AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gilles Dattas (Illustrateur)
ISBN : 2070427102
Éditeur : Gallimard (28/01/2003)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 128 notes)
Résumé :
Il y a une étoile mise dans le ciel pour chacun de nous, assez éloignée pour que nos erreurs ne viennent jamais la ternir.»
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Mimimelie
  25 mars 2014
Je ne sais pas si, comme je l'ai lu, ce n'est pas le « meilleur de Bobin » mais un livre n'est-il pas une auberge espagnole…. ?
En tout cas pour moi c'est une de mes premières bonnes rencontres en 2014, à l'instar d'un ami rencontré ou retrouvé et qui me veut du bien…
Personnellement, je m'y sens bien, j'y retrouve une foultitude de ces trop rares et brefs instants de lucidité, ces petites gorgées, non pas de bière, mais de lumière, où nous avons l'impression d'être pleinement vivant. Il me semble en effet que le propos de ce livre n'est pas de ressusciter, mais de rester vivant ou de batailler avec toutes les petites morts qui nous guettent.
Je dirai, en le parodiant, que chaque plongée dans ce livre me « désencombre un peu plus », faisant glisser les peines « de mes épaules, comme la neige, par plaques ».
Commenter  J’apprécie          410
Jean-Daniel
  04 juillet 2017
Christian BOBIN nous conduit, au fil de ses récits et de ses interrogations, à un cheminement intérieur qui l'a fait devenir écrivain.
Ses livres font partie de ceux que je garde près de moi pour les jours où je veux du beau, des choses simples et précieuses qui me vont droit au coeur.
« Il y a une étoile mise dans le ciel pour chacun de nous, assez éloignée pour que nos erreurs ne viennent jamais la ternir. »
Il parle souvent des riens du quotidien mais surtout de l'amour, de la beauté d'un arbre, de sa présence bienfaitrice, de musique, de peinture, de personnes âgées ou d'enfants, de l'importance de rencontres qui marquent comme des rayons de soleil, du temps qui passe inexorablement.
Quand je le lis, je prends mon temps, je fais des pauses et je me surprends même à interrompre ma lecture pour relire certains passages et les savourer comme un dessert de choix.
Pour résumer, ses écrits oscillent toujours entre prose et poésie, je les déguste comme des petits chocolats soigneusement choisis mais surtout Christian Bobin a l'art de m'émouvoir.
Un très beau livre que je continue d'ouvrir de temps en temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
saphoo
  01 novembre 2017
Un livre de Bobin ne se raconte pas, il se lit, se délecte en douceur et dans le silence du jour naissant. C'est tout un pur bonheur de se plonger dans son univers fait de petits riens du quotidien, mais qui fait la grandeur de son oeuvre. C'est délicat, pur et simple comme la vie en fait, et fragile aussi. Savoir lire Bobin c'est savoir écouter le chant d'un oiseau, apprécier la lumière qui joue dans les feuilles d'un tilleul, apprécier la grâce d'un vol d'oiseau.
Ce livre est composé de tableaux divers et variés, de pensées, de gouttes de miel, de caresse du vent, du parfum des roses, la divine chance de s'abreuver à des mots qui résonnent en soi.
Je ne cherche jamais à acheter du Bobin, il vient toujours au hasard de mes ballades livresques, comme si un rdv m'était offert, je flâne chez un bouquiniste, et ma main rencontre deux Bobin d'un coup, double chance. Je repars avec la certitude d'un divin moment de lecture, et je pense à celui qui a laissé son nom sur la première page blanche, comme une évidence à partager aussi sa joie d'avoir lu Bobin, merci à celui a cédé ce livre qui continue son chemin de main en main, il sème la certitude qu'il a un autre monde pour ceux qui se sentent étrangers à celui ci.
Un pur moment de grâce que les mots de Bobin comme une évidence noire sur blanc, mais qui éclaire si agréablement un instant notre journée et qui chante longtemps dans notre esprit jusqu'au prochain Bobin qui m'attend sagement parmi d'autres livres, mais celui ci je sais qu'il aura une saveur particulière qu'on ne trouve que chez les poètes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
Nuageuse
  16 mai 2018
Christophe Bobin m'émerveille à chaque fois et m'apaise. C'est un refuge quand je vais mal. Ses livres se savourent.
Ici, il s'agit de fragments, ceux qui m'ont le plus touchée parlent de la relation du narrateur avec son père, la beauté et la transmission qu'a l'écriture.
Christian Bobin a traversé des épreuves dans sa vie (le décès de sa compagne si brutal entre autres) et a su garder cette force pour profiter des petits moments de la vie d'une telle douceur.
Emerveillons-nous encore et encore.
Commenter  J’apprécie          212
Angelis
  12 novembre 2011
Le présent recueil est une suite de pensées, apparemment sans linéarité, cependant suivant une trame que le coeur reconnaîtra.
A chaque fois que j'ouvre un Christian Bobin, je nettoie mon être de lourdeurs inutiles et retrouve la légèreté divine qui nous définit, le plaisir de vivre, ici et maintenant, ma condition humaine.
Au départ, je voulais vous donner quelques citations que j'aime pour vous donner la musicalité générale de cette symphonie du Verbe, seulement il m'aurait fallu recopier le livre dans son entier !
Ressusciter...
Commenter  J’apprécie          160
Citations et extraits (163) Voir plus Ajouter une citation
mandarine43mandarine43   17 mars 2011
Le jour de l'enterrement de sa mère, C. a été piquée par une abeille. Il y avait beaucoup de monde dans la cour de la maison familiale. J'ai vu C. dans l'infini de ses quatre ans, être d'abord surprise par la douleur de la piqûre puis, juste avant de pleurer, chercher avidement des yeux, parmi tous ceux qui étaient là, celle qui la consolait depuis toujours, et arrêter brutalement cette recherche, ayant soudain tout compris de l'absence et de la mort. Cette scène, qui n'a duré que quelques secondes, est la plus poignante que j'aie jamais vue. Il y a une heure où, pour chacun de nous, la connaissance inconsolable entre dans notre âme et la déchire. C'est dans la lumière de cette heure-là, qu'elle soit déjà venue ou non, que nous devrions tous nous parler, nous aimer et même le plus possible rire ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
GabySenseiGabySensei   04 novembre 2012
J'ai vu un jour ce qu'on ne voit jamais. J'ai vu quelqu'un mourir d'amour. C'était dans un café, un automne à Paris. La jeune femme qui me parlait venait d'être abandonnée par un homme au cœur d'or. Ils avaient partagé le pain de dix années entières. Il l'a quittée comme on cesse de lire un livre, gagné en une seconde par un sommeil analphabète. Un geste avait suffi que rien n'annonçait et cette jeune femme s'était découverte aussi vaine qu'un livre jeté sur le parquet d'une chambre. Depuis elle allait comme un fantôme dans les rues surpeuplées de visages inutiles. Le couteau de la séparation s'était enfoncé dans son cœur et le manche en bougeait à chaque respiration. Elle ne maudissait ni ne geignait. Elle cherchait à comprendre ce que même les anges, affolés autour d'elle comme des abeilles ayant perdu le chemin de la ruche, ne pouvaient comprendre. Elle ne savait plus que parler de son ami, aucun mot n'étant trop beau pour dire sa grandeur et son intelligence. Il était dans sa parole comme la neige en plein été, quand il semble qu'une telle magie blanche ne reviendra plus. Le monde où nous vivons est enchanté par l'amour et sans cet enchantement nous n'y séjournerions pas une seconde. Nous sommes jetés dès notre naissance dans un réduit où nous ne pourrions que dépérir, s'il n'y avait la lucarne du cœur donnant sur le ciel. Il n'y a que le cœur de réel dans cette vie, alors pourquoi nous entêtons-nous à rêver d'autre chose? Les vagues sentimentalités par lesquelles les gens se réchauffent les uns aux autres sont comme les brindilles qui servent à allumer un feu: cela brûle et meurt aussitôt. La flambée qui donnait aux visages de cette femme et de son ami le rouge et or d'une peinture de Georges de La Tour se nourrissait d'un aliment bien plus beau. Dieu se promenait émerveillé dans leurs paroles comme un paysan dans son champ. Si Dieu n'est pas dans nos histoires d'amour, alors nos histoires ternissent, s'effritent et s'effondrent. Il n'est pas essentiel que Dieu soit nommé. Il n'est même pas indispensable que son nom soit connu de ceux qui s'aiment: il suffit qu'ils se soient rencontrés dans le ciel, sur cette terre. Cette femme avait connu cette grâce, et cette grâce lui était retirée. Dans un café où je l'écoutais ce jour-là, elle parlait du ciel et de son ami, de leur fuite commune, et sa parole était comme deux mains plaquées contre une plaie par où la lumière giclait à flots. La salle où nous étions assis était atroce de même que la ville alentour, énervée et bruyante -comme si on avait mis une musique criarde dans une chambre d'agonie. Si nous ne respirons plus dans le ciel, alors nous suffoquons dans le néant: c'est aussi simple et net.
(P86)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
charlottelitcharlottelit   12 septembre 2012
On n'a qu'une faible idée de l'amour
tant qu'on n'a pas atteint ce point où il est pur,
c'est à dire non mélangé de demande, de plainte
ou d'imagination.
Commenter  J’apprécie          1160
FRANGAFRANGA   20 novembre 2015
La sainteté n'est rien de ce qu'on imagine. J'ai rencontré aujourd'hui une troupe de primevères bavardant à l'air libre et faisant de leurs bavardages une prière qui montait droit au ciel. Leur coeur était ouvert aux pluies, aux sécheresses et même à l'arrachement. Ne pas choisir dans ce qui vient était leur manière impeccable d'être saintes. Je piétinais dans mes pensées quand elles me sont apparues sur le bas-côté de la route, offrant à la lumière le berceau coloré de leurs pétales. Le vent faisait vibrer leurs formes, imprimant sur un fond d'herbes un texte digne de louanges. Tous ceux que je rencontre me font de la peine. Je vois une ombre-un chagrin, une absence, un manque-traverser leurs yeux même quand ils rient, comme un petit lézard qui se faufilerait entre deux pierres, tremblant d'être aperçu. Et moi je suis pareil à eux. Mon coeur bat dans le noir. La vie s'attriste de ne pouvoir nous atteindre que rarement. Elle est avec nous comme une mère qui donnerait son coeur à manger à ses enfants, et ses enfants ne voudraient pas goûter à cette nourriture sublime, ils ne voudraient même pas en entendre parler. L'éclat des primevères, pour m'arriver, avait dû déchirer la nuit qui entoure mon coeur. Je tiens pour un miracle de voir des choses très pauvres. Je ne me lasse pas de ces miracles et suis bien incapable d'expliquer pourquoi parfois il n'y a rien, pourquoi parfois il y a tout. Le paradis, ce serait de vivre une journée entière comme une seule de ces primevères.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MimimelieMimimelie   22 mars 2014
Tous ceux que je rencontre me font de la peine. Je vois une ombre – un chagrin, une absence, un manque – traverser leurs yeux même quand ils rient, comme un petit lézard qui se faufilerait entre deux pierres, tremblant d’être aperçu. Et moi je suis pareil à eux. Mon cœur bat dans le noir. La vie s’attriste de ne pouvoir nous atteindre que rarement.
Commenter  J’apprécie          192
Videos de Christian Bobin (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Bobin
???? La Petite Librairie, c'est tous les quinze jours ! Vos libraires Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent leurs dernières pépites littéraires. Ils sont accompagnés de chroniqueurs : Jacqueline Pétroz, Didier Debroux, Mélanie Cheymol ou encore Jean-Edgar Casel ! Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! ???? ? ? Chiens de guerre de Adrian Tchaikovsky et Henry-Luc Planchat aux éditions Denoël ?? https://www.lagriffenoire.com/1017800-livres-de-science-fiction--chiens-de-guerre.html ? ? Marx dans le jardin de Darwin de Ilona Jerger aux éditions de Fallois ?? https://www.lagriffenoire.com/1011543-romans-historiques-marx-dans-le-jardin-de-darwin.html ? ? La petite mort de Virgile de Christian Rauth aux éditions de Borée ?? https://www.lagriffenoire.com/1014767-nouveautes-polar-la-petite-mort-de-virgile.html ? ? Miracle de Solene Bakowski aux éditions Cosmopolis ?? https://www.lagriffenoire.com/1019410-nouveautes-polar-miracle.html ? ? Mécanique de la chute de Seth Greenland et Jean Esch aux éditions Liana Levi ?? https://www.lagriffenoire.com/1013977-divers-litterature-mecanique-de-la-chute.html ? ? le Detection Club de Jean Harambat aux éditions Dargaud ?? https://www.lagriffenoire.com/1018133-achat-bd-le-detection-club---tome-0---le-detection-club.html ? ? Opération Copperhead - Opération Copperhead de Jean Harambat aux éditions Dargaud ?? https://www.lagriffenoire.com/93708-bd-operation-copperhead-operation-copperhead.html ? ? La Mort ou la gloire: Wyld, T1 de Nicholas Eames et Olivier Debernard aux éditions Bragelonne ?? https://www.lagriffenoire.com/1019387-livres-de-science-fiction--wyld--t1---la-mort-ou-la-gloire.html ? ? Louise de Vilmorin de Geneviève Haroche-Bouzinac aux éditions Flammarion ?? https://www.lagriffenoire.com/1018935-divers-litterature-louise-de-vilmorin---une-vie-de-boheme.html ? ? La trahison des Jacobins (tome 5) de Jean-Christophe Portes aux éditions City ?? https://www.lagriffenoire.com/1018506-nouveautes-polar-la-trahison-des-jacobins-t5.html ? ? le petit quizz de la Grande Guerre de Grégoire Thonnat aux éditions Pierre de Taillac ?? 9782364450264 ? ? La pâtisserie en famille: A votre tour de pâtisser et de vous amuser en famille ! de Christophe Michalak aux éditions Harper
+ Lire la suite
autres livres classés : spiritualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Complétez les titres des oeuvres de Christian Bobin

Ce que disait l'homme qui n'aimait pas...

Les femmes
Les oiseaux
Les souvenirs
Ses semblables

20 questions
65 lecteurs ont répondu
Thème : Christian BobinCréer un quiz sur ce livre
.. ..