AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 224624241X
Éditeur : Grasset (29/06/2000)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 67 notes)
Résumé :
L'enfant Lucien Bonnard, le fils de "Monsieur le consul" abandonne la Chine pour découvrir la France. Le roman débute le jour où Lucien, seul avec sa mère, Anne Marie, débarque sur le sol de la métropole tant glorifiée par Monsieur le Consul, resté au loin.
Alors l'enfant Lucien va vivre trois mois de folie, trois mois de passion, trois mois de jalousie, trois mois de désespoir. Car il croit qu'il va avoir sa mère pour lui tout seul. Et il va sentir qu'Anne ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
GeorgesSmiley
  09 mai 2019
Après Monsieur le Consul puis le Fils du Consul voici le troisième volet de la trilogie des souvenirs d'enfance de Lucien Bodard. C'est toujours aussi fascinant et les pages tournent toujours très vite.
On avait laissé Lucien s'embarquer pour la France en compagnie d'Anne-Marie sa mère adorée. le consul a bel et bien été abandonné à ses « chinoiseries » avec la noble mission de gagner de quoi entretenir (plutôt bien) sa famille parce qu'il faut bien que Lucien reçoive enfin une éducation française. Lucien est heureux car il n'a plus à partager sa mère avec son père.
Il va lui falloir très vite déchanter, le pensionnat l'attend avec son isolement et ses brimades. Celui qui n'a pas connu vers son dixième anniversaire la déchirure de la séparation et de la plongée dans ce monde impitoyablement carcéral trouvera, sans doute, que comme lui dit sa mère « il est temps de devenir un grand garçon », mais celui y a goûté ne peut que reconnaître, magnifiquement dépeintes, ses propres angoisses enfantines.
La description de la dernière journée passée auprès de sa mère est saisissante tant elle est gâchée par le sentiment du temps inexorable qui s'écoule avant la séparation si redoutée et l'attitude plus que froide de la mère qui «… livre le veau qu'on va mener à l'abattoir ».
Lucien n'a pas de chance, Anne Marie a des projets plus exaltants que de tenir sa promesse « Dis Maman, tu viendras souvent à l'école ? Chaque dimanche ? Oui, oui, je viendrai souvent. (Elle) répond avec son sourire prometteur, celui qui ment ». Il l'attend, il l'espère, il la guette, elle ne vient pas.
Dimanches cruels, dimanches perdus…
Les grandes vacances vont lui offrir la joie de retrouver sa mère mais aussi de comprendre que son éducation française n'était qu'un prétexte pour elle; son véritable but était de laisser derrière elle Albert qu'elle n'aime pas et débuter la vie mondaine à laquelle elle aspire dans l'ombre du protecteur de son mari, haut fonctionnaire du quai d'Orsay. Lucien le comprend rapidement. de nouveau, un rival !
On lit avec beaucoup de plaisir les aventures du petit Lucien, spectateur inquiet des réceptions que sa mère aime tant (« Elle est heureuse, mais est-ce que je fais partie de son bonheur ? ») ou joueur talentueux de mah-jong. On découvre, qu'au lendemain de la grande guerre victorieuse, le rédacteur du traité de Versailles et maître à penser des Affaires Etrangères est décidé à ménager l'Allemagne vaincue pour éviter une nouvelle hécatombe.
Et puis un jour, arrivent deux lettres à entête du consulat de France à Chengdu. Une pour Lucien et l'autre pour sa mère « les pages sont innombrables, c'est un vrai roman fleuve qu'Albert a envoyé. Anne-Marie est mécontente dès la première page,…elle froisse nerveusement la feuille (et) en fait une boule qu'elle jette. (Elle) a achevé la lettre éparpillée dans sa chambre en boulettes froissées. »
Bien sûr, Lucien finira par lire ce qu'il ne devait pas lire et le lecteur stupéfait partage sa découverte du naufrage jusqu'à présent silencieux et mystérieux du mariage de ses parents (« dont (il) souhaite la désunion tout en la craignant »). Les masques tombent et les secrets sont livrés.
Impossible, rendu à ce point du roman de ne pas le terminer d'une traite même si la nuit est déjà trop avancée. On dormira mieux demain. Difficile également de ne pas prendre parti pour l'un des conjoints, ce qu'a déjà fait Lucien à sa manière : « D'abord je dois m'occuper d'Albert. On dirait qu'elle va lui régler son compte. Elle a son petit sourire qui en dit long. Elle dirige sa guerre contre mon père. Cela l'amuse au point qu'elle ne se sent même pas humiliée d'avoir à se servir de ses charmes. Sale Anne Marie, je l'aime… »
Nul doute que ces trente pages consacrées à la lettre d'Albert aient pesé très lourd, en 1981, dans la décision du jury Goncourt, de couronner « Anne Marie ». Choix judicieux car elles sont fascinantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
lecassin
  17 décembre 2011
L'enfant Lucien Bonnard, le fils de "Monsieur le consul" abandonne la Chine pour découvrir la France. le roman débute le jour où Lucien, seul avec sa mère, Anne Marie, débarque sur le sol de la métropole tant glorifiée par Monsieur le Consul, resté au loin.
