'était ma propre fascination qu'elle aimait : nous étions comme deux miroirs l'un en face de l'autre.
Page 111
Commenter  J’apprécie          190
TezelsupTezelsup   01 mai 2018
Les livres sont de vieux serviteurs sur le dos desquels nous disposons, afin qu'ils les portent à notre place, nos craintes et nos espérances. Le temps passé à lire qui est du temps changé en lumière, l'espérance attrapée comme un rhume en rêvant, la puissance secrètement demandée aux livres savants, tout de nous pèsent sur les épaules, la nuque, le dos de nos esclaves de papier. Il suffit ensuite de les regarder pour connaître leur maître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Christian Bobin (62) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Bobin
Christian Bobin à La Procure
autres livres classés : ParfumsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Complétez les titres des oeuvres de Christian Bobin

Ce que disait l'homme qui n'aimait pas...

Les femmes
Les oiseaux
Les souvenirs
Ses semblables

20 questions
65 lecteurs ont répondu
Thème : Christian BobinCréer un quiz sur ce livre
.. ..