Alors l'enfant Lucien va vivre trois mois de folie, trois mois de passion, trois mois de jalousie, trois mois de désespoir. Car il croit qu'il va avoir sa mère pour lui tout seul. Et il va sentir qu'Anne Marie lui échappe, qu'elle n'est pas là pour filer le parfait amour avec son fils mais pour mener la vie mondaine dont elle rêve. Elle n'a qu'un but : entrer dans l'intimité d'un couple célèbre qui a fait la carrière de son mari, celui d'André et d'Edmée. Elle se débarrasse d'un fils encombrant, en le faisant admettre dans la pension la plus chic de France... Lulu Bonnard, le chinois atteint là le fond de l'humiliation et du désespoir... Anne Marie ne vient pas le voir une seule fois.
Enfin, arrivent les vacances.Le fils retrouve sa mère, toujours semblable et pourtant différente : elle est devenue parisienne, elle éblouit le monde de 1925, elle fascine et bouleverse son fils.
Lucien Bodard brosse un superbe portrait de femme. Anne Marie... La mère, l'ambitieuse, la mondaine, Anne Marie l'incertaine, l'angoissée. Et il a écrit le plus beau et le plus douloureux roman d'amour, celui de l'amour filial.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
britzan
  16 novembre 2008
très beau livre, plein de vie de chair écrit magnifiquement par Lucien Bodard. Récit d'un lien avec une mère plein d'amour mais aussi de jalousie voire de haine. Une Mère anne Marie qui se soucie surtout d'être dans une France qu'elle aime et un Paris important. Un Enfant né en Chine, 10 ans plein de l'immensité de la grandeur de la Chine danbs sa magnificence mais aussi dans sa cruauté et qui lui dans cette france petite n'a aucun lien sinon celui de sa mère ou du moins ce qu'elle veut bien lui donner.....
Commenter  J’apprécie          80
paulotlet
  08 janvier 2012
J'ai trouvé de livre à la bibliothèque municipale; c'était un don qui ne remplissait pas les critères nécessaires pour rejoindre les rayons. Par curiosité j'ai emporté ce prix Goncourt de 1981, pour voir ce qui plaisait il y a trente ans, un peu comme on se plonge dans une époque révolue à travers de vieilles revues. Mazette, ce Lucien Bodard aurait pu obtenir le prix du romancier le plus ennuyeux de l'année. Cette histoire d'amour possessif pour une mère infantile et défaillante ne m'a pas intéressé. La meilleure partie du roman tient à la description de l'attitude des amis du mari d'Anne-Marie, rencontrés à Paris et dont elle veut absolument devenir l'intime. Amusés par cette gourde, ils finiront par la rejeter au fur et à mesure que la situation du père se détériorera.
Commenter  J’apprécie          10
fanculo
  22 mai 2018
Le fils de monsieur le consul Lucien quitte la Chine pour recevoir une éducation française. Il est heureux mais il s'aperçoit tres rapidement qu Anne Marie est à Paris pour mener une vie mondaine. Elle se débarrasse de son fils en le mettant en pension. Lucien bonnard écrit un livre d'amour douloureux celui de l'amour filiale. L'enfant va vivre 3 mois de passion, de passion et de désespoir. Prix Goncourt 1981.

Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
lecassinlecassin   20 décembre 2011
J’appréhende la France maintenant que je vais l'aborder, la connaître, poser mon pied sur elle. France tant aimée, tant exaltée par mon père et les messieurs blancs, même les missionnaires à grandes barbes. France inconnue dont on m'a empli le cœur, patrie douce, magnifique, merveille jusqu'alors trop lointaine, mère du monde, berceau des Arts et des Lettres, beauté de la grandeur guerrière, songe d'orgueil.
Terra incognita...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   15 décembre 2017
Ce baiser, elle le reçoit sans dégoût, sans reculer sa tête, sans s'envelopper d'ennui. Albert toussote de contentement. Pauvre homme. Je sais qu'elle s'apprête à le duper. Elle n'est gentille avec lui que par calcul.
Commenter  J’apprécie          10
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   15 décembre 2017
[A sa mère]
Je me méfie de toi et c'est pour cela que je suis sournois, dissimulé...Je me méfierai toujours de toi, même si je sens que je suis toi, à toi, pour l'éternité.
Commenter  J’apprécie          10
sweetiesweetie   12 mars 2014
(...) j'étais, sans le savoir, le jeune chevalier servant d'une femme que la convoitise avait fait sortir de son ennui. (à propos de la relation du petit Lucien à sa mère)
Commenter  J’apprécie          10
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   15 décembre 2017
J'ai appris que l'existence est dominée par les malentendus, qu'ils en sont le poison essentiel.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Lucien Bodard (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucien Bodard
Bref portrait du journaliste et écrivain Lucien Bodard
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
836 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